Élections régionales de 2023 à Berlin

Élections régionales de 2023 à Berlin
159 sièges de la Chambre des députés
(Majorité absolue : 80 sièges)
Type d’élection Élections législatives régionales
Corps électoral et résultats
Inscrits 2 431 776
Votants 1 529 558
62,90 % en diminution 12,8
Votes exprimés 1 516 860
Votes nuls 11 039
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
CDU – Kai Wegner
Voix 428 228
28,23 %
en augmentation 10,2
Députés élus 52 en augmentation 22
Crédit image:
Sandro Halank, Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0
licence CC BY-SA 4.0 🛈
SPD – Franziska Giffey
Voix 279 017
18,39 %
en diminution 3,1
Députés élus 34 en diminution 2
Crédit image:
gruene.de
licence CC BY 3.0 🛈
Grünen – Bettina Jarasch
Voix 278 964
18,39 %
en diminution 0,5
Députés élus 34 en augmentation 2
Crédit image:
Sandro Halank, Wikimedia Commons, CC-BY-SA 3.0
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Linke – Klaus Lederer
Voix 185 119
12,20 %
en diminution 1,8
Députés élus 22 en diminution 2
Crédit image:
Martin Rulsch, Wikimedia Commons
licence CC BY-SA 4.0 🛈
AfD – Kristin Brinker
Voix 137 871
9,09 %
en augmentation 1,1
Députés élus 17 en augmentation 4
Crédit image:
Harry Schnitger / Freie Demokratische Partei
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
FDP – Sebastian Czaja
Voix 70 416
4,64 %
en diminution 2,5
Députés élus 0 en diminution 12
Parti en tête par circonscription.
Carte
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
19e législature de la Chambre des députés
Diagramme
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Bourgmestre-gouverneur
Sortante Élu
Franziska Giffey
SPD
Kai Wegner
CDU
wahlen-berlin.de

Les élections régionales de 2023 à Berlin (en allemand : Wahl zum Abgeordnetenhaus von Berlin 2023) se tiennent le , afin de réélire les 130 députés de la 19e législature de la Chambre des députés pour la fin du mandat de cinq ans commencé en 2021. En application de la loi électorale, 159 députés sont finalement élus.

Pour la première fois depuis les élections de 1999, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) arrive en tête. Elle devance ainsi le Parti social-démocrate, qui distance lui-même Les Verts d'une centaine de voix.

Bien que les trois partis de la coalition au pouvoir soient en recul, ils conservent leur majorité absolue en sièges. Cependant, deux semaines après la tenue du scrutin, le Parti social-démocrate renonce à reconduire la majorité sortante et ouvre des négociations avec l'Union chrétienne-démocrate, arrivée en tête. Les deux partis s'étant entendus pour constituer une grande coalition, le chrétien-démocrate Kai Wegner prend la direction du gouvernement régional.

Contexte

Lors des élections régionales du 26 septembre 2021, le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), au pouvoir depuis vingt ans, de Franziska Giffey conserve sa première place devant l'Alliance 90/Les Verts (Grünen) de Bettina Jarasch[1]. La journée électorale est marquée par un chaos logistique : les électeurs doivent parfois patienter plus d'une heure pour voter, certains bureaux de vote disposent des bulletins de vote d'une circonscription différente, les contraignant à fermer et à déclarer nuls les mauvais bulletins glissés dans l'urne, et le ravitaillement en bulletins est perturbé par la tenue concomitante du marathon[2].

Franziska Giffey est élue le suivant bourgmestre-gouverneure par 84 voix pour et 52 contre[3]. Un mois plus tôt, elle avait conclu un accord de « coalition rouge-rouge-verte » entre son SPD, les Grünen et Die Linke[4].

