Wiège-Faty

Wiège-Faty
Wiège-Faty
Église fortifiée de Faty en 2014.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Vervins
Intercommunalité Communauté de communes de la Thiérache du Centre
Maire
Mandat
Marc Cotret
2020-2026
Code postal 02120
Code commune 02832
Démographie
Gentilé Wiégeois(es)
Population
municipale
200 hab. (2017 en diminution de 9,91 % par rapport à 2012)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 56″ nord, 3° 43′ 11″ est
Altitude Min. 101 m
Max. 164 m
Superficie 7,47 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Guise
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Marle
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Wiège-Faty
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Wiège-Faty
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wiège-Faty
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wiège-Faty

Wiège-Faty est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie

Localisation

Entrée du village.
Vue du village de Faty.


Urbanisme

Typologie

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Wiège-Faty est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Guise, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 21 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[3],[4].

Histoire

Carte de Cassini du secteur
(vers 1750).
Carte postale du moulin vers 1910.
(vers 1750).

Toponymie
Le village de Faty apparaît pour la première fois en 1142 sous l'appellation de Fasticum dans un cartulaire de l'Abbaye d'Homblières. L'orthographe variera ensuite de nombreuses fois en fonction des différents transcripteurs: Territorium de Fasti, Terrade Fastis, Fasthi, Fasty, Fatty en 1569 et enfin l'orthographe actuelle Faty sur la Carte de Cassini au XVIIIè siècle [5].
En ce qui concerne Wiège, il apparaît pour la première fois en 1110 sous l'appellation de Gisneium également dans un cartulaire de l'Abbaye d'Homblières. L'orthographe variera encore de nombreuses fois: Uiège, Parroichis de Viège, Wege, Villa de Viegia, Wyesgres, Wiesgres, Wyege, Vuiége, Vuyege, Huiége et enfin l'orthographe actuelle Wiège sur la Carte de Cassini au XVIIIè siècle [6].
Histoire
Wiège possédait un fort qui a été détruit en par le Capitaine de Rouen, maréchal des Anglais[6].
La carte de Cassini ci-contre montre qu'au milieu du XVIIIè siècle, Faty et Wiège sont deux paroisses indépendantes qui ont été regroupées en une seule commune en 1795.
Un moulin à eau, figuré par une roue dentée, fonctionnait sur le Rieux, ruisseau qui va se jeter dans l'Oise; les vestiges de ce moulin existent encore de nos jours dans le hameau Le moulin de Wiège.
Sur le plan cadastral de 1825, quatre moulins sont représentés sur le cours d'eau [7].
Le château de Wiège est également représenté sur cette carte.
Les papeteries
Les nombreux cours d'eau serpentant en Thiérache en permis l'installation de nombreux moulins à eau: beaucoup ont permis de moudre le grain pour obtenir la farine et d'autres, notamment à Faty, Rougeries, Saint-Gobert, Romery, Voulpaix, Franqueville, Vervins, Thenailles, Harcigny sont devenus des papeteries [8].
La roue à aube du moulin entraînait un axe sur lequel étaient fixés des plots avec des maillets qui frappaient la matière première composée pour un quart de déchets de chanvre et de chiffons et le reste de papier recyclé. La pâte obtenue était ensuite travaillée en fonction d'un cahier des charges très strict [9] pour obtenir différents types de papiers qui servaient notamment d'emballage des produits alimentaires dans les épiceries.
Jean-Louis Lamborion créa en 1777 une papeterie à Faty sur l'emplacement d'un moulin à huile. En 1794, elle occupait quatre ouvriers. Cette papeterie fut détruite en 1884 et remplacée par un moulin à blé [10].
L'ancienne ligne de chemin de fer de Guise à Hirson
Wiège-Faty a possédé une gare commune avec Romery située sur la ligne de chemin de fer de Guise à Hirson qui a fonctionné de 1910 à 1978, ainsi que sur la ligne de Romery à Liart de 1912 à 1951. Quatre trains s'arrêtaient chaque jour dans cette gare dans chaque sens [11].
Première guerre mondiale
Le , soit moins d'un mois après la déclaration de la guerre, le village est occupé par les troupes allemandes après la défaite de l'armée française lors de la bataille de Guise [12]. Pendant toute la guerre, le village restera loin du front qui se stabilisera à environ 150 km à l'est aux alentours de Péronne. Les habitants vivront sous le joug des Allemands: réquisitions de logements, de matériel, de nourriture, travaux forcés. Ce n'est que le que les Allemands seront chassés du village par les troupes françaises.

Politique et administration

La mairie.
Le monument aux morts situé entre les deux "villages".

Découpage territorial

La commune de Wiège-Faty est membre de la communauté de communes de la Thiérache du Centre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à La Capelle. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[13].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Vervins, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[14]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Marle pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[14], et de la troisième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[15].

Administration municipale

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1877   M. Hécart[16]    
  après 1879 M. Blondel[17]    
  1900 M. Parent Georges[18]    
Les données manquantes sont à compléter.
1971 octobre 2017[19] Hugues Mangot[20] UMP-LR Agriculteur retraité[21],[22]
Démissionnaire
décembre 2017 mars 2018 François Lannoy[21]   Conseiller municipal assurant l'intérim
mars 2018[23] En cours
(au 20 juillet 2020)
Marc Cotret   Réélu pour le mandat 2020-2026

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[25].

En 2017, la commune comptait 200 habitants[Note 3], en diminution de 9,91 % par rapport à 2012 (Aisne : -1,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3901 4651 5341 4561 647853866838809
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
811849858755690624579565546
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
511465463355407405352334357
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
343292214206180200222225228
2013 2017 - - - - - - -
218200-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

EDART Henri André Eugène, né dans la commune le 13/11/1893 ; lieutenant-colonel ; Croix de guerre, Légion d'honneur.

Voir aussi

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  5. « Dictionnaire topographique de la France. , Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes / réd. sous les auspices de la Société académique de Laon, par M. Auguste Matton ; publ. par ordre du ministre de l'Instruction publique ; et sous la dir. du Comité des travaux historiques », sur Gallica, (consulté le 16 octobre 2020).
  6. a et b Auguste Matton, Dictionnaire topographique du département de l'Aisne : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, (lire en ligne).
  7. « 3P1058_01 - Wiège-Faty : Tableau d'assemblage - sans date », sur Archives départementales de l'Aisne (consulté le 16 octobre 2020).
  8. « Les anciennes papeteries de l'Aisne / par A. Matton,... ; Société académique de Laon », sur Gallica, (consulté le 16 octobre 2020).
  9. « Les anciennes papeteries de l'Aisne / par A. Matton,... ; Société académique de Laon », sur Gallica, (consulté le 16 octobre 2020).
  10. « Les anciennes papeteries de l'Aisne / par A. Matton,... ; Société académique de Laon », sur Gallica, (consulté le 16 octobre 2020).
  11. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/af/Ligne_Hirson-Guise_Horaires_1910.jpg
  12. « Ecole supérieure de guerre. Cours d'histoire militaire. La bataille de Guise : 29-30 août 1914 / Colonel Lestien et Lt-Colonel d'Argenlieu », sur Gallica, 1933-1934 (consulté le 16 octobre 2020).
  13. « communauté de communes de la Thiérache du Centre - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 20 avril 2020)
  14. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Wiège-Faty », sur le site de l'Insee (consulté le 20 avril 2020).
  15. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 20 avril 2020).
  16. Almanach...Matot-Braine, Reims, 1878, p252.
  17. Almanach...Matot-Braine, Reims, 1879, p270.
  18. Recueil actes administratifs de l'Aisne, année 1900.
  19. « Depuis octobre, le conseil municipal a démissionné : La population devra se rendre aux urnes le 28 janvier pour élire un nouveau conseil municipal. L’ancien conseil avait secrètement démissionné. Aujourd’hui, il ne reste qu’un conseiller qui fait office de maire par interim de ce village de 220 âmes », La Thiérache, no 2769,‎ , p. 18 « Alors qu’une vague de démissions du conseil municipal qui avait eu lieu depuis le 10 octobre était tenue secrète, c’est un arrêté préfectoral affiché sur le tableau communal qui relate les faits et annonce prochainement des élections. En effet, six conseillers municipaux ont démissionné de leur poste de même que le maire Hugues Mangot depuis le mois d’octobre ».
  20. « Un parcours exemplaire pour le maire Hugues Mangot », La Thiérache, no 2769,‎ , p. 18 (ISSN 0183-8415)
  21. a et b « Wiège-Faty: les habitants appelés aux urnes le 28 janvier », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2017)
  22. « À 85 ans, Hugues Mangot repart pour un huitième mandat : Avec son fils comme premier adjoint, le maire espère faire son possible », La Thiérache, no 2575,‎ , p. 41 (ISSN 0183-8415)
  23. « Marc Cotret, élu dans une ambiance houleuse : Vendredi soir, le nouveau conseil municipal a élu le maire et les adjoints dans une ambiance très tendue », La Thiérache, no 2784,‎ , p. 26 « Deux candidats se sont alors proposés : Marc Cotret et François Lannoy. Après le vote, Marc Cotret obtient 8 voix contre 3 pour François Lannoy ».
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.