Yetnahaw Gaâ !

Yetnahaw Ga3 ! (Qu’ils dégagent tous), écrit souvent Yetnahaw ga3 ![1],[2],[3],[4],[5],[n. 1] est un slogan en arabe algérien (يتنحاو ڨاع), qui apparait lors des manifestations qui secouent l'Algérie depuis le 16 février 2019 et qui est devenu une sorte de cri de ralliement des internautes depuis la publication d'une vidéo sur les réseaux sociaux montrant un jeune algérois interrompant un direct d'une correspondante locale de la chaine télévisée Sky News Arabia, le soir du 11 mars 2019 où l'ex-président Abdelaziz Bouteflika annonça qu'il renonce à briguer un cinquième mandat. L’idée de ce slogan est que tous ceux qui ont dirigé ou participé de près ou de loin à la direction du pays doivent être chassés[6].

Historique

Débuts

Le même soir ce citoyen, Sofiane Bakir Turki, âgé de 33 ans[7], interrompt le direct d'une journaliste qui commente l'événement en arabe classique dans un grand boulevard d'Alger, le jeune affirmant en arabe algérien : « Yetnahaw gaâ ! »[8]. C’était sa façon, à lui, de répondre à cette journaliste qui lui demandait de lui parler en arabe classique, ne sachant pas s’exprimer dans cette langue manifestement étrangère (pour lui)[9] qui s'est rendu compte, très tôt en résumant que le départ d’Abdelaziz Bouteflika n’est pas le but principal du soulèvement populaire. « Yatnahaw ga3 !» c’est le départ de tous ceux qui ont profité, contribué, participé, renforcé et protégé l’ex-président durant les 20 années de son règne, faute de quoi, toute tentative de transition vers un modèle démocratique risque d’être torpillée par ces individus quand on parle de contre révolution, c’est de ceux-là qu’il s’agit[10].

La vidéo fait le buzz au lendemain de l'annonce du président et devient virale. Des internautes se sont rejoint autour d'un hashtag #Yetnahaw_Ga3. « Ce n'est pas avec des hommes du passé qu'on fabriquera le futur », affirme de son côté un internaute, ajoutant au sujet du mouvement de révolte : « Notre combat continue toujours ».

C'est le slogan le plus répandu dans toutes les manifestations. On le lit sur les pancartes depuis mars 2019 et les médias locaux et internationaux l'évoquent souvent pour relater l'actualité des manifestations en Algérie[11],[12],[10],[13],[14],[8],[15].

Festival de Cannes 2019

Lors de la 72e édition du Festival de Cannes, des acteurs algériens brandissent des pancartes et badges mentionnant le slogan « Yetnahaw ga3 ! » en guise de soutien aux manifestants algériens[16].

CAN 2019

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. ou discutez-en. (juin 2019)

Trois supporters algériens présents en Égypte pour soutenir leur l'équipe nationale de football qui participe à la CAN 2019, lors de leur premier match le 23 juin contre l'équipe nationale du Kenya, les supporters ont brandi une pancarte sur laquelle est écrit « Yetnahaw gaâ ! », arrêtés et expulsés par les autorités égyptiennes, à leur arrivée à Alger arrêtés de nouveau et ont été placés en détention provisoire à la prison d'El-Harrach par le juge d’instruction du Tribunal de Dar El Beïda (Alger)[17],[18].

Notes et références

Notes

  1. Le chiffre 3 utilisé en français est une retranscription de la prononciation arabe la lettre " ع", dont il est le symétrique graphique : ʿayn, qui correspond à la consonne fricative pharyngale voisée (/ʕ/).

Références

  1. Hirak et sécurité extérieure de l’Algérie : l’ANP est un socle. El Watan, (consulté le 3 août 2019)
  2. Des manifestants réclament à ce que «Yetnahaw ga3 !». El Watan, (consulté le 8 avril 2018)
  3. Le slogan « tetnehaw gaâ » poursuit Bedoui jusqu’à la Mecque. Tout sur l'Algérie, (consulté le 1 juin 2019)
  4. La même revendication : « Yetnahaw gaâ ». Le Soir d'Algérie, (consulté le 4 mai 2019)
  5. “Partez tous, c’est le peuple qui décide”. Liberté, (consulté le 27 avril 2019)
  6. Hirak et sécurité extérieure de l’Algérie : l’ANP est un socle. El Watan, (consulté le 3 août 2019)
  7. Vers le report des élections présidentielles / Chute des deux « B » ou Yatnahaw Ga3 ?. Algérie Focus, (consulté 26. mai 2019)
  8. a et b « La Révolution du 22 février 2019 racontée à ma petite fille. Acte III », sur Mediapart (consulté en 7 mai2019).
  9. Hirak et sécurité extérieure de l’Algérie : l’ANP est un socle. El Watan, (consulté le 3 août 2019)
  10. a et b  « A Kherrata, aux sources du soulèvement algérien », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juin 2019).
  11. En Algérie, les décideurs de l’ombre. Le Monde diplomatique. (édition mensuelle avril 2019)
  12. Dans une dernière lettre, Bouteflika demande « pardon » aux Algériens. Le Point, (consulté le 3 avril 2019)
  13. Algérie : « Le peuple veut qu'ils s'en aillent tous ». L'Humanité, (consulté le 8 avril 2018)
  14. Algérie: l’armée défend une élection le 4 juillet, la mobilisation se poursuit. Radio France internationale, (consulté le 17 mai 2019)
  15. 1er mai en Algérie : les manifestants maintiennent la pression, l'armée appelle au dialogue. RT France, (consulté le 1ermai 2019)
  16. Le slogan "Yetnahaw Ga3" s’invite au Festival de Cannes.HuffPost, (consulté le 21 mai 2019)
  17. Trois supporters de l’EN expulsés d’Égypte incarcérés à El Harrach. Tout sur l'Algérie, (consulté le 26 juin 2019)
  18. Trois supporters expulsés du Caire mis en prison : silence et incompréhension . Algérie patriotique, (consulté le 27 juin 2019)

Articles connexes