Yannick Stopyra

Yannick Stopyra
WC86 FRA-GER.jpg
Stopyra lors de la demi-finale de Coupe du monde 1986 France-Allemagne
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (56 ans)
Lieu Troyes, France Drapeau : France
Période pro. 1979-1994
Poste Attaquant
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1979-1983 Drapeau : France FC Sochaux 143 (52)
1983-1984 Drapeau : France Stade rennais 037 0(9)
1984-1988 Drapeau : France Toulouse FC 148 (46)
1988-1989 Drapeau : France Gir. Bordeaux 041 (10)
1989-1991 Drapeau : France AS Cannes 037 0(8)
1991-1992 Drapeau : France FC Metz 024 0(1)
1992-1994 Drapeau : France FC Mulhouse 059 (23)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1980-1988 Drapeau : France France 033 (11)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Yannick Stopyra, né le 9 janvier 1961 à Troyes, est un joueur de football français.

Biographie

Cet attaquant de pointe puissant et très doué de la tête, formé à l'USSC Redon, en Bretagne, se fait connaître du grand public lors de son passage à FC Sochaux, au tout début des années 1980. Il prend, avec Bernard Genghini et Philippe Anziani notamment, une part importante aux excellents résultats du club (vice-champion de France en 1980, demi-finaliste de Coupe de l'UEFA la saison suivante).

Il honore sa première sélection en équipe de France en Février 1980, face à la Grèce, à seulement 19 ans et 1 mois.

Il joue ensuite une saison à Rennes, sans grande réussite, puis rejoint Toulouse juste après l'Euro 1984. Managé par Daniel Jeandupeux et associé à Jean-Marc Ferratge, Laurent Roussey ou Guy Lacombe, puis Alberto Márcico, il décroche plusieurs places d'honneur en championnat de France et participe, lors de la saison 1986-1987, une nouvelle fois à la Coupe de l'UEFA. Il dispute quatre rencontres extraordinaires contre le Naples de Diego Maradona et le Spartak Moscou.

En vertu d'un accord avec le Matra-Racing conclu quelques mois plus tôt (qui doublait son salaire), il aurait rejoint le Matra Racing de l'ambitieux Jean-Luc Lagardère si le club napolitain avait éliminé le téfécé.

Mais plus qu'en championnat, c'est en Coupe du monde que Yannick Stopyra connaît son heure de gloire. Sélectionné par Henri Michel pour le voyage au Mexique en 1986, il est l'un des principaux artisans du remarquable parcours des Bleus. Alors que tout le monde mise avant la compétition sur une association Dominique Rocheteau / Jean-Pierre Papin, c'est en fait Yannick Stopyra qui tient le poste d'avant-centre, associé à Dominique Rocheteau (trois matchs), ou lorsque celui-ci est blessé à Jean-Pierre Papin (un match) et Bruno Bellone (un match).

Il marque deux buts, prend part aux deux victoires d'anthologie contre l'Italie puis le Brésil et réalise des prestations de très haute volée qui lui valent d'être nommé, avec son coéquipier Manuel Amoros, dans l'équipe-type de la compétition.

Il est alors annoncé au Bayern Munich mais son transfert capote au dernier moment, le club toulousain voulant a tout prix le conserver pour faire bonne figure en coupe d'Europe.

Considéré un temps comme le successeur de Bernard Lacombe, il ne connaît malheureusement pas la même longévité que son prestigieux aîné. Après une dernière saison difficile à l'issue de laquelle le Téfécé de Jacques Santini, du champion du monde argentin Alberto Tarantini venu de Bastia, des internationaux Philippe Bergeroo, Jean-Luc Ruty, Eric Bellus et Dominique Rocheteau venu terminer sa carrière à Toulouse, se maintient de peu, Stopyra est transféré aux Girondins de Bordeaux qui cherchait à l'embaucher depuis 3 ans. Il y entame un déclin très rapide, peut-être dû à un manque d'acharnement qui l'a toujours freiné dans sa carrière.

Après deux saisons sans relief à l'AS Cannes et sa dernière en D1 au FC Metz, il termine sa carrière en deuxième division, au FC Mulhouse. La première saison est réussie puisqu'il inscrit 18 buts puis, à nouveau, il enchaîne les blessures et baisses de régime et n'inscrit que 4 buts avant de raccrocher définitivement en 1994.

Entre 1994 et 1996. Il entraîne les clubs de Brunoy puis de Brétigny sur Orge, en région parisienne, tout en passant ses diplômes d'entraîneur. C'est sur le conseil d'Aimé Jacquet son ancien entraineur à Bordeaux, qu'il se dirige vers la formation des jeunes.

Il entre à la fédération en 1996 pour s'occuper du recrutement puis diriger le centre du préformation fédéral de Madine, en Lorraine, pendant 5 ans.

Il est ensuite envoyé aux Émirats arabes unis (al Wahda de 2001 à 2004) où il s'occupe de mettre en place un centre de formation. Il rejoint ensuite le Qatar Club (de 2004 à 2007), toujours pour mettre en place des structures pour la détection-formation des jeunes, puis rentre en France pour diriger le centre de préformation fédéral de Castelmaurou, près de Toulouse ou il succède à Alain Bénédet.

Il quitte la fédération en juin 2012 pour s'engager aux Girondins de Bordeaux, à la détection des jeunes, succédant à Philippe Goubet, partit à la retraite.

Yannick Stopyra est mentionné dans la chanson de Renaud, J'ai raté Téléfoot (1981). Il est aujourd'hui (2016) toujours coordinateur général des équipes de jeunes et du recrutement au FC Girondins de Bordeaux.

Carrière

Palmarès

Liens externes

  • « Biographie de Yannick Stopyra sur www.afterfoot.fr » (sur l'Internet Archive)

Notes et références

  1. Fiche de Yannick Stopyra sur footballdatabase.eu
  2. Fiche de Yannick Stopyra sur le site de la FFF