Yuval Steinitz

Yuval Steinitz
Image illustrative de l'article Yuval Steinitz
Fonctions
Ministre israélien des Infrastructures nationales, de l'Énergie et de l'Eau
En fonction depuis le
(2 ans, 11 mois et 7 jours)
Président Reuven Rivlin
Premier ministre Benyamin Netanyahou
Gouvernement Netanyahou IV
Prédécesseur Silvan Shalom
Ministre des Affaires stratégiques
Ministre du renseignement
Ministre des Relations Internationales

(2 ans, 1 mois et 26 jours)
Président Shimon Peres
Reuven Rivlin
Premier ministre Benyamin Netanyahou
Gouvernement Netanyahou III
Prédécesseur Moshe Ya'alon (Affaires stratégiques)
Dan Meridor (Renseignement)
Successeur Gilad Erdan (Affaires stratégiques)
Yisrael Katz (Renseignement)
Ministre des Finances

(3 ans, 11 mois et 15 jours)
Président Shimon Peres
Premier ministre Benyamin Netanyahou
Gouvernement Netanyahou II
Prédécesseur Ronni Bar-On
Successeur Yaïr Lapid
Député à la Knesset
En fonction depuis le
(18 ans, 9 mois et 15 jours)
Élection 17 mai 1999
Réélection 28 janvier 2003
28 mars 2006
10 février 2009
22 janvier 2013
17 mars 2015
Législature 15e - 16e - 17e - 18e - 19e - 20e
Biographie
Nom de naissance יובל שטייניץ
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Jérusalem
Nationalité Israélienne
Parti politique Likoud (depuis 1995)
Diplômé de Université hébraïque de Jérusalem
Université de Tel Aviv
Profession Enseignant
Philosophe
Pédagogue
Professeur d'université
Résidence Mevasseret Tsion

Yuval Steinitz, (en hébreu: יובל שטייניץ, né le 10 avril 1958) est le ministre israélien des Infrastructures nationales, de l'énergie et des ressources en eau, chargé de la Commission de l'énergie atomique d'Israël et membre du Cabinet de sécurité[1].

Biographie

Éducation

Né et élevé à Moshav Ramot HaShavim, à 30 km au nord de Tel Aviv, il est l'aîné de quatre enfants. Son père est ingénieur et sa mère, Mina, était professeur de littérature et de philosophie. Entre 1977 et 1980, Steinitz a servi dans l'armée de défense d'Israël en tant que soldat dans la brigade d'infanterie de Golani. Il a d’ailleurs été à la jambe lors d'une bataille avec l'armée syrienne quand il servait comme réserviste pendant la guerre du Liban en 1982[2].

Après trois ans de service militaire obligatoire, il fait des études en philosophie à l'université hébraïque de Jérusalem ou il obtient des BA et MA avec des honneurs. Il fait une thèse de doctorat à l'institut Cohn pour l'histoire et la philosophie des sciences et des idées à l'université de Tel Aviv[3]. Cette dernière examine la possibilité des arguments logiques pour prouver l'existence de dieu et la règle du raisonnement logique dans la science moderne. En 1993, Steinitz obtient la Bourse Alon attribué aux jeunes médecins exceptionnels ce qui lui permet d'obtenir un poste d'enseignant à l'université de Haïfa. Steinitz a été nommé deux ans de suite « conférencier exceptionnel» de la philosophie et la philosophie de la science. En 1996, il est nommé maître de conférences (le parallèle israélien d'un professeur titulaire).

Steinitz a publié plusieurs livres de philosophie. Le premier, Invitation to Philosophy (1987), est devenu le livre de philosophie le plus vendu en Israël et a été imprimée en 60 éditions. Un autre livre intitulé A Logical-Scientific Missile to God and Back (Un missile logico-scientifique à Dieu et à l'arrière) est également devenu un best-seller et a été imprimé en 16 éditions. Il a également publié des articles philosophiques dans des revues académiques telles que The Philosophical Quarterly, American Philosophical Quarterly, International Philosophical Quarterly, Cambridge Religious Studies et The Jerusalem Philosophical Quarterly Iyyun.

Carrière politique

L'implication politique de Steinitz a débuté au début des années 1980. C'est effectivement à ce moment où, encore jeune étudiant, il rejoint le mouvement 'Peace Now'. Ce d'ailleurs lors d'un rassemblement anti-gouvernemental à Jérusalem en 1983 qu'il est blessé à la jambe lorsqu'un extrémiste de droite lance une grenade dans la foule tuant l'activiste de la paix Emil Grunzweig. Ses réserves à l'égard des accords d'Oslo signés par les Israéliens avec les Palestiniens, ainsi que ses préoccupations concernant l'accumulation massive de l'armée égyptienne en dépit du traité de paix avec Israël en 1995, l'ont conduit à droite et à soutenir publiquement le parti Likoud[4].

