Victor Brauner

Victor Brauner
Stamps of Romania, 2003-40.jpg
Naissance
Décès
(à 62 ans)
Paris, France
Nationalités
Activité
Formation
Mouvement

Victor Brauner, né le à Piatra Neamț en Roumanie et mort le à Paris, est un peintre français d’origine roumaine.

D'abord dadaïste, puis surréaliste, et par ailleurs communiste idéaliste, il est un des membres de l'importante communauté d'artistes et intellectuels roumains de Paris avec Constantin Brâncuși, Emil Cioran, Mircea Eliade, Eugène Ionesco, Isidore Isou, Panaït Istrati et Tristan Tzara.

Biographie

Son enfance est marquée par trois faits importants : d’une part, la grande révolte paysanne de 1907 en Moldavie qui le confronte directement et brutalement à la misère et au désespoir du peuple, d’autre part les séances de spiritisme de son père auxquelles il assiste en secret, et enfin l’excitation provoquée par le passage de la comète de Halley en 1911, perçu selon les superstitions de l’époque comme un « présage funeste ». En 1913, la famille Brauner s’installe pendant quelque temps à Hambourg en Allemagne puis à Vienne en Autriche, mais revient en Roumanie en 1914, puis, enfin, se fixe à Bucarest en 1918. Il étudie à l’École des beaux-arts de Bucarest de 1919 à 1921.

En octobre 1924, il expose ses œuvres et édite, avec Ilarie Voronca, une revue Dada, 75 H.P. (un seul numéro), dans laquelle il écrit le manifeste de la « picto-poésie ». Ni tout à fait peinture, ni tout à fait poésie, la « picto-poésie » juxtapose des formes géométriques différenciées selon la couleur et la touche du pinceau, où s’inscrivent des lettres tracées à la main ou au pochoir, formant dans l’esprit à la fois futuriste, dadaïste et constructiviste, un vocabulaire dont la signification ne prend sens que par leur inscription sur la toile et soulignent l’expression dynamique de l’image. Son jeune frère Théodore Brauner deviendra d’ailleurs une figure marquante de la photographie surréaliste.

Un premier voyage à Paris, en 1925, lui fait découvrir Giorgio De Chirico et les surréalistes. Mais ce n’est qu’en 1932, installé à Paris, qu’il prend contact avec ces derniers grâce à Yves Tanguy. Il commence une série de tableaux autour du symbole de l’œil énucléé (Salomé). Son autoportrait (Autoportrait 1931) est-il la prémonition de la perte de son œil sept ans plus tard ? En 1934 a lieu sa première exposition parisienne à la galerie Pierre. André Breton préface le catalogue : « Le désir et la peur président par excellence au jeu qu’il mène avec nous, dans le cercle visuel très inquiétant où l’apparition lutte crépusculairement avec l’apparence »[1]. Après un retour à Bucarest, en 1935, il revient à Paris en 1938 et partage l’appartement d’Yves Tanguy. Il rencontre Jacqueline Abraham qu’il épousera en 1946 (L’Étrange K de Monsieur K). Il occupe, depuis 1945, un atelier au 2bis, rue Perrel, qui lui inspire la peinture du tableau La Rencontre du 2bis, rue Perrel en souvenir du Douanier Rousseau.

Dans la nuit du 27 au 28 août 1938, lors d’une bagarre entre Óscar Domínguez et Esteban Francés, il est atteint en plein visage par un verre qui le prive définitivement de son œil gauche[2]. Jusqu’à la déclaration de guerre de septembre 1939, le peintre traverse une période dite des Chimères.

Après la défaite de juin 1940 et l’occupation partielle de la France par l’armée allemande, Victor Brauner se réfugie dans la famille du poète Robert Rius (dont il vient d’illustrer le recueil Frappe de l'Echo) à Perpignan. Il loge à Canet-plage, puis est en résidence surveillée à Saint-Féliu-d'Amont[3]. En novembre, il est à la villa Air-Bel à Marseille, avec d’autres artistes comme André Breton, Max Ernst, Wifredo Lam, et le militant communiste anti-stalinien Victor Serge. Il espère obtenir un visa pour quitter le pays et échapper à la répression du régime de Vichy. Durant cette période, il participe à la création du Jeu de Marseille (création d’arcanes originales inspirées du tarot de Marseille) pour lequel il dessine les figures de la medium suisse Hélène Smith et du philosophe Hegel. Il réalise également une aquarelle[4] offerte à l’infirmière qui s’occupa de lui lors d’une brève hospitalisation dans une clinique de la rue Paradis. Celle-ci la conserva toute sa vie, punaisée sur le mur de sa cuisine avant qu’elle ne soit mise en vente par l’un de ses héritiers en mars 2013. L’espoir d’exil se révélant vain, Victor Brauner est alors caché en Provence par René Char. La précarité de sa vie le contraint à s’adapter et utiliser le peu de matériau dont il dispose. Ainsi, il peint à la cire, matière à qui il donne une valeur alchimique, voire ésotérique (Espaces psychologiques, La Ville, Devenir non devenant 1943, Analogie animale 1945, Triomphe du doute, Motan de Lune 1946).

En 1947, il participe à l’Exposition internationale surréaliste, à la galerie Maeght et présente son être-objet le Loup-table. Après cette exposition, il quitte le groupe surréaliste. Dans les années suivantes, il tombe malade et s’inquiète du sort des Roumains illégaux en France, risquant d’être livrés à la nouvelle dictature stalinienne mise en place à Bucarest, qui réclame leur extradition[5] : sa peinture s’assombrit jusqu’à devenir presque monochrome tandis que les titres de ses œuvres renouent avec l’humour Dada : Orgospoutnique, Automoma, Aeroplapa, Poisson à roulettes. Brauner va ensuite à Zurich puis, dans le canton du Tessin, à Ronco sopra Ascona[6]. Il meurt à 62 ans des suites d’une longue maladie. Inhumé au cimetière de Montmartre, sur sa tombe est inscrit en épitaphe une phrase extraite de ses carnets : « peindre c’est la vie, la vraie vie, ma vie ».

Du 24 janvier au 6 mai 1996, le Centre Georges-Pompidou expose son œuvre[7].

Collections publiques

Une partie de son œuvre est répartie entre :

Notes et références

  1. La Porte et « Paysage méditerranéen 1932.
  2. Irène Hamoir raconte l’empoignade qui oppose Dominguez, retenu par Louis Scutenaire, et le peintre Esteban Francés, ceinturé par Brauner. Dominguez jette une bouteille au visage de Francés, qui se baisse instinctivement. La bouteille atteint Brauner. Étaient également présents Paul Éluard, Georges Hugnet, Wolfgang Paalen, Benjamin Péret et Yves Tanguy (Irine, C'était, in Le Vocatif no 207, Bruxelles, mars 1980, non paginé, 8 pages).
  3. (pt) « Brauner », sur pt.museuberardo.pt (consulté le 25 novembre 2017).
  4. Damien Leclere, « Artefact » Une aquarelle de Victor Brauner ressuscite l’atmosphère surréaliste de la villa Air-Bel », sur artefact-leclereblog.fr, (consulté le 20 novembre 2016).
  5. Jusqu'en 1953 les alliés occidentaux n'avaient pas grand-chose à refuser à Joseph Staline et à ses satellites de l'Est, et plus d'un réfugié fut livré, l'accusation d'« anticommunisme » équivalant à cette époque à une accusation de fascisme ou de collaboration : Cornel Nistea, interview du Pr Titus Barbulescu dans la revue Discobolul, oct.-décembre 2009, sur [1].
  6. (ro) http://www.romlit.ro/victor_brauner_vzut_de_fabrice_maze
  7. Sarane Alexandrian, Victor Brauner, Oxus Éditions, collection Les Roumains de Paris, Paris, 2004, p. 44.

Iconographie

La tombe de Victor Brauner au cimetière de Montmartre à Paris.
  • Portrait par le photographe Émile Savitry en 1946[réf. nécessaire]
  • Portrait par la photographe Denise Colomb en 1957[réf. nécessaire]

Bibliographie

  • Sarane Alexandrian, Victor Brauner, Oxus Éditions, Catégorie Les Roumains de Paris, février 2004, (ISBN 2-84898-014-1), présentation de l'ouvrage
  • Sarane Alexandrian, Victor Brauner. L'illuminateur, éditions des Cahiers d'art, Paris, 1954.
  • Sarane Alexandrian, Les Dessins magiques de Victor Brauner, Denoël, Paris, 1965.
  • Adam Biro et René Passeron (sous la direction de), Dictionnaire général du surréalisme et de ses environs, Office du livre, Fribourg, Suisse, et Presses universitaires de France, Paris, 1982
  • Victor Brauner (catalogue raisonné des œuvres de) Collections du musée national d'art moderne, Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou Paris, 1996 (ISBN 2-85850-864-X).
  • Cahier Victor Brauner, Saint-Étienne, Musée d'art moderne 1988
  • Martine Dancer, Chantel Fernex de Mongex, Rose-Hélène Iché et Jacques Beauffet, Victor Brauner, un surréaliste européen, Un, Deux… Quatre éditions, 2007 (ISBN 978-2-35145-064-2).
  • Vasile Florea, L’art roumain moderne et contemporain, éditions Meridiane, Bucarest, 1985
  • Alain Jouffroy, Victor Brauner, Le Musée de poche, Paris, Fall Édition, 1959
  • Charline Lepingle, Instruction-surréalisme de Victor Brauner, thèse, Université Lumière, Lyon 1989.
  • Margaret Montagne, L'Œuvre graphique de Victor Brauner(1903-1966). Étude et Catalogue du Fonds d'atelier conservé au Musée d'Art Moderne de Saint-Étienne, thèse, Université Lyon II, Lyon 1998.
  • Camille Morando et Sylvie Patry (sous la direction de), avec la participation de Didier Semin, Rose-Hélène Iché, Margaret Montagne, Marina Vanci-Perahim, Victor Brauner, Écrits et correspondances (1938-1948), Ed. INHA /Centre Pompidou, Paris, 2005 (ISBN 2-84426-283-X).
  • Didier Ottinger, Les Victor Brauner de la collection de l'Abbaye Sainte-Croix, Les Sables-d'Olonne, 1991.
  • José Pierre, L'Univers surréaliste, éditions Somogy, 1983.
  • Didier Semin, Victor Brauner, Filipacchi et RMN, Paris, 1990.
  • Marina Vanci, Victor Brauner, Mazzotta, Milan 1995

Articles connexes

Liens externes