Yvonne Jospa

Yvonne Jospa
Nom de naissance Have (Hava) Groisman
Alias
Yvonne Jaspar
Naissance
Popouti, Bessarabie
Décès (à 89 ans)
Bruxelles
Nationalité juive bessarabe
Pays de résidence Belgique
Autres activités
Résistante, militante communiste, militante antiraciste
Formation
Conjoint

Yvonne Jospa, née Hava Groisman, est née à Popouti[2] (Păpăuţi, prés de Rezina), en Bessarabie, le et est décédée à Bruxelles, le . En , elle fondera, avec son mari, Hertz Jospa, le Comité de Défense des Juifs, qui sauvera plus de 3000 enfants juifs de la déportation et de la mort. Yvonne Jaspar était son pseudonyme pour la résistance belge.

Éléments biographiques

Née dans une famille bessarabe juive aisée, elle est tout d'abord inscrite au Gymnase de Chişinău (aujourd'hui Moldavie). Arrivée en Belgique avec l'intention d'étudier la philosophie et les lettres à l'Université de Liège, elle optera finalement pour la carrière de travailleuse sociale après des études en sociologie[3].

En 1933, elle épouse Hertz Jospa. Ils devinrent tous deux des militants, tout d'abord au sein du Parti communiste de Belgique, puis en 1936 au sein de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme aile belge de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme. Elle prit part à l'hébergement d'enfants réfugiés à la suite de la guerre civile espagnole et contribua à l'organisation de filières secrètes pour faire rallier l'Espagne aux volontaires belges des brigades internationales[4].

En septembre 1942, ils fondent l'association secrète du Comité de défense des Juifs qui sauvera de la déportation des milliers d'enfants juifs.

Son mari, Hertz Jospa, fut arrêté en juin 1943 et fut détenu au fort de Breendonk puis déporté au camp de concentration de Buchenwald en mai 1944. Elle pensa ne plus jamais le revoir mais il survécut à sa captivité et, libéré par les troupes américaines, rentra au pays le [5].

En 1964, elle cofonde l'Union des Anciens Résistants Juifs de Belgique dont elle assurera la présidence d'honneur jusqu'à sa mort. Elle sera également l'une des fondatrices de l'aile belge du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples fondé à Paris en 1949. Le mouvement sera rebaptisé en 1966: Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (M.R.A.X.). C'est également en 1966 que meurt son mari. Communiste convaincue, elle a cependant toujours refusé d'approuver des positions antisioniste après 1947[4],[5].

Reconnaissances

  • Une cérémonie en son honneur eut lieu au mémorial d'Anderlecht, le .
  • Membre honoraire de la fondation l'Enfant Caché[4]
  • Une rue porte son nom à Bruxelles, rue Yvonne Jospa (janvier 1993)[5].

Sources

  1. Parfois appelé Gert
  2. Le Soir, Christian Laporte, Une grande militante antiraciste n'est plus, 25 janvier 2000, p. 16
  3. Marion Schreiber, Rebelles silencieux, éditions Lannoo, 2000 - 316 pages. p. 26
  4. a b et c Éliane Gubin, Dictionnaire des femmes belges: XIXe et XXe siècles, Lannoo Uitgeverij, , 637 p. (ISBN 978-2-87386-434-7, lire en ligne)
  5. a b et c « Inauguration rue Yvonne Jospa, 1000 Bruxelles », (consulté le 27 octobre 2009)

Bibliographie et filmographie additionnelles

  • Maurice Bolle, Jean Fonteyne, Ianchelevici et al., Le combat de Hertz Jospa, Brussels, Éditions des 9, 1970, 104 p.
  • Jean-Marie Faux, Hertz et Hava Jospa, in : Jean-Philippe Schreiber (ed.), Hertz Jospa, juif, résistant, communiste, Éditions Vie Ouvrière - Mrax, Bruxelles, 1997, 160 p. (ISBN 2870033362) (ISBN 978-2-87003-336-4).
  • Myriam Abramowicz et Esther Hoffenberg, Comme si c’était hier, Ping-Pong Production (Distribution National Center for Jewish Film, Brandeis University), 1980, 86 minutes, documentaire.