Vol 752 Ukraine International Airlines

Vol 752 Ukraine International Airlines
Image illustrative de l’article Vol 752 Ukraine International Airlines
L'avion impliqué dans l'accident, photographié en .
Caractéristiques de l'accident
Date
TypeAbattu en vol
CausesTir accidentel de missiles
SiteChahriar (Iran)
Coordonnées 35° 33′ 49″ nord, 51° 05′ 45″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilBoeing 737-8KV
CompagnieUkraine International Airlines
No  d'identificationUR-PSR
Lieu d'origineTéhéran-Imam Khomeini (Iran)
Lieu de destinationKiev-Boryspil (Ukraine)
PhaseMontée
Passagers167
Équipage9
Morts176
Survivants0

Géolocalisation sur la carte : Iran
(Voir situation sur carte : Iran)
Vol 752 Ukraine International Airlines
Photographie d'un réacteur détruit
Photographie montrant l'épave du vol 752 avec un reste d'un moteur au premier plan.

Le 8 janvier 2020, le Boeing 737-800 effectuant le vol 752 d'Ukraine International Airlines (vol PS 752), devant relier Téhéran à Kiev, est abattu par erreur par la défense anti-aérienne iranienne après son décollage de Téhéran[1],[2],[3]. Les 176 personnes à bord, dont 138 se rendant au Canada, périssent.

C'est le premier accident mortel de l'histoire de la compagnie UIA et le plus meurtrier survenu en Iran depuis l'accident d'un Iliouchine Il-76 en 2003 qui avait provoqué la mort de 275 Gardiens de la révolution. C'est également le plus grave pour le Canada depuis celui du vol 182 d'Air India en 1985, qui a coûté la vie à 268 Canadiens[4]. C'est le pire accident impliquant un Boeing 737 NG, surpassant celui du vol 812 Air India Express en 2010, et le deuxième le plus meurtrier d'un Boeing 737 après celui du 737 Max 8 de dernière génération du vol 610 Lion Air en 2018.

Dès le lendemain de l'accident, le Premier ministre canadien Justin Trudeau déclare que le Boeing aurait été abattu par un missile sol-air Tor-M1[5], se basant sur les informations des services de renseignement alliés, ce qui est initialement réfuté par les autorités iraniennes[6]. Le 11 janvier, celles-ci finissent par admettre avoir abattu l'avion par erreur[7] et précisent le 21 janvier qu'il y eut deux tirs de missiles[8]. Le crash a eu lieu alors que la défense aérienne iranienne était en état d'alerte en raison d'une grande tension entre l'Iran et les États-Unis.

Accident

Le vol, exploité par Ukraine International Airlines, porte-drapeau et plus grande compagnie aérienne de l'Ukraine, devait relier l’aéroport international Imam-Khomeini de la capitale iranienne Téhéran à l’aéroport international Boryspil de la capitale ukrainienne Kiev.

Le Boeing 737 transportait 167 passagers et neuf membres d’équipage. Le décollage, prévu à h 15 locales (UTC + 3 h 30), a été retardé et a finalement eu lieu en piste 29 droite à h 12[9]. Les données de vol transmises par ADS-B et recueillies par Flightradar24 sont normales. La réception s'arrête brutalement à 6 h 14, en montée, moins de trois minutes après le décollage. La dernière altitude-pression transmise est de 2 415 m (7 925 pieds), soit 1400 m environ au-dessus de l'altitude de décollage[10],[11]. La vitesse était alors de 275 kt (509 km/h). Aucune communication alarmante ou appel de détresse n'a été reçu par le contrôle aérien[12].

L'avion s'écrase à h 22[2],[13] dans un parc de loisirs de Chahriar, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Téhéran[4].

Selon un porte-parole du ministère iranien des Routes et des Transports, un incendie s'est déclaré dans l'un de ses moteurs CFM56, suivi d'une perte de contrôle de l'appareil. Selon l'agence d'information ISNA, l’avion faisait face à des difficultés techniques[14]. L’ambassade ukrainienne en Iran met en cause initialement une « panne d’un moteur de l’appareil due à des raisons techniques »[15]. Initialement, les services de renseignement occidentaux privilégient également la cause accidentelle[16].

L'hypothèse que l'avion ait été touché par des missiles anti-aériens prend vite de l'ampleur. Elle est rapportée notamment par le journal jordanien Al-Hadath [17], et jugée plausible par des experts en sécurité en raison de la tension entre l'Iran et les États-Unis[18] : les attaques iraniennes ciblant les bases américaines en Irak se sont terminées environ 4 h avant le crash, et la défense anti-aérienne iranienne était en alerte par crainte de représailles américaines.

Le Boeing d'UIA aurait fait demi-tour par la droite vers l'aéroport, en feu, avant son écrasement au sol[14],[19]. Le rapport préliminaire de l'organisation d'aviation civile iranienne laisse entendre que des personnes dans un autre avion auraient été témoins oculaires[20]. Plusieurs vidéos circulent sur internet (et par Ali Hashem TV) qui montrent l'avion en feu lors de sa descente et une explosion à l'impact au sol[21].

Vue aérienne de la zone du crash dans le sud de Téhéran.

Le , le New York Times publie une vidéo qui semble montrer un lancement de missile qui explose en touchant un avion. L'avion prend feu mais continue son vol. La vidéo a été localisée comme étant prise dans la ville nouvelle de Parand , et l'angle de vue correspond à la position et à la trajectoire connue de l'avion au moment où le contact a été interrompu. Le Times dit avoir vérifié plusieurs autres vidéos montrant ensuite l'avion en feu en direction de l'aéroport, et son explosion à l'impact avec le sol[22]. Des restes de missile sont retrouvés au sol à proximité.

Des sources concordantes au Pentagone et dans les services de renseignement alliés affirment que l'avion aurait été abattu accidentellement par un missile sol-air Tor-M1. Des émissions radar, ainsi que 2 flashes infra-rouges correspondant à des départs de missiles auraient été détectés. Des fragments de missile Tor auraient été retrouvés non loin du site du crash[23], ce que les autorités iraniennes ont initialement démenti, précisant que l'hypothèse d'un missile était à écarter[6]. Le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine  Oleksiy Danilov  estime alors que cette hypothèse est envisagée, au même titre qu'une panne, une collision avec un drone ou un autre aéronef, ou une action terroriste[23].

Le même jour, le Premier ministre canadien Justin Trudeau déclare : « Nous avons des informations de sources multiples, notamment de nos alliés et de nos propres services [qui] indiquent que l’avion a été abattu par un missile sol-air iranien. Ce n’était peut-être pas intentionnel »[24]. Le Premier ministre britannique Boris Johnson[25] le confirme.

Le , le président de l'Organisation de l'aviation civile iranienne  (CAO), Ali Abedzadeh, dément catégoriquement ces allégations, déclarant « une chose est sûre, cet avion n'a pas été touché par un missile » [26].

Toutefois, le , l'état-major des forces armées iraniennes admet la responsabilité de la catastrophe et reconnaît une « erreur humaine », l'avion ayant été engagé par erreur par deux missile surface-air[3]. Le général de brigade Amir Ali Hajizadeh, commandant de la Force aérospatiale de l'armée des Gardiens de la révolution islamique déclare endosser « la responsabilité » de cette erreur en précisant que « l'opérateur chargé de tirer le missile a fait feu sans pouvoir obtenir la confirmation d'un ordre de tir à cause d'un «brouillage» des télécommunications. Le soldat a pris l'avion pour un «missile de croisière», il a eu «10 secondes pour décider» mais «a pris la mauvaise décision». » Selon l'état-major, «le coupable» de cette erreur doit être traduit «immédiatement» en justice[3]. Le 21 janvier, l'Organisation de l'aviation civile iranienne précise que ce sont deux missiles qui ont abattu l'avion, confirmant ainsi une information du New York Times qui avait publié le 15 janvier une vidéo montrant que deux missiles avaient été tirés en direction de l'appareil[8].

Contexte

Le crash a lieu dans un contexte de grande tension entre l'Iran et les États-Unis. Cinq jours plus tôt, le général Qassem Soleimani a été tué par les États-Unis lors d'une attaque aérienne à l'aéroport de Bagdad, en Irak. Le 04 janvier, le président Trump avertit Téhéran dans un tweet que les États-Unis ont identifié 52 sites en Iran et les frapperont « très rapidement et très durement » si la République islamique attaque du personnel ou des objectifs américains. Il écrit également que certains de ces sites iraniens « sont de très haut niveau et très importants pour l’Iran et pour la culture iranienne ». « Les États-Unis ne veulent plus de menaces » conclut-il enfin [27]. La veille de l'accident, au moins 56 personnes sont mortes[28] et 212 autres ont été blessées[29] dans un mouvement de foule à Kerman lors des obsèques de Soleimani. Quelques heures avant le crash, une vingtaine de missiles avaient été tirés par l'Iran sur des cibles américaines en Irak en riposte à la mort de Soleimani et auraient tué 80 personnes selon la télévision d'État iranienne, mais aucune selon les forces armées irakiennes et les sources occidentales[30],[31].

Appareil

L’avion, un Boeing 737-800 immatriculé UR-PSR, avait effectué son premier vol le 21 juin 2016 et été livré à Ukraine International Airlines à la mi-juillet de la même année[32]. L'appareil avait trois ans et sept mois au moment de l’accident[33].

Équipage

Le commandant de bord Volodymyr Gaponenko totalisait 11 600 heures sur Boeing 737 dont 5 500 en tant que commandant de bord. Le copilote Serhii Khomenko avait 7 600 heures à son actif sur Boeing 737. Ils étaient accompagnés d'un pilote instructeur, Oleksiy Naumkin, qui avait enregistré 12 000 heures sur Boeing 737 dont 6 600 en tant que commandant de bord. Le personnel navigant commercial comptait six personnes[34].

Passagers

Outre les neuf membres d'équipage, l'avion transportait 167 passagers et il y avait donc 176 personnes à bord (la destruction de l'appareil n'ayant laissé aucun survivant). Après l'accident, des informations contradictoires ont circulé sur leur nationalité. Des responsables iraniens ont affirmé que 147 des 176 personnes à bord étaient iraniennes[35]. En définitive, selon le manifeste des passagers, il y avait à bord quatre-vingt-deux Iraniens et soixante-trois Canadiens. Au total 138 passagers avaient une correspondance à Kiev pour le Canada, la plupart faisant partie de la diaspora iranienne au Canada[36], qui compte 210 000 personnes en 2016[4]. Il n'y avait que onze Ukrainiens (dont les neuf membres d'équipage)[37].

Nationalité Passagers Équipage Total
Drapeau de l'Iran Iran 82 0 82
Drapeau du Canada Canada 63 0 63
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 2 9 11
Drapeau de la Suède Suède 10 0 10
Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan 4 0 4
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 3 0 3
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 3 0 3
Total 167 9 176[38]

Enquête

Le jour même du crash, le porte-parole de l'Organisation de l'aviation civile iranienne  (OAC), Reza Jafarzadeh, déclare qu'une équipe d'enquêteurs a été envoyée sur le site de l'accident[39]. Le gouvernement ukrainien a également envoyé des experts à Téhéran pour participer à l'enquête (dont certains ayant participé à celle du vol MH 17), abattu par un missile en Ukraine en 2014.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a donné instruction au procureur général ukrainien d'ouvrir une enquête criminelle sur l'accident[37]. L'ambassade ukrainienne en Iran a déclaré que certains détails indiquaient a priori une panne de moteur ; elle a également publié une déclaration excluant le terrorisme, mais a rapidement retiré cette déclaration sans explication[40]. Un quartier général opérationnel sera formé par le Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine  pour enquêter sur l'accident[37].

Le même jour, en fin de matinée, les boîtes noires de l'appareil sont retrouvées[41]. Selon l'agence de presse semi-officielle Mehr  les autorités iraniennes ont déclaré ne pas avoir encore déterminé vers quel pays elles seraient envoyées pour analyse, mais que ce ne serait pas les États-Unis[42]. Malgré l'absence de relations diplomatiques avec l'Iran depuis 2012, le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a déclaré que son pays voulait jouer un rôle important dans l'enquête et proposé l'aide de ses experts[36].

Dans un rapport préliminaire du 8 janvier 2020, l'OAC confirme que l'avion s'est écrasé, en feu, avec une trajectoire de retour vers l'aéroport. Les boîtes noires (CVR et FDR) ont subi des dommages superficiels dus au feu et à l'impact. Conformément à l'annexe 13 de l'OACI, les autorités de l'Ukraine, des USA, de la Suède et du Canada ont été conviées à prendre part à l'enquête. Le rapport précise qu'un groupe de travail se consacre aux explosifs[43].

