Ziri Ibn Attia

Ziri Ibn 'Āttia
زيري بن عطية
ⴷⵣⵉⵔⵢ ⵏ ⵄⵟⵉⴰ
Ziri n Ɛaṭiyya Ameɣraw

بن عطية

Nom de naissance Zīrī Ibn 'Abd Allah Ibn 'Āttia Ibn Tabâdalt Ibn Muhammad Ibn Khazar az-Zanâtî al-Maghrâwî al-Khazarî
Alias
Az-zānātī
الزناتي
Naissance
Aurès
Décès
Oranie

Ziri Ibn Attia (en arabe : زيري بن عطية) , (en berbère amazigh : Ziri n Ɛaṭiyya Ameɣraw ou ⴷⵣⵉⵔⵢ ⵏ ⵄⵟⵉⴰ) ; de son vrai nom Zīrī Ibn 'Ābd Allah Ibn 'Attiā Ibn Tabâdalt Ibn Muḥāmmād Ibn Kḥāzār az-Zānātī al-Māghrāwī al-Kḥāzārī (en arabe : زيري بن عبد الله بن عطية بن تبادالت بن محمد بن خزار الزناتي الخزاري) fut un chef berbère Zénète Algérien originaire des Aurès de la tribu de Maghraoua, il fut également le premier souverain du Royaume de Fès.
Il sera nommé vizir par les Omeyyades, mais par la suite prendra parti pour les Fatimides.
Ziri Ibn Attia occupera une grande partie du Maghreb et par la suite, s'auto-proclamera Émir de tous les Zénètes[1].

Origine

Ziri Ibn 'Attia est un personnage historique d'origine berbère zénète, de la région des Aurès, appartenant à la Tribu des Maghraouas.

Histoire

Selon Ibn Khaldoun, Ziri Ibn 'Attia est un chef berbère de la tribu des Maghraouas, tribu berbère originaire des Aurès, (région montagneuse de l'est algérien)[2].Yeddou la décadence des Idrissides pour se dérober à la souveraineté des Omeyyades de Cordoue et s'empare de Fès en 988. La ville de Fès sera la capitale du royaume Zénète. Ensuite, Ziri Ibn Attia sera invité par Almanzor en Espagne pour recevoir son titre de Vizir. À ce moment, Yeddou prend Fès des Maghraouas. À son retour, Ziri Ibn Attia chasse Yeddou de Fès et reprend la ville. Par la suite, il se rebelle contre le régime d'Almanzor et des Omeyyades et fondera la ville d'Oujda en 994 pour y établir sa résidence en 995, alors qu'Oujda fait partie du royaume de Tlemcen. Il bat les Musulmans d'Espagne en 996 puis sera vaincu par Abd al-Malik, fils d'Almanzor, et est réduit à s'enfuir dans le Sahara. Par la suite, l'émir Maghraoua fait une alliance avec les Fatimides et revient à la tête de quelques tribus et reprend Tlemcen, Tahert et les Zibans. Ziri Ibn Attia meurt en 1001[3].

Référence

  1. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères
  2. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, traduit par William Mac- Guckin De Slane, Édition Berti, Alger 2003
  3. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, partie Maghraoua

Source

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Ziri Ibn Attia » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)


Voir aussi