Équipe d'Espagne féminine de football

Équipe d'Espagne féminine
Écusson de l' Équipe d'Espagne féminine
Généralités
Confédération UEFA
Emblème Les armoiries de l'Espagne
Couleurs Rouge, bleu (ou noir) et jaune
Surnom La Roja[1]
Classement FIFA en stagnation 7e (17 juin 2022)[2]
Personnalités
Sélectionneur Jorge Vilda
Capitaine Irene Paredes
Plus sélectionnée Alexia Putellas (100)
Meilleur buteuse Jennifer Hermoso (45)
Rencontres officielles historiques
Premier match Espagne 0 - 1 Portugal
()
Plus large victoire Espagne 17 - 0 Slovaquie
()
Plus large défaite Espagne 0 - 8 Suède
()
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 3
Huitième-de-finaliste en 2019
Championnat d’Europe Phases finales : 4
Demi-finaliste en 1997

Maillots

Kit left arm espw22h.png
Kit body espw22h.png
Kit right arm espw22h.png
Kit shorts espw22h.png
Kit socks esp19hw.png
Domicile
Kit left arm espw22a.png
Kit body espw22a.png
Kit right arm espw22a.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Éliminatoires de la zone Europe de la Coupe du monde féminine de football 2023

L'équipe d'Espagne féminine de football ou sélection féminine de football d'Espagne représente l'Espagne dans les compétitions internationales de football féminin. Elle a été créée officiellement par la Fédération d'Espagne de football en 1983, bien qu'existant depuis 1971, lorsque le foot féminin n'était reconnu à un niveau officiel ni par la RFEF ni par la FIFA[3].

Elle est dirigée depuis par Jorge Vilda, et son meilleur résultat a été la sélection en demi-finale de la Coupe d'Europe de 1997. Elle a échoué à se qualifier pour les Jeux olympiques jusqu'en 1992, mais a disputé son premier Mondial en 2015[4].

Le football féminin en Espagne

Le premier match de football recensé dans la presse espagnole remonte au . Joué à Barcelone, ce match philanthropique, dont la recette est destinée à la Fédération féminine contre la tuberculose, oppose l'équipe de La Giralda à celle du Montserrat, et se conclut par un score de 2-0. Il s'attire les critiques acerbes du journal El Mundo desportivo : « Cette première représentation de la femme dans le football masculin ne nous satisfait pas, non seulement en raison de son manque d'aspect sportif, mais aussi parce qu'il oblige les descendantes de notre mère Eve à adopter des positions aussi peu appropriées qu'inélégantes, éliminant la grâce féminine. »[5].

En 1970, malgré l'absence de reconnaissance du football féminin en Espagne, plusieurs clubs naissent dans la clandestinité. Tel est le cas des premières équipes féminines d'Espagne, le Mercacredit et le Sizam, ultérieurement renommé Olympique de Villaverde. Ceux-ci ont disputé la première rencontre de football féminin en Espagne sur le terrain de Boetticher, dans le quartier de Villaverde, à Madrid[3]. Le terrain a fait le plein avec 8 000 spectateurs, de nombreux autres ne pouvant y accéder[3].

Rafael Borne, alors président du Mercacredit et postérieurement de l'Olympique de Villaverde, fut le véritable impulseur du foot féminin en Espagne, en arrivant à remplir avec ses matches des terrains comme ceux des Margaritas de Getafe, La Rosaleda, La Condomina, La Rosaleta, l'Arcangel ou le Vivero[n 1],[n 2],[n 3],[n 4],[n 5],[n 6].

Les premières sélections officieuses

Le succès recueilli conduit à la première sélection féminine de foot d'Espagne, encore non reconnue officiellement, où se rencontrent les meilleures joueuses féminines du moment, et dont le porte-drapeau est Conchi Sanchez, surnommée «Amancio» (en l'honneur du footballeur du Real Madrid), qui a joué dans des clubs italiens et anglais, et marqué près de 600 buts dans sa carrière[3].

La sélection a disputé sa première partie en 1971, face à la sélection portugaise à La Condomina de Murcie avec un résultat de 3-3 le [3]. Ce match se déroule malgré des tentatives phalangistes d'empêcher les joueuses d'atteindre les vestiaires et des menaces d'emprisonnement pour les spectateurs en tribune[6]. Les Espagnoles jouent en maillot rouge dépourvu d'écussion national et sans hymne national en avant-match[6]. Quelques mois après, l'équipe a effectué son premier voyage à l'étranger pour faire face à la sélection italienne dans le Stadio Comunale de Turin[3]. Les joueuses espagnoles ont disputé la partie sans porter les couleurs de leur pays, et la fédération espagnole ne reconnut aucun caractère officiel à cette rencontre. Les Italiennes gagnèrent haut la main, avec un score sans appel de 8-1, probablement dû à la grande différence d'âge entre les joueuses, les plus âgées des joueuses espagnoles ayant à peine 14 ans[3].

