Portail Politique en Espagne

Portail Politique en Espagne

[[Fichier:{{{icone}}}|20px]] Portail
[[Fichier:{{{icone}}}|20px]] Projet
[[Fichier:{{{icone}}}|20px]] Assemblée des porte-parole
Portail de la politique en Espagne

Il y a actuellement 2 784 articles liés au portail.

Circle-icons-pin.svg Introduction
Façade du Congrès des députés.

L'Espagne est une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire dans laquelle le roi est le chef de l'État et le président du gouvernement le chef de gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient aux Cortes Generales, composé du Congrès des députés élu et du Sénat élu et désigné. Le Tribunal suprême est la plus haute juridiction du pays.

L'actuelle constitution de l'Espagne a été approuvée par le Parlement le puis ratifiée par référendum le . Elle est entrée en vigueur le .

Depuis les années 1980, l'Espagne a engagé un processus de transfert des compétences de l'État central vers ses communautés autonomes ; processus qui n'est pas encore achevé.

L'Espagne est un pays multipartite dans lequel deux partis principaux alternent au pouvoir depuis 1982 : le Parti populaire et le Parti socialiste ouvrier espagnol. Le scrutin proportionnel tend à favoriser l'un ou l'autre des principaux partis mais permet l'éclatement des forces politiques au Parlement. Les élections générales ont lieu au maximum tous les quatre ans.

Circle-icons-hourglass.svg Scrutins récents
Dernière procédure électorale Prochaine procédure électorale
Flag of Catalonia.svg Flag of Andalucía.svg
6 mois et 16 jours depuis les élections au Parlement de Catalogne. 288 jours avant les élections au Parlement d'Andalousie.
Circle-icons-brightness.svg Notions
modifier
Circle-icons-ribbon.svg Évènements
modifier
Circle-icons-globe.svg Communautés autonomes
Drapeau de la communauté autonome.

La Constitution espagnole de 1978 déclare que l'Espagne est une nation indissoluble qui reconnaît et garantit le droit à l'autonomie des régions qui la constituent. On reconnaît à la Catalogne, comme au Pays basque et à la Galice, un statut particulier de « communauté historique ». Compte tenu de la capacité d'accéder à l'autonomie, cela a entraîné en 1979 le statut d'autonomie de la Catalogne. Le statut d'autonomie de 1979 et l'actuel, approuvé en 2006, déclarent que la Catalogne, en tant que « nationalité » d'Espagne, exerce son autogouvernance comme une communauté autonome, conformément à la Constitution et au statut d'autonomie de la Catalogne, qui est un droit institutionnel de base.

Le préambule de 2006 sur le statut d'autonomie affirme que le Parlement a défini la Catalogne comme une nation, mais que la Constitution espagnole reconnaît la Catalogne comme une réalité nationale. Le préambule n'a pas de valeur juridique, donc le statut est le même que ce qu'il était en 1979, c'est-à-dire une communauté autonome. Bien que ce statut ait été approuvé à la fois par le Parlement catalan et par le Parlement espagnol et, plus tard, par un référendum en Catalogne, il a été juridiquement contesté par les Communautés autonomes environnantes de l'Aragon, des îles Baléares et par la Communauté valencienne, ainsi que par le Parti populaire. Les objections sont fondées sur divers aspects tels que le patrimoine culturel et le principe de « solidarité entre les régions ». En , le tribunal constitutionnel est chargé d'évaluer la constitutionnalité des articles en cause. Le , elle récuse les nouveaux statuts comme non conformes à la constitution sur plusieurs points tels que les notions de nation, de justice autonome et la fiscalité. Cette décision entraîne une manifestation rassemblant plus d'un million de personnes le lendemain.

Lire la suite
Circle-icons-quote.svg Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
La politique est la science et l'art de proposer à la société le modèle qu'elle aime.
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Julio Anguita, le 23 mai 2004.
Circle-icons-check.svg Élections et partis politiques
Drapeau de l'Espagne. 2 ans et 11 jours depuis les élections générales.

Lors des dernières élections générales, le , le Parti populaire a remporté un total de 137 sièges sur les 350 du Congrès des députés ; parvenant à constituer un gouvernement minoritaire soutenu ponctuellement par Ciudadanos, le Parti nationaliste basque et la Coalition canarienne.

Sièges au Congrès des députés à l'issue des élections de 2016.

Drapeau de l'Espagne Partis politiques nationaux :

Partis politiques régionaux :

Drapeau de l’Union européenne Élections européennes (dernières élections en 2014)

modifier
Circle-icons-swatches.svg Institutions
modifier
Un article au hasard
Nous vous proposons de lire au hasard l'article :

« Parti des socialistes des îles Baléares-PSOE »

Vous pouvez aussi .
modifier
Circle-icons-profile.svg Lumière sur une personnalité historique
Portrait de la personnalité évoquée.

Artur Mas i Gavarró, né le à Barcelone, est un homme politique espagnol, membre de Convergence démocratique de Catalogne (CDC).

Nommé conseiller aux Travaux publics de la Généralité de Catalogne par Jordi Pujol en 1995, il devient conseiller à l'Économie et aux Finances en 1997. En 2001, il est désigné conseiller en chef et secrétaire général de la CDC.

Au cours des élections de 2003, il succède à Pujol mais échoue à maintenir la fédération CiU au pouvoir. Il devient l'année suivante chef de l'opposition et président de CiU.

Il remporte quatre ans plus tard les élections régionales avec une forte majorité relative et est investi un mois plus tard président de la Généralité de Catalogne. En 2012, après trois mandats au secrétariat général de la CDC, il en prend la présidence à la suite de Jordi Pujol.

Il convoque peu après des élections anticipées, qu'il remporte avec une majorité relative affaiblie. Il s'associe alors avec l'ERC et annonce la tenue d'un référendum d'autodétermination en 2014. Bien que cette consultation soit déclarée illégale, elle se tient et voit une forte victoire du « oui » à l'indépendance.

Dans cet objectif, il convoque des élections anticipées pour le , met fin à la fédération CiU — l'UDC étant défavorable à la séparation de l'Espagne — et constitue la liste souverainiste Ensemble pour le oui avec l'ERC et d'autres formations indépendantistes.

Lire la suite
modifier
Circle-icons-shop.svg Des élections marquantes
Carte des élections.

Les élections générales espagnoles de 1977 (en espagnol : Elecciones generales de España de 1977) se sont tenues le mercredi dans le but d'élire les 350 membres du Congrès des députés et les 207 membres du Sénat de la législature constituante. Ce sont les premières élections générales depuis les précédentes élections de 1936.

Le scrutin voit l'Union du centre démocratique, coalition de différents parti, remporter une majorité relative de 165 sièges avec 34,44 % des suffrages exprimés. Le Parti socialiste ouvrier espagnol du jeune avocat Felipe González réalise un triomphe en terminant deuxième avec 118 sièges et se convertissant en premier parti d'opposition devant le Parti communiste d'Espagne réduit à 20 sièges.

En conséquence, le roi Juan Carlos Ier confirme Adolfo Suárez à son poste de président du gouvernement. Ce dernier forme alors le gouvernement de la législature constituante, le premier reposant sur une majorité démocratique depuis plus de quarante ans.

Lire la suite
modifier
Wikimedia-logo.svg Projets Wikimédia associés
Sur les autres projets Wikimedia
Commons-logo.svg

Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Politique en Espagne


Wikinews-logo.svg

Wikinews
(Actualités)
Politique en Espagne