Le , à la suite d'une plainte déposée par la direction régionale des élections et les partis Alternative pour l'Allemagne (AfD) et Die PARTEI, le président de la Cour constitutionnelle de Berlin indique, lors de la séance publique de plaidoirie, qu'il considère que les erreurs de gestion et les problèmes d'organisation ont influencé le résultat des élections, donc la composition de la Chambre des députés, ce qui doit conduire à la tenue d'un nouveau scrutin[5]. La Cour constitutionnelle prononce, le , l'annulation des élections de 2021 en raison des conditions chaotiques dans lesquelles elles se sont tenues, ce qui oblige à l'organisation d'un nouveau scrutin dans un délai de quatre-vingt-dix jours[6].

Dans la mesure où il s'agit d'une répétition des dernières élections, ordonnée par la justice, et non d'une dissolution de la Chambre décidée conformément à la Constitution régionale, les députés élus continueront la législature entamée à la suite des élections de 2021[7]. Le directeur régional des Élections annonce le jour même du verdict que le scrutin est convoqué pour le , soit le dernier dimanche possible dans la limite du délai des quatre-vingt-dix jours[8].

Violences lors du réveillon de Nouvel An

La nuit du Nouvel An 2023 a été émaillée de violences sans précédent contre les services d'urgence à Berlin, principalement dans le district de Berlin-Neukölln. Ceux-ci ont été attaqués à coups de feux d'artifice et victimes de jets de bouteilles et autres objets. 15 pompiers et 18 policiers ont été blessés lors de ces attaques. Les vandales ont aussi incendié un bus[9].

Parmi les 159 personnes interpellées, la majorité est issue de l'immigration ; 45 sont de nationalité allemande, 27 sont afghans et 21 sont syriens. Ces attaques relancent ainsi le débat sur l'immigration et l'intégration, le président de la CDU-CSU au Bundestag Jens Spahn pointant des problèmes d'intégration comme responsables des émeutes[10].

Des interdictions concernant la vente de feux d'artifice sont aussi discutées par la gauche.

Les sénateurs de Berlin Iris Spranger (SPD) et Klaus Lederer (Die Linke) se sont prononcés en faveur de telles interdictions[11]. La CDU, le FDP et l'AfD se sont en revanche prononcés contre de telles mesures[12].

Mode de scrutin

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Siège de la Chambre des députés.

La Chambre des députés est constituée de 130 députés (Abgeordnete), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare[13].

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (Erststimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription, selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, la ville comptant un total de 78 circonscriptions ; la seconde voix (Zweitstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau de la ville ou de son arrondissement, la ville disposant de 12 arrondissements.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 130 sièges est répartie en proportion des secondes voix entre les partis ayant remporté au moins 5 % des suffrages exprimés au niveau de la ville ou au moins une circonscription. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci. Pour les partis ayant présenté leurs listes au niveau des arrondissements, la répartition proportionnelle est répétée pour chaque arrondissement.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, il conserve ces mandats supplémentaires et des mandats complémentaires sont attribués aux autres partis afin de rétablir une composition de la Chambre des députés proportionnelle aux secondes voix.

Campagne

Organisée le , la conférence des délégués de l'Alliance 90/Les Verts (Grünen) désigne Bettina Jarasch , sénatrice à l'Environnement, pour être la cheffe de file électorale du parti par 92,5 % des voix. Celle-ci dit souhaiter la reconduction de la coalition « rouge-rouge-verte » avec le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) et Die Linke (Linke), tout en revendiquant d'en prendre cette fois-ci la direction. Elle critique par ailleurs le sénateur au Développement urbain, le social-démocrate Andreas Geisel , en ce qu'il était précédemment sénateur à l'Intérieur, chargé de la supervision du processus électoral de [14].

Le , un congrès régional de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), marqué par la présence du président fédéral du parti, Friedrich Merz, investit Kai Wegner comme chef de file électoral avec une seule abstention parmi les 300 délégués. Friedrich Merz déclare que son objectif est de faire de la CDU la première force politique berlinoise et Kai Wegner se dit prêt à gouverner avec l'Alliance 90/Les Verts et le Parti libéral-démocrate (FDP)[15].

Le Parti libéral-démocrate (FDP) choisit, le , Sebastian Czaja comme chef de file électoral. Celui-ci reçoit l'investiture du parti à l'unanimité des délégués présents à la conférence spéciale convoquée par le parti[16].

