Élections régionales de 2011 en Rhénanie-Palatinat

Élections régionales de 2011 en Rhénanie-Palatinat
101 sièges du Landtag
(Majorité absolue : 51 sièges)
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 088 199
Votants 1 908 734
61,81 % en augmentation 3,6
Votes exprimés 1 868 187
Blancs et nuls 40 547
Crédit image:
licence CC BY-SA 2.0 de 🛈
SPD – Kurt Beck
Voix 666 817
35,69 %
en diminution 9,9
Députés élus 42 en diminution 11
Crédit image:
Kerstin Bänsch
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
CDU – Julia Klöckner
Voix 658 474
35,25 %
en augmentation 2,5
Députés élus 41 en augmentation 3
Grünen – Eveline Lemke
Voix 288 489
15,44 %
en augmentation 10,8
Députés élus 18 en augmentation 18
Vainqueur par circonscription
Carte
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Ministre-président
Sortant Élu
Kurt Beck
SPD
Kurt Beck
SPD
election.de

Les élections régionales de 2011 en Rhénanie-Palatinat (en allemand : Landtagswahl in Rheinland-Pfalz 2011) se tiennent le , afin d'élire les 101 députés de la 16e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans.

Le scrutin est marqué par la victoire du SPD du ministre-président Kurt Beck, qui devance de justesse la CDU de Julia Klöckner et perd sa majorité absolue, conquise en . Beck assure son maintien au pouvoir en s'associant avec les Grünen.

Contexte

Lors des élections régionales du , le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), au pouvoir depuis , remporte la majorité absolue des sièges au Landtag avec 53 députés sur 101 et 45,6 % des suffrages exprimés.

L'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), qui a gouverné le Land entre et , est donc nettement distancée, totalisant 38 parlementaires et 32,8 % des voix. Seul le Parti libéral-démocrate (FDP) parvient à entrer également au Landtag. Partenaire de coalition du SPD depuis 15 ans, il réunit 8 % des suffrages, ce qui lui accorde les dix mandats restant. L'Alliance 90 / Les Verts (Grünen) subit un revers puisqu'elle perd sa représentation parlementaire avec seulement 4,6 % des voix, tandis que l'Alternative électorale travail et justice sociale (WASG) échoue à en obtenir une en réalisant un score de 2,5 %.

Kurt Beck, ministre-président depuis , assure donc son maintien au pouvoir et forme son quatrième cabinet, constitué et soutenu par le seul Parti social-démocrate. À cette époque, il fait partie des quatre chefs de gouvernement régional à ne pas gouverner en coalition, étant le seul social-démocrate dans ce cas.

Aux élections fédérales du , le SPD s'effondre totalement avec seulement 23,8 % des suffrages. Il est largement distancé par la CDU, qui devient le premier parti du Land avec 35 %, et talonné par le FDP, qui réalise une percée à 16,6 %. Comptant 9,7 % des voix, les Grünen atteignent la quatrième place et devancent de peu Die Linke, successeur de la WASG et qui parvient à réunir 9,4 % des suffrages.

Mode de scrutin

Le Landtag est constitué de 101 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Sainte-Laguë.

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (Wahlkreisstimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 51 circonscriptions ; la seconde voix (Landesstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 101 sièges est répartie proportionnellement aux secondes voix entre les partis ayant remporté au moins 5 % des suffrages exprimés au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, il conserve ces mandats supplémentaires et la taille du Landtag est augmentée par des mandats complémentaires distribués aux autres partis pour rétablir une composition proportionnelle aux secondes voix.

Campagne

Principaux partis et chefs de file

Parti Idéologie Chef de file Résultats de 2006
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre gauche
Social-démocratie, troisième voie, progressisme
Kurt Beck
(Ministre-président)
45,6 % des voix
53 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéral-conservatisme
Julia Klöckner 32,8 % des voix
38 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre droit à droite
Libéralisme, libéralisme économique
Herbert Mertin 8,0 % des voix
10 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Centre gauche
Écologie politique, progressisme
Eveline Lemke et
Daniel Köbler
4,6 % des voix
0 député
Die Linke
La Gauche
Extrême gauche à gauche
Socialisme démocratique, anticapitalisme, populisme
Robert Drumm et
Tanja Krauth
2,6 % des voix
0 député

