Yvonne Lefébure

(Redirigé depuis Yvonne Lefebure)
Yvonne Lefébure
Biographie
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Paris
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Maître
Élève

Yvonne Lefébure, née le à Ermont et morte le à Paris, est une pianiste française. Elle mène au cours de sa longue vie une double carrière de virtuose et de pédagogue.

Biographie

Née à Ermont, elle entre au Conservatoire de Paris à l'âge de neuf ans, et elle est élève de Alfred Cortot (piano), Maurice Emmanuel et Charles-Marie Widor (fugue). Elle prend également des leçons particulières avec Cortot[1]. Enfant prodige, elle remporte dès l'âge de quatorze ans, un premier prix de piano dans la classe de Cortot, ainsi que dans six autres matières[1].

Très jeune, elle joue avec l'Orchestre des Concerts Lamoureux avec Camille Chevillard et l'Orchestre des Concerts Colonne avec Gabriel Pierné[1], ainsi qu'en récital.

Liée aux grands musiciens de son temps, Gabriel Fauré, Maurice Ravel, Paul Dukas, elle se fait leur interprète favorite quand elle ne se produit pas sous la baguette de chefs tels que Furtwängler, Boult, Markevitch, ou en compagnie de Pablo Casals, au festival de Prades en 1950, puis souvent ensuite. Elle épouse le chef d'orchestre et musicologue Fred Goldbeck en 1947[1].

Elle enseigne à l'École normale de musique (1924–1939 puis à nouveau en 1972–1973), au Conservatoire de Paris (1952–1967) et au Conservatoire européen (1967–1972)[1], et elle donne des classes de maître à son propre festival de Saint-Germain-en-Laye, où elle crée en 1968, le prix Debussy[1]. Parmi ses élèves, on peut citer : Hélène Boschi, Catherine Collard, Imogen Cooper, Évelyne Crochet, Anne-Marie Fossat, Samson François, Christine Girard, Gérard Jouannest, Michaël Levinas, Dinu Lipatti, Claude Mojonnier, Boris Nedeltchev, Françoise Thinat, Pierre Réach, Jean-Marc Savelli, Setrak, Avi Schönfeld , Chantal Stigliani, et Andrée Sommer (1933-2015).

Dotée d'un esprit curieux de tout, elle est proche du peintre Raoul Dufy et du philosophe Alain qui lui consacre deux « propos ».

Hommages

Elle a reçu en dédicace, un certain nombre de compositions : Henri Martelli (5 Danses), Jean Rivier (Torrents), Maurice Emmanuel (Sixième sonatine), Henry Barraud (4 Impromptus), Georges Migot (Scorpion)[1].

Discographie

Yvonne Lefébure a peu enregistré, trouvant le résultat au disque, plus froid que le concert. Jusqu'à la proposition d'Yvette Carbou, au début des années 1970, d'enregistrer Maurice Emmanuel, suivit par d'autres disques de Schubert, Beethoven, Bach, Debussy, Fauré et Dukas pour le label FY/Soltice. Cette étiquette a publié en 2016 un coffret hommage de 24 disques (SOCD 321/44), intitulé « Yvonne Lefébure, une légende du piano », dont un disque d'entretiens, avec Bernard Deutsch (1981), Laurent Asselineau (une classe de maître de 1979 — quatrième Ballade de Chopin) et Jacques Chancel (extrait d'une Radioscopie de 1976), entièrement transcrit dans le livret. Les 23 autres disques rassemblent les enregistrements pour EMI, pour Solstice et quatorze œuvres issues d'archives inédites de la radio, conservées à l'INA ou à l'étranger.

Bibliographie

  • Yvette Carbou, La leçon de musique d’Yvonne Lefébure, Van de Velde, 1995 (OCLC 301569801). Avec une discographie.
  • Alain Pâris, Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale depuis 1900, Paris, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2004, 1289 p. (ISBN 2-221-10214-2, OCLC 300283821, notice BnF no FRBNF39258649)

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f et g Pâris 2004, p. 516.

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • CiNii • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • WorldCat