Portail Croatie

Portail Croatie
Portail   Évaluation   Projet   La Konoba
[ modifier ]

Portail Croatie

Coat of arms of Croatia.svg

Dobrodošli ! Bienvenue !

La Croatie est un État qui s'étend de l'extrémité orientale des Alpes, sur ses confins au nord-ouest et des plaines panonniennes au nord-est, jusqu'au littoral de la mer Adriatique au sud, en passant par le massif montagneux des Alpes dinariques au centre. Sa capitale est Zagreb.

Ce portail regroupe les 4 442 articles qui la concernent.


[ modifier ]

Géographie

Carte de la Croatie

La Croatie a une forme particulière qui ressemble à un croissant ou un fer à cheval, ce qui explique qu'elle ait des frontières avec de nombreux pays : la Slovénie, la Hongrie, la Serbie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, et une frontière maritime avec l'Italie dans la mer Adriatique.

Le relief est assez diversifié et contient :

Article détaillé : Géographie de la Croatie.
[ modifier ]

Histoire de la Croatie

La Croatie, indépendante depuis 1991, est tout au long de son histoire au carrefour de quatre grands espaces culturels, ce qui confère une étonnante richesse à son patrimoine, tant architectural qu’artistique.

Outre le caractère slave de ses habitants qui remonte au VIIe siècle avec l'absorption des anciens Illyro-Romains, la Croatie a subi les influences vénitiennes sur la côte dalmate d’une part, et les influences austro-hongroises dans les plaines du nord de Slavonie et dans le bassin du Danube d’autre part. Cet héritage vient se superposer à celui préromanromain et byzantin – plus diffus, mais auquel elle doit sa tradition chrétienne, ses rites romains, et son alphabet à caractères latins. Le voisinage immédiat de l’Empire ottoman, du XVe au XIXe siècle, dont l’expansion s’est arrêtée en terre croate, a également son importance.

Armoiries de la Couronne de saint Étienne

La Croatie contemporaine est également l’héritière du Royaume médiéval de Croatie, d’abord indépendant puis associé en 1102 à la couronne hongroise et en 1527 intégré aux terres des Habsbourg, devenues l'Autriche-Hongrie de 1867 à 1918. Au début du XVe siècle, la province côtière de Dalmatie devient vénitienne pour quatre siècles, puis française de 1809 à 1814, au sein des Provinces illyriennes qui mettent fin à la république de Raguse. Les Croates aspirent à la formation d'un Royaume triunitaire de Croatie-Slavonie-Dalmatie, dans le cadre de la monarchie austro-hongroise, mais l'Accord austro-hongrois de 1867 laissa la Dalmatie à l'Autriche, tandis que la Croatie stricto sensu et la Slavonie demeurent en Hongrie

Ivan Zasche, Portret bana Josipa Jelacica.jpg

C'est seulement le XXe siècle qui voit pour la première fois la Croatie unie à ses voisins slaves. De 1918 à 1941, c'est sous la forme d’un royaume centralisé sous le sceptre d’une dynastie serbe, au sein du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, renommé en Royaume de Yougoslavie le . En 1941, après l'invasion allemande de la Yougoslavie, l'État indépendant de Croatie, satellite de l'Allemagne nazie, est créé sous la dictature fasciste. Parallèlement, un Conseil antifasciste de la guerre de Libération de Croatie (ZAVNOH) rassemble la résistance croate, au sein des partisans de Josip Broz dit Tito.

Dès novembre 1943, les partisans annoncent le projet d'une Yougoslavie fédérale. La Croatie devient un État fédéré au sein de la République fédérative socialiste de Yougoslavie composée de six républiques.

Le 25 juin 1991, suite aux premières élections multipartites de Croatie en 1990, celle-ci comme la Slovénie déclare son indépendance. Belgrade ne reconnaît pas cette indépendance et la Guerre en Croatie commence. La Croatie est reconnue internationalement le 15 janvier 1992. La nouvelle armée croate mène des opérations contre les forces de la République serbe de Krajina soutenue par l'Armée populaire yougoslave (JNA), notamment les opérations Éclair en Slavonie et Tempête pour reconquérir la Krajina.