Principales forces

Parti Idéologie Chef de file Résultats en 2021
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre gauche
Social-démocratie, troisième voie, progressisme
Franziska Giffey
Bourgmestre-gouverneure
21,4 % des voix
36 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Centre gauche
Écologie, progressisme
Bettina Jarasch
Sénatrice à l'Environnement
18,9 % des voix
32 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéral-conservatisme
Kai Wegner 18,1 % des voix
30 députés
Die Linke
La Gauche
Extrême gauche à gauche
Socialisme démocratique, anticapitalisme, populisme
Klaus Lederer
Sénateur à la Culture
14,0 % des voix
24 députés
Alternative pour l'Allemagne
Alternative für Deutschland
Droite à extrême droite
Euroscepticisme, national-conservatisme, populisme
Kristin Brinker 8,0 % des voix
13 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre droit à droite
Libéralisme, libéralisme économique
Sebastian Czaja 7,2 % des voix
12 députés

Sondages

Sondages en vue des élections régionales de 2023 à Berlin[17],[18]
Institut Date CDU SPD Grünen FDP Linke AfD
Forschungsgruppe Wahlen 09/02/2023 25 % 21 % 17 % 6 % 11 % 10 %
INSA 09/02/2023 25 % 19 % 18 % 6 % 12 % 10 %
Forsa 05/02/2023 26 % 17 % 18 % 5 % 12 % 10 %
Forschungsgruppe Wahlen 03/02/2023 24 % 21 % 18 % 6 % 11 % 10 %
Infratest dimap 02/02/2023 25 % 19 % 18 % 6 % 12 % 10 %
Infratest dimap 18/01/2023 23 % 18 % 21 % 6 % 11 % 11 %
Civey 12/01/2023 22 % 18 % 18 % 7 % 12 % 12 %
Wahlkreisprognose 09/01/2023 22,5 % 19,5 % 20 % 4 % 12,5 % 11 %
INSA 21/12/2022 21 % 21 % 20 % 6 % 12 % 10 %
Wahlkreisprognose 14/12/2022 20 % 20 % 20,5 % 5 % 12,5 % 11 %
Infratest dimap 23/11/2022 21 % 19 % 22 % 5 % 11 % 10 %
INSA 16/11/2022 21 % 20 % 20 % 7 % 12 % 10 %
Infratest dimap 21/09/2022 21 % 17 % 22 % 6 % 12 % 10 %
INSA 12/07/2022 20 % 20 % 21 % 7 % 12 % 8 %
INSA 19/06/2022 21 % 21 % 20 % 8 % 12 % 8 %
Infratest dimap 23/03/2022 20 % 20 % 21 % 8 % 12 % 8 %
INSA 14/12/2021 19 % 22 % 20 % 7 % 15 % 9 %
Élections 26/09/2021 18,1 % 21,4 % 18,9 % 7,2 % 14,0 % 8,0 %