Une organisation féminine, la FIEFF, organise un Mondial Féminin de 1971 au Mexique, bien que la FIFA ne lui ait accordé aucun caractère officiel, puisqu'elle n'était pas responsable de son organisation. La sélection espagnole, malgré sa brève année d'existence, fut invitée à participer à cette compétition en raison de ses excellentes actions dans divers matchs amicaux[3], ce qui n'aboutit pas en raison d'une interdiction de la fédération espagnole, présidée alors par José Luis Pérez-Payá, qui refuse de reconnaître la sélection féminine de football, ce qui perdure jusqu'à 1983[6].

Reconnaissance officielle

En 1980, la pratique féminine de football en amateur est reconnue par la fédération espagnole dirigée par Pablo Porta[6]. En 1983, l'équipe féminine est officialisée comme membre de la Fédération royale espagnole de football, en disputant la rencontre face à la sélection portugaise le , qu'elle perdit par 0-1 dans le sate de La Guardia, et sa la première victoire officielle eut lieu lors d'un match disputé à Zúrich face à la Équipe de Suisse de football féminin[7].

La rébellion de l'équipe féminine nationale en 2015

Après les mauvais résultats au Mondial 2015, les 23 joueuses sélectionnées réclament par communiqué la démission de leur sélectionneur et entraineur Ignacio Quereda en raison de la mauvaise planification de la concentration et du voyage jusqu'au Canada, des méthodes machistes et dévalorisantes employées avec le groupe, du manque de matchs amicaux et des trop rares analyses du jeu de leurs rivales proposées par le sélectionneur. Quereda indique en réponse au communiqué qu'il ne souhaite pas démissionner, et que les précédentes joueuses ayant tenté de l'attaquer se sont vu refuser toute nouvelle sélection dans l'équipe nationale[8],[9]. Le sujet est répercuté à Vicente Temprado, responsable fédéral du football féminin, qui prend le parti de Quereda, reprochant à Natalia Pablos et Vero Boquete leur incapacité à se mettre au niveau des adversaires et leur féminisme extrême[10] Vicente opte pour confier la décision à Ángel María Villar, président de la Fédération Espagnole de Football et vice-président de la FIFA.

Après diverse déclarations des joueuses, les 23 sélectionnées de l'équipe d'Espagne annoncent qu'elles refuseront de jouer tant que Quereda restera en fonction ; elles indiquent avoir pris contact avec toutes les capitaines d'équipe de première division, et avoir le soutien de leurs supporters. Elles reprochent au sélectionneur national Vicente del Bosque d'avoir pris le parti le parti de Villar et Quereda[11].

Le , la commentatrice de football Ana Rossen indique que la question n'est pas réglée, et que résolution du problème passe, au-delà d'un changement d'entraîneur, par la création de structures stables destinées à épauler le football féminin[12]. Le , Ángel María Villar élude la question relayée par Javier Tebas, président de la ligue de football professionnel qui a fustigé sa présidence la veille, et félicite au contraire l'équipe espagnole et plus particulièrement son entraineur pour sa participation à la Coupe du monde[13].

Ignacio Quereda est remplacé le par Jorge Vilda, auparavant sélectionneur de l'équipe des moins de 19 ans. Il affiche comme objectif d'être sélectionné lors du tournoi européen de 2017[14].

2022

En septembre 2022, quinze joueuses espagnoles font savoir à leur fédération qu'elles contestent les méthodes de travail du sélectionneur Jorge Vilda qui influeraient sur leur « état émotionnel » et leur « santé » et se mettent en retrait de la sélection. La fédération révèle la situation dans un communiqué et annonce son appui à son entraîneur[15].

Classement FIFA

Classement FIFA de l'équipe d'Espagne
Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021
Classement mondial 20 20 20 20 20 20 20 19 17 18 15 15 14 14 13 12 13 12 9
Classement Uefa 13 13 13 13 13 13 13 11 10 10 9 8 8 7 7 6 7 7 6

Palmarès

Parcours en Coupe du monde

Match contre l'Allemagne au mondial 2019
  • 1991 : Tour préliminaire
  • 1995 : Tour préliminaire
  • 1999 : Tour préliminaire
  • 2003 : Tour préliminaire
  • 2007 : Tour préliminaire
  • 2011 : Tour préliminaire
  • 2015 : 1er tour
  • 2019 : Huitièmes de finale
  • 2023 : Qualifiée

Parcours en Championnat d'Europe

  • 1984 : Non inscrite
  • 1987 : Tour préliminaire
  • 1989 : Tour préliminaire
  • 1991 : Tour préliminaire
  • 1993 : Tour préliminaire
  • 1995 : Tour préliminaire
  • 1997 : Demi-finale
  • 2001 : Tour préliminaire
  • 2005 : Tour préliminaire
  • 2009 : Tour préliminaire
  • 2013 : Quart de finale
  • 2017 : Quart de finale
  • 2022 : Quart de finale

Sélectionneurs

Effectif actuel

Les 23 joueuses suivantes font partie de la liste pour participer à la coupe du monde 2019[16].