Il est membre aujourd'hui membre de la Knesset et du parti Likoud.

De 2009 à 2013, il exerce la fonctions de ministre des Finances de mars 2009 à mars 2013[5], puis il est nommé ministre du Renseignement et des Affaires stratégiques pendant deux ans (de 2013 à 2015)[6].

Yuval Steinitz est actuellement le ministre israélien des Infrastructures nationales, de l'énergie et des ressources en eau, chargé de la Commission de l'énergie atomique d'Israël et membre du cabinet de sécurité[7],[8],[1].

Ministre des Infrastructures nationales, de l'énergie et des ressources en eau

En mai 2015, M. Steinitz est nommé ministre des Infrastructures nationales, de l'énergie et des ressources en eau, ainsi que ministre responsable de la Commission israélienne de l'énergie atomique[9]. Deux mois plus tard, après plusieurs années de retards et contre une opposition très forte des milieux israéliens de gauche, Steinitz a formulé le "Cadre gazier", afin de permettre le développement de la plus grande découverte de gaz israélienne comme le projet Leviathan découvert en 2010. Un cadre qui ouvre la voie à de futures prospections gazières et pétrolières. Le «Cadre gazier» a été approuvé par le gouvernement israélien en août 2015 et par la Plénière de la Knesset en septembre 2015. Pourtant, en mars 2016, la Cour suprême israélienne a annulé la section cadre sur la stabilité et obligé le ministre Yaval Steinitz à le modifier et le proposer la nouvelle version au gouvernement pour être validé. Le cadre révisé a été approuvé en mai 2016 et le développement du «Léviathan» a finalement commencé[10].

En avril 2016 il rencontre son homologue américain à Jérusalem, Le secrétaire américain à l'Énergie, Ernest Moniz. Dr Ernest Moniz, se rendait alors pour la première fois en Israël. Il en a profité pour signer, avec Steinitz, un accord bilatéral qui renforce la coopération énergétique entre les États-Unis et Israël[11].

En juillet 2016, Steinitz annonce que le ministère de l'Énergie allait valider de nouvelles licences de pétrole et de gaz, mettant fin à quatre années d'interdiction de nouvelles explorations et recherches dans les eaux territoriales du pays[12].

En août 2017, le ministre Yuval Steinitz apporte son soutien à la gay pride en Israël.[13]

En novembre 2017, Yuval Steinitz annonce qu'il y a bien entre le gouvernement israélien et et le gouvernement d'Arabie saoudite afin de contrer l'influence de l'Iran dans la région du Moyen-Orient[14]. Il ajoute que Tel Aviv est en relation avec d'autres pays arabes[15],[16].

Notes et références

  1. a et b « source »
  2. « ב-30 באפריל הופיעה ב"הארץ" מודעת ענק שעליה חתמו 26 אנשי רוח המזוהים עם הימין ועם השמאל », sur The 7 eye (consulté le 4 novembre 2016)
  3. cohen, « עבודות מ.א. ודוקטורט », sur humanities1.tau.ac.il (consulté le 4 novembre 2016)
  4. (en) « Steinitz, a Loyal Netanyahu Ally, Becomes Israel’s Iran Envoy », sur Tablet Magazine (consulté le 4 novembre 2016)
  5. « référence »
  6. « Yuval Steinitz : «Un Iran nucléaire coûterait cher à la France» », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  7. « source »
  8. (en) « Israeli minister due in Turkey as rapprochement warms up », sur The Times of Israel (consulté le 4 novembre 2016)
  9. « Steinitz au ministère de l’Energie, Yaalon resterait à la Défense », sur The Times of Israël français (consulté le 9 novembre 2016)
  10. « Israeli government approves revised gas deal - Israel News », sur haaretz.com (consulté le 9 novembre 2016)
  11. « source »
  12. « "Israel has undiscovered gas worth 4 Leviathans" - Globes English », sur Globes (consulté le 9 novembre 2016)
  13. Yuval Steinitz, « לקראת מצעד הגאווה והסובלנות בירושלים היום, אני מצטרף לקריאה לקידום השוויון, הפלורליזם וקבלת האחרpic.twitter.com/OMCkwhy6Jz », sur @steinitz_yuval,‎ (consulté le 4 août 2017)
  14. « Steinitz : Israël a des liens secrets avec plusieurs pays arabes | The Times of Israël », sur fr.timesofisrael.com (consulté le 4 février 2018)
  15. « Israeli minister reveals covert contacts with Saudi Arabia », Reuters,‎ sun nov 19 22:18:29 utc 2017 (lire en ligne)
  16. « PressTV-Israeli minister: Tel Aviv in covert contacts with Riyadh », , (lire en ligne)