Le 9 janvier 2020, des publications montrent des engins de terrassement en train de nettoyer le site du crash. Des spécialistes des catastrophes aériennes expriment leur gêne devant de telles opérations, de nature à altérer le site avant qu'une enquête poussée puisse y être menée[44]. L'Iran nie alors, par la voix de son ambassadeur en Grande-Bretagne, être en train d'altérer le site[45].

Le 10 janvier 2020, le gouvernement iranien autorise les enquêteurs ukrainiens à analyser les enregistreurs de vol et à visiter le site du crash[46].

Réactions

En Iran

Le 11 janvier 2020, le président iranien Hassan Rohani déclare regretter profondément ce crash, « une grande tragédie et une erreur impardonnable », dans laquelle « des missiles lancés par erreur ont provoqué l'écrasement de l'avion ukrainien et la mort de 176 innocents »[3]. Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif déclare qu'une « erreur humaine en des temps de crise causée par l'aventurisme américain a mené au désastre ».

Des étudiants se sont rassemblés à Téhéran le 11 janvier en hommage aux victimes du Boeing et ont exprimé leur colère. Ils ont dénoncé « les menteurs » et réclamé des poursuites contre les responsables du drame et ceux qui auraient tenté de les couvrir[47].

Dans une de ses rares interventions, lors de la grande prière du vendredi le 17 janvier, le guide suprême d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei laisse entendre que les manifestations contre le pouvoir survenues chaque jour depuis le 11 janvier, quand l'Iran a reconnu sa responsabilité dans la catastrophe aérienne, étaient loin de traduire l'opinion de la majorité des Iraniens. Le guide suprême attaque les États-Unis, évoquant les « clowns américains » qui mentent selon lui « de la façon la plus vicieuse » [48]. Il ajoute : « Ce drame est un accident amer qui a brûlé notre cœur. Mais certains ont essayé de l'utiliser pour faire oublier le grand martyre et sacrifice de Qassem Soleimani »[48]. Il ajoute : « J’exprime ici une fois encore ma sympathie avec les victimes du crash, et remercie les parents et les familles endeuillées de s’être opposés au complot de l’ennemi malgré la tragédie », assurant que « des efforts seraient faits pour prévenir ce type d’événement à l’avenir »[49].

À l'étranger

  • Drapeau du Canada Canada : Au Canada, qui a perdu plusieurs dizaines de ressortissants dans la catastrophe, le Premier ministre Justin Trudeau se dit « furieux » et appelle Téhéran à en « assumer l'entière responsabilité », y compris financière[47]. Il accuse les États-Unis d’avoir envenimé la situation avec la frappe qui a éliminé le général Soleimani et estime que sans ce regain de tension l'accident n'aurait pas eu lieu[50].
  • Drapeau de la Russie Russie : Le 17 janvier, le ministre des affaires étrangères russe Sergueï Lavrov déclare que cette tragédie montre qu'il est temps pour l'Iran et les États-Unis d'amorcer une désescalade. Disant ne vouloir disculper personne, il affirme qu'au moment où le Boeing a été abattu, l'Iran s'attendait à une frappe américaine, et qu'au moins six F-35 américains étaient en vol près de la frontière de l'Iran[51].
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : Le 13 janvier, le ministère des Affaires étrangères de la Chine exprime ses condoléances aux parents de ceux qui sont morts dans l'accident du Boeing ukrainien, qualifiant celui-ci de « tragédie » tout en évitant de mentionner Washington ou Téhéran. Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères déclare que « la Chine est attristée par le crash du Boeing ukrainien » et que « nous espérons que cet incident peut être géré correctement afin d’éviter de compliquer davantage la situation » [52].

Dans les milieux aéronautiques

Plusieurs compagnies aériennes ont immédiatement réagi au crash en déroutant des vols qui survolaient l'Iran (et l'Irak) ou en annulant des vols vers l'Iran. De nombreuses compagnies dont LOT, Qantas, Singapore Airlines, Malaysia Airlines ont dérouté leur vols pour éviter l'espace aérien iranien. Certaines compagnies de la région, dont Bahrein Airways, Kuwait Airways et EgyptAir, avaient déjà suspendu des vols vers l'Irak depuis plusieurs jours après l'assassinat du général Soleimani[53]. Air France[54], Flydubai, Emirates[55], KLM[56], Lufthansa[57], Swiss, Turkish Airlines[58] et Ukraine International Airlines ont annulé leurs vols vers l'Iran. La Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis a interdit à tous les avions civils américains de survoler l'Iran, l'Irak, le golfe d'Oman ainsi que le golfe Persique[59].

Le jour suivant, Aeroflot, Turkish Airlines et la plupart des compagnies aériennes du Moyen-Orient ont repris leurs vols vers et au-dessus de l'Iran, la plupart en direction de destinations européennes et nord-américaines. L'OACI a adressé une recommandation de ne pas survoler l'espace aérien iranien seulement le 10 janvier, deux jours après le crash et après que les gouvernements occidentaux ont accusé l'Iran d'avoir abattu l'avion.

Le journal ukrainien Kyiv Post pointe les analogies avec le vol Iran Air 655 abattu par les Américains en 1988 et avec le vol 17 de Malaysia Airlines également abattu en 2014 pendant la guerre du Donbass. Pour le premier, les État-Unis ont indemnisé les familles des victimes en 1996, mais n'ont pas présenté d'excuses officielles. Pour le second, le journal fait remarquer que l'Iran aurait dû fermer son espace aérien après les frappes iraniennes du 8 janvier 2020 à al-Asad et Erbil, comme aurait dû le faire l'Ukraine en 2014. Dans les deux cas, cela aurait évité une catastrophe. Andriy Guck, un avocat ukrainien spécialiste de l'aviation, ajoute que les Iraniens n'ont pas fermé leur espace aérien « parce qu’ils ont utilisé des avions de passagers comme bouclier contre les représailles potentielles des États-Unis ». Enfin, le Kyiv Post affirme qu'environ cent vols sont arrivés et partis de Téhéran le jour du crash, et qu'en particulier la Lufthansa et Austrian Airlines n'ont annulé que tardivement leurs vols, parfois jusqu'à dix heures après le crash[60].

Galerie

Quelques heures après l'accident, les autorités iraniennes ont publié plusieurs clichés du lieu du crash, dont certains ci-dessous[61].

Notes et références

  1. (en) Babak Dehghanpisheh, « Ukrainian Boeing 737 crashes in Iran, all 170 aboard killed: Iranian state TV », sur Reuters.com, (consulté le 8 janvier 2020).
  2. a et b (en) « 'No survivors' after Ukrainian airliner crashes near Tehran », sur AlJazeera.com, (consulté le 8 janvier 2020).
  3. a b c et d L'armée iranienne avoue avoir abattu le Boeing par «erreur», 20 minutes (Suisse), 11 janvier 2020
  4. a b et c « Le Canada en deuil après l’accident du vol Téhéran-Kiev », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 10 janvier 2020).
  5. « Crash d'un Boeing ukrainien en Iran : «Selon nos informations l’avion a été abattu par un missile iranien», affirme Justin Trudeau », sur www.cnews.fr, (consulté le 9 janvier 2020).
  6. a et b (en) « ‘Illogical rumors’: Iran responds to US media reports that Ukrainian Boeing was hit by missile over Tehran », sur RT International (consulté le 9 janvier 2020).
  7. (en) « Iran state TV says Ukrainian jet was unintentionally shot down », sur CP24, (consulté le 11 janvier 2020).
  8. a et b « L’Iran confirme que deux missiles ont été tirés contre l’avion d’Ukraine Airlines », sur Le parisien,
  9. (en) Michael Safi, « Iran plane crash: Ukraine Boeing with at least 170 aboard comes down near Tehran », sur TheGuardian.com, (consulté le 8 janvier 2020).
  10. (en) « Ukraine Int. Airlines flight PS752 », sur FlightRadar24.com (consulté le 8 janvier 2020).
  11. (en-US) « Ukrainian flight PS752 crashes shortly after take off from Tehran », sur Flightradar24 Blog, (consulté le 8 janvier 2020)
  12. « جزئیات تماس خلبان بوئینگ 737‌ اوکراینی با برج مهرآباد تا پیش از سقوط‌ » (consulté le 8 janvier 2020).
  13. (en) « Boeing 737 jet crashes in Iran shortly after take off: All 170 on board killed », sur LiveMint.com, (consulté le 8 janvier 2020).
  14. a et b (en) Artemis Moshtaghian et Joshua Berlinger, « 176 killed after Ukraine International Airlines plane crashes in Tehran shortly after takeoff », sur edition.cnn.com, (consulté le 8 janvier 2020).
  15. huffingtonpost.fr/
  16. « Iran: L'avion ukrainien pas touché par un missile, d'après les renseignements occidentaux », sur Challenges (consulté le 9 janvier 2020).
  17. (ar) « #إيران — أنباء عن سقوط الطائرة الأوكرانية نتيجة إصابتها بصاروخ إيراني عن طريق الخطأ », sur twitter.com,‎ (consulté le 8 janvier 2020).
  18. (en-US) Mark Zee 8 January et 2020, « Risk assessing Iran ops – the UIA 737 may have been shot down », sur International Ops 2019 - OPSGROUP, (consulté le 9 janvier 2020).
  19. (en) « Ukrainian airplane crashes near Tehran's Imam Khomeini Int’l Airport », sur en.isna.ir, (consulté le 8 janvier 2020).
  20. « Avant le crash, le Boeing 737 a fait demi-tour à cause d’un « problème » », sur www.20minutes.fr (consulté le 9 janvier 2020).
  21. [1]
  22. (en-US) Christiaan Triebert, Malachy Browne, Sarah Kerr et Ainara Tiefenthäler, « Video Shows Ukrainian Plane Being Hit Over Iran », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 10 janvier 2020).
  23. a et b (en) « Newsweek: Iranian missile system shot down Ukraine flight, probably by mistake, sources say », sur www.unian.info (consulté le 9 janvier 2020).
  24. Crash d’un Boeing en Iran : le Canada affirme que « l’avion a été abattu par un missile iranien », Le Monde avec AFP, 9 janvier 2020.
  25. BFMTV, « Crash en Iran: Boris Johnson confirme que le Boeing 737 a été abattu par un missile », sur BFMTV (consulté le 9 janvier 2020).
  26. Par Le Parisien avec AFPLe 10 janvier 2020 à 08h47 et Modifié Le 10 Janvier 2020 À 10h27, « Crash du Boeing : l’Iran assure que l’avion n’a pas été touché par un missile », sur leparisien.fr, (consulté le 15 janvier 2020)
  27. « Donald Trump menace de frapper 52 sites, l’Iran parle de « crime de guerre » : la tension monte encore », sur ouest-france.fr, (consulté le 18 janvier 2020)
  28. (en) « The Iranian military commander killed by US air raid laid to rest in Kerman as large crowds attended his funeral. », sur AlJazeera.com, (consulté le 8 janvier 2020)
  29. (en) « General Soleimani's funeral postponed. Confusion kills 56 and injures 212 », sur PlataForMedia.com, (consulté le 8 janvier 2020)
  30. (en) Ahmed Aboulenein, Parisa Hafezi, Babak Dehghanpisheh, Phil Stewart, Steve Holland, Eric Beech, Michelle Nichols, Steve Scherer, Robin Emmott, Lincoln Feast et Edmund Blair, « Iran missile attacks target U.S. forces in Iraq; Trump says 'All is well!' », sur Reuters.com, (consulté le 8 janvier 2020)
  31. (en) « Iraq army says no Iraqi casualties as 22 missiles strike bases », sur AlJazeera.com, (consulté le 8 janvier 2020)
  32. (en) « UR-PSR Ukraine International Airlines Boeing 737-800 », sur planespotters.net (consulté le 8 janvier 2019)
  33. (en) « Accident description - Ukraine International Airlines Flight 752 », sur aviation-safety.net
  34. (en) « Information on PS752 crew – Ukraine International Airlines (UIA) (Denmark) », sur FlyUIA (consulté le 8 janvier 2020)
  35. « Iran plane crash: All 176 passengers killed as Ukraine Boeing 737 crashes near Tehran », The Telegraph (consulté le 8 janvier 2020)
  36. a et b (en) « Canada wants big role in Iran crash probe despite lack of diplomatic ties: Trudeau », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 9 janvier 2020)
  37. a b et c « Live Updates: Boeing 737 with 167 Passengers Aboard Crashes After Take-Off from Tehran Airport© », Sputnik News (consulté le 8 janvier 2020)
  38. « Three Brits feared dead after Ukrainian Airlines plane crash kills 176 », LBC News (consulté le 8 janvier 2020)
  39. « Ukrainian airplane crashes near Tehran's Imam Khomeini Int’l Airport », Iranian Students News Agency (consulté le 8 janvier 2020)
  40. Isabelle Khurshudyan et Erin Cunningham, « Ukrainian passenger plane with more than 170 on board crashes in Iran, no survivors », Washington Post,‎ (lire en ligne)
  41. « Un Boeing s'écrase à son décollage de Téhéran : au moins 170 morts », sur Le Huffington Post, (consulté le 8 janvier 2020)
  42. (en) Parisa Hafezi, writing by Alexander Cornwell, « Iran will not give black box from crashed Ukrainian airliner to Boeing: Mehr », sur Reuters.com, (consulté le 8 janvier 2020)
  43. (fa) « دفتر بررسی سوانح و حوادث », sur cao.ir,‎
  44. (en) « Iran is using bulldozer at the crash site », (consulté le 13 janvier 2020)
  45. (en) « Iran to Canada and allies: If you think we shot down Flight 752, prove it », (consulté le 13 janvier 2020)
  46. (en) Olivier Carroll et Bel Trew, « Urkaine 'given access' to Black Box », (consulté le 13 janvier 2020)
  47. a et b « Crash du vol Ukrainian Airlines : l’Iran face aux critiques internationales et à la contestation intérieure », sur Le Monde,
  48. a et b AFP, « En Iran, le guide suprême discrédite les manifestations antipouvoir », sur Le Point,
  49. « Le Guide de la Révolution appelle les Iraniens à l’unité lors de la grande prière hebdomadaire », sur RT France,
  50. « Crash en Iran : Sans les tensions dans la région, le drame aurait été évité, estime Trudeau », sur https://www.20minutes.fr/, (consulté le 18 janvier 2020)
  51. « Avion abattu : une "désescalade" irano-américaine est nécessaire, affirme Lavrov », sur https://www.lorientlejour.com/, (consulté le 20 janvier 2020)
  52. « China on Iran plane, US sanctions, HKong visas », sur https://www.youtube.com/channel/UCHTK-2W11Vh1V4uwofOfR4w, (consulté le 23 janvier 2020)
  53. Transport aérien : de nombreuses compagnies évitent de survoler l’Iran et l’Irak, 8 janvier 2020, leparisien.fr.
  54. « Les avions d'Air France ne survoleront plus l'Iran et l'Irak « jusqu'à nouvel ordre » », sur Les Echos, (consulté le 8 janvier 2020).
  55. « Emirates et flydubai annulent les vols Dubaï-Bagdad, après les frappes iraniennes », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 8 janvier 2020).
  56. (en) « KLM stops flying over Iran and Iraq », sur NL Times, (consulté le 8 janvier 2020).
  57. « Iran-USA : Air France et Lufthansa suspendent leurs survols de l'Irak et de l'Iran », sur 2M (consulté le 8 janvier 2020).
  58. « Turkish Airlines suspends flights to Iran, Iraq over safety », sur DailySabah (consulté le 8 janvier 2020).
  59. (en) David Kaminski-Morrow, « US bans Iranian and Iraqi overflights citing risk to aircraft », sur Flight Global (consulté le 8 janvier 2020)
  60. (en) Oleksiy Sorokin, « PS752 crash: Why flights to Iran weren’t banned (EXPLAINER) », sur Kyiv Post (consulté le 18 janvier 2020)
  61. (fa) « سقوط «بوئینگ ۷۳۷ » اوکراینی », sur خبرگزاری مهر | اخبار ایران و جهان | Mehr News Agency,‎ (consulté le 8 janvier 2020)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • (en) Iran's AAIB, « Preliminary Report - Ukraine International Airlines Flight 752 », sur reports.aviation-safety.net,
  • (en) « Accident description - Ukraine International Airlines Flight 752 », sur aviation-safety.net