Vivarium de Lausanne

Vivarium de Lausanne
Vivarium Lausanne mai 2014.jpg
Le vivarium de Lausanne en mai 2014
Informations générales
Ouverture
Fermeture
Dirigeant
Jean Garzoni (1970-2010)
Michel Ansermet (2010-2017)[1]
Visiteurs par an
34 000[1]
Site web
www.aquatis.ch/en
Localisation
Pays
Canton
District
Commune
Adresse
ch. de Boissonnet 82
Coordonnées
46° 32′ 28″ N, 6° 38′ 31″ E
Localisation sur la carte de Lausanne
voir sur la carte de Lausanne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du canton de Vaud
voir sur la carte du canton de Vaud
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg

Le vivarium de Lausanne est un ancien vivarium situé dans la ville vaudoise de Lausanne, en Suisse, spécialisé dans les reptiles, les amphibiens et les arachnides. Il est définitivement fermé en décembre 2015, une grande partie des animaux étant alors transféré à l'aquarium public d'Aquatis, ouvert en automne 2017[2].

Vivarium de Lausanne

Sommaire

Histoire

Collectionneur amateur, Jean Garzoni présente, en 1959, une exposition de reptiles avant de créer un vivarium permanent dans le quartier de Sauvabelin en 1970[3]. En 1992, une fondation est créée pour gérer le musée[4], qui possède la plus importante collection européenne de reptiles venimeux ouverte au public[5].

En 1976, une association des amis du vivarium est créée[réf. nécessaire]. Elle compte 300 membres[réf. nécessaire] et a pour buts de soutenir financièrement le vivarium de Lausanne, de le faire connaître, de participer à son évolution, à sa préservation et à son développement, et de contribuer à la connaissance et au respect des reptiles et des amphibiens ainsi que de leur milieu.

En 2013, le vivarium étant exposé à de graves difficultés financières, il est prévu qu'il soit intégré à Aquatis, un complexe comprenant un aquarium qui ouvrira en automne 2017 au nord de Lausanne[6],[2]. Temporairement sauvé de la faillite en novembre 2013 à la suite d'un don de la fondation Aquatis ainsi qu'à une collecte auprès du public et à un renoncement des créanciers, parmi lesquels la ville de Lausanne[7], il est finalement fermé en décembre 2015. Deux tiers des reptiles seront transféré à Aquatis[8]. La fondation du Vivarium reste propriétaire du terrain[1].

Fin mars 2019, l'ancien bâtiment du vivarium, laissé à l'abandon, est incendié et fortement vandalisé[9].

Collections

Un serpent de l'espèce Atheris squamigera.

Le musée présentait quelque 200 animaux dans une cinquantaine de terrariums intérieurs auxquels s'ajoutaient deux terrariums extérieurs permettant à quelques espèces de reptiles et d'amphibiens européens d'hiberner dans de bonnes conditions.

De plus, il possédait une serre tropicale humide abritant 3 grands crocodiles[10] ainsi qu'une salle de quarantaine destinée à recevoir et à soigner les animaux recueillis.

Un sentier didactique à l'extérieur présentait les reptiles et les amphibiens de Suisse. On y retrouvait des vipères, des couleuvres, des tortues d'eau, des lézards et des amphibiens.

Parmi ses pensionnaires, le vivarium possédait un dragon de Komodo; appelé Naga, il était fruit d'un échange avec le zoo de Prague qui a reçu des vipères d'une espèce menacée en échange[11]. Il comptait également une salamandre géante du Japon mesurant plus d'un mètre, don d'une particulière[12].


Références

  1. a b c d et e Philippe Maspoli, « Le Vivarium de Lausanne prend une pause en attendant Aquatis », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Le projet Aquatis », sur www.aquatis.ch (consulté le 15 août 2017)
  3. « Vivarium de Lausanne », sur lausanne.ch (consulté le 14 août 2012)
  4. « Fondation » (version du 25 juin 2013 sur l'Internet Archive)
  5. « Vivarium de Lausanne », sur tempslibre.ch (consulté le 14 août 2012)
  6. Julien Magnollay/lgr, « Le vivarium de Lausanne pourrait déménager et assurer sa viabilité », Radio télévision suisse, (consulté le 4 octobre 2013)
  7. Philippe Maspoli, « Le Vivarium de Lausanne évite la faillite », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  8. Philippe Maspoli, « L’ex-directeur du Vivarium a lâché Aquatis », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  9. Laurent Antonoff, « Le Vivarium de Lausanne a été incendié », 24 heures,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  10. « La serre tropicale », sur tempslibre.ch (consulté le 14 août 2012)
  11. Philippe Maspoli, « Le dragon du Vivarium a volé dans le jet de Constantin », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  12. Paul Ronga, « Une salamandre géante offerte au Vivarium de Lausanne », 24 Heures,‎ (lire en ligne)

Voir aussi