Victor Lanoux

Victor Robert Nataf, dit Victor Lanoux, est un acteur, producteur, scénariste et auteur de théâtre français, né le à Paris et mort le au centre hospitalier de Royan (commune de Vaux-sur-Mer).

Fort d'une carrière marquée par plus de quarante rôles au cinéma, une vingtaine au théâtre, plus de vingt-cinq téléfilms et une quinzaine de séries, il a notamment interprété le rôle principal du film Cousin, cousine de Jean-Charles Tacchella, qui lui a valu une nomination pour le César du meilleur acteur. Acteur de théâtre et de cinéma renommé, il est aussi connu pour avoir été le célèbre « brocanteur » de la série télévisée Louis la Brocante, diffusée sur France 3.

Biographie

Le , Victor Robert Nataf naît à Paris d’un père juif tunisien originaire de Sfax, et d'une mère catholique normande[1]. Il est envoyé dès le début de la Seconde Guerre mondiale par ses parents à l'abri dans le hameau de La Chenaud à La Chapelle-Taillefert, dans la Creuse, où il vit jusqu'à l'âge de onze ans sous le nom de Victor Lanoux[1].

Dès l'âge de 14 ans, Certificat d'études en poche, il travaille comme apprenti vernisseur (au tampon)[2], poseur de stores, ouvrier spécialisé aux usines Simca[1].

Après un engagement de parachutiste de 19 à 22 ans, il entre comme machiniste aux studios de Boulogne, où il a l'idée de devenir comédien en observant Anthony Quinn sur le plateau de Notre-Dame de Paris[3]. Il suit les cours par correspondance proposés par Cinémas du monde et le Conservatoire indépendant du cinéma français[4].

Carrière

La carrière de Victor Lanoux est riche de plus de quarante rôles au cinéma, une vingtaine au théâtre, plus de vingt-cinq téléfilms et une quinzaine de séries[5].

En 1961, Victor Lanoux débute au cabaret avec Pierre Richard[1]. Pendant cinq ans, les deux amis écrivent des sketches qu'ils interprètent dans la plupart des cabarets de la rive gauche — dont le sketch célèbre dit des gifles en 1965 — et souvent en première partie des concerts de Georges Brassens.

De 1964 à 1969, il joue au Théâtre national populaire (TNP) dans Hamlet, La Résistible Ascension d'Arturo Ui, La Folle de Chaillotetc.[4]

En 1973, le grand public le découvre au cinéma dans le rôle d'un des fils Dominici dans L'affaire Dominici de Claude Bernard-Aubert, tourné l'année précédente avec Jean Gabin dans le rôle principal. Au cinéma, il se construit un personnage fort, costaud, comparable à l'époque à l'acteur Michel Constantin.

En 1975, il accède à la notoriété grâce au rôle de Ludovic dans Cousin, Cousine de Jean-Charles Tacchella, ce qui lui vaut une nomination pour le César du meilleur acteur[5]. Puis il tourne dans de nombreux films, dont Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis d'Yves Robert.

Il écrit également pour le théâtre : Le Tourniquet en 1973, Le Péril bleu ou Méfiez-vous des autobus en 1974, La Ritournelle en 1989, qui lui vaut une nomination aux Molières et Drame au concert en 1994.

En 1977, lors du tournage du film La Carapate, il retrouve Pierre Richard et se lie d'amitié avec le comédien Raymond Bussières qui, comme lui, se définit comme « artiste du peuple »[6].

En 1978, il crée « Les Films de la Drouette », société avec laquelle il produit plusieurs de ses films (Un si joli village, Les Chiens, Une sale affaire, Boulevard des assassins) ainsi que le film de Peter Kassovitz Au bout du bout du banc. La même année il aide financièrement Christian Varini, lui-même comédien, pour la reprise du Point-Virgule, une salle de spectacles dans le quartier du Marais à Paris[7].

Le , Victor Lanoux est victime d'un malaise sur le tournage de Louis la Brocante, la série dont il est le héros sur France 3. L'opération d'un anévrisme de l'aorte, prévue de longue date, est avancée au . Le patient se réveille paraplégique. Malgré le peu d'espoir, avec le soutien de sa future épouse, scripte sur la série, il reprend le dessus. Un an après son malaise, il entreprend un mois de rééducation pour reprendre les tournages, jouant subtilement de son état pour achever la série Louis la Brocante[3].

En 2010, il tourne deux épisodes de Louis la Brocante et affirme avoir récupéré 95 % de ses moyens[8].

Le , il annonce la fin de la série. Le dernier épisode est diffusé le . Il prend sa retraite à Royan, dans une résidence du quartier du Parc[10].

Vie privée

Le , après un premier mariage avec Nicole, la mère de ses trois enfants, Richard né en 1959, Emmanuelle née en 1963 et Stéphanie en 1972, et après avoir eu également une longue relation avec Marie-José Nat, Victor Lanoux épouse la réalisatrice Véronique Langlois[11].

Sa fille aînée Emmanuelle Nataf est costumière, sa fille cadette Stéphanie Lanoux, née en 1972, est actrice et son fils Richard est scénariste[12].

Mort

Dans la nuit du 3 au , Victor Lanoux meurt, à l'âge de 80 ans, au centre hospitalier de Royan — situé dans la commune voisine de Vaux-sur-Mer — où il est hospitalisé et dans le coma depuis plusieurs jours à la suite d’un accident vasculaire cérébral[13],[14].

Le à Royan, les obsèques de Victor Lanoux se déroulent dans la plus stricte intimité. Les cendres de l'acteur, grand amateur de pêche, sont dispersées le lendemain dans une rivière, « afin de rendre aux poissons ce qu'il leur a pris », selon les dernières volontés de l'acteur[5].

Théâtre

En tant que comédien

En tant que metteur en scène

En tant qu'auteur

Filmographie

Cinéma

Télévision

Téléfilms

Séries télévisées

Nominations

Œuvre

Théâtre

  • Victor Lanoux, Le Tourniquet, L'Avant-scène théâtre (no 520), , 42 p..
  • Victor Lanoux, Le Péril bleu ou Méfiez-vous des autobus, L’Avant-scène théâtre (no 556), , 50 p..
  • Victor Lanoux, L’Ouvre-boîte, Montréal, Leméac, , 121 p. (ISBN 0-7761-0907-3).
  • Victor Lanoux, Grand-père, L'Avant-scène théâtre (n° 751), 1984
  • Jérôme Chodorov (trad. Victor Lanoux), Voisin Voisine, L’Avant-scène théâtre (no 786), , 50 p..

Biographies

  • Victor Lanoux, Laissez flotter les rubans, Le Cherche midi, coll. « Documents », , 270 p. (ISBN 978-2-7491-1400-2)
  • Victor Lanoux, Deux heures à tuer au bord de la piscine, Le Cherche midi, coll. « Documents », , 240 p. (ISBN 978-2-7491-3322-5).

Notes et références

  1. a, b, c et d Didier Péron, « Mort de Victor Lanoux, tombeur seventies reconverti en Louis La Brocante », sur liberation.fr, .
  2. (en) David Shipman, The Great Movie Stars, The International Years, , p. 313.
  3. a et b Laure-Hélène de Vriendt, « Mort de Victor Lanoux : 4 anecdotes que vous ignoriez peut-être sur l'acteur », sur rtl.fr, .
  4. a et b (en) David Shipman, The Great Movie Stars, The International Years, , p. 314.
  5. a, b et c « Les cendres de Victor Lanoux seront dispersées dans une rivière », sur lefigaro.fr, .
  6. Victor Lanoux, Laisser flotter les rubans, Le Cherche midi, 2009.
  7. Témoignage de Victor Lanoux dans l'émission Vivement dimanche sur France 2, le .
  8. Louis la Brocante - Victor Lanoux : « La retraite ? Jamais ! », France-Soir, 1er mars 2010.
  9. François Gibert, « Disparition de Victor Lanoux : Royan pleure son brocanteur préféré », sur francetvinfo.fr, .
  10. Isabelle Enault, « Hommage. Victor Lanoux est décédé », sur lepetitjournal, .
  11. Sandra Karas, « Louis La Brocante : la famille de Victor Lanoux aux petits soins pour l'acteur », sur telestar.fr, .
  12. Stéphane Durand, « Le comédien Victor Lanoux est décédé à l’hôpital de Royan », sur SudOuest.fr, (consulté le 4 mai 2017).
  13. « Clap de fin pour Victor Lanoux, le plus célèbre des brocanteurs », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne).
  14. Victor Lanoux, Deux heures à tuer au bord de la piscine, Le Cherche Midi, , p. 168.
  15. Alexandra Mauviel, « Le Tréport : Victor Lanoux en tournage sur le port », Le Courrier picard, .
  16. Julia Baudin, « Pas de retraite en vue pour Victor Lanoux », tvmag.lefigaro.fr, .

Liens externes