Résultats

Voix et sièges

Résultats des élections régionales de 2023 à Berlin[19]
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Partis Circonscriptions Liste Total
sièges
+/-
Votes % Sièges +/- Votes % +/- Sièges
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 449 990 29,71 48 en augmentation 27 428 228 28,23 en augmentation 10,17 4 52 en augmentation 22
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 301 851 19,93 4 en diminution 22 279 017 18,39 en diminution 3,05 30 34 en diminution 2
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 290 026 19,15 20 en diminution 3 278 964 18,39 en diminution 0,49 14 34 en augmentation 2
Die Linke (Linke) 186 473 12,31 4 en diminution 2 185 119 12,20 en diminution 1,83 18 22 en diminution 2
Alternative pour l'Allemagne (AfD) 136 426 9,01 2 en stagnation 137 871 9,09 en augmentation 1,09 15 17 en augmentation 4
Parti libéral-démocrate (FDP) 58 381 3,86 0 en stagnation 70 416 4,64 en diminution 2,51 0 0 en diminution 12
Parti de protection des animaux (Tierschutz) 43 924 2,90 0 en stagnation 36 273 2,39 en augmentation 0,19 0 0 en stagnation
Die PARTEI 25 120 1,66 0 en stagnation 21 570 1,42 en diminution 0,38 0 0 en stagnation
Volt 14 047 0,93 en diminution 0,18 0 0 en stagnation
Parti des bases démocratiques d'Allemagne (dieBasis) 11 505 0,76 0 en stagnation 8 342 0,55 en diminution 0,71 0 0 en stagnation
Les Gris (Die Grauen) 6 447 0,43 en diminution 0,26 0 0 en stagnation
Team Todenhöfer 6 326 0,42 en diminution 0,61 0 0 en stagnation
Les Panthères grises (Graue Panther) 6 275 0,41 en diminution 0,08 0 0 en stagnation
Parti des pirates (PIRATEN) 1 184 0,08 0 en stagnation 5 145 0,34 en diminution 0,07 0 0 en stagnation
Liste du climat de Berlin (Klimaliste) 4 103 0,27 Nv 0 0 en stagnation
Électeurs libres (FW) 5 666 0,37 0 en stagnation 3 923 0,26 en diminution 0,58 0 0 en stagnation
Mieterpartei 973 0,06 0 en stagnation 3 902 0,26 Nv 0 0 en stagnation
Autres 3 048 0,20 0 20 892 1,38 0 0
Votes valides 1 514 567 99,02 1 516 860 99,17
Votes blancs et nuls 13 409 0,88 11 039 0,72
Total 1 529 558 100 78 en stagnation 1 529 558 100 81 159 en augmentation 12
Abstentions 902 218 37,10 902 218 37,10
Inscrits / participation 2 431 776 62,90 2 431 776 62,90

Analyse

Progressant de l'ordre de dix points, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) prend la première place des forces politiques, une situation inédite depuis les élections de 1999. Il devance largement le Parti social-démocrate, auteur à nouveau de son plus mauvais résultat depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale dans la ville. Celui-ci surclasse d'à peine 105 voix Les Verts. Le Parti libéral-démocrate (FDP) échoue à conserver sa représentation parlementaire[20],[21].

Utilisant une rhétorique plutôt agressive, la CDU obtient d'excellents résultats dans la périphérie berlinoise, au-delà de la ligne circulaire du S-Bahn, alors que les Verts obtiennent leurs meilleurs scores à l'intérieur de la zone délimitée par cette même ligne. En dépit d'un mauvais résultat pour les trois partis la constituant, la coalition rouge-rouge-verte au pouvoir confirme sa majorité parlementaire et peut donc envisager sa reconduction. Les Verts ont en effet exclu toute alliance noire-verte avec la CDU, arithmétiquement possible, en raison de désaccords sur la politique des transports, tandis que le SPD refuse une éventuelle grande coalition en raison des déboires électoraux qu'il connaît généralement aux élections suivantes[20],[22],[23].

Géographie électorale

Différences Berlin Est-Ouest[24]
Territoire CDU SPD Grünen Linke AfD FDP Autres
Ex-Berlin-Ouest 31,1 % 19,9 % 19,8 % 9,0 % 6,8 % 5,3 % 8,1 %
Ex-Berlin-Est 24,3 % 16,4 % 16,4 % 16,6 % 12,2 % 3,7 % 10,4 %
Total 28,2 % 18,4 % 18,4 % 12,2 % 9,1 % 4,6 % 9,1 %

