Élections législatives turques de novembre 2015

Élections législatives turques de novembre 2015
550 sièges de la Grande Assemblée nationale
(Majorité absolue : 276 sièges)
Corps électoral et résultats
Inscrits 56 949 009
Votants 48 537 695
85,23 % en augmentation 1,3
Blancs et nuls 697 464
AKP – Ahmet Davutoğlu
Voix 23 681 926
49,50 %
en augmentation 8,6
Sièges obtenus 317 en augmentation 59
CHP – Kemal Kılıçdaroğlu
Voix 12 111 812
25,32 %
en augmentation 0,4
Sièges obtenus 134 en augmentation 2
MHP – Devlet Bahçeli
Voix 5 694 136
11,90 %
en diminution 4,4
Sièges obtenus 40 en diminution 40
HDP – Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ
Voix 5 148 085
10,76 %
en diminution 2,4
Sièges obtenus 59 en diminution 21
Parti en tête par province et district
Composition de l'assemblée
Diagramme
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Premier ministre
Sortant Élu
Ahmet Davutoğlu
AKP
Ahmet Davutoğlu
AKP

Les élections législatives turques de se sont tenues le [1]. Elles font suite à l'incapacité du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002, mais mis en minorité au Parlement en , de constituer un gouvernement.

Entre les deux élections, plusieurs régions de Turquie ont basculé dans l'insurrection à la suite de la reprise du conflit kurde en Turquie.

Les 550 sièges sont répartis au scrutin proportionnel de liste dans chacune des 85 circonscriptions correspondant aux 81 provinces, pour les listes qui atteignent le seuil national de 10 %. Les députés alors élus forment la 26e législature à la Grande Assemblée nationale de Turquie.

Contexte

Le se tiennent des élections législatives alors que les députés de la 24e législature terminent leur mandat. Conformément à la Constitution turque de 1982 le Premier ministre Ahmet Davutoğlu présente au Président de la République Recep Tayyip Erdoğan la démission de son gouvernement, lequel expédie les affaires courantes en attente de la formation du gouvernement par l'assemblée qui doit être élue pour la 25e législature.

Le Parti de la justice et du développement (AKP) perd sa majorité absolue. Une coalition doit constituer un nouveau gouvernement dans les 45 jours qui suivent la proclamation officielle des résultats au Journal officiel de la République de Turquie. Après de nombreuses tractations, notamment entre l'AKP et le Parti d'action nationaliste (MHP), les groupes parlementaires échouent à constituer une majorité. L'échec de ces négociations a été perçu comme délibéré afin de provoquer la tenue d'élections législatives anticipées pour permettre à l'AKP de retrouver sa majorité absolue et laisser à Recep Tayyip Erdoğan la possibilité de faire réformer la constitution en vue de présidentialiser le régime[2].

Conformément à la Constitution, le , le président Recep Tayyip Erdoğan annonce la dissolution de l'Assemblée et la tenue d'élections législatives anticipées au [3].

Situation sécuritaire

Conflit kurde

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Carte représentant le peuplement kurde par région.
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Carte représentant les résultats électoraux du HDP en juin 2015 par province.

Fin , le cessez-le-feu convenu en 2010 entre les forces armées turques et le PKK est rompu[4]. Deux semaines plus tard, dans plusieurs provinces du sud-est, des routes sont coupées, des villes sont en état de siège[5]. En la situation est qualifiée d’« insurrectionnelle » dans plusieurs localités[2]. Du au près de 30 soldats turcs meurent après des attaques du PKK[6].

En parallèle, un nombre croissant d’attaques sont menées notamment contre les locaux du HDP et le siège du quotidien Hürriyet (libéral, opposé à l'AKP)[6]. Des activistes islamistes proches de l'AKP ont attaqué et incendié le siège du journal, et le HDP dénombre près de 400 attaques contre ses locaux[6]. La situation a été qualifiée de « Nuit de Cristal » par le député Ertuğrul Kürkçü , en référence aux pogroms de 1938 en Allemagne[6].

Selahattin Demirtaş déclare le que cette montée de la violence rend dans certaines localités « impossible la tenue des élections vu la situation sécuritaire »[7],[8].

Le le conseil électoral du district de Cizre, de la province de Şırnak informe la sous-préfecture dudit district qu'en raison de la « réalité sécuritaire » la tenue de bureau de vote ne sera pas réalisée dans trois quartiers (Cudi, Nur et Sul) où résident 65 % des électeurs[9],[10]. Les partis ne sont pas informés de la décision et le HDP annonce contester la décision[9],[10].

L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a estimé la campagne « entachée par l'iniquité et, dans une mesure inquiétante, par la peur »[11].

Résultats des précédentes élections

Le diagramme ci-dessous représente les pourcentages des scores réalisés par les principales formations politiques :

tooltip 1
tooltip 2
tooltip 3
tooltip 4
10
20
30
40
50
60
2007
(législatives)
2009
(municipales)
2011
(législatives)
2014
(municipales)
2014
(présidentielles)
Juin 2015
(législatives)

Aux présidentielles de 2014 le CHP et le MHP présentent un candidat commun.

Sondages

La plupart des sondages confirment les résultats des législatives de juin, et tablent même, malgré la situation sécuritaire, vers un tassement plus marqué du résultat de l'AKP et d'une légère progression du HDP[2].

Mode de scrutin

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Nombre de sièges par provinces

La Grande Assemblée nationale de Turquie est le parlement unicaméral de la Turquie. Elle compte 550 députés, élus pour cinq ans au scrutin proportionnel, chacune des soixante-dix neuf provinces constituant une circonscription électorale. Les candidats présents sur la liste d'un parti politique ne sont élus que si leur formation a obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés au niveau national, si elle a présenté deux candidats à chaque siège de député dans au moins la moitié des provinces, et si elle est bien implantée dans la moitié des provinces et un tiers des arrondissements provinciaux[12].

Au seuil électoral s'ajoutent plusieurs conditions supplémentaires auxquelles un parti doit se soumettre pour pouvoir bénéficier de sièges. Ils doivent avoir une présence dans un minimum d'un tiers des districts d'au moins 40 provinces, dans lesquelles ils doivent présenter au moins deux candidats.

Le seuil électoral turc de 10 % des suffrages, très élevé, a par le passé poussé au regroupement des formations et au vote tactique de la part des électeurs afin d'éviter que leur vote ne soit « perdu »[12]. À l'inverse, au cours des législatives de juin 2015, le HDP aurait reçu de nombreuses voix en dehors de son socle électoral kurde de la part d'électeurs de l'opposition souhaitant éviter son élimination qui aurait entraîné une répartition des sièges au profit de l'AKP[12].

Résultats

Résultats des législatives turques de [13]
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Parti de la justice et du développement AKP 23 681 926 49,50 en augmentation 8,63 317 en augmentation 59
Parti républicain du peuple CHP 12 111 812 25,32 en augmentation 0,37 134 en augmentation 2
Parti d'action nationaliste MHP 5 694 136 11,90 en diminution 4,39 40 en diminution 40
Parti démocratique des peuples HDP 5 148 085 10,76 en diminution 2,36 59 en diminution 21
Parti de la félicité SP 325 978 0,68 en diminution 1,38 0 en stagnation
Parti de la grande unité BBP 253 204 0,53 Nv. 0 en stagnation
Parti patriote VATAN 118 803 0,25 en diminution 0,10 0 en stagnation
Parti des droits et libertés HAK 108 583 0,23 en augmentation 0,10 0 en stagnation
Parti de libération du peuple HKP 83 057 0,17 en augmentation 0,04 0 en stagnation
Parti démocrate DP 69 319 0,14 en diminution 0,02 0 en stagnation
Parti communiste KP 52 527 0,11 en augmentation 0,08 0 en stagnation
Parti pour une Turquie indépendante BTP 49 297 0,10 en diminution 0,11 0 en stagnation
Parti de la gauche démocratique DSP 31 805 0,07 en diminution 0,12 0 en stagnation
Parti libéral-démocrate LDP 26 816 0,06 en stagnation 0 en stagnation
Parti de la nation MP 19 714 0,04 en stagnation 0 en stagnation
Parti de la vraie voie DYP 14 131 0,03 en diminution 0,03 0 en stagnation
Indépendants Ind. 51 038 0,11 en diminution 0,95 0 en stagnation
Votes valides 47 840 231 98,56
Votes blancs et invalides 697 464 1,44
Total 48 537 695 100 550 en stagnation
Abstention 8 411 314 14,77
Inscrits/Participation 56 949 009 85,23

Analyse

14,7 % des sièges sont occupés par des femmes[14].

Notes et références

  1. « Turquie : élections anticipées le 1er novembre », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  2. a b et c Marc Daou et Jean Marcou, « La Turquie en guerre civile larvée » : le jeu dangereux d’Erdogan », sur france24.com, (consulté le ).
  3. « Des élections législatives anticipées auront lieu le 1er novembre en Turquie », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  4. Mathieu Godard, « En Turquie, des extrémistes mettent à sac des locaux du parti prokurde », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  5. « Avec les Kurdes, une situation proche de la guerre civile en Turquie », sur rfi.fr, (consulté le ).
  6. a b c et d Marc Semo et Ragip Duran, « En Turquie, l’ombre de la guerre civile », sur liberation.fr, (consulté le ).
  7. (en) « Violence in Turkey threatens election, says pro-Kurdish party », sur theguardian.com, (consulté le ).
  8. (tr) « Demirtaş Diyarbakır'da gündemi değerlendirdi », sur milliyet.com.tr, (consulté le ).
  9. a et b (tr) « Cizre'de sandık kurulmayacak », sur cumhuriyet.com.tr, (consulté le ).
  10. a et b (tr) « Cizre’nin üç mahallesinde sandık kurulmayacak », sur haber.sol.org.tr, (consulté le ).
  11. Dorothée Schmid, La Turquie en 100 questions, Texto,
  12. a b et c « IPU PARLINE database: TURQUIE (Türkiye Büyük Millet Meclisi (T.B.M.M)), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le ).
  13. (tr) « Yüksek seçi̇m kurulundan duyuru », sur ysk.gov.tr, .
  14. Hazal Atay, « En Turquie, « la politique porte toujours la moustache » », sur Orient XXI, (consulté le ).