Élections régionales de 2009 en Thuringe

Élections régionales de 2009 en Thuringe
88 députés du Landtag
(Majorité absolue : 45 députés)
Type d’élection Élection législative régionale
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 910 074
Votants 1 073 651
56,21 % en augmentation 2,4
Votes exprimés 1 054 297
Votes nuls 19 354
Crédit image:
Auteur inconnuUnknown author
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
CDU – Dieter Althaus
Voix 329 302
31,23 %
en diminution 11,7
Députés élus 30 en diminution 15
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
Linke – Bodo Ramelow
Voix 288 915
27,40 %
en augmentation 1,3
Députés élus 27 en diminution 1
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
SPD – Christoph Matschie
Voix 195 363
18,53 %
en augmentation 4,1
Députés élus 18 en augmentation 3
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
FDP – Uwe Barth
Voix 80 600
7,64 %
en augmentation 4
Députés élus 7 en augmentation 7
Crédit image:
Gerd Seidel / Rob Irgendwer
licence CC BY-SA 3.0 de 🛈
Grünen – Astrid Rothe-Beinlich
Voix 64 912
6,16 %
en augmentation 1,6
Députés élus 6 en augmentation 6
Ministre-président
Sortant Élue
Dieter Althaus
CDU
Christine Lieberknecht
CDU
wahlen.thueringen.de

Les élections régionales de 2009 en Thuringe (en allemand : Landtagswahl in Thüringen 2009) se tiennent le , afin d'élire les 88 députés de la 5e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans.

Le scrutin est marqué par la victoire de l'Union chrétienne-démocrate, qui perd sa majorité absolue acquise en et réalise son plus mauvais résultat régional. Christine Lieberknecht est ensuite investie ministre-présidente à la tête d'une « grande coalition » avec le Parti social-démocrate.

Contexte

Aux élections régionales du 13 juin 2004, l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) du ministre-président Dieter Althaus, arrivé au pouvoir en , reste la première force politique de la Thuringe. Elle totalise 43 % des voix, ce qui lui permet de faire élire 45 députés, soit l'exacte majorité absolue au Landtag.

Le Parti du socialisme démocratique (PDS) se maintient à la deuxième place après avoir réuni 26,1 % des suffrages exprimés et 28 parlementaires, assez loin devant le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) qui tombe à 14,5 % des voix et 15 élus. Rassemblant 4,5 % des exprimés, l'Alliance 90 / Les Verts (Grünen) échouent donc à revenir au Landtag, tout comme le Parti libéral-démocrate (FDP) qui remporte 3,6 % des suffrages. Ces deux partis en sont absents depuis dix ans et leur faible score permet à la CDU de maintenir sa majorité absolue, alors qu'elle perd huit points par rapport à .

Althaus est ensuite investi pour un second mandat et forme un cabinet monocolore dans lequel la ministre des Finances Birgit Diezel est vice-ministre-présidente. Le , il est victime d'un grave accident de ski qui le tient éloigné du pouvoir. Jusqu'au , son adjointe assume donc l'intérim de la direction de l'exécutif du Land.

Mode de scrutin

Le Landtag est constitué de 88 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare/Niemayer[1].

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (Wahlkreisstimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 44 circonscriptions ; la seconde voix (Landesstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 88 sièges est répartie proportionnellement aux secondes voix entre les partis ayant remporté au moins 5 % des suffrages exprimés au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, il conserve ces mandats supplémentaires et la taille du Landtag est augmentée par des mandats complémentaires distribués aux autres partis pour rétablir une composition proportionnelle aux secondes voix.

Campagne

Principaux partis

Parti Idéologie Chef de file Résultats de 2004
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Centre droit
Démocratie chrétienne, libéral-conservatisme
Dieter Althaus
(Ministre-président)
43,0 % des voix
45 députés
Die Linke Gauche
Socialisme démocratique, anticapitalisme
Bodo Ramelow 26,1 % des voix
28 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Centre gauche
Social-démocratie, troisième voie, progressisme
Christoph Matschie 14,5 % des voix
15 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Centre gauche
Écologie, progressisme
Astrid Rothe-Beinlich 4,5 % des voix
0 député
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Centre à centre droit
Libéralisme, libéralisme économique
Uwe Barth 3,6 % des voix
0 député

