Établissements Campagne

Établissements
Ernest Campagne
logo de Établissements Campagne
Plaque de constructeur Établissements Campagne.

Création 1907
Disparition 1983
Personnages clés Ernest Campagne
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Mécanique
constructeur ferroviaire

Les établissements Ernest Campagne sont, de leur création en 1907 à leur fermeture en 1983, une entreprise de mécanique ayant notamment une activité importante de constructeur ferroviaire.

Histoire

Ernest Campagne, ami de Louis Renault commencera son activité par la construction de draisines, d'une conception très inspirée de la technique automobile.

Le premier atelier était situé Boulevard de Belleville, il existe toujours, avec son fronton orné du monogramme ECP (Ernest Campagne, Paris).

Une seconde usine, embranchée, fut établie à Juvisy. On y produira des dizaines de draisines et de locotracteurs, en n'hésitant pas à adapter les modèles aux besoins de la clientèle. Ainsi, des locotracteurs à vitesse lente furent construits pour le canal de Panama.

En 1952, Claude Campagne reprend l'activité, puis déménage l'usine à Saint-Léger-sur-Dheune en 1964, dans les locaux de la Soparc, tandis que les services administratifs résidaient rue de la Boétie, à Paris.

N'ayant pas trouvé de repreneur, l'entreprise ferme en 1983.

Production

Les éléments les plus connus de la production Campagne sont certainement les draisines, produites à plusieurs centaines d'exemplaires, dans une multitude de modèles. La firme s'était d'ailleurs spécialisée dans le véhicule sur mesure, à la demande du client.

Une grande quantité de locotracteurs a également été produite par l'entreprise, essentiellement à voie étroite. En voie normale, on notera une importante série destinée au génie militaire, dont un exemplaire est préservé par le Chemin de fer de la vallée de l'Eure et des engins pour la Cellulose du Rhône.

Matériel préservé

On trouve des locotracteurs à voie étroite au Chemin de fer des Chanteraines[1] au Musée des Transports de Pithiviers et au Chemin de fer touristique du Tarn. De nombreuses draisines sont préservées, notamment au Chemin de fer du Vivarais.

L'intégralité des équipements de l'usine ont été donnés par Colette Campagne à l'association du Tacot des Lacs[2].

Notes et références

  1. [1]
  2. Revue Tortillard, n°32