Sociologique

Sondage Forschungsgruppe Wahlen[25]
Catégorie CDU SPD Grünen Linke AfD FDP
Sexe
Hommes 29 % 17 % 18 % 12 % 10 % 5 %
Femmes 27 % 20 % 19 % 13 % 8 % 4 %
Âge
Moins de 30 ans 14 % 10 % 26 % 19 % 6 % 7 %
30-44 ans 21 % 14 % 27 % 13 % 9 % 5 %
45-59 ans 32 % 18 % 19 % 9 % 11 % 5 %
Plus de 60 ans 38 % 26 % 9 % 11 % 9 % 3 %
Statut
Ouvrier 31 % 19 % 9 % 10 % 18 % 2 %
Employé 27 % 19 % 20 % 12 % 8 % 4 %
Fonctionnaire 41 % 23 % 15 % 7 % 5 % 5 %
Indépendant 28 % 15 % 22 % 14 % 7 % 6 %
Études
Hauptschulabschluss 39 % 24 % 4 % 6 % 16 % 3 %
Mittlere Reife 36 % 19 % 7 % 9 % 16 % 4 %
Abitur (baccalauréat) 26 % 17 % 20 % 13 % 7 % 6 %
Hochschulabschluss (supérieur) 22 % 17 % 29 % 15 % 4 % 6 %

Suite et conséquences

Le , le directeur des élections de Berlin indique que 466 votes par correspondance n'ont pas été comptés dans le district de Lichtenberg, en raison d'une erreur d'acheminement vers la commission électorale. Leur dépouillement est programmé pour le lendemain, afin que la commission puisse proclamer les résultats du district le [26]. Le , les résultats définitifs sont proclamés par la commission électorale régionale, et certifient que le SPD a devancé les Grünen de 53 voix[27].

La semaine qui suit la tenue du scrutin, des discussions exploratoires suivant plusieurs configurations ont lieu entre les différents partis : l'Union chrétienne-démocrate rencontre le Parti social-démocrate ainsi que Les Verts, tandis que ces deux derniers échangent également avec Die Linke[28],[29].

Le , alors que Die Linke approuve formellement de négocier la reconduction de la coalition rouge-rouge-verte au pouvoir, le journal Der Tagesspiegel révèle que Franziska Giffey serait encline à proposer la formation d'une grande coalition entre la CDU et le SPD[30]. En effet, le lendemain, la direction régionale des sociaux-démocrates vote, par 25 voix pour et 12 contre, en faveur de négociations avec les chrétiens-démocrates, car Franziska Giffey — selon le Berliner Zeitung — ne croit pas en la possibilité de rééditer son alliance avec les écologistes et la gauche radicale[31]. La CDU se prononce dans le même sens, le , à l'unanimité de ses dirigeants[32].

Les deux partis annoncent avoir conclu un contrat de coalition le , qui prévoit notamment l'attribution à chacun d'eux de cinq départements exécutifs. Le poste de bourgmestre-gouverneur est réservé à Kai Wegner. La CDU obtient les départements de l'Environnement, de l'Éducation, des Finances, de la Justice et de la Culture. Le SPD reçoit ceux de l'Intérieur, du Logement, du Travail, de l'Économie et de la Santé[33]. Le , le SPD informe que ses adhérents ont approuvé l'accord de coalition lors d'un référendum interne, par 54,3 %, un résultat serré en raison de l'opposition interne exprimée par la jeune génération et plusieurs sections locales[34].

L'élection du bourgmestre-gouverneur se tient quatre jours plus tard, le , à la Chambre des députés, et se révèle particulièrement chaotique. En dépit d'un vote-test interne au groupe des députés SPD et de l'accord de grande coalition, Kai Wegner ne remporte l'investiture qu'au troisième tour de scrutin. Victime de dissidences parmi les parlementaires du Parti social-démocrate, il recueille 71 voix sur 159 au premier tour, puis 79 au deuxième, quand la majorité absolue de 80 voix était requise. Il l'emporte finalement au scrutin suivant, par 86 voix, soit l'exact total de la nouvelle alliance gouvernementale[35].

