Portail Géorgie (pays)

Portail Géorgie (pays)
Portail   Abkhazie   Ossétie du Sud   Arborescence   Projet   Discussions
გამარჯობა.gif Bienvenue sur le Portail de la Géorgie !
Drapeau de la République de Géorgie
La Géorgie, entre Europe et Asie

Située au pied du Caucase, sur le rivage oriental de la mer Noire, à la limite de l'Europe et de l'Asie, la Géorgie est un pays de moins de quatre millions d'habitants qui a d'anciennes traditions culturelles. Pour les Grecs de l'Antiquité, la Géorgie était le pays de la Toison d'or et de Prométhée. La Géorgie connut son plus grand épanouissement au XIIIe siècle. Des clercs royaux et des diplomates, dans la multitude de cours qu'entretenaient Georges III et sa fille -la reine Tamar-, font parler d'eux jusque dans les chroniques française ou arabe. Citadelle chrétienne en Orient, la Géorgie prit également part activement aux Croisades et construisit des monastères un peu partout sur le chemin des pèlerins (Moyen Orient, Grèce). Des siècles durant, étant donné sa position stratégique, la Géorgie fut très souvent au cœur des tensions géopolitiques entre les Empires, perse, ottoman et russe, mais elle a toujours su garder son identité.

Au début du XIXe siècle, les armées de la Russie tsariste envahissent le territoire géorgien et le font entrer dans l'orbite impériale. En 1918, le pays des Kartvèles -ainsi se nomment eux-mêmes les Géorgiens- recouvre son indépendance et proclame la République démocratique de Géorgie. En 1921, les armées de la Russie soviétique envahissent à leur tour le territoire géorgien. Les bolcheviks mettent ensuite en place l'Union soviétique, dont la Géorgie est l'une des 15 républiques. En 1991, elle retrouve sa souveraineté grâce à l'action de Zviad Gamsakhourdia, premier président de Géorgie. Lui succèderont Édouard Chévardnadzé, Mikheil Saakachvili et Guiorgui Margvélachvili.

Sur le plan politique, le rapprochement avec les puissances occidentales et l'Otan, engagé sous les mandats d'Édouard Chévardnadzé, a été poursuivi par ses deux successeurs. Il a permis l'évacuation des bases russes qui subsistaient sur le territoire géorgien à Tbilissi, Batoumi et Akhaltsikhé entre la mi-2005 et la mi-2008. Mais il a aussi entretenu l'espoir d'une reconquête de la région séparatiste de Tskhinvali (Ossétie du Sud), et a conduit à la guerre russo-géorgienne d'août 2008 (avec pour conséquence la reconnaissance de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie par la Fédération de Russie). Il s'est concrétisé par l'accord d'association signé entre la Géorgie et l'Union européenne le . Il est partiellement contrecarré par les réserves de l'Allemagne et de la France à une adhésion de la Géorgie à l'Otan afin de ne pas provoquer la Fédération de Russie.

Sur le plan économique, la Géorgie, dotée d'une balance commerciale structurellement déficitaire, table sur le tourisme, le développement de ses exportations (vins et eaux minérales en particulier) et les couloirs qu'elle représente pour l'acheminement des hydrocarbures d'Est en Ouest de la mer Caspienne vers l'Europe, et plus accessoirement du Nord au Sud entre la Russie et l'Arménie. Les pays d'Asie (Chine, Japon et Turquie) ont supplanté les pays de l'ex-URSS (Arménie, Azerbaïdjan, Russie et Ukraine) dans les échanges commerciaux, les pays de l'Union européenne (principalement Allemagne et Roumanie) formant un troisième groupe de partenaires. Le Produit intérieur brut annuel par habitant a atteint 3 766 dollars en 2015, mais la lente dévaluation de la monnaie nationale (- 22 % entre 2012 et 2016) grève le pouvoir d'achat moyen des Géorgiens.

Sur le plan démographique, après l'émigration d'un million de personnes du début des années 1990, en raison de la guerre civile, mais aussi afin de rejoindre des pays de mêmes origines ethniques (Fédération de Russie, Israël), la population a semblé se stabiliser autour de 4,5 millions de personnes de 2004 à 2014, avec un taux de renouvellement de 2,1. Le recensement effectué en novembre 2014 a conclu à une population beaucoup moins importante que les estimations, 3 713 804 habitants, conséquence d'une surestimation de près de 500 000 dans les zones rurales et de près de 300 000 dans les zones urbaines, avec une émigration économique touchant les jeunes générations et un taux de renouvellement proche de 1,7.

Sur le plan démocratique, les réformes engagées il y a une dizaine d'années ont pris corps en termes d'alternance politique lors des élection législatives tant en 2012 qu'en 2016. Des points noirs subsistent comme le système pénitencier et la justice.

Source : Office national des statistiques de Géorgie, au 16 janvier 2017.


Panorama
Église de la Trinité de Guerguétie


Lumière sur... Le saviez-vous ?
Zviad Gamsakhurdia, Tbilisi, 1988.jpg

Zviad Gamsakhourdia (en géorgien : ზვიად გამსახურდია) (né le – mort le ) est un homme politique géorgien qui fut le premier président de la Géorgie indépendante, du 26 mai 1991 au 6 janvier 1992.

Premier président démocratiquement élu d'une ex-république soviétique, Zviad Gamsakhourdia fut aussi un professeur, un écrivain, un dissident soviétique et enfin un homme politique, craignant et accusant sans cesse le Kremlin de comploter contre son gouvernement. Père de la Géorgie indépendante, il ne put recevoir l'aide des puissances étrangères pour développer son pays et dut se trouver un solide allié en Djokhar Doudaïev, président tchétchène dont la république fut reconnue par Gamsakhourdia.

Victime d'un coup d'État qui mena la République de Géorgie à une terrible et sanglante guerre civile, Zviad Gamsakhourdia fut également à l'origine des actuelles dissensions entre l'Abkhazie et la Géorgie mais se rapprocha d'autres pays caucasiens, telle que l'Arménie. En tant qu'ennemi d'Edouard Chevardnadzé, l'actuel président Mikheil Saakachvili est considéré comme l'héritier de Gamsakhourdia, même si la famille de ce dernier ne le soutient pas.

Autres articles sélectionnés au sein du portail Géorgie (pays)



Importations. Exportations. Balance commerciale

  • Les cinq principaux partenaires de la Géorgie pour les importations ont été en 2015, la Turquie (17,1%), la Russie (8%), la Chine (7,5%), l’Azerbaïdjan (6,9%) et l’Ukraine (5,8%) pour un total de 7,730 milliards de dollars (ce montant était de 8,596 milliards en 2014).
  • Les cinq principaux partenaires de la Géorgie pour les exportations ont été en 2015, l’Azerbaïdjan (10,9%), la Bulgarie (9,7%), la Turquie (8,4%), l’Arménie (8,1%) et la Russie (7,3%) pour un total de 2,205 milliards de dollars (ce montant était de 2, 861 milliards en 2014).
  • Le déficit de la balance commerciale a été en 2015 de 5,525 milliards de dollars (il était de 5,741 milliards en 2014).

Source : National Statistics Office of Georgia

Actualité Cela s'est passé en novembre...


Pour suivre l'historique des actualités géorgiennes en langue française, structurées en différentes rubriques, revue de presse, infos brèves, sports, art et culture, infos thématiques, il est possible de consulter en ligne Les Infos Brèves France Géorgie (archivées mensuellement depuis octobre 2003).


D'autres sources d'information en langue française, concernant la Géorgie, existent comme les sites


D'autres publications francophones, papier ou électronique, ont été diffusées depuis le retour à l’indépendance de la Géorgie en 1991, La Géorgie francophone éditée à Tbilissi par Mazro Doukhtourichvili, La Vie en Géorgie éditée à Tbilissi par Avtandil Otinachvili (avec le concours de deux journalistes français Régis Genté et Claire Delessard), Géorgie + devenu Caucase international édité à Tbilissi par Claire Delessard, le Website Caucase News édité par trois journalistes français -François Grémy, Célia Chauffour et Nicolas Landru-, la lettre électronique Georgian News éditée à Leuville-sur-Orge par Luc Méloua, la lettre électronique Info Géorgie éditée à Paris par Mery Zourabichvili, Le Canard du Caucase édité à Tbilissi par un collectif d’expatriés français, ainsi qu’une multitude de blogs dont la pérennité est généralement éphémère.


...2003

Révolution des Roses.

La Révolution des Roses fut une des révolutions de couleurs, groupe de changements de gouvernements en Europe de l'Est balançant certains pays d'un régime autoritaire à un nouveau gouvernement pro-occidental, qui frappa la Géorgie le 23 novembre 2003. Elle détrôna l'ancien président Edouard Chevardnadzé et porta à la présidence de la République Mikheil Saakachvili.

La Révolution des Roses commença le 3 novembre 2003. À cette date, Mikheil Saakachvili, ancien ministre de la Justice de Chevardnadzé et membre de l'opposition depuis 2001, appela le peuple géorgien à se soulever contre le régime sévère du second président de Géorgie, dont le parti avait remporté les élections parlementaires suite à des fraudes largement dénoncées par la presse occidentale. Une immense vague de manifestations traversa la Géorgie pendant tout le mois de novembre 2003 et le président Edouard Chevardnadzé fut finalement obligé de démissioner, le 23 novembre.

