Vern Cotter

Vern Cotter
Description de cette image, également commentée ci-après
Vern Cotter en 2010.
Fiche d'identité
Nom complet Anthony Vernon Cotter
Naissance (57 ans)
Taille 1,93 m (6 4)
Surnom Jules, Père, Daddy, Le Sorcier
Poste Troisième ligne
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
1980-1990
1990-1992
1992-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
Manukau RU
FCS Rumilly
FC Lourdes
AS Saint-Junien
FC Lourdes
US Castelnau-Madiran


Carrière d'entraîneur
PériodeÉquipe 
2000-2004
2004-2006
2006-2014
2014-2017
2017-2019
Bay of Plenty
Crusaders (avants)
ASM Clermont
Drapeau : Écosse Écosse
Montpellier HR

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
Dernière mise à jour le 21 septembre 2019.

Anthony Vernon Cotter, dit « Vern » Cotter, né le , est un ancien joueur néo-zélandais et un entraîneur de rugby à XV.

Après avoir été entraîneur des avants chez les Crusaders, avec deux titres lors des Super 12 de 2005 et Super 14 de 2006, il devient entraîneur de l'ASM Clermont Auvergne, club qu'il conduit à un titre européen, le Challenge européen en 2007 puis au premier titre de Champion de France de l'histoire du club, en 2010. En mai 2014, il prend en charge la direction de l'équipe d'Écosse, poste qu'il occupe jusqu'en 2017. Il retrouve ensuite le championnat de France en prenant la direction du club de Montpellier. En 2019, il devient directeur du rugby du club.

Biographie

Joueur

Après dix années passées à évoluer en tant que troisième ligne centre pour les Manukau RU de la province des Counties Manukau au Sud d’Auckland[1], il rejoint la France, dans le club du FCS Rumilly[2], en Haute-Savoie. Il rejoint ensuite le club du FC Lourdes. Après un passage à AS Saint-Junien et à Dunkerque[2], il revient à Lourdes, puis rejoint l'US Castelnau-Madiran où il évolue en tant qu'entraîneur-joueur[2]. À la suite de soucis familiaux, il retourne en Nouvelle-Zélande en 1999[2].

Entraîneur en Nouvelle-Zélande

Entraîneur du club de Bay of Plenty, il remporte avec celui-ci Ranfurly Shield en 2004, obtenant également le titre d'entraîneur néo-zélandais de l'année[3]. Il parvient également en demi-finale du Championnat National des Provinces, plus communément désigné sous le sigle NPC, s'inclinant face à Canterbury.

Il intègre la franchise des Crusaders en tant qu'entraîneur des avants, disputant la finale du Super 12, puis remportant deux fois cette compétition, en 2005 et 2006[3].

En mars 2006, il annonce qu'il rejoint le club français de Clermont qui évolue en Top 14[3]. Le contrat est de deux ans, avec une option pour une année supplémentaire[3].

Clermont

Vern Cotter 03.JPG

Vern Cotter arrive à l'ASM Clermont Auvergne pour la saison 2006-2007. Jusqu'alors, le club, qui a un budget élevé, n'a pas des résultats à la hauteur de ses espérances et change très régulièrement d'entraîneur (sept entraîneurs en sept saisons entre 2000 et 2006). Dès sa première saison, Cotter conduit son équipe à un titre, en remportant le Challenge européen en s'imposant en finale face au club anglais de Bath[4]. En Top 14, Cotter amène une équipe, huitième la saison précédente avec sensiblement la même équipe type, à la finale championnat de France[5]. Bien que menant 9 à 0 à la mi-temps, puis 18 à 16 à la 73e minute, Clermont s'incline face au Stade français sur le score de 23 à 18[6]. Selon l'ailier international Julien Malzieu, « Vern Cotter a apporté une grosse rigueur. À l'époque, il y avait un groupe de qualité mais peut-être que les joueurs ne s'investissaient pas assez... Le coach est arrivé, a recadré tout le monde, ça a été dur au début, je ne le cache pas, mais on ne regrette pas, parce que aujourd'hui, on est à un très haut niveau. »[7].

