Zone d'occupation française en Allemagne

Zone d'occupation française en Allemagne
(de) Französische Besatzungszone

1945-1948 (1949)

Drapeau
Drapeau de la France
Description de l'image Germany_after_WWII_zones_F.png.
Informations générales
Statut Administration militaire alliée, zone d'occupation française
Capitale Quartier général situé à Baden-Baden dans le Land de Bade
Langue allemand, français
Superficie
Superficie 42 473 km2
Histoire et événements
juillet 1945 Établissement (prise de possession de la zone par les Force françaises en Allemagne)
1er janvier 1947 Création de la Bizone (zones britannique et américaine)
3 juin 1948 Création de la Trizone
mai 1949 Proclamation de la République fédérale

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La zone d'occupation française (en allemand : Französische Besatzungszone), était l'une des quatre zones alliées établie en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale.

Précédent à la suite de la Première Guerre mondiale

À la suite de l'armistice de la Première Guerre mondiale, des forces Alliées ont occupé une partie du territoire allemand jusqu'aux années 1920 et la France administra le Territoire du Bassin de la Sarre jusqu'en 1935.

Le traité de Versailles prévoyait une présence militaire des Français, des Britanniques, des Américains et des Belges sur la rive gauche du Rhin et une partie de la rive droite à partir de janvier 1920 et pour une période de 5 à 15 ans suivant les territoires. Les Français héritaient à la fois de la plus grande des zones d’occupation qui s’agrandit encore avec le retrait rapide des États-Unis ainsi que de la direction de la Haute commission interalliée aux territoires rhénans  (HCITR), de la présidence de la commission de gouvernement de la Sarre mandatée par la Société des Nations, ainsi que celle de Memel et de la Haute-Silésie.

Les effectifs des forces occupantes étaient au nombre de 100 000 dans les territoires rhénans dans les périodes les plus calmes. Le maximum de militaires est atteint en mai 1921 lors de la première occupation de Ruhrort, Düsseldorf et Duisbourg avec 250 000 soldats dont 210 000 Français[1].

Historique

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, avant la conférence de Yalta (4-11 février 1945), aucune zone d'occupation ne devait être attribuée à la France. Devant l'insistance de Charles de Gaulle et du Gouvernement provisoire de la République française, Churchill obtint de Roosevelt et Staline qu'une zone d'occupation soit attribuée à la France à condition que celle-ci soit constituée de zones précédemment occupées par les Américains et les Britanniques[2] :

Extrait du communiqué final dans son 4e point

« IV. Zone d'occupation pour la France et conseil de contrôle en Allemagne
Il a été décidé qu'une zone de l'Allemagne serait allouée à la France pour être occupée par les forces françaises. Cette zone serait prélevée sur les zones britannique et américaine et son étendue serait fixée par les Britanniques et les Américains, en accord avec le Gouvernement provisoire français.

Il a été aussi décidé que le Gouvernement provisoire français serait invité à faire partie de la Commission de contrôle alliée en Allemagne. »

C'est ainsi que les Britanniques cédèrent la Sarre, le Palatinat et les territoires sur la rive gauche du Rhin jusqu'à Remagen comprenant Trèves, Coblence et Montabaur. Tandis que les Américains cédèrent le Sud de la République de Bade (devenu le Land de Bade), le Sud de l'État libre populaire de Wurtemberg (devenu le Land de Wurtemberg-Hohenzollern), le cercle de Lindau sur le lac de Constance et quatre cercles de la Hesse sur la rive droite du Rhin[2].

Des Forces françaises en Allemagne prirent officiellement possession de leur zone le 26 juillet 1945[2]. Il faudra attendre le 12 août 1945, pour que deux districts berlinois (Reinickendorf et Wedding) leur soient attribués[3].

Une Direction de l'enseignement français en Allemagne fut créée immédiatement pour permettre la scolarisation des enfants des familles de militaires et civils.

Étendue territoriale

Le secteur d'occupation français à Berlin

La zone avait son quartier général situé à Baden-Baden dans le land de Bade, et était constituée par :

Ceux-ci fusionnèrent par la suite avec celui de Wurtemberg-Bade (situé en zone américaine), afin de former le land de Bade-Wurtemberg.
  • du district de Lindau (actuellement en Bavière) qui faisait office de couloir de liaison entre les zones d'occupation française d'Allemagne et celle d'Autriche. En effet, il permettait aux Forces françaises stationnées dans ce dernier pays de rejoindre la France en évitant ainsi de transiter par la zone d'occupation américaine. Avec la fin du statut des zones d'occupation en Autriche le 5 mai 1955, le district de Lindau, qui dépendit successivement du Wurtemberg-Hohenzollern, puis du Bade-Wurtemberg, fut alors réintégré à la Bavière et la zone américaine.

Ceux-ci étaient administrés par le gouvernement militaire français de Berlin (GMFB).

Liste des commandants de zone

Commandant militaire

Gouverneur militaire

Gouverneurs :

Haut-commissaire

Bibliographie

  • Corine Defrance , La Politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin, 1945-1955, Presses universitaires de Strasbourg, 1994.
  • Compte rendu du deuxième Congrès de l'Organisation des fonctionnaires résistants en Allemagne, Höllhof, 1949

Notes et références

  1. (fr) Occuper l’Allemagne après 1918, Revue historique des armées, 2009
  2. a, b et c H. Pennein-Engels, « La présence militaire en Allemagne de 1945 à 1993 » [PDF], Université de Metz - Faculté des Lettres et Sciences Humaines, (consulté le 8 juillet 2015).
  3. « Gouvernement Militaire français de Berlin » [PDF] (consulté le 9 juillet 2015).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes