Âge du bronze britannique

Âge du bronze britannique
Bouclier en bronze (entre 1200 et 700 avant J.-C.).
Haches à cavité d'une horde
Épées découvertes en Écosse

L'âge du bronze britannique est une époque de l'histoire britannique qui s'étend approximativement de 2500 à 800 avant J.-C.[1], soit environ 1 700 ans. Elle est précédée par l'ère néolithique britannique et est suivie par l'âge du fer britannique.

Description

La riche culture du Wessex se développe pendant cette période dans le sud de la Grande-Bretagne. Elle résulte de la fusion d’importants groupes campaniformes qui découvrent puis exploitent systématiquement les gisements locaux de cuivre et d’étain[2]. Le cuivre était extrait de sites comme les mines du Great Orme, au nord du Pays de Galles. Les Cornouailles furent une source majeure d'étain pour une grande partie de l'Europe et du bassin méditerranéen. La richesse proverbiale de ces gisements fera de ces pays, pour les marchands du monde méditerranéen, les Îles Cassitérides[3] (du grec Κασσίτερος = « étain »).

Des peuples du continent s'installèrent dans les Iles Britanniques à cette époque. Des études récentes sur l'émail dentaire des squelettes des tombes de l'âge du bronze, près de Stonehenge, indiquent qu'au moins une partie des immigrants venaient de la région correspondant à la Suisse actuelle. Les populations campaniformes montrent des comportements différents des peuples du Néolithique et les changements culturels furent importants. De nombreux sites à henges antérieurs furent adoptés par les nouveaux arrivants. De grandes exploitations de bétail se développèrent dans les plaines. Celles-ci semblent avoir contribué à une déforestation croissante. La culture de Deverel-Rimbury commença à émerger dans la seconde moitié de l'âge du bronze moyen (vers 1 400 - 1 100 av. J.-C.).

Les groupes sociaux semblent avoir eu une organisation tribale avec, cependant, une complexité croissante et l'apparition de hiérarchies. L'enterrement des morts, qui jusqu'à cette période était généralement communautaire, devint plus individuel. Par exemple, alors qu'au Néolithique on utilisait des tombeaux à l'intérieur des cairns ou des long barrows pour y loger les morts, l'âge du bronze ancien vit apparaître l'enterrement en barrows individuels (également et communément connus et signalés sur les cartes modernes de l'Ordnance Survey comme tumulus), ou parfois en cistes recouverts de cairns. Le gorgerin de Mold, dans le nord du Pays de Galles, était déposé dans un tel ciste.

C'est dans l’East Cambridgeshire que la plus grande quantité d'objet en bronze d’Angleterre fut trouvée, notamment à Isleham où plus de 6 500 pièces furent découvertes[4].

Notes et références

  1. Adkins, Adkins et Leitch 2008, p. 64.
  2. (en) Stuart Piggott, « The Early Bronze Age in Wessex », Proc. Prehist. Soc., no 4,‎ , p. 52-106.
  3. Strabon, Géographie, t. III (lire en ligne), chap. 5 (« Les îles de l'Ibérie »).
  4. (en) David Hall et John Coles, Fenland survey : an essay in landscape and persistence, Londres, English Heritage, , 1re éd. (1re éd. 1994), 170 p., poche (ISBN 978-1-85074-477-1), p. 81-88

Bibliographie

  • Roy Adkins, Lesley Adkins et Victoria Leitch, The Handbook of British Archaeology, Londres, Constable,