Weekly Shōnen Jump

(Redirigé depuis Weekly Shonen Jump)
Weekly Shōnen Jump
Image illustrative de l'article Weekly Shōnen Jump
Exemple de logotype du Weekly Shōnen Jump, les couleurs ne sont pas définies et changent à chaque numéro.
週刊少年ジャンプ
(Shūkan Shōnen Janpu)
Type Magazine de prépublication
Hebdomadaire[1] japonais
Éditeur Drapeau du Japon Shūeisha
Publié depuis
Cible
éditoriale
Shōnen
Jour de
parution
Lundi
Site Internet http://www.shonenjump.com/j/
Mensuel : Shonen Jump
Éditeur Drapeau des États-Unis Viz Media
Cible
éditoriale
Préadolescent masculin ( à partir de 9 ans)

Weekly Shōnen Jump (週刊少年ジャンプ, Shūkan Shōnen Janpu?), fréquemment abrégé en Shōnen Jump, est un magazine de prépublication de mangas hebdomadaire de type shōnen créé par l’éditeur Shūeisha le et toujours en cours de publication. Il fit partie de la gamme de presse « Jump » de l’éditeur, celle-ci étant destinée à un public masculin de tous âges. Le Shōnen Jump réalise un tirage historique à 6,53 millions d'exemplaires en 1994[2]. Le magazine est mondialement connu pour ses séries comme Dragon Ball, One Piece, Naruto ou encore Bleach.

La rédaction du Shōnen Jump organise trois prix. Le Prix Tezuka consacré aux récits à intrigues, le Prix Akatsuka pour les récits comiques et le Jump New World Manga Award décerné tous les mois.

Depuis 2014, le magazine dispose de sa propre plateforme de lecture en ligne : Shōnen Jump+[3]. Fin , une version internationale en anglais de la plateforme est sortie sous le nom de Manga Plus.

Histoire

Créé par Tadasu Nagano, Yūsuke Nakano, Shigeo Nishimura et Tsuneo Katō, le Shōnen Jump est lancé le 11 par l’éditeur Shūeisha. Le magazine était à l'origine un bimensuel destiné aux jeunes adolescents masculins[4]. Jusqu'en , il parut en alternance avec le bimensuel Shōnen Book , magazine de shōnen manga fondé en 1958 qui, à cette époque, était le concurrent des magazines Weekly Shōnen Magazine et Weekly Shōnen Sunday des éditeurs Kōdansha et Shōgakukan.

Le , la rédaction met en vente le premier numéro du Shōnen Jump hebdomadaire (numéro du ).

Pour son vingtième numéro, il fusionne avec le Shōnen Book et devient hebdomadaire sous le titre Weekly Shōnen Jump[5].

Emblème

La « Tête de pirate », emblème du Weekly Shōnen Jump et de la collection Jump Comics.

Esprit du magazine

Selon les dires du rédacteur en chef Hiroki Gotô du Shōnen Jump de 1986 à 1993, les questionnaires (enquête auprès des lecteurs) leur donna des informations essentielles sur l'état d'esprit des lecteurs japonais. De ce fait, une liste de trente mots parmi lesquels les lecteurs devaient choisir ceux correspondant le mieux à des catégories telles que " le mot qui me réchauffe le cœur", " le mot le plus important pour moi " ou encore " le mot qui me rend le plus heureux " a été créée. Les mots qui obtinrent la première place furent :

  1. le mot qui me réchauffe le cœur : amitié
  2. le mot le plus important pour moi : effort
  3. le mot qui me rend le plus heureux : victoire

Ces trois mots donnèrent ainsi naissance aux trois grands piliers de l'orientation éditoriale du Weekly Shōnen Jump.

Taux de publication

Le Weekly Shōnen Jump est le magazine de prépublication de manga le plus vendu au Japon toutes catégories confondues. Après une courte période qui lui permit d'atteindre le million d'exemplaires publiés par numéro, le magazine connut une première décennie à la croissance faible et atteint les 2 millions d'exemplaires à la fin des années 1970[6]. Cependant, grâce à un système d'enquêtes et de sondages, le magazine put coller au plus près des désirs de son public et commença ainsi à connaître le succès[6].

Le magazine connut son plus fort taux de publication au cours de l'année 1995 avec plus de 6,5 millions d'exemplaires vendu pour le numéro du nouvel an[6]. Après ce succès, le magazine connut cependant une chute fulgurante de ses ventes entre 1996 et 1997 que certains imputent à la fin des deux séries phares de l'époque : Slam Dunk[6] et Dragon Ball. Depuis plusieurs années, les ventes du magazine sont stables autour de 2,8 millions exemplaires.

En mars 2020, le Weekly Shōnen Jump réalise un tirage à 1,6 millions d'exemplaires.[7]

Ventes du Weekly Shōnen Jump depuis sa création[8].

Shōnen Jump+ et Manga Plus

Le , l'application mobile et le site web Shōnen Jump+ ont été lancés au Japon. Il vend des versions numériques du magazine Weekly Shōnen Jump, en même temps que sa sortie imprimée, et des volumes tankōbon individuels d'anciennes et actuelles séries du magazine. Cependant, il contient également de grands échantillons de manga qui peuvent être lus gratuitement[9]. Il existe également des séries publiées exclusivement sur l'application qui, contrairement à celles du Weekly Shōnen Jump, peuvent être destinées aux hommes ou aux femmes adultes[10]. Ces séries exclusives sont ensuite publiées dans des volumes tankōbon imprimés sous la marque Jump Comics+.

Le , Shūeisha a lancé la version internationale en anglais du Shōnen Jump+, intitulée Manga Plus. Il est disponible gratuitement dans tous les pays sauf la Chine et la Corée du Sud, qui ont leurs propres services distincts. Une version en espagnol a été lancée en et possède une bibliothèque de contenus différente[9]. Comme l'application japonaise, elle contient de grands échantillons de mangas qui peuvent être lus gratuitement, y compris tous les titres actuels du Weekly Shōnen Jump, un nombre important de titres du Shōnen Jump+ et certains titres du Jump Square. Cependant, contrairement à la version japonaise ; les derniers chapitres de mangas actuellement publiés dans le Weekly Shōnen Jump sont disponibles gratuitement pour une durée limitée et l'application ne vendent pas de contenu.

Publication

Comme son nom l’indique, Weekly Shōnen Jump est un magazine hebdomadaire. Un nouveau numéro est mis en vente chaque lundi. Quatre fois par an, le magazine est en pause (deux pauses pour le Nouvel An, une pour la Golden Week en mai et une pour O-Bon en août). Les numéros précédent ces pauses ont une double numérotation ce qui fait que bien qu’il n’y ait que 48 numéros par an, ceux-ci sont numérotés jusqu’à 52. Les doubles numéros du nouvel an existent depuis la parution hebdomadaire du magazine, la pause de la Golden Week fut instaurée en 1990 et celle d’Obon en 1991. Au départ composé d'une douzaine de séries par numéro, leur nombre a progressivement augmenté. De nos jours un numéro du magazine comprend 20 séries en moyenne[11].

Comme pour la majorité des magazines de prépublication hebdomadaire, chaque série se compose d’un chapitre de 19 pages. Le premier et deuxième chapitre d’une série sont plus longs et font respectivement 60 et 23 pages. Chaque numéro comporte aussi 3 ou 4 séries dont la première page est en couleur. C’est une décision de l’éditeur pour récompenser une série ou fêter un événement (anniversaire, animé, sondage de popularité des personnages…). Certains numéros comportent également des one shots de la taille d'un premier chapitre. La plupart des séries ont fait l’objet d’un one shot au préalable, soit dans le magazine directement soit dans un magazine dérivé. En particulier, chaque année en août depuis 2004, le magazine organise une compétition pour les mangakas débutants appelée la coupe d'or de l'avenir (金未来杯, Golden futur cup?). Les mangakas concourants publient un one shot chacun, le vainqueur aura son one shot prépublié dans le magazine l'année suivante. Nura : Le Seigneur des Yokaï et Beelzebub gagnèrent la coupe respectivement en 2007 et 2008.

La politique de publication de Shueisha concernant les prépublications dans Weekly Shōnen Jump est avant tout basée sur leur popularité. En effet, chaque numéro contient un bulletin de sondage et les lecteurs sont invités à indiquer quels ont été leurs chapitres préférés du numéro. L'éditeur n’hésite pas à arrêter brusquement une série si peu de lecteurs votent pour elle. Au contraire les séries montrant des signes d’intérêt seront mises en valeur (pages couleurs, couverture, poster…). Même si le mécanisme exact n'est pas connu, les résultats de ces sondages sont plus ou moins indiqués par la position dans le magazine ; les séries populaires se trouvant au début tandis que les séries menacées d'arrêt sont à la fin. Les fans regardent donc la position des différentes séries dans la table des matières (souvent abrégé en TOC en anglais) afin de prévoir l'avenir des séries.

Numéros spéciaux du Weekly Shōnen Jump

Shōnen Jump NEXT!

Shōnen Jump NEXT!
Image illustrative de l'article Weekly Shōnen Jump
Exemple de logotype du Shōnen Jump NEXT!, les couleurs ne sont pas définies et changent à chaque numéro.
少年ジャンプNEXT!
(Shōnen janpu nekusuto)
Trimestriel japonais
Éditeur Drapeau du Japon Shūeisha
Cible
éditoriale
Adolescent masculin
Jour de
parution
Les lundis où le Weekly Shōnen Jump ne paraît pas.

Shōnen Jump NEXT! (少年ジャンプNEXT!, Shōnen janpu nekusuto?) était un magazine bimestriel « hors-série » japonais lié au Weekly Shōnen Jump[12] paru de 2010 à 2016. À l'origine, il paraissait trois fois par an (printemps, été et hiver).

Créé parallèlement au Shōnen Jump, alors bimensuel, afin de combler la période de temps trop importante due à la non-publication du magazine classique lors des vacances d'hiver, il était à l’origine simplement nommé Weekly Shōnen Jump SPRING SPECIAL (ou SUMMER SPECIAL, FALL SPECIAL ou WINTER SPECIAL en fonction de la saison). Ce n’est que pour son numéro d’hiver paru à la fin de l'année 1996 qu’il devient un magazine à part entière sous le nom Akamaru Jump (赤マルジャンプ, Akamaru janpu?, litt. Cercle rouge Jump), avant de devenir pour son édition du printemps 2010 Shōnen Jump NEXT!.

La sortie du magazine se fait généralement à la place du Weekly Shōnen Jump les semaines où celui-ci ne paraît pas : la Semaine d’or au printemps, le Hachigatsu Bon en été et le nouvel an en hiver.

Sa ligne éditoriale est avant tout basée sur des récits courts, généralement entre 20 et 40 pages, ne se présentant pas sous la forme d’un feuilleton contrairement à son « grand frère ». Ce sont donc essentiellement des épisodes spéciaux des récits les plus populaires du Weekly Shōnen Jump ou des récits inédits en stand-alone qui paraissent au sein du magazine. Ces derniers sont en réalité des pilotes dont le potentiel de popularité est testé par ce biais, certains d’entre eux deviennent par la suite des séries dans le Weekly Shōnen Jump, le Jump SQ ou d'autres magazines de la collection Jump Comics.

En raison d’une parution de plus en plus épisodique, la série Bastard !! y a été prépubliée quelque temps.

Parmi les pilotes devenus des séries et, parallèlement, publiés dans des recueils ou des guide books, on peut compter plusieurs versions de Romance Dawn (pilotes de One Piece), Naruto, Bleach, Eyeshield 21etc.

Il est remplacé par le Jump GIGA depuis juillet 2016.

Autres hors-séries

Une édition spéciale nommée Jump Vs est sortie le . Ce magazine contient douze one shot, des posters signés Takeshi Obata et Akira Amano ainsi qu'une double interview entre Mitsutoshi Shimabukuro, auteur de Toriko, et Masashi Kishimoto, auteur de Naruto[13].

En dehors du Japon

Contrairement à la version japonaise, les Jump publiés à l'étranger sont mensuels.

Amérique du Nord

Shonen Jump

Créée en 2002 en collaboration avec Viz Media, la version américaine est sortie pour la première fois en et fut instantanément le magazine de bandes dessinées le plus vendu du moment dans le pays.

La liste des titres paraissant dans cette version inclut Yu-Gi-Oh!, Yū Yū Hakusho, One Piece, Naruto, Shaman King et Sand Land. Dans le numéro de , Sand Land arriva à sa conclusion et fut remplacé par Hikaru no Go. Dragon Ball fut interrompu au mois d', pour être conclu en par un dernier chapitre.

Le dernier numéro est sorti en [14].

Weekly Shonen Jump

En remplacement du Shonen Jump, VIZ Media publie depuis le un webzine nommé Weekly Shonen Jump Alpha[15]. Ce magazine en édition numérique publie les mangas les plus populaires du Weekly Shōnen Jump, comme One Piece, Naruto, Bleach ou encore Toriko, mais aussi des mangas du Jump Square comme Blue Exorcist et du V Jump comme Yu-Gi-Oh! Zexal.

Le , le magazine a été renommé en Weekly Shonen Jump et a commencé à publier simultanément les chapitres des éditions japonaises du Weekly Shōnen Jump[16].

En , une nouvelle initiative nommée « Jump Start » a été annoncée : toutes les nouvelles séries qui font leurs débuts dans l'édition japonaise du magazine auront leurs trois premiers chapitres publiés dans la version anglaise[17]. Une série de facteurs, comprenant la poursuite de la publication de la série au Japon et la réception du public anglophone, aidera ensuite à déterminer si la série est sélectionnée pour une parution complète dans le magazine anglais.

Le , VIZ Media a révélé qu'elle mettrait fin à la publication du Weekly Shonen Jump dès le au profit de nouveaux chapitres publiés gratuitement et d'un service d'abonnement permettant d'accéder à son catalogue des anciens chapitres[18],[19],[20].

Allemagne

Shōnen Jump a été publié en Allemagne entre et décembre 2005 sous la forme d'un magazine d'anthologie nommé BANZAI!, créé par Carlsen Verlag. BANZAI! a publié Hikaru no Go, Hakuchi One, Naruto, I"s, Hunter × Hunter et Shaman king. Plusieurs autres titres, tels que Yu-Gi-Oh!, Halloweens, Dr Slump, One Piece, Neko Majin, Sand Land, Neko Majin Z, DNA² ont été publiés dans BANZAI!, ainsi qu'un « manga » allemand, Crewman3[21].

Suède

Cette version contient Yu-Gi-Oh!, Sand Land, Bleach, Naruto, Shaman King et Kenshin le vagabond. Elle était publiée par Manga Media depuis 2004 cependant, sa distribution a été arrêtée en à cause d'un trop petit nombre de lecteurs.

Norvège

L'édition norvégienne de Shōnen Jump est publiée par « Schibsted Forlagene ». Le premier numéro est paru en , contenant les mêmes séries que son homologue suédois.

Liste des séries

Manga à parution irrégulière.

Liste des mangas en cours de publication dans le Weekly Shōnen Jump (au )
Titre Auteur Première publication
Agravity Boys (AGRAVITY BOYS) Atsushi Nakamura
Ayakashi Triangle (あやかしトライアングル?) Kentaro Yabuki
Black Clover (ブラッククローバー?) Yūki Tabata
Boku no Hero Academia (僕のヒーローアカデミア?) Kōhei Horikoshi
Boku to Roboco - Me & Roboco (僕とロボコ?) Shuhei Miyazaki
Bokura no Ketsumei (ぼくらの血盟?) Kazu Kakazu
Bokutachi wa benkyō ga dekinai (ぼくたちは勉強ができない?) Taishi Tsutsui
Chainsaw Man (チェンソーマン?) Tatsuki Fujimoto
Dr. Stone (Dr.STONE) Riichirō Inagaki (scénario), Boichi (dessin)
Hakaishin Magu-chan (破壊神マグちゃん?) Kei Kamiki
Honomieru Shōnen (仄見える少年?) Togo Goto (scénario), Kento Matsuura (dessin)
Hunter × Hunter (ハンター×ハンター?) Yoshihiro Togashi
Jujutsu Kaisen (呪術廻戦?) Gege Akutami
Kōkōsei kazoku (高校生家族?) Ryo Nakama
Mashle (マッシュル -MASHLE-?) Hajime Kōmoto
One Piece (ONE PIECE -ワンピース-?) Eiichirō Oda
Shakunetsu no Nirai Kanai (灼熱のニライカナイ?) Ryūhei Tamura
Shinrin Ōja Moriking (森林王者モリキング?) Tomohiro Hasegawa
Undead Unluck (アンデッド アンラック?) Yoshifumi Tozuka
Yozakura-san Chi no dai sakusen - Mission of Yozakura Family (夜桜さんちの大作戦?) Gondaira Hitsuji

Notes et références

  1. Bimensuel jusqu'en octobre 1969
  2. Hiroki Gotô, L'âge d'or du manga, Kurokawa,
  3. (ja) « Shonen Jump + »
  4. (ja) « 『ドラゴンボール』新作  少年ジャンプ40周年イベントで上映 », sur Oricon,‎ (consulté le 8 juin 2010)
  5. (ja) « Histoire de la Shūeisha, 1966-1974 », sur le site officiel de la Shūeisha (consulté le 8 juin 2010)
  6. a b c et d (en) « The Rise and Fall of Weekly Shonen Jump: A Look at the Circulation of Weekly Jump », sur ComiPress, (consulté le 9 juin 2010)
  7. « Le tirage de Shonen Jump baisse en dessous de 1,6 million – News »
  8. Les chiffres sont issus de l'article wikipédia japonais. À partir de 2008, les ventes sont publiées chaque trimestre par JMPA
  9. a et b (en) Kim Morrissy, « Everything You Need to Know about MANGA Plus by Shueisha », sur Anime News Network, (consulté le 9 février 2020)
  10. (en) Kim Morrissy, « Weekly Shonen Jump Editor-in-Chief Hiroyuki Nakano », sur Anime News Network, (consulté le 9 février 2020)
  11. (ja) « Table des matières des numéros de Weekly Shōnen Jump de 1968 à 2000 » (consulté le 7 novembre 2012)
  12. (en) « Jump Next! Magazine to Run Every Other Month », sur Anime News Network
  13. (en) « Jump Vs. Issue's Contents Revealed », sur Anime News Network
  14. (en) « Viz's Shonen Jump Print Magazine to End Next March », sur Anime News Network
  15. « Lancement du Shonen Jump Alpha Digital aux USA », sur http://www.manga-news.com/
  16. (en) « Viz Media Begins 2013 with New Weekly Shonen Jump Digital Manga Magazine », sur Anime News Network, (consulté le 12 décembre 2018)
  17. (en) Egan Loo, « Viz to Preview Almost All New Shonen Jump Series from Japan : "Jump Start" campaign to start with new manga launching on September 8 », sur Anime News Network, (consulté le 12 décembre 2018)
  18. (en) Jennifer Sherman, « Viz's Shonen Jump Switches to Free Simultaneous Publication (Updated) : New US$1.99/month membership plan announced for back catalog », sur Anime News Network, (consulté le 12 décembre 2018)
  19. Florent D., « Manga : Shonen Jump lance une offre d'abonnement ultra agressive », sur ActuaLitté, (consulté le 11 décembre 2018)
  20. (en) « The New Shonen Jump Is Coming! : The next stage of evolution for Shonen Jump happens on December 17, 2018! Your favorite series will now be released FREE and simultaneous with Japan as individual chapters! », sur VIZ Media, (consulté le 12 décembre 2018)
  21. (en) « Banzai! », sur Anime News Network

Voir aussi

Bibliographie

  • William Audureau, « Manga : l’âge d’or de « Weekly Shonen Jump », en sept chiffres (et autant de couvertures) », Le Monde / Pixels,‎ (lire en ligne)
  • Pauline Croquet, « De « Dragon Ball » à « One Piece » : « Weekly Shonen Jump » est devenu la machine à hits du manga », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes