Portail Communisme

Portail Communisme
Portail   Évaluation   Projet   Participer   Ressources   Discussions
Hammer and Sickle Red Star with Glow.png

Le terme de communisme désigne à l'origine une forme théorique de société sans classes et d'organisation sociale sans État, où la propriété privée serait abolie et les moyens de production mis en commun.

L'usage de ce terme change radicalement au XXe siècle, quand la révolution d'Octobre, en Russie, amène en 1917 au pouvoir les bolcheviks, tendance du Parti ouvrier social-démocrate de Russie dont Vladimir Oulianov, dit Lénine est le principal dirigeant et idéologue. Le choix de l'appellation communiste par les bolcheviks marque une scission à l'échelle internationale de la mouvance socialiste : dans les années qui suivent, les partisans des idées de Lénine s'alignent sur l'URSS, présentée comme l'avant-garde d'une future révolution mondiale. Après la Seconde Guerre mondiale, le communisme connaît une expansion à l'échelle internationale et arrive au pouvoir dans de nombreux pays. Durant la période de la Guerre froide, les relations internationales sont rythmées par l'opposition entre États communistes et non communistes. Jusqu'à la fin de la Guerre froide, un quart de l'humanité vit en régime communiste. Le système de gouvernement des pays communistes est marqué par la pratique du parti unique, mais des partis communistes participent également à la vie politique des pays démocratiques et la qualité de communiste demeure revendiquée par des courants minoritaires comme le trotskisme.

À la fin des années 1980, l'ensemble des régimes communistes européens s'effondrent. Pour autant, le communisme ne disparaît pas en tant que mouvance politique. Plusieurs États communistes existent encore sans que leur mode de gouvernement obéisse à un modèle unique et cohérent.

Ce portail compte actuellement 4 165 articles.

Concepts


Tendances et idéologies


Lumière sur


Des Panzerkampfwagen III allemands en Yougoslavie, pendant l'invasion de 1941.

Le Front yougoslave englobe l'ensemble des opérations militaires conduites en Yougoslavie pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce pays des Balkans devient un théâtre d'opérations du conflit mondial au printemps 1941. Le gouvernement yougoslave s'allie à l'Allemagne nazie fin mars, mais il est renversé par un coup d'État deux jours plus tard. En réaction, les forces de l'Axe envahissent le royaume le . La Yougoslavie est ensuite démembrée, et son territoire annexé ou occupé par l'Allemagne, l'Italie, la Hongrie et la Bulgarie. Deux parties du pays deviennent des États « indépendants » : la Croatie, où le mouvement fasciste des Oustachis est mis au pouvoir et installe une dictature particulièrement meurtrière, et la Serbie, où est proclamé un gouvernement collaborateur.

Les conditions d'occupation, et notamment les atrocités commises par les Oustachis, suscitent deux mouvements de résistance qui se trouvent cependant très vite en conflit l'un avec l'autre : les Tchetniks nationalistes et monarchistes commandés par Draža Mihailović, et les Partisans communistes commandés par Tito. Les Alliés apportent d'abord leur soutien aux Tchetniks, mais ceux-ci en arrivent à privilégier le combat contre les Partisans, et à nouer pour des raisons tactiques des alliances avec les occupants dans l'attente d'un débarquement des Britanniques. Jusqu'en , la guerre mondiale se double donc en Yougoslavie d'une guerre civile extrêmement violente, théâtre de nombreux massacres, de nettoyages ethniques et de crimes de guerre de toutes sortes.

Les Tchetniks sont un mouvement essentiellement serbe, associé à l'ancien régime. À l'opposé, les communistes parviennent à gagner à leur cause une partie de la population en proposant de reconstruire la Yougoslavie sur une base fédérale qui, au contraire de la monarchie serbe d'avant-guerre, mettrait ses différentes nationalités sur un pied d'égalité. Fin 1943, jugeant les Tchetniks trop compromis dans la collaboration et les Partisans plus efficaces contre les Allemands, les Britanniques reportent leur soutien sur les forces de Tito. En outre, l'idée d'une intervention anglo-américaine dans les Balkans est abandonnée pour ne pas disperser les forces au moment du débarquement en France, laissant le territoire yougoslave en proie à l'affrontement des différentes factions locales.

Après s'être emparé fin 1944 du territoire serbe avec l'aide des Soviétiques, Tito triomphe de l'ensemble de ses adversaires et s'assure très rapidement le monopole du pouvoir. La monarchie est officiellement abolie en , pour laisser place à un régime communiste qui dure ensuite jusqu'en 1992. Sous la Yougoslavie de Tito, la lutte des Partisans pendant le conflit mondial, appelée « Guerre de libération nationale », fait office de « mythe fondateur » du régime. Les souvenirs des haines ethniques et des atrocités de la guerre ne s'éteignent cependant pas, alimentant les ressentiments et les nationalismes qui conduisent, dans les années 1990, à l'éclatement définitif du pays.

Autres articles sélectionnés au sein du portail communisme
Contenus de qualité • Bons contenus • Sélection •Programme

Acteurs


  • Personnalités :
Statues de Marx et Engels.
Statue de Lénine.
Portrait de Joseph Staline.
  • Mouvements et organisations :
Défilé lors du troisième Festival mondial de la jeunesse et des étudiants, organisé en RDA.
Délégation du Parti de la refondation communiste à la gay pride de Milan, en 2007.

Régimes


Armoiries de l'URSS.
Soixantième anniversaire de la République populaire de Chine.

Événements


17ème congrès du Parti communiste de l'Union soviétique, en 1974.
Fidel Castro en 1959.

Voir aussi