Depuis la fin de la guerre, la Croatie mène une politique de privatisation, puis s'ouvre sur l'Union européenne et aux investissements étrangers.

Article détaillé : Histoire de la Croatie.
[ modifier ]

Lumière sur...

Reconstitution du palais de Dioclétien

Le palais de Dioclétien (en croate : Dioklecijanova palača) est la résidence impériale fortifiée construite par l'empereur Dioclétien sur la côte dalmate pour s'y retirer après son abdication volontaire en 305. C'est l'un des édifices de l'Antiquité tardive les mieux conservés. Ces vestiges sont préservés dans le cœur historique de Split, en Croatie. Contrairement à une légende populaire, la ville — Spalatum en latin — doit son nom à celui de la cité grecque voisine d'Aspalathos — « buisson blanc » — et non au terme latin signifiant palais — palatium. L'empereur Dioclétien y vécut l'essentiel des dernières années de sa vie et, à sa mort, son corps fut déposé dans un sarcophage placé dans le mausolée qu'il y avait fait construire.

Le palais est un témoignage exceptionnel de la mise en scène architecturale de l'idéologie tétrarchique qui ne survécut pas à son fondateur. Réunissant une résidence de prestige, un temple dynastique et un mausolée, c'est le prototype d'un modèle palatial tétrarchique qui connut deux autres itérations moins grandioses, à Romuliana pour Galère et à Šarkamen sans doute pour Maximin Daïa.

Après la disparition de son commanditaire, le palais continua jusqu'au VIe siècle de servir de résidence officielle pour l'administration provinciale et de grands personnages en exil, mais elle abrita aussi une manufacture de textile. Après les invasions slaves, une petite ville se développa dans ses murs et succéda à Salone comme siège épiscopal et siège administratif des autorités byzantines. Elle finit par passer sous contrôle vénitien et demeura une place forte de la République jusqu'à la dissolution de cette dernière en 1797. Dès le XVIe siècle, les vestiges du palais attirèrent l'attention des architectes et érudits européens, et eurent une influence certaine sur le courant néoclassique.

Autres articles sélectionnés
[ modifier ]

Le projet Croatie

Icon tools.svg

Le projet Croatie dresse notamment une liste des derniers articles créés et à créer.

Pour la maintenance : Changements apportés au portail

Fairytale filenew2.png

[ modifier ]

Savez-vous que...

Cravate bleu.

On lit ou entend encore souvent que le mot cravate est une transformation du mot « Croate », en référence aux mercenaires du même pays employés par Louis XIII au XVIIe siècle. Ceux-ci avaient pour habitude de porter un foulard noué autour du cou. En réalité, on trouve des traces du mot cravate dès le XIVe siècle, et cela aussi bien en France qu'en Italie, notamment dans les écrits d'Eustache Deschamps. Cela dit, « croate » en croate s'écrit Hrvat, avec une prononciation assez proche du mot français « cravate ». L'autre source serait allemande : "les Hrvates" sont "die Crabatten" en Allemagne et Louis XIV aurait eu du mal à prononcer ce mot : il aurait prononcé "les Cravates". Il n'est donc pas du tout exclu que le port de cet accessoire ait été remis au goût du jour par les fameux soldats croates du roi.

Lire la suite


[ modifier ]

Régions

[ modifier ]

Liens utiles

[ modifier ]

Sur Wikimedia

Croatie sur Wikinews,
Actualités

Croatie sur Wikiquote
Citations

Croatie, sur Wikisource

Croatie sur Wikisource
Livres numérisés

Croatie sur Wikilivres
Textes et manuels

Croatie sur Wikiversité
Ressources pédagogiques

Croatie, sur Commons

Croatie sur Commons
Images et médias

Croatie sur Wiktionnaire
Définitions


Données brutes

Croatie sur Wikivoyage
Guide de voyage