Sondages

Sondages en vue des élections régionales de 2011 en Rhénanie-Palatinat[1]
Institut Date CDU SPD Verts FDP Linke
Emnid 25/03/2011 35,0 % 38,0 % 13,0 % 5,0 % 4,0 %
Emnid 20/03/2011 34,0 % 37,0 % 14,0 % 6,0 % 4,0 %
Infratest 17/03/2011 36,0 % 36,0 % 13,0 % 5,0 % 4,0 %
Emnid 12/03/2011 34,0 % 39,0 % 10,0 % 6,0 % 5,0 %
Emnid 04/03/2011 34,0 % 40,0 % 11,0 % 5,0 % 5,0 %
Emnid 27/02/2011 36,0 % 38,0 % 12,0 % 5,0 % 5,0 %
Emnid 20/02/2011 35,0 % 38,0 % 12,0 % 5,0 % 5,0 %
Emnid 13/02/2011 34,0 % 40,0 % 13,0 % 4,0 % 5,0 %
Emnid 06/02/2011 36,0 % 38,0 % 13,0 % 4,0 % 5,0 %
FgW 04/02/2011 35,0 % 37,0 % 13,0 % 5,0 % 4,0 %
Infratest 27/01/2011 37,0 % 37,0 % 13,0 % 5,0 % 5,0 %
Emnid 19/12/2010 37,0 % 39,0 % 11,0 % 4,0 % 4,0 %
Psephos 14/12/2010 35,0 % 41,0 % 10,0 % 5,0 % 5,0 %
Infratest 09/12/2010 35,0 % 35,0 % 16,0 % 5,0 % 5,0 %
Infratest 23/09/2010 34,0 % 36,0 % 16,0 % 4,0 % 5,0 %
Dernières élections 26/03/2006 32,8 % 45,6 % 4,6 % 8,0 % 2,5 %

Résultats

Voix et sièges

Résultats des élections régionales de 2011 en Rhénanie-Palatinat[2]
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Partis Circonscriptions Liste Total
sièges
+/-
Votes % Sièges +/− Votes % Sièges
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 699 572 37,71 23 en diminution 10 666 817 35,69 19 42 en diminution 11
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 684 065 36,87 28 en augmentation 10 658 474 35,25 13 41 en augmentation 3
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 263 703 14,21 0 en stagnation 288 489 15,44 18 18 en augmentation 18
Parti libéral-démocrate (FDP) 82 340 4,44 0 en stagnation 79 343 4,25 0 0 en diminution 10
Die Linke (Linke) 60 044 3,24 0 en stagnation 56 054 3,00 0 0 en stagnation
Électeurs libres (FW) 35 360 1,91 0 en stagnation 43 348 2,32 0 0 en stagnation
Parti des pirates (PIRATEN) 8 806 0,47 0 en stagnation 29 319 1,57 0 0 en stagnation
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) 7 282 0,39 0 en stagnation 20 586 1,10 0 0 en stagnation
Les Républicains (REP) 7 646 0,41 0 en stagnation 15 600 0,84 0 0 en stagnation
Parti écologiste-démocrate (ÖDP) 4 706 0,25 0 en stagnation 6 997 0,37 0 0 en stagnation
Parti démocratique allemand (DDP) 0 0,00 0 en stagnation 1 656 0,09 0 0 en stagnation
Mouvement des droits civils Solidarité (BüSo) 183 0,01 0 en stagnation 1 504 0,08 0 0 en stagnation
Autres 1 425 0,08 0 en stagnation 0 0,00 0 0 en stagnation
Votes valides 1 855 136 97,19 1 868 187 97,88
Votes blancs et nuls 53 598 2,81 40 547 2,12
Total 1 908 734 100 51 en stagnation 1 908 734 100 50 101 en stagnation
Abstentions 1 179 465 38,19 1 179 465 38,19
Inscrits / participation 3 088 199 61,81 3 088 199 61,81

Analyse

En recul de près de dix points, le SPD du ministre-président Kurt Beck connaît un fort désaveu. Il perd ainsi la majorité absolue qu'il avait acquise en après 15 ans de « coalition sociale-libérale ». S'il sauve sa place de première force politique du Land avec à peine 8 400 voix d'avance, il est battu en nombre de circonscriptions.

Ce revers ne fait pas le jeu des partis situés au centre droit. Alors que la CDU de l'ancienne secrétaire d'État parlementaire fédérale Julia Klöckner progresse de seulement trois députés, le FDP tombe sous la barre des 5 % et quitte donc le Landtag où il siège depuis 25 ans. Le succès notable du scrutin provient du score des Grünen, qui triplent leur résultat de et font un retour triomphal au sein de l'assemblée parlementaire avec plus de 15 % des suffrages exprimés, signant leur quatrième meilleur score dans une élection parlementaire.

Conséquences

Le , Kurt Beck est investi ministre-président de Rhénanie-Palatinat et forme son cinquième cabinet, constitué et soutenu par une « coalition rouge-verte ».

Notes et références

  1. (de) « Sonntagsfrage – Rheinland-Pfalz (Wahlumfrage, Wahlumfragen) », sur wahlrecht.de (consulté le ).
  2. (de) « Rheinland-Pfalz - Wahl zum 16.Landtag am 27.März 2011 », sur election.de (consulté le )

Voir aussi

Articles connexes