Vol 858 Korean Air

Vol 858 Korean Air
Caractéristiques de l'accident
Date
Type Attentat à la bombe
Site Mer d'Andaman
Coordonnées 14° 33′ 00″ nord, 97° 23′ 00″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareil Boeing 707
Compagnie Korean Air
No  d'identification HL-7406
Phase Vol
Passagers 104
Équipage 11
Morts 115

Géolocalisation sur la carte : Myanmar

(Voir situation sur carte : Myanmar)
Vol 858 Korean Air

Le vol 858 de Korean Air est un vol commercial reliant Bagdad à Gimpo via Abu Dhabi le 29 novembre 1987. L'appareil explose en plein vol au-dessus de la mer d'Andaman, soufflé par une bombe posée en cabine par deux agents nord-coréens descendus à l'escale d'Abu Dhabi.

Détails du vol

Le vol 858 de Korean Air, parti de Bagdad puis ayant fait escale à Abu Dhabi le , approche sa deuxième escale à Bangkok lorsqu'il explose en vol au-dessus de la mer d'Andaman, tuant les cent quinze passagers et membres d'équipage présents à son bord[1]. Deux agents nord-coréens, qui s'étaient enregistrés à Bagdad, ont débarqué à Abu Dhabi en laissant une bombe à retardement dans un compartiment à bagages. Les deux agents sont arrêtés alors qu'ils s'apprêtaient à quitter Bahreïn avec de faux passeports japonais[2]. Les agents tentent de se suicider en avalant une pastille de cyanure. L'homme décède aussitôt, mais la femme, Kim Hyon-Hui, survit[3].

Enquête

Selon des témoins interrogés lors du Conseil de sécurité des Nations unies, le , Kim Hyon-Hui aurait été transférée à Séoul pour se rétablir. Après avoir vu à la télévision la vie en Corée du Sud, elle affirme avoir été « exploitée pour les activités terroristes nord-coréennes », et fait des aveux détaillés[4], notamment sur ses voyages aux ordres de la Corée du Nord de Pyongyang à Moscou, Budapest, Vienne, Belgrade et finalement Bagdad, où la bombe a été déposée. Son retour aurait dû se faire via Abou Dabi, Amman et Rome, mais a échoué à cause de son faux visa[5].

En , Kim annonce lors d'une conférence de presse à la National Intelligence Service — les services secrets sud-coréens — qu'elle et son partenaire étaient tous deux des agents nord-coréens. Elle dit avoir laissé dans l'appareil une radio contenant 350 grammes d'explosif C-4 et une bouteille d'alcool contenant environ 700 ml de PLX . Elle exprime des remords et demande pardon aux familles des victimes. Elle affirme également que l'ordre de déposer la bombe[6] a été personnellement donné par Kim Jong-il, le fils du président nord-coréen Kim Il-sung, qui aurait ainsi voulu déstabiliser le gouvernement sud-coréen, perturber les élections législatives de 1988 et les Jeux olympiques qui allaient se dérouler à Séoul.

Conséquences

Kim, condamnée à mort le par le tribunal de Séoul, est graciée par Roh Tae-woo.

En 1993, William Morrow & Co publie Dans la fosse aux tigres , le récit de Kim : son entraînement en tant qu'espionne nord-coréenne et le vol 858. Elle fait don des recettes du livre aux familles des victimes. Le Département d'État des États-Unis qualifie cet acte de terroriste, et la Corée du Nord fait partie, jusqu'en 2008, de la liste des États soutenant le terrorisme[7].

Notes et références

Notes

Références

  1. (en) Susan Chira, « Korean Plane, 115 Aboard, Crashes in Southeast Asia », sur nytimes.com, New York Times, (consulté le 10 septembre 2016)
  2. (en) « North Korea Blows up South Korean Airliner, 1987 », sur huffingtonpost.com, Huffington Post, (consulté le 10 septembre 2016)
  3. (en) « Suspect in Korean Crash Recovers From Poisoning », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 10 septembre 2016)
  4. « meeting du conseil de sécurité 2791 page 10 »,
  5. « meeting du conseil de sécurité 2791 page 12 »,
  6. (en) Kosuke Takahashi, « Fake ashes, very real North Korean sanctions », sur www.atimes.com, (consulté le 16 novembre 2015).
  7. (en) « Country Reports on Terrorism 2004 », State Department,

Articles connexes