Effectif et encadrement de l'équipe d'Espagne féminine au 20 mai 2019
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Gallardo, DoloresDolores Gallardo  (29 ans) 29 0 Atlético de Madrid
13 G Paños, SandraSandra Paños  (29 ans) 28 0 FC Barcelone
23 G Rodríguez, MisaMisa Rodríguez  (23 ans) 4 0 Real Madrid
17 D Batlle, OnaOna Batlle  (23 ans) 11 0 Manchester United (féminines)
3 D Ouahabi, LeilaLeila Ouahabi  (29 ans) 26 1 FC Barcelone
4 D Paredes, IreneIrene Paredes  (31 ans) 61 8 FC Barcelone
5 D Andrés, IvanaIvana Andrés  (28 ans) 21 0 Real Madrid
8 D Torrejón, MartaMarta Torrejón  (32 ans) 85 9 FC Barcelone
16 D León, María PilarMaría Pilar León  (27 ans) 23 0 FC Barcelone
20 D Pereira, AndreaAndrea Pereira  (29 ans) 14 1 FC Barcelone
22 M Oroz, MaiteMaite Oroz  (24 ans) 1 0 Real Madrid
7 M Corredera, MartaMarta Corredera  (31 ans) 66 5 Real Madrid
11 M Putellas, AlexiaAlexia Putellas  (28 ans) 65 13 FC Barcelone
12 M Guijarro, PatriciaPatricia Guijarro  (24 ans) 16 3 FC Barcelone
14 M Torrecilla, VirginiaVirginia Torrecilla  (28 ans) 53 6 Atlético de Madrid
15 M Meseguer, SilviaSilvia Meseguer  (33 ans) 64 5 Atlético de Madrid
18 M Bonmatí, AitanaAitana Bonmatí  (24 ans) 12 1 FC Barcelone
19 M Sampedro, AmandaAmanda Sampedro  (29 ans) 45 11 Atlético de Madrid
21 M Falcón, AndreaAndrea Falcón  (25 ans) 7 1 Atlético de Madrid
9 A Caldentey, MarionaMariona Caldentey  (26 ans) 20 2 FC Barcelone
10 A Hermoso, JenniferJennifer Hermoso  (32 ans) 66 27 FC Barcelone
17 A García, LucíaLucía García  (24 ans) 13 0 Athletic Bilbao
22 A García, NahikariNahikari García  (25 ans) 7 1 Real Madrid
Sélectionneur
  • Jorge Vilda



Légende

Mise à jour de l'effectif le du 20 mai 2019


Les numéros sont donnés à titre indicatif, ceux-ci pouvant évoluer en fonction des compositions d'équipe successives.|

Notes et références

Notes

  1. Antiguo campo Municipal del Getafe C.F. muy próximo al actual Coliseum Alfonso Pérez.
  2. Estadio del Málaga C.F.
  3. Antiguo estadio del Real Murcia, actualmente usado por el Murcia Csites (equipo de fútbol americano) y el Club Universitario de rugby UCAM Murcia.
  4. Estadio del Real Zaragoza.
  5. Antiguo estadio del Córdoba C.F.
  6. Antiguo estadio del C.D. Badajoz.

Références

  1. « Spain's women add to La Roja euphoria »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), FIFA (consulté le )
  2. « Classement mondial féminin de la FIFA », sur fr.fifa.com, (consulté le ).
  3. a b c d e f g et h As.com, « Inicios de la Selección femenina » (consulté le )
  4. El fútbol femenino español, una historia centenaria rtve.es
  5. (es)Vicente Martínez Calatrava, Los primeros pasos del futbol femenino en España, Cuadernos de Fútbol, nº 20, 1er avril 2011, (ISSN 1989-6379), lire en ligne
  6. a b c et d Anna Carreau, « Le jour où 19 joueuses espagnoles ont défié Franco », sur sofoot.com, So Foot, .
  7. (es) « El bautismo oficial de la selección », Diario Marca (consulté le )
  8. (es) « Las internacionales piden la dimisión de Quereda », sur www.marca.com, (consulté le )
  9. Les Espagnoles en rébellion contre un sélectionneur machiste, Sports.fr, 23 juin 2015
  10. (es) « Temprado: "No recrimino a Natalia que fallara tres goles en cinco minutos" », sur www.marca.com, (consulté le )
  11. (es) « Del Bosque cree que las jugadoras no han seguido los cauces correctos », sur Marca.com, (consulté le )
  12. (es) Ana Rossell: "La solución debe ir más allá de un cambio de seleccionador", EcoDiario.es, 8 juillet 2015
  13. (es) Villar elude responder a Tebas, marca.com, 16 juillet 2015
  14. El polémico Quereda dimite como seleccionador del fútbol femenino, El País, 31 juillet 3015
  15. avec AFP, « Football. De vives tensions entre les joueuses espagnoles et leur sélectionneur Jorge Vilda », sur ouest-france.fr, Ouest-France, .
  16. « Sélection Espagnoles », sur Eurosport, (consulté le )

Voir aussi

Article connexe