Notes et références

  1. « Franziska Giffey, première femme élue à la mairie de Berlin », Euronews,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. (en) « German election: Berlin voters face polling station chaos », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. (de) « Giffey zur Regierenden Bürgermeisterin gewählt », Tagesschau,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (de) « Berlin: Das steht im Koalitionsvertrag von SPD, Grünen und Linken », Berliner Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. (en) « Judge: Berlin will likely need to repeat its 2021 election », Associated Press,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) « Berlin state elections declared void », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (de) « Legislaturperiode in Berlin läuft auch im Fall einer Wiederholungswahl weiter », RBB,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (de) « Berlin-Wahl muss wegen Pannen komplett wiederholt werden », Der Tagesspiegel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. (de) Christian Gehrke,Alexander Schmalz, « Silvester-Bilanz der Polizei Berlin: 103 Festnahmen, 18 Beamte verletzt », sur Berliner Zeitung, (consulté le )
  10. (de) tagesschau.de, « Übergriffe in der Silvesternacht: Diskussion über "gescheiterte Integration" », sur tagesschau.de (consulté le )
  11. (de) « Berlin diskutiert Böllerverbote - Bund lehnt stärkere Einschränkungen ab », sur www.rbb24.de (consulté le )
  12. (de) tagesschau.de, « Neujahrsnacht: Angriffe, Unfälle und eine neue Debatte », sur tagesschau.de (consulté le )
  13. (de) « Berlin », sur wahlrecht.de, (consulté le ).
  14. (de) Boris Hermel, « Berliner Grüne küren Bettina Jarasch mit deutlicher Mehrheit zur Spitzenkandidatin », Rbb24 Inforadio,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. (de) Deutsche Presse-Agentur, « Berliner CDU will mit Wegner "System SPD" beenden », Die Zeit,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. (de) « Berliner FDP bestätigt Sebastian Czaja als Spitzenkandidaten », Rbb24 Inforadio,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. (de) « Umfragen Berlin (#aghw, #ltwbe) », sur wahlrecht.de (consulté le ).
  18. (de) Philipp Guttmann, « Abgeordnetenhauswahl Berlin: Neueste Wahlumfragen im Wahltrend | Sonntagsfrage #aghw », sur DAWUM, (consulté le )
  19. (de) Landeswahlleiter, « Wiederholungswahl zum 19. Abgeordnetenhaus von Berlin am Sonntag, dem 12. Februar 2023 (Hauptwahl vom 26.09.2021) », (consulté le ).
  20. a et b (de) « CDU gewinnt die Berlin-Wahl deutlich - SPD nur 105 Stimmen vor den Grünen », RBB24,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Berlin : revers électoral pour le parti du chancelier allemand Olaf Scholz », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. (de) Sebastian Schöbel, « CDU gewinnt die Berlin-Wahl deutlich - SPD nur 105 Stimmen vor den Grünen », RBB24,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Politique. Allemagne : claque électorale pour le parti d’Olaf Scholz à Berlin », sur Courrier international, (consulté le ).
  24. (de) « Wiederholungswahl am 12. Februar 2023. Abgeordnetenhaus Bezirksverordnetenversammlung. Tabellen, Grafiken und Karten. Endgültiges Ergebnis », sur statistischebibliothek.de (consulté le ).
  25. (de) « Soziale Gruppen », sur www.zdf.de (consulté le ).
  26. (de) « Nicht gezählte Wahlbriefe entdeckt - Stimmen werden ab 9:30 Uhr öffentlich ausgezählt », RBB24,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. (de) Dominik Rzepka, « SPD nur noch 53 Stimmen vor den Grünen », ZDF,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. (de) « Berliner SPD will mit Linken und Grünen am Donnerstag weitersondieren », RBB24,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. (de) Elmar Schütze, « Nach der Berlin-Wahl: Kommt jetzt die schwarz-grüne Koalition? », Berliner Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. (de) Robert Kiesel, « Möglicher Regierungswechsel: Berliner Linke warnt vor „sozialem Rollback“ », Der Tagesspiegel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. (de) Kathrin Merz, Maximilian Beer et Christian Gehrke, « GroKo für Berlin? CDU und SPD wollen koalieren », Berliner Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. (de) « Berlin: CDU will mit SPD Koalitionsverhandlungen aufnehmen », Der Spiegel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. (de) « Berlin: CDU und SPD einigen sich auf Koalitionsvertrag », Der Spiegel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. (de) « SPD-Mitglieder stimmen für Koalition mit CDU », RBB,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. (en) « Berlin: Wegner becomes the new mayor in the third ballot », News in Germany,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes