Yvan Gastaut

Yvan Gastaut
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Directeur de thèse

Yvan Gastaut, né à Monaco en 1965, est un historien français.

Maître de conférences à l'UFR STAPS de l'université de Nice. C'est un spécialiste de l'immigration en France et de ses rapports avec le sport, ainsi que de l'histoire du football.

Biographie

Yvan Gastaut est membre du laboratoire URMIS (Unité de recherches migrations et société). Ses travaux universitaires portent sur les questions migratoires en France, en Europe et en Méditerranée dans une dimension sociale, politique et culturelle. Réfléchissant sur les mécanismes du rejet de l'Autre dans une perspective mêlant le temps colonial et postcolonial, il s'attache à analyser comment l'interculturel provoque à la fois richesses et réticences.[réf. nécessaire]

Après avoir commencé sa carrière comme instituteur, il travaille sur sa thèse sous la direction de Ralph Schor. Traitant le thème de l'immigration et l'opinion publique en France sous la Ve République, cette thèse, soutenue en 1997, est le résultat de cinq années de recherches dans de multiples fonds d'archives. Elle est publiée au Seuil en 2000 et, bien que son plan thématique puisse être considéré comme nuisant à une vision diachronique et synthétique du sujet, elle obtient des critiques positives en raison de la masse d'informations apportées dans un domaine jusque-là inexploré[1].

Ses écrits s'inscrivant dans une problématique en pleine mutation, entre crise des « sans papiers », Coupe du monde 1998 ou encore choc du 21 avril 2002, Yvan Gastaut continue à creuser[style à revoir] l'histoire de l'immigration. Son travail, toujours fondé sur un socle universitaire, s'ouvre de plus en plus sur la société civile. Il travaille avec des associations militantes, des écrivains, des cinéastes ou encore des artistes. Il accompagne également le processus de création d'une Cité nationale de l'immigration qui voit le jour en 2007.[réf. nécessaire]

Membre de comités de lecture de revues comme Migrations société ou Hommes et Migrations, il conduit de nombreux chantiers de recherches sur l'espace méditerranéen et sa diversité humaine, travaillant beaucoup avec des collègues tunisiens et marocains. Il est le chef du projet pour la région PACA des enquêtes de l'ACSE sur l'histoire régionale en 2006-2008. Au milieu des années 2000, il s'oriente avec quelques collègues vers l'histoire des liens entre sport et immigration, publiant en 2008 un ouvrage d'histoire du temps présent autour de l'impact de la Coupe du monde 1998 sur le débat sur l'immigration et l'identité nationale, avec des critiques élogieuses qui saluent un ouvrage « passionnant »[2]. Depuis 2009, il est membre du conseil scientifique du musée national du Sport, basé à Nice. En 2008, 2010 et 2015, il est commissaire d'exposition au musée d'Histoire de l'immigration. L'exposition portant sur le thème des frontières avec Catherine Wihtol de Wenden a été remarquée tant pour son aspect didactique que pour la réflexion d'ensemble sur « les limites et leurs limites »[3],[4]. Après avoir co-dirigé l'ouvrage La France arabo-orientale en 2013, il publie avec Pascal Blanchard, Renaud Dély et Claude Askolovitch en 2014 un essai intitulé Les Années trente sont de retour. En 2016, il publie un Atlas de l'immigration en France avec Pascal Blanchard et Hadrien Dubucs.

Présence médiatique et controverses

Parallèlement à sa carrière universitaire, Yvan Gastaut collabore régulièrement avec des médias comme France Culture[5], Libération[6], Nice-Matin[7], L'Histoire[8]... Il intervient ponctuellement ailleurs pour défendre un point de vue, comme sur le site Mediapart pour lequel il a livré, avec Julien Gaertner, une critique d'un documentaire de Caroline Fourest sur l'islamisme[9], ou en tant qu'historien du football comme dans l'émission C dans l'air[10].

Passionné de football, il a cofondé avec Paul Dietschy, Christophe Messalti et Stéphane Mourlane l'association et le site WeAreFootball[11], dont l'objectif est de travailler sur les aspects culturels, historiques et mémoriels de ce sport[12].

Son approche des questions politiques et migratoires lui a valu de se voir décerné en 2006, en compagnie de Catherine Wihtol de Wenden, le parodique prix Lyssenko par le Club de l'horloge, cercle de pensée proche de l'extrême droite, pour son « analyse des bienfaits de l'immigration et de la mixité sociale »[13].

Par ailleurs, Éric Conan juge sévèrement le livre qu'il a co-écrit avec Claude Askolovitch, Pascal Blanchard et Renaud Dély sur le parallèle entre les années 2010 et les années 1930[14], l'accusant d'anachronismes et qualifiant de « nouvelle mode intellectuelle » ce type de comparaison qui traduirait, d'après lui, une « panique morale face au monde nouveau et à ses dilemmes »[15].

Ouvrages

  • Les Combats de La France de Nice et du Sud-Est (1925-1930), Nice, Serre, 1995.
  • L'Immigration et l'opinion en France sous la Ve République, Paris, Seuil, 2000.
  • Beausoleil en images, Tours, Sutton, 2000.
  • Sommes-nous dans les années 1930 ?, Paris, Belin, 2014.
  • Le Métissage par le foot. L’Intégration, mais jusqu’où ?, Paris, Autrement, 2008.

Ouvrages en collaboration :

  • Avec Stéphane Mourlane, La Semeuse, histoire d’un patronage niçois (1904-2004), Nice, Serre, 2004.
  • Avec Paul Dietschy et Stéphane Mourlane, Une histoire politique des Coupes du monde, Paris, Vuibert, 2006.
  • Avec Ralph Schor et Stéphane Mourlane, Nice cosmopolite, Paris, Autrement, 2010.
  • Avec Mikaël Petitjean, Accompagner les plus démunis. Fondation Patronage Saint-Pierre Actes. Itinéraire à Nice depuis 1874, Nice, Serre, 2012.
  • Avec Claude Askolovitch, Pascal Blanchard et Renaud Dély, Les Années 30 sont de retour. Petite leçon d'histoire pour comprendre les crises du présent, Paris, Flammarion, 2014.
  • Avec Pascal Blanchard et Hadrien Dubucs, Atlas des immigrations en France. Histoire, mémoire, héritage, Paris, Autrement, 2016.

Direction d'ouvrages :

  • Codirection avec Stéphane Mourlane, Le Football dans nos sociétés. Une culture populaire. 1914-1998, Paris, Autrement, 2006.
  • Histoire et mémoires des immigrations en région PACA. Récit historique, enquête ACSÉ, 2008[16].
  • Codirection avec Driss el-Yazami et Naïma Yahi, Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France, Paris, Gallimard, 2009.
  • Codirection avec Claude Boli et Fabrice Grognet, Allez la France, football et immigration, histoires croisées, Paris, Gallimard, 2010.
  • Codirection avec Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Naïma Yahi, La France arabo-orientale. Treize siècles de présences, Paris, La Découverte, 2013.

Notes et références

  1. Marie-Claude Blanc-Chaléard, « Compte rendu de Yvan Gastaut, L’Immigration et l’opinion en France sous la Ve République, 2000 », Le Mouvement social, n° 209 (octobre-décembre 2004), p. 126-127. Lire en ligne.
  2. Anne-Sophie Lacoustille, « Yvan Gastaut, Le Métissage par le foot, l’intégration mais jusqu’où ? », compte rendu sur le site des Clionautes, 31 août 2008 (lire en ligne).
  3. Clarisse Fabre, « L’exposition "Frontières" repousse les limites », sur lemonde.fr, 25 décembre 2015 (lire en ligne).
  4. Emmanuel Naquet, « À propos de l’exposition "Frontières" d’Yvan Gastaut et de Catherine Wihtol de Wenden », dans Histoire@Politique, 25 février 2016 (lire en ligne).
  5. Voir sa fiche sur le site de la radio.
  6. Voir sa fiche sur le site du journal.
  7. Voir sa fiche sur le site du journal.
  8. Voir la liste de ses articles sur le site de la revue.
  9. Julien Gaertner et Yvan Gastaut, « Le jeu dangereux de Caroline Fourest avec les radicaux de l'islam », Mediapart, 27 février 2013.
  10. « Foot : la France n'a pas tout perdu », C dans l'air, émission du 11 juillet 2016.
  11. D'après le site de l'association.
  12. D'après la présentation de l'association sur son site.
  13. D'après la page dédiée à ce prix sur le site du Carrefour de l'horloge.
  14. Claude Askolovitch, Pascal Blanchard, Renaud Dély et Yvan Gastaut, Les Années 30 sont de retour. Petite leçon d'histoire pour comprendre les crises du présent, Paris, Flammarion, 2014.
  15. Éric Conan, « Paniqués, ils voient tout dans le rétroviseur des années 30 » dans Marianne, 27 novembre 2014.
  16. Lire en ligne [PDF]

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Marie-Claude Blanc-Chaléard, « Compte rendu de Yvan Gastaut, L’Immigration et l’opinion en France sous la Ve République, 2000 », Le Mouvement social, n° 209 (octobre-décembre 2004), p. 126-127. Lire en ligne
  • Corinne Delmas, « Pascal Blanchard, Naïma Yahi, Yvan Gastaut, Nicolas Bancel (dir.), La France arabo-orientale. Treize siècles de présences du Maghreb, de la Turquie, d’Égypte, du Moyen-Orient et du Proche-Orient », Lectures, Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 6 mars 2014. Lire en ligne

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale d’Israël • WorldCat
  • Notices relatives à la recherche : Cairn • Persée • Theses.fr
  • Page de présentation d'Yvan Gastaut sur le site de l'université de Nice.
  • Page de présentation d'Yvan Gastaut sur le site de l'université d'Aix-Marseille.
  • Page de présentation d'Yvan Gastaut sur le site du laboratoire ERMES.
  • Publications d'Yvan Gastaut sur le site cairn.info.