École Mohammadia d'ingénieurs

École Mohammadia d'Ingénieurs
Logoemi.gif
Logo
Image dans Infobox.
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
المدرسة المحمدية للمهندسين
Régime linguistique
Fondateur
Directeur
Drapeau : Maroc Pr. Moulay Larbi Abidi (DG)
Drapeau : Maroc Colonel Elghazi Khouakhi
Devise
Dieu, la Patrie, le Roi
الله,الوطن,الملك
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
1 400 (2008)
Enseignants
143[1]
Localisation
Ville
Pays

L'École Mohammadia d'Ingénieurs (EMI) (arabe : المدرسة المحمدية للمهندسين) est l'une des grandes écoles d'ingénieurs au Maroc[2], elle est située au quartier de l'Agdal à Rabat et attachée à l'Université Mohammed V de Rabat[3]. L'EMI a été inaugurée par feu le roi Mohammed V en 1959, trois ans après l'indépendance du Maroc.

Historique

Le , le roi Mohammed V pose la pierre inaugurale de construction de l'EMI[4]. L'école offrait 4 spécialités que le Maroc jugeait nécessaire à l'époque : génie civil, génie électrique, génie mécanique et génie minéral[5].

En 1964, la première promotion d’ingénieurs de l’école compte 34 lauréats. Les étudiants de l’EMI suivaient durant leur séjour à l’école une formation paramilitaire, réalisée à l’extérieur de l’EMI. À partir de 1982, le roi Hassan II a décidé de nommer un détachement militaire permanent des Forces armées royales à l'école afin de renforcer le régime militaire déjà existant. Désormais, l'ingénieur diplômé de l'EMI reçoit en plus de sa formation technique, une formation paramilitaire lui permettant d'accéder au statut d'officier de réserve[6].

En 1986, l'école ajoute à son offre de formation un doctorat ès Sciences Appliquées. À partir de 1990, l’EMI adopta le système de la formation en 3 années après les classes préparatoires aux grandes écoles et le Concours national commun. À partir de , l’EMI s’engage dans une réforme touchant les filières, leur contenu, les méthodes pédagogiques et d’évaluation ainsi que la programmation. En , l’école met en place un centre d’études doctorales « Sciences et techniques pour l’ingénieur » composé de laboratoires et d’équipes de recherche accrédités par l’Université Mohammed V - Agdal.

L'EMI et Internet au Maroc

L'École Mohammadia d'Ingénieurs a été le berceau d'Internet au Maroc par la création du 1er nœud Internet au Maroc[4]. La première liaison a été établie le à travers une connexion vers l'INRIA en France. Le domaine « .ma » a été déclaré et géré par l'EMI en 1993 avant d'être transféré à l'Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications en 2004. De 1993 à 1995 (date de l'arrivée d'Internet commercial au Maroc) l'EMI a joué le rôle de fournisseur de service Internet pour les universités et les centres de recherche[5].

L'école a aussi créé un incubateur d’entreprises, le CIT : Centre d’Innovation Technologique.[réf. nécessaire]

Association des Ingénieurs de l'École Mohammadia (AIEM)

Logo de l'AIEM

L'Association des ingénieurs de l'École Mohammadia (AIEM) est considérée comme la plus importante association d'ingénieurs du Maroc[3], car elle compte dans ses rangs plus de 10000[7] lauréats de l'école. Créée au lendemain de la sortie de la première promotion, en 1964, elle investit dans des missions à caractère économique, social et culturel.

L'année 2017 voit plusieurs changements survenir avec l'élection du nouveau bureau national et des bureaux régionaux et clubs, notamment la mise en place d'une plateforme digitale pour les lauréats, la promotion des soft skills et de entrepreneuriat et l'ambition de mettre sur pied un Think Tank AIEM.