Photo du jour Carte du mois
Aujourd'hui le 11 novembre :
Tchoumateleti
La Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud fut un conflit militaire qui opposa Tbilissi à ses régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud, aidées militairement par la Russie. La défaite de Tbilissi le 16 août fut un désastre pour le gouvernement géorgien, qui perdit totalement le contrôle de ses régions séparatistes. Avant la guerre, la vallée de Kodori (Abkhazie) et le district d'Akhalgori (Ossétie du Sud) étaient encore loyaux à Tbilissi.


Index thématique
Géographie de la Géorgie Histoire de la Géorgie
Satellite image of Georgia in May 2003.jpg


Géographie de la Géorgie (C)


Principales agglomérations et principaux districts* : Tbilissi (1 113 000 habitants) - Batoumi (154 600 habitants) - Koutaïssi (147 900 habitants) - Roustavi (126 000 habitants) - Marnéouli (105 300 habitants) - Gardabani (82 300 habitants) - Gori (77 800 habitants) - Kobouléti (75 200 habitants) - Zougdidi (62 500 habitants) - Zestafoni (57 5000 habitants) - Tskhaltubo (56 6000 habitants) - Gourdjaani (53 900) - Bolnissi (53 800 habitants) - Khachouri (52 700 habitants) - Sagaredjo (52 200) - Khelvatchaouri (51 700 habitants) - Samtrédia (48 500) - Ozourguéti (48 000 habitants) - Mtskhéta (47 800 habitants) - Akhalkalaki (45 200 habitants) - Kaspi (43 700 habitants) - Karéli (43 100 habitants) - Lagodékhi (41 800 habitants) - Poti (41 500 habitants)

*Nombre estimé d'habitants au 1er janvier 2016

*Soukhoumi (63 000 habitants ?) et Tskhinvali (29 000 habitants ?) sont des villes hors contrôle des autorités géorgiennes


Pays limitrophes : Arménie - Azerbaïdjan - Turquie - Fédération de Russie




Histoire ancienne de la Géorgie (C)


Histoire contemporaine de la Géorgie

Subdivisions de la Géorgie Politique et Institutions
Regions of Georgia (country).svg


Administration territoriale de la Géorgie (C)
Le territoire de la République de Géorgie est subdivisé en 12 entités administratives, celle de la capitale Tbilissi, celles des 9 régions [dont la Kartlie avec une partie -dite Ossétie du Sud- ayant autoproclamé son indépendance], celle de la république autonome d'Adjarie, celle de la république autonome d'Abkhazie [ayant également autoproclamé son indépendance].

Depuis la guerre russo-géorgienne d'août 2008 les mouvements de population entre l'Ossétie du Sud et le reste de la Géorgie sont quasi-inexistants (une séparation a été construite et des garde-frontières ont été formés par l'armée russe); les mouvements de population entre l'Abkhazie et le reste de la Géorgie sont limités aux personnes d'ethnie géorgienne résidant encore sur le territoire abkhaze (le fleuve Inguri assure pour partie une séparation naturelle et des gardes-frontières ont été mis en place par l'armée russe).

Nombres d'habitants, source : Office national des statistiques de Géorgie, estimés au (après le recensement de novembre 2014, constatant une diminution nationale de 14,7% par rapport au recensement de 2002).

Flag of Georgia (transparent background).svg


Politique en Géorgie (C)


Relations entre la France et la Géorgie

Économie de la Géorgie Culture géorgienne
Ge-money-lari-200.jpg


Indicateurs économiques (Office national des statistiques de Géorgie)

  • Change lari pour 1 dollar : 2,39 fin 2015 / 1,86 fin 2014 / 1,73 fin 2013 / 1,65 fin 2012
  • Budget national (revenu) : 8,9 milliards laris en 2015 / 8,1 milliards laris en 2014
  • Chômage : 12,0% en 2015 / 12,4% en 2014
  • Commerce extérieur : déficitaire (5,5 milliards dollars en 2015 / 5,7 milliards dollars en 2014)
  • Dette extérieure : 13,1 milliards laris fin 2015 / 10,3 milliards laris fin 2014
  • Inflation : 4,0% en 2015 / 3,1% en 2014
  • Investissements étrangers : 1,564 milliards dollars en 2015 / 1,758 milliard dollars en 2014
  • Produit intérieur brut : global 13,988 milliards dollars en 2015 / 16,507 milliards dollars en 2014 - par personne 3 766 dollars en 2015 / 3 676 dollars en 2014


Économie de la Géorgie (C)

St George, Georgia (15th c).jpg


Culture de la Géorgie (C)

Sport en Géorgie Personnalités géorgiennes


Sport en Géorgie


Articles remarquables
Articles récompensés Articles récents

2 177 articles sont actuellement liés au Portail de la Géorgie


Discussions relatives aux articles du Projet Géorgie

  • Articles de qualité
  • Bons articles
  • Articles avancés
  • Articles bien construits
  • Articles bien débutés
  • Articles ébauchés
  • Articles à avancement inconnu