XVe congrès du Front national

Congrès de Lyon
du Front national
Image illustrative de l’article XVe congrès du Front national
Logo du congrès
Date 29 et 30 novembre 2014
Lieu Lyon

Président du parti
(sortant)
Marine Le Pen
Marine Le Pen
(élue)
100 %

Le congrès de Lyon est le 15e congrès du Front national qui s'est tenu le 29 et à Lyon. Lors de ce congrès, Marine Le Pen a été réélue à l'unanimité à la tête du parti[1]. Les instances du parti ont été renouvelées, des figures historiques du mouvement ont été écartées des instances dirigeantes. Beaucoup de partisans de Bruno Gollnish et Jean-Marie Le Pen, qui sera lui-même exclu l'année d'après, ont été écartés du bureau politique[2].

Déroulement du congrès

Le congrès s'est déroulé le 29 et 30 novembre 2014. Tout au long du congrès, les cadres du parti ont chacun prononcé un discours suivi du discours de Marine Le Pen à la fin du congrès.

Une manifestation anti-FN s'était organisée à la marge du congrès, elle a rassemblé 2 000 à 3 000 personnes. Des vitrines de banques ont été brisées et plusieurs policiers ont été blessés lors de la manifestation. Le maire PS de Lyon Gérard Collomb a condamné les violences commises lors de la manifestation dans un communiqué : « Je condamne avec la plus grande fermeté les actes inadmissibles commis en marge de la manifestation contre le Front national et qui ne peuvent que contribuer à renforcer le parti de Marine Le Pen. »[3]

Plusieurs personnalités politiques étrangères sont intervenues lors du congrès : le vice-président de la Douma russe, Andreï Issaïev, le leader populiste néerlandais Geert Wilders, le chef-de-file autrichien du FPÖ Heinz-Christian Strache, le chef de la Ligue du nord italienne Matteo Salvini entre autres[4].

Analyse

Pour Abel Mestre du journal Le Monde, « Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen incarnent deux lignes divergentes au sein du Front. Le premier se dit « national-républicain » et prône une sorte de post-chevènementisme avec pour principal cheval de bataille la sortie de l'euro et de l'Union européenne. Mme Maréchal-Le Pen, elle, est une « libérale-conservatrice ». Se réclamant clairement de droite, la députée du Vaucluse cherche à lancer des ponts aussi bien vers l'UMP qu'en direction de mouvements radicaux de la sphère identitaire. Catholique revendiquée, elle n'hésite pas à participer, au contraire de Florian Philippot et de Marine Le Pen, aux rassemblements de La Manif pour tous. »[5]

Pour lui, le congrès est « un échec pour Florian Philippot », « il a contribué à impulser le tournant « étatiste » du FN et le recentrage sur les questions économiques et sociales. Au Front national, certains le considèrent comme « trop à gauche » »[5].

Résultats

Présidence

Résultats officiels[6]
Candidat Voix %
Marine Le Pen 22 317 100,00
Inscrits 83 000 100,00
Votants 22 329 26,90
Exprimés 22 317 99,93
Blancs 0 0,00
Nuls 17 0,07

Comité central

Les 100 membres élus par les adhérents du FN au comité central[7] :

Notes et références

Annexes

Articles connexes

Liens externes