Lauréats

  • Mohamed Aboussalah (EMI 80), secrétaire général du ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique.[8]
  • Anass Houir Alami (EMI 90), ancien directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG)[9]
  • Abdellatif Zaghnoun (EMI 81), ancien directeur général des impôts (DGI)[10], et actuellement directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG)
  • Mohamed Rabie Khlie (EMI 87), directeur général de l'Office national des chemins de fer (ONCF)[11]
  • Zouhair Mohamed El Aoufir (EMI 87), directeur général de l'Office national marocain du tourisme (ONMT)[12]
  • Abdelhamid Addou (EMI 96), directeur général de l'Office national des aéroports (ONDA)[13]
  • Abed Chagar (EMI 92), directeur général (Colorado peinture), président de l'UNIFAP, premier vice-président de la FCP et vice-président de l'ASMEX.
  • Latifa Echihabi (EMI 86), secrétaire générale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG)[14],
  • Abdelhak Haoudi (EMI 88), ancien gouverneur chargé du secrétariat général de la wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, actuel gouverneur de la préfecture de Berkane,
  • Mohamed Faouzi, Wali de la région de Meknès-Tafilalet[15],
  • Khalid Zerouali (EMI 89), gouverneur, directeur de la coopération internationale au ministère de l'Intérieur[16],
  • Mohamed Lambarki, directeur général de l'Agence de l'Oriental[15].
  • Rahhal El Makkaoui (EMI 94), ancien secrétaire général du ministère de la Santé[15]
  • Mokhtar Bzioui (EMI 68), gouverneur du Conseil mondial de l'eau
  • Mohamed Lhabib El Gueddari, ex-directeur général de l'Office national des transports (ONT)
  • El Jamali Jamal Eddine (EMI 84), secrétaire général du Crédit agricole
  • Mounia Boucetta (EMI 90), directrice générale de Madaëf, filiale touristique du groupe CDG[17], secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale
  • Charafat Afilal (EMI 95), ancienne ministre déléguée auprès du ministre de l'Énergie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, chargée de l'Eau
  • Soumiya Benkhaldoun, ministre déléguée auprès du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres
  • Younes Tazi (EMI 97), gouverneur de Tetouan
  • Abdelaziz Zerouali , directeur de l'Agence du bassin hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia
  • Loubna Tricha (EMI 2008), directrice générale de l'OFPPT
  • Khalid Nadifi (EMI 1983), CEO Water management consulting
  • Mohamed Sulaimani (EMI 1990), directeur général de la Loterie nationale
  • Nouzha Bouchareb, ministre marocaine

Galerie

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références

  1. http://www.emi.ac.ma/ecole/corps-enseignant
  2. http://www.lematin.ma/Actualite/Supplement/Article.asp?origine=sel&idr=635&id=115424
  3. a et b « La fusion des deux universités de Rabat est entrée en vigueur », sur Aujourd'hui le Maroc (consulté le ).
  4. a et b Rachid Tarik, « L’École Mohammedia, pépinière d’excellence pour les ingénieurs de demain », sur lopinion.ma, L'Opinion, (consulté le ).
  5. a et b « Histoire de l'école », sur emi.ac.ma (consulté le )
  6. Stéphanie Wenger, « Formation : focus sur les pépinières d’ingénieurs du Maroc », sur jeuneafrique.com, Jeune Afrique, (consulté le ).
  7. http://www.map.ma/fr/sections/social/l_ecole_mohammadia_d
  8. http://www.fondationmaisondumaroc.org/team/mohamed-boussetta/
  9. « E Marrakech : Portail d'actualité et d'information marocain », sur Emarrakech (consulté le ).
  10. Taxation des hauts revenus : la démo de Abdellatif Zaghnoun, La Vie éco, consulté le 14 décembre 2012
  11. Entré à l'ONCF pour son service civil, il finira par en devenir le patron, La Vie éco, consulté le 14 décembre 2012.
  12. http://www.maroc-finance.com/index.php?option=com_content&view=article&id=5:-abdelhamid-addou&catid=24:portrait-de-managedépr&Itemid=31
  13. « Biographie de M. Zouhair Mohamed EL Aoufir, nommé Directeur général de l'Office National des Aéroports »
  14. http://www.journees-eco-rco.ma/cv%20interv2008/Mme%20Latifa%20ECHIHABI.htm
  15. a b et c « Lobservateur.ma : Site international d'informations générales », sur www.lobservateur.ma
  16. « Présentation », sur www.emi.ac.ma
  17. « Mounia Boucetta à la tête de la filière touristique du groupe Madaëf »

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes