Zhang Yitang

Zhāng Yìtáng (张益唐)
Description de cette image, également commentée ci-après
Zhang Yitang en 2014
Naissance
Domicile États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Drapeau de Chine Chinois
Domaines Théorie des nombres
Diplôme Université Purdue[1]
Directeur de thèse Tzuong-Tsieng Moh
Renommé pour Travail sur les nombres premiers jumeaux[2]

Zhang Tom Yitang, romanisation du mandarin 张益唐, Zhāng Yìtáng[3], né en 1955, est un mathématicien chinois spécialiste de la théorie des nombres. En mai 2013, il a attiré l'attention de la communauté mathématique par une importante avancée sur l'étude de la répartition des nombres premiers.

Études

Zhang entra au département de mathématiques de l'université de Pékin en 1978, et y obtint ses diplômes de Bachelor of Science en 1982 et de Master of Science en 1986, sous la direction du théoricien des nombres Pan Chengbiao. Recommandé par Ding Shisun , il arriva à l'université Purdue en janvier 1985 et y obtint son Ph. D. en 1991[4].

Carrière

La thèse de Zhang portait sur la conjecture jacobienne, mais ses relations avec son directeur de thèse, Tzuong-Tsieng Moh, semblent avoir été distantes, ce dernier « regrettant de ne pas lui avoir trouvé de poste »[4]. Chercheur académiquement isolé, il travailla plusieurs années comme comptable, et dans un restaurant Subway, en parallèle à ses enseignements universitaires. Longtemps conférencier à l'université du New Hampshire, il y a été nommé professeur en 2014[5]. En septembre 2015 il a reçu une offre à l'université de Californie à Santa Barbara[6],[7].

Répartition des nombres premiers

En mai 2013, les médias relaient très largement son nom dans le monde entier à la suite de sa publication exposant une preuve de l’existence d’une infinité de paires de nombres premiers qui ne diffèrent pas l’un de l’autre de plus de soixante-dix millions. Ce résultat est une forme faible de la conjecture des nombres premiers jumeaux, laquelle énonce qu’il existe une infinité de paires de nombres premiers dont la différence vaut deux[8],[9]. L’article a été accepté dans les Annals of Mathematics le 21 mai[10], la preuve ayant été vérifiée par le professeur Henryk Iwaniec, de l’université Rutgers, un théoricien des nombres reconnu[4]. Andrew Granville a déclaré à ce sujet : « Les plus grands experts du domaine avaient essayé [cette approche] et échoué ; je ne pensais personnellement pas que quiconque y arriverait de sitôt »[11].

Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Zhang Yitang » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Yitang Zhang », sur le site du Mathematics Genealogy Project
  2. (en) Erica Klarreich, « Unknown Mathematician Proves Elusive Property of Prime Numbers », Wired,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « UNH Mathematician’s Proof Is Breakthrough Toward Centuries-Old Problem », University of New Hampshire,
  4. a b et c T. T. Moh, « Zhang, Yitang’s life at Purdue (Jan. 1985-Dec, 1991) »
  5. (en) « Notice des prix 2014 de l'AMS »
  6. http://dailynexus.com/2015-09-17/celebrity-mathematician-joins-ucsb-faculty/
  7. http://www.science.ucsb.edu/faculty/new>
  8. (en) Maggie McKee, « First proof that infinitely many prime numbers come in pairs », Nature,‎ (lire en ligne)
  9. (en) Kenneth Chang, « Solving a Riddle of Primes », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Yitang Zhang, « Bounded gaps between primes », Annals of Mathematics, Princeton University and the Institute for Advanced Study,‎ (lire en ligne [accès restreint])
  11. (en) Un mathématicien jette un pont sur les nombres premiers, sur le site de la Fondation Simons

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • WorldCat
  • [vidéo] (en) Counting for infinity, documentaire, 2015