École et prévention spécialisée

Le concept d'école et prévention spécialisée aborde une rencontre et une pratique éducative française particulière, entre l'école et la prévention spécialisée.

École et prévention spécialisée

D'une manière générale, l'école relève de l'Éducation nationale, ses acteurs travaillent à la transmission des savoirs, l'action se déroule dans des bâtiments et auprès d'"élèves". Le plus souvent la rencontre avec la prévention spécialisée se fait au niveau du Collège. Il est, en France, un établissement qui a pour mission d'assurer le premier niveau de l'enseignement secondaire, entre l'école primaire et le lycée. Il existe des collèges publics et des collèges privés. Les collèges publics ont le statut d'établissement public local d'enseignement (EPLE).

De la même manière générale, la prévention spécialisée relève de l'éducation spécialisée, ses acteurs travaillent dans le cadre de la Protection de l'enfance en France, l'action se déroule dans la rue et auprès de "jeunes".

Normalement les rencontres paraissaient peu "plausibles", pourtant c'est de plus en plus le cas, et c'est même devenu une recommandation.


Une proximité physique : École (Collège) - La rue (Prévention spécialisée)

La prévention spécialisée et "ses" éducateurs de rue travaillent aux abords des collèges en particulier aux heures de sorties et d'entrées des collèges par exemple. Discrets mais souvent présents ils restent présents car ils "utilisent" ce moment pour donner la possibilité aux "jeunes" d'aller vers eux. Évidemment, la connaissance, le bouche à oreille entre jeunes facilitent les rencontres des éducateurs.

Une proximité d'intérêt : L'élève versus le jeune

De nombreux jeunes, d'un quartier ou d'un arrondissement bénéficiant de l'implantation d'un club de prévention, peuvent aussi solliciter les éducateurs, pour les conseils de disciplines ou leurs relations avec l'école quand ils en éprouvent le besoin. Ainsi il arrive que les éducateurs, quand ils sont acceptés, puissent entrer dans l'établissement.

Travailler le "dedans" et le "dehors"

Les services sociaux de l'établissement (assistantes sociales, psychologues) peuvent eux aussi faire appel aux équipes de prévention spécialisée. Et c'est ainsi qu'en toute discrétion ceux-ci participent avec leurs homologues travailleurs sociaux à des accompagnements, des échanges, et parfois aussi a des cosignalements de maltraitance.

De plus en plus, les éducateurs de prévention peuvent intervenir sous diverses formes : "groupe de parole", "intervention sur les maltraitances", mais aussi auprès des enseignants lors de "groupe d'échange".

Ecole et prévention spécialisée : Une préconisation du CTPS

Réuni le , en assemblée plénière, le Conseil technique de la prévention spécialisée (CTPS) a souhaité prendre position sur les coopérations qui se sont mises en place, ces dernières années, au plan local, entre les services et équipes de Prévention spécialisée et l’Institution scolaire, plus particulièrement les collèges.

Instance de réflexion, placée auprès des ministères sociaux, dont la Direction générale de l’action sociale assure le secrétariat, le CTPS tire ainsi les conclusions d’une recherche action qu’il a impulsée à ce sujet, notamment par la mise en œuvre d’études monographiques sur trois sites (Strasbourg, le Nord et le Var) avec le concours d’un bureau d’étude spécialisé(*)

La Commission permanente du CTPS, réunie le , a finalisé sept recommandations qui s’adressent plus particulièrement au Ministère de l'Éducation nationale et aux Départements, chargés de la prévention spécialisée au titre de la protection de l'enfance, mais aussi aux communes, aujourd’hui très sensibilisées à la problématique des collèges, et aux associations gestionnaires des services et des équipes :

  • 1- Sensibiliser les pouvoirs publics aux enjeux des nécessaires évolutions de notre système éducatif au regard de la grave crise de socialisation qui touche aujourd’hui une partie de la jeunesse (échec scolaire de masse, nombreuses déscolarisations précoces, violences urbaines).
  • 2- Encourager le développement, sur le terrain, avec pragmatisme, des coopérations entre les établissements scolaires et les acteurs de la Prévention spécialisée afin de préserver et conforter la fonction de socialisation et de protection des jeunes nécessaire à l’Institution scolaire pour qu’elle puisse continuer à jouer pleinement son rôle de transmission des savoirs.
  • 3- Contribuer, à travers la multiplication de ces coopérations, à la construction de communautés éducatives, plus solides en interne, et plus ouvertes aux partenaires locaux et aux familles en externe.
  • 4- Permettre ainsi le développement de processus éducationnels s’inscrivant pleinement dans un triptyque « Parents », « Ecole », Acteurs locaux » destinés à mieux utiliser la diversité des ressources locales et les potentialités des parents trop souvent ignorées, voire méprisées.
  • 5- Encourager les départements à construire des politiques éducatives territoriales, au niveau des « années collège », et à promouvoir la Prévention spécialisée comme l'un des vecteurs du développement social local.
  • 6- Inciter l’ensemble des institutions concernées (Rectorat, Inspection académique, Conseil général, Communes, etc.) à valider, et soutenir, dans le respect de l’autonomie des acteurs de terrain, les coopérations ainsi instituées au plan local afin que celles-ci soient moins fragiles et puissent s’inscrire dans la durée.
  • 7- Accepter la diversité des coopérations possibles- des plus informelles aux plus formelles- en veillant à ne pas transformer ces collaborations, construites avec pragmatisme en fonction de stratégies éducatives liées à des contextes de vie, en « dispositifs institutionnalisés » et imposés.

Il est en effet essentiel, dans ce domaine, pour être efficace, de préserver les capacités d’initiatives des acteurs locaux et le capital de confiance construit par la prévention spécialisée avec les jeunes et leur environnement, à partir de son travail de rue, grâce à des modalités d’interventions qui lui sont propres

Ecole et prévention spécialisée : La médiatisation

Ce rapprochement a donné lieu à une forte médiatisation. L'exemple, ici, de Lien social et de la radio 7.8.9 Radio sociale.

Contexte de l'émission

Cette émission a été préparée avec le journal Lien social. C’est la première d’une série qui veut attirer l’attention sur les évolutions interactives de la politique scolaire et celle de l’action sociale, autrement dit, sur le rapport entre l’école et le travail social.

L’enjeu s’avère particulièrement fort au niveau de ces collèges situés en zone urbaine sous tension. Depuis une vingtaine d’années la tendance est d’ouvrir les établissements beaucoup plus qu’avant à des partenaires extérieurs : les parents, à des professionnels de la santé, à la police, aux travailleurs sociaux, et ce, pour aider le personnel enseignant à traiter ou à prévenir des crises au sein de l’institution scolaire.

Parallèlement, depuis la décentralisation de l’action sociale, certains départements cherchent à développer des actions autour des collèges, en sollicitant entre autres, la prévention spécialisée -ceux qu’on appelle plus communément les éducateurs de rue.

Quels sont les apports ce partenariat ou de cette coopération, comment se traduit-elle de façon très concrète ? Est-ce que derrière un éventuel gain de reconnaissance, les professionnels de la prévention spécialisée ne risquent-ils pas de se faire instrumentaliser par les établissements scolaires ou par les conseils généraux ?

Intervenants sur la question lors de cette émission

  • Joelle Bordet, psychosociologue au Cabinet scientifique et technique du bâtiment. Elle a mené depuis les années 1970 de nombreuses recherches sur les questions socio-éducatives, de l’urbanité, de la démocratie, de la jeunesse. Le conseil technique de la prévention spécialisée a publié récemment les résultats d’une étude réalisée par Joelle Bordet et Bernard Champagne intitulée De la coopération entre les acteurs de l’institution scolaire et de la prévention spécialisée.
  • Gilbert Berlioz et Laurent Barbe, consultants au CRESS à Grenoble, spécialistes dans l’analyse des politiques sociales. Ils ont publié les résultats d’une évaluation de la politique mise en œuvre par la prévention spécialisée en Seine-Saint-Denis où la dimension de la relation entre les clubs et équipe de prevention et les collèges est traitée.
  • Mariette Kammerer, journaliste à Lien social qui mène une enquête sur ce sujet et qui poursuivra ses investigations après cette émission dans le but de constituer un dossier dans Lien Social.
  • Nada Nourredine, animatrice responsable d’Antenne sociale.
  • Michèle Becquemin, animatrice de l’émission pour Education art du possible.
  • Pascal Le Rest, ethnologue, a enseigné 13 années les mathématiques en secondaire, de 1983 à 1995, puis en qualité de chargé de chargé de prévention au CICAT (centre d'information et de consultation en alcoologie et en toxicomanie) en Eure-et-Loir, a conduit des programmes de prévention des toxicodépendances de 1997 à 1999. Il a écrit à ce sujet chez l'éditeur parisien, L'Harmattan, en 2000, "Les jeunes, les drogues et leurs représentations". Depuis 2000, il est conseiller technique, tout d'abord à l'ADSEA 28, puis à l'ADSEA 77.

Références

Bibliographie : École et prévention spécialisée

  • Philippe Scripesac, « Conduire un projet spécifique en prévention spécialisée pour optimiser la lutte contre les ruptures scolaires au collège», Ed. École nationale de la santé publique (Rennes), 2005
  • Conseil technique des clubs et équipes de prévention spécialisée, « De la coopération entre les acteurs de l’institution scolaire et de la prévention spécialisée », 2008.
  • Émission, « Ecole et prévention spécialisée», Radio Libertaire, .
  • Émission, «LA PREVENTION SPECIALISEE DANS LES COLLEGES Apport éducatif ou risque d’instrumentalisation ? », 7.8.9 radio social (www.789radiosociale.org)
  • École et prévention spécialisée, l’heure du rapprochement, Ed. Lien social Publication no 897 du .

Bibliographie : Le cadre de la prévention spécialisée

  • Gilbert Berlioz, préface de Sébastian Roché, La prévention dans tous ses états. Histoire critique des éducateurs de rue, Paris, L'Harmattan, 2002
  • "La Prévention Spécialisée, une démarche engagée", La brochure publiée en 1985 disponible gratuitement au CTPS
  • Étude PROMOFAF - Credoc - "La Prévention Spécialisée aujourd'hui - Situations professionnelles et compétences" - 1996.
  • Le livre ouvert des clubs et équipes de prévention spécialisée, CNLAPS, 1982.
  • La charte d'objectifs promulguée en 1992, CNLAPS, 1992
  • La Prévention Spécialisée en France, CNLAPS, 1998
  • Daniel Lecompte, De la complexité en prévention spécialisée : l’évaluation en question, Paris, L’Harmattan, 2003
  • Pascal Le Rest, Le métier d'éducateur de Prévention Spécialisée, Paris, La découverte, 2007
  • Tahar Bouhouia, La prévention spécialisée, une organisation en crise ?, CEDREA - les cahiers d’étude des dynamiques sociales et de la recherche-action, 2008.

Bibliographie : L'Acte éducatif en prévention spécialisée

  • Jacques Ladsous, ( ouvrage collectif), La prévention spécialisée en France : forme originale d'action socio-éducative, Éditions CTNERHI, 149 p., 1992.
  • Jacques Ladsous L'acte éducatif pour quoi et pour qui, lien social, no 572,