William Woollett

William Woollett
William Woollett by Gilbert Stuart 1783.jpeg
Portrait de William Woollett par Gilbert Stuart.
Naissance
Décès
(à 49 ans)
Grand Londres
Sépulture
Activité
Lieu de travail

William Woollett, né le à Maidstone et mort le à Londres, est un graveur britannique.

Il aurait été formé par François Vivarès.

Biographie

William Woollett naît à Maidstone le [1]. Son père, d'origine hollandaise, est un habilleur de lin. Après avoir gagné à la loterie un prix de 5 000 £, il rachète un pub appelé Turk's Head (« Tête de Turc »). C'est dans cet établissement que Woollett prend conscience de la carrière qui s'offre à lui : après avoir gravé la tête de Turc sur un pot d'étain, son père l'envoie à Londres suivre une formation de graveur[1].

William Woollett devient ainsi l'apprenti de John Tinney de Fleet Street, et a également étudié à la St Martin's Lane Academy[2].

Sa première estampe importante est The Destruction of the Children of Niobe (1761), une gravure d'interprétation d'après le tableau éponyme de Richard Wilson. C'est une commande de l'éditeur John Boydell, qui souhaite en faire l'étendard de la gravure britannique pour pouvoir exporter en France et sur le continent européen[3]. L'estampe est un grand succès, et Boydell atteint son objectif. Woollett touche la somme de 155 £, ce qui est exceptionnel pour un graveur[2].

Woollett avait déjà gravé avec succès le tableau de 1663 de Claude Lorrain Le Père de Psyché sacrifiant au Temple d'Apollon[a] pour Boydell en 1760[4].

Ses deux autres estampes les plus réussies sont Death of Wolfe et Battle off Cape La Hogue, toutes les deux d'après Benjamin West[1].

En 1766, Woollett est reçu à l'Incorporated Society of Artists, dont il devint par la suite secrétaire. Le , il est nommé graveur du roi[1]. Woollett vit pendant de nombreuses années au 11 Green Street, Leicester Square, puis à Charlotte Street, Katlibono Place. Il aurait eu l'habitude de tirer un coup de canon depuis le toit de sa maison quand il avait terminé une plaque importante[1].

William Woollett meurt à Londres le , des suites d'une blessure subie quelques années auparavant alors qu'il jouait aux Dutch Pins[1],[5]. Il est enterré dans le vieux cimetière de St. Puncraa, une pierre tombale ordinaire marquant son lieu de repos[1].

Œuvre

Dans son Dictionary (1903), Michael Bryan lui donne une place toute particulière dans l'histoire de la gravure :

« Par une union intelligente de la pointe et du burin, il a porté la gravure du paysage à une perfection inconnue avant son temps, et encore inégalée. Ses premiers plans sont aussi profonds et vigoureux que ses distances sont tendres et délicates. Dans ses gravures exquises de Richard Wilson, il a imprimé sur le cuivre l'esprit et les sentiments mêmes de ce peintre classique. Le talent de Woollett ne se limite cependant pas au paysage ; il a gravé des sujets historiques et des portraits avec un succès égal[b]. »

Œuvres les plus notables, selon Bryan[1] :

  • George III, d'après Allan Ramsay
  • Peter Paul Rubens, d'après Antoine van Dyck
  • The Merry Villagers, d'après Thomas Jones
  • Æneas and Dido, d'après Jones et Mortimer
  • A Landscape, with Buildings, d'après John Smith, estampe « Second Premium »
  • Another Landscape, d'après George Smith , estampe « First Premium »
  • The Hay-makers, d'après le même
  • The Apple-gatherers, d'après le même
  • The Rural Cot, d'après le même
  • The Spanish Pointer, d'après George Stubbs
  • A View of Snowdon, d'après Richard Wilson
  • Celadon and Amelia, d'après le même
  • Ceyx and Alcyone, d'après le même
  • Cicero at his Villa, d'après le même
  • Solitude, d'après le même
  • The Destruction of the Children of Niobe, d'après le même
  • Phaëton, d'après le même
  • Apollo and the Seasons, d'après le même et Mortimer
  • Meleager and Atalanta, d'après le même
  • Jocund Peasants et Merry Cottagers (dyptique), d'après Cornelis Dusart
  • The Fishery, d'après Wright
  • The Boar-hunt, d'après Jean Pillement
  • Diana and Actæon, d'après Filippo Lauri
  • Morning et Evening (dyptique), d'après Herman van Swanevelt
  • Landscape with a Windmill, d'après Salomon van Ruysdael
  • A Landscape, with figures and a Waterfall, d'après Annibale Carracci
  • Macbeth and the Witches, d'après Francesco Zuccarelli
  • The Enchanted Castle, d'après Claude Gellée
  • The Temple of Apollo, d'après le même
  • Roman Edifices in ruins, d'après le même
  • Jacob and Laban ou Le Grand Pont, d'après le même
  • The Death of General Wolfe, d'après Benjamin West
  • The Battle of La Hogue, d'après le même
  • Charles II, landing at Dover, d'après le même
  • The Storm, d'après Claude Joseph Vernet

Notes et références

Notes
  1. Voir les versions du Père de Psyché sacrifiant au Temple d'Apollon sur Wikimedia Commons :
  2. Citation originale en anglais : By an intelligent union of the point and the burin, he carried landscape engraving to a perfection unknown before his time, and still unsurpassed. His foregrounds are as deep and vigorous as his distances are tender and delicate. In his exquisite prints from Richard Wilson, he has impressed on the copper the very mind and feeling of that classic painter. The talent of Woollett was not, however, confined to landscape ; he engraved historical subjects and portraits with equal success[1].
Références
  1. a b c d e f g h et i Bryan 1903, p. 394.
  2. a et b (en) « Notice biographique de William Woollett », sur richardwilsononline.ac.uk (consulté le 2 mai 2020).
  3. (en) Timothy Clayton, « John Boydell (1720–1804) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, (ISBN 0-19-861411-X, lire en ligne).
  4. (en) Shearer West, « Boydell, John », dans Grove Dictionary of Art, Londres/New York, Grove/Macmillan, (ISBN 1-884446-00-0, lire en ligne).
  5. (en) Edmond Hoyle et Charles Jones, Hoyle's Games improved ... Revised and corrected by Charles Jones ... A new edition considerably enlarged, W. Lowndes, , 502 p. (lire en ligne), p. 425-427.

Annexes

Bibliographie

Liens externes