Sondages

Sondages en vue des élections régionales de 2009 en Thuringe[2]
Institut Date CDU SPD Grünen FDP Linke
TU Ilmenau 25/08/2009 41 % 15 % 10 % 8 % 23 %
IfM Leipizg 22/08/2009 37 % 20 % 5 % 9 % 23 %
Forschungsgruppe Wahlen 21/08/2009 35 % 18 % 5 % 10 % 25 %
Infratest dimap 20/08/2009 34 % 19 % 6 % 8 % 24 %
Infratest dimap 12/08/2009 34 % 20 % 6 % 9 % 24 %
Forsa 29/07/2009 40 % 16 % 6 % 6 % 24 %
Infratest dimap 25/06/2009 36 % 18 % 6 % 9 % 24 %
IfM Leipzig 25/05/2009 36 % 23 % 5 % 8 % 23 %
Forsa 19/05/2009 40 % 18 % 4 % 6 % 26 %
Infratest dimap 14/05/2009 39 % 20 % 5 % 6 % 25 %
Infratest dimap 25/03/2009 36 % 20 % 5 % 8 % 25 %
GESS 10/03/2009 39 % 18 % 4 % 8 % 25 %
Forsa 22/01/2009 39 % 16 % 5 % 5 % 28 %

Résultats

Voix et sièges

Résultats des élections régionales de 2009 en Thuringe[3]
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Partis Circonscriptions Listes Total
sièges
+/-
Votes % Sièges +/- Votes % Sièges
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 333 893 31,79 28 en diminution 11 329 302 31,23 2 30 en diminution 15
Die Linke (Linke) 290 832 27,69 14 en augmentation 9 288 915 27,40 13 27 en diminution 1
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 199 948 19,94 2 en augmentation 2 195 363 18,53 14 18 en augmentation 3
Parti libéral-démocrate (FDP) 79 936 7,61 0 en stagnation 80 600 7,64 7 7 en augmentation 7
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 57 065 5,43 0 en stagnation 64 912 6,16 6 6 en augmentation 6
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) 47 447 4,52 0 en stagnation 45 451 4,31 0 0 en stagnation
Électeurs libres (FW) 37 633 3,58 0 en stagnation 40 811 3,87 0 0 en stagnation
Les Républicains (REP) 0 0 0 en stagnation 4 488 0,43 0 0 en stagnation
Parti écologiste-démocrate (ÖDP) 1 049 1,00 0 en stagnation 4 455 0,42 0 0 en stagnation
Indépendants 2 599 0,25 0 en stagnation 0 0 0 0 en stagnation
Votes valides 1 050 402 97,83 1 054 297 98,20
Votes blancs et nuls 23 249 2,17 19 354 1,80
Total 1 073 651 100 44 en stagnation 1 073 651 100 44 88 en stagnation
Abstentions 836 423 43,79 836 423 43,79
Nombre d'inscrits / participation 1 910 074 56,21 1 910 074 56,21

Analyse

Alors que la participation augmente légèrement, la CDU du ministre-président Dieter Althaus subit une déroute inédite, comparable par son ampleur à celle vécue en Saxe cinq ans plus tôt. Elle chute d'environ 12 points, perd 15 députés et obtient pour la première fois moins de 42 % des suffrages exprimés. C'est son plus mauvais résultat depuis et la refondation de la Thuringe.

Dans l'ensemble, les élections sont remportées par la gauche et le centre-gauche, dont toutes les composantes progressent ensemble de sept points, rassemblant 51 parlementaires et 52 % des voix. Si le SPD enregistre la meilleure progression en voix, ce sont les Grünen qui gagnent le plus de sièges. La Linke reste elle le parti dominant parmi ces trois forces.

Le FDP, absent du Landtag depuis 15 ans comme les Grünen, y fait également son retour. Deux autres formations échouent en revanche à y faire leur entrée, dont les néo-nazis du NPD qui manquent de peu cet objectif, à 0,7 point près.

Conséquences

Althaus annonce sa démission le avant de se rétracter, mais renonce tout de même à un troisième mandat. Le , la ministre des Affaires sociales Christine Lieberknecht est investie ministre-présidente, à la tête d'une « grande coalition » dans laquelle le ministre de l'Éducation social-démocrate Christoph Matschie est vice-ministre-président.

Notes et références

  1. (de) « Thüringen (#ltwth) Wahlsystem », sur wahlrecht.de (consulté le ).
  2. (de) « Umfragen Thüringen (#ltwth) », sur wahlrecht.de (consulté le ).
  3. (de) « Landtagswahl 2009 in Thüringen - endgültiges Ergebnis », sur wahlen.thueringen.de (consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes