Wavrans-sur-Ternoise

Wavrans-sur-Ternoise
Wavrans-sur-Ternoise
L'église Saint-Martin, classée au titre des monuments historiques.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Canton Saint-Pol-sur-Ternoise
Intercommunalité Communauté de communes du Ternois
Maire
Mandat
Gérard Dubois
2018-2020
Code postal 62130
Code commune 62883
Démographie
Population
municipale
199 hab. (2016 en diminution de 8,29 % par rapport à 2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 24′ 46″ nord, 2° 18′ 02″ est
Altitude Min. 67 m
Max. 126 m
Superficie 4,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte administrative du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wavrans-sur-Ternoise

Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais

Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Wavrans-sur-Ternoise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wavrans-sur-Ternoise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wavrans-sur-Ternoise

Wavrans-sur-Ternoise est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Géographie

Localisation

La commune est un village-rue du Ternois situé à la limite du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, et à 5 km au sud-est d'Anvin, 36 km au nord-ouest d'Arras et 48 km au nord-est d'Abbeville.

Il est aisément accessible par les anciennes routes nationales RN 39 et RN 41 (actuelles RD 939 et 941).

L'ancienne ligne de Saint-Pol-sur-Ternoise à Étaples passe à l'est du territoire, et le village disposait autrefois d'une gare. Aujourd'hui, la gare de chemin de fer la plus proche est celle de Saint-Pol-sur-Ternoise, desservie par des missions TER Hauts-de-France vers Arras, Béthune et Lille-Flandres.

Communes limitrophes

Communes limitrophes de Wavrans-sur-Ternoise
Fleury Hernicourt
Wavrans-sur-Ternoise
Pierremont

Hydrographie

L'est de la commune, boisé et marécageux, est limité par la Ternoise, affluent principal, en rive droite, du fleuve côtier la Canche.

Un étang y est localisé.

Toponymie

Le lieu s'est appelé Waveranz en 1137 ( cartulaire de Thérouanne, p. 13). Waverans en 1157 (mém. Soc. acad. de Boul., t. XII, p. 59 ), Woadrans en 1318 ( Histor. de Fr., t. XXIII p. 819 d: listes de convoc). Wavrans-emprès-Péremont en 1422 (cart. de Thérouanne, p. 342), Wavrans in Ternexio au XVe siècle (mém. Soc. acad. de Boul., t. VI, p. 161), Wavrans-lez-Saint-Pol en 1774 (D. Grenier, catal. alphab., p. 59)[1].

La commune, instituée sous la Révolution française, porte en 1801 le nom de Wavrant, prend ultérieurement celui de Wavrans avant de devenir Wavrans-sur-Ternoise en 1899[2].

Histoire

Selon le comte de Loisne, « Wavrans en 1789, faisait partie de la sénéchaussée de Saint-Pol et suivait la coutume d'Artois. Son église paroissiale, d'abord diocèse de Thérouanne, puis de Boulogne, doyenné de Saint-Pol, était consacrée à saint Sulpice et avait Conteville pour secours[1] ».

Lors de la Première Guerre mondiale, la gare de Wavrans voit le débarquement des premiers chars britanniques, qui y sont entretenus dans une grange avant la création des ateliers d'Érin[3].

Politique et administration

Wavrans-sur-Ternoise dans son ancien canton et dans l'arrondissement d'Arras.

Rattachements administratifs et électoraux

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Pas-de-Calais.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Saint-Pol-sur-Ternoise[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la composition de ce canton est modifié et regroupe désormais 88 communes, dont Troisvaux.

Intercommunalité

La commune faisait partie de la communauté de communes du Saint-Polois créée fin 1995.

Dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales françaises, par la loi de réforme des collectivités territoriales du 16 décembre 2010[4] (dite loi RCT) destinée à permettre notamment l'intégration de la totalité des communes dans un EPCI à fiscalité propre, la suppression des enclaves et discontinuités territoriales et les modalités de rationalisation des périmètres des établissements publics de coopération intercommunale et des syndicats mixtes existants, cette intercommunalité fusionne avec sa voisine, la communauté de communes du Pays d'Heuchin, formant le la communauté de communes des Vertes Collines du Saint-Polois.

Un nouveau mouvement de regroupement intercommunal intervient dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[5]. À l'initiative des intercommunalités concernées[6], la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) adopte le 26 février 2016 le principe de la fusion de :
- la communauté de communes de l'Auxillois, regroupant 16 communes dont une de la Somme et 5 217 habitants[7] ;
- la communauté de communes de la Région de Frévent, regroupant 12 communes et 6 567 habitants ;
- de la communauté de communes des Vertes Collines du Saint-Polois, regroupant 58 communes et 19 585 habitants
- de la communauté de communes du Pernois, regroupant 18 communes et 7 114 habitants. Le Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI), intégrant notamment cette évolution, est approuvé par un arrêté préfectoral du [8],[9].

La communauté de communes du Ternois, qui résulte de cette fusion et dont la commune fait désormais partie, est créée par un arrêté préfectoral qui a pris effet le [10].

Liste des maires

Liste des maires successifs[11]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant avril 1853   Constant Lombard    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Cremetz    
mars 2008 février 2018[12] Christian Buissart[13],[14]   Agriculteur
Chevalier du mérite agricole
Décédé en fonction
avril 2018[15] En cours
(au 26 avril 2018)
Gérard Dubois    

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2016, la commune comptait 199 habitants[Note 1], en diminution de 8,29 % par rapport à 2011 (Pas-de-Calais : +0,54 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
244226221209226231236228218
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
217216248251255242253237242
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
212219232225202216230244238
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
218231206200177201214217199
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,2 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,9 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 25 %, 45 à 59 ans = 13,9 %, plus de 60 ans = 16,7 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 25,5 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 16 %, plus de 60 ans = 20,8 %).
Pyramide des âges à Wavrans-sur-Ternoise en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
6,5 
75 à 89 ans
8,5 
10,2 
60 à 74 ans
12,3 
13,9 
45 à 59 ans
16,0 
25,0 
30 à 44 ans
23,6 
18,5 
15 à 29 ans
14,2 
25,9 
0 à 14 ans
25,5 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,8 
5,1 
75 à 89 ans
9,1 
11,1 
60 à 74 ans
12,9 
21,0 
45 à 59 ans
20,1 
20,9 
30 à 44 ans
19,6 
20,4 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
18,9 

Enseignement

Les enfants de la commune sont scolarisés au sein du regroupement pédagogique intercommunal, qui regroupe Monchy-Cayeux, Fleury, Pierremont et Wavrans-sur-Ternoise[21].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

  • Église, de la fin du XVIe et du XVII e siècles, dont la nef est inscrite monument historique[22].
  • Ferme dite de Curel, de 1722. Sa porte d'entrée est classée monument historique[23].

Personnalités liées à la commune

  • Charles Joseph Mailly[pourquoi ?], 1893 - 1974. Amputé de guerre, chevalier de la Légion d'honneur[réf. nécessaire].
  • Emile Grosjean-Maupin, professeur français espérantiste (1863-1933) a fini ses jours au Colombier[Quoi ?] de Wavrans.

Héraldique

Armes de Wavrans-sur-Ternoise

Les armes de Wavrans-sur-Ternoise se blasonnent ainsi :
d’or, à trois fleurs de lys de gueules.

Pour approfondir

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. a et b Comte Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 499 p. (lire en ligne), p. 399, disponible sur Gallica.
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Alexis Degroote, « Il y a 100 ans, les chars britanniques arrivaient dans le Ternois », Pas-de-Calais, Il y a 100 ans, la Grande Guerre, (consulté le 19 juillet 2019).
  4. n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance, et notamment son article 35.
  5. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  6. « Vertes collines du Saint-Polois: la fusion avec ses voisines est déjà sur de bons rails : C’est l’actualité du moment : dans la plupart des communautés de communes, les élus s’arrachent les cheveux pour se mettre dans les clous de la loi NOTRe (elle les oblige à fusionner pour créer des intercommunalités de plus de 15 000 habitants). Mais dans le Ternois, les Vertes collines du Saint-Polois et ses trois voisins (Pernois, Auxilois, Région de Frévent) font office de très bon élève et en sont déjà à discuter des modalités de l’« après-fusion », La Voix du nord,‎ (lire en ligne).
  7. Le populations mentionnées dans les actes concernant les intercommunalités sont des populations totales, au sens de l'INSEE, c'est-à-dire regroupant la population municipale, c'est-à-dire les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune à laquelle s'ajoute la population comptée à part, qui regroupe principalement les personnes vivant dans certaines collectivités (internats, casernes, hôpitaux, couvents, prisons…).
    Dans les tableaux de population mentionnés dans les articles de wikipédia ne sont habituellement mentionnés que les populations municipales, ce qui explique l'écart entre les chiffres mentionnés dans le SDCI et ceux des tableaux démographiques
  8. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2017 portant schéma départemental de coopération intercommunale du Pas-de-Calais » [PDF], SDCI, Préfecture du Pas-de-Calais (consulté le 23 mars 2017)
  9. « Dix-neuf atouts pour la carte intercommunale », L'actualité de L'Institution, Conseil départemental du Pas-de-Calais, (consulté le 23 mars 2017).
  10. « Arrêté interpréfectoral du 30 août 2016 portant création d'une communauté de communes issue de la fusion des communautés de communes de l'Auxilois, de la région de Frévent, du Pernois et des Vertes Collines du Saint-Polois », Recueil des actes administratifs de la Préfecture de la Somme, nos 2016-069,‎ , p. 37-39 (lire en ligne).
  11. « Les maires de Wavrans-sur-Ternoise », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 19 juillet 2019).
  12. Aline Chartrel, « Wavrans-sur-Ternoise Décès brutal du maire Christian Buissart à 60 ans : Élu depuis près de trente ans et maire de la commune depuis 2008, Christian Buissart s’est éteint mercredi. Son adjoint assurera l’intérim jusqu’à la tenue d’élections complémentaires », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2019).
  13. Aline Chartrel, « Au bilan de Wavrans, de gros travaux : « J’ai eu la chance de tout pouvoir faire » : Évoquer l’implication politique de Christian Buissart dans son village comme allant « crescendo », ça n’est pas peu dire. D’abord conseiller municipal, en 1989 (à seulement 31 ans !), l’agriculteur devient deuxième adjoint six ans plus tard, puis premier en 2001. Aujourd’hui, l’édile termine son premier exercice en tant que maire... et se verrait bien rempiler », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mars 2015).
  14. Aline Chartrel, « Wavrans-sur-Ternoise : peu d’investissements, « on est plutôt sur de l’entretien » : Les projets des maires : Des investissements modérés, troqués en partie contre de l’entretien courant. D’insubstantielles hausses des impôts. Aux affaires depuis 2008, Christian Buissart présente un village somme toute assez paisible », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mars 2015).
  15. Aline Chartrel, « Wavrans-sur-Ternoise Gérard Dubois finalement élu maire pour deux ans », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2019).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  19. « Évolution et structure de la population à Wavrans-sur-Ternoise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 29 août 2010)
  21. « Pierremont : au RPI », L'Abeille de la Ternoise, nos 8576-1625,‎ , p. 19.
  22. « L'église », notice no PA00108441, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Ferme dite de Curel », notice no PA00108442, base Mérimée, ministère français de la Culture.