L'année suivante, il est rejoint par un autre entraîneur néo-zélandais, Joe Schmidt, avec qui il a déjà contribué avec le club de Bay of Plenty[8]. l'équipe mène le championnat de bout en bout mais elle échoue à nouveau en finale, cette fois contre le Stade toulousain. En 2008-2009, après une première partie de saison de championnat passable, où les Jaunards peinent à reproduire à l'extérieur ce qu'ils produisent à domicile, ils finissent malgré tout en boulet de canon, écartent Toulouse en demi-finale et jouent une finale inédite contre les Catalans de Perpignan qui courent après le bouclier depuis 55 ans. Malgré sa domination en première mi-temps, l'ASM ne parvient pas à creuser l'écart et perd 22-13 finalement.

Lors de la saison suivante de Top 14, Vern Cotter conduit Clermont à la onzième finale du championnat de son histoire, remportant le premier Bouclier de Brennus en battant Perpignan sur un score de 19 à 6[9]. Joe Schmidt, qui avait annoncé son départ plus tôt dans la saison, quitte le club pour la franchise irlandaise du Leinster[10]. Il est remplacé au sein de l'encadrement technique par Franck Azéma.

Franck Azéma et Vern Cotter

Après la coupe du monde 2011 remportée par la Nouvelle-Zélande, il figure parmi les derniers candidats retenus par la fédération néo-zélandaise pour succéder à Graham Henry à la tête des All Blacks[11], poste finalement attribué à Steve Hansen adjoint de ce dernier[12]. En janvier 2012, il est également annoncé comme un possible remplaçant à Stuart Lancaster à la tête de l'Angleterre[13]. Alors qu'une éventuelle collaboration de Joe Schmidt et Vern Cotter est souvent évoquée pour succéder à Declan Kidney au poste d'entraîneur de l'Irlande, il annonce en avril 2013 qu'il n'est pas candidat[14]. Le , il annonce qu'il quittera l'ASM Clermont Auvergne à l'issue de la saison 2013-2014, date de l'expiration de son contrat[15] pour prendre ensuite le rôle de sélectionneur de l'équipe d'Écosse[16] à partir de juin 2014 et pour un contrat reconductible de deux ans, au cours duquel il mènera l'équipe d'Écosse lors de la coupe du monde 2015[17].

Lors de la saison 2012-2013, Clermont, invaincu lors de la phase de poule, atteint la finale de coupe d'Europe après des victoires face à Montpellier puis le Munster[18]. En finale, Clermont s'incline face à un autre club français, le RC Toulon[19]. En championnat de France, le club s'incline en demi-finale face au Castres olympique[20].

Pour sa dernière saison à la tête du club auvergnat, en 2013-2014, son équipe est demi-finaliste de la Coupe d'Europe, battue 46 à 6 par les Saracens, puis s'incline lors des barrages du Top 14 face à Castres, défaite concédée à domicile ce qui met également un terme à l’invincibilité de l'équipe sur son terrain[21].

Au terme de ses huit saisons avec Clermont, son bilan est de deux titres remportés, le Challenge européen en 2007 et le titre de champion de France en 2010, trois autres finales du championnat et une finale de la Coupe d'Europe. Son bilan est de 188 victoires, 8 nuls, 87 défaites en 283 rencontres[22].

Équipe d’Écosse

Sa première rencontre à la tête de la sélection écossaisse, en face aux États-Unis, se solde par une victoire 24 à 6 à Houston[23], puis il remporte ensuite un match contre le Canada sur le score de 19 à 17[24]. Après une victoire en Argentine sur les Pumas sur le score de 21 à 19, il concède sa première défaite avec la sélection écossaisse face aux Springboks sur le score de 55 à 6[25].

Désirant insuffler à son équipe un jeu offensif, qui impose sa volonté à son adversaire[26], il fait appel, dans le cadre des tests du mois de novembre, à trois figures du rugby écossais et des Lions, Jim Telfer, Ian McGeechan et Andy Irvine[27]. Cette tournée débute par une victoire face à l'Argentine, sur le score de 41 à 31[28], puis par une défaite de peu face aux All Blacks sur le score de 24 à 16[29]. Avec cinq essais, comme lors du match face aux Argentins, l'équipe écossaise s'impose la semaine suivante face aux Tonga sur le score de 37 à 12[30]. Après avoir redonné un peu de fierté à son équipe grâce à ses résultats[31], Cotter doit toutefois subir des revers lors du Tournoi des Six Nations 2015 : après des défaites face aux Français au Stade de France, puis face au pays de Galles au Millennium Stadium, l'Écosse concède une défaite face aux Italiens à Murrayfield, sa cinquième défaite à domicile consécutive dans le Tournoi, record qui datait depuis 61 ans avec la période 1951-1954[32]. Sa dernière victoire à Murrayfield pour un match du Tournoi date du face à l'Irlande[32]. Avec deux nouvelles défaites face à l'Angleterre et l'Irlande, l'Écosse concède la Cuillère de bois.

Malgré ce bilan, la Fédération écossaise lui reconduit son contrat pour une année supplementaire, portant ainsi le terme du contrat à la fin du Tournoi des Six Nations 2017[33]. L'Écosse dispute quatre rencontres dans le cadre de sa préparation à la Coupe du monde, une défaite en Irlande, deux victoires face à l'Italie et une défaite en France. Elle dispute son premier match de la compétition face au Japon, qui vient de réaliser quatre jours plus tôt l'exploit de battre les favoris de la poule, l'Afrique du Sud. Les Écossais s'imposent 45 à 10[34], puis battent les États-Unis. Face aux Springboks, ils s'inclinent sur le score de 34 à 16. Une victoire 36 à 33 face à l'équipe des Samoa permet à la sélection de Vern Cotter d'obtenir sa qualification pour les quarts de finale. Opposée à l'Australie, l'Écosse mène de deux points lorsque l'arbitre Craig Joubert accorde une pénalité aux Australiens pour un en-avant repris en position de hors-jeu, pénalité transformée par Bernard Foley qui obtient la qualification pour son équipe[35]. World Rugby reconnait quelques jours plus tard que l'arbitre a fait une erreur avec cette décision[36].

Après deux défaites, à Murrayfield face aux Anglais puis à Cardiff face aux Gallois, Vern Cotter obtient sa première victoire dans le tournoi lors de la troisième journée de l'édition 2016 où l'Écosse, après neuf défaites consécutives dans cette compétition dont sept sous la direction de son entraîneur néo-zélandais, s'impose 36 à 20 à Rome face à l'Italie[37],[38]. l'Écosse se rend en juin au Japon pour deux tests, deux victoires 26 à 13 et 21 à 16.

En , la Fédération écossaisse annonce que le contrat de Vern Cotter ne sera pas reconduit au-delà de , le rôle de sélectionneur étant confié à Gregor Townsend[39]. En septembre de la même année, le club de Montpellier officialise l'arrivée de Vern Cotter à partir de la saison 2017-2018, en remplacement de Jake White[40]. Lors des tests de novembre, la sélection écossaise est proche de la victoire face à l'Australie, défaite 22 à 23[41], avant deux victoires face à l'Argentine et la Géorgie. Lors de la dernière compétition disputée avec Vern Cotter à sa tête, l'Écosse termine à la quatrième place du tournoi 2017, avec le même nombre de points que l'Irlande deuxième et la France troisième : trois victoires à domicile contre l'Irlande, le pays de Galles et l'Italie et deux défaites contre la France et l'Angleterre. Au terme de son contrat, il présente un bilan de 19 victoires en 36 -matchs, soit 53 % de victoires[42]. Celui-ci est le plus élevé depuis le début de l'ère professionnelle pour un sélectionneur écossais. C'est également le meilleur bilan depuis Ian McGeechan durant sa période de 1988 à 1993[43].

En 2017, il est nommé entraîneur des Barbarians qui affrontent l'Angleterre le à Twickenham puis l'Ulster à Belfast le [44].

Montpellier

Le , Montpellier annonce que Cotter sera épaulé par deux adjoints ː Nathan Hines, responsable des avants, et Alex King, responsable des trois-quarts[45]. Nathan Hines joua sous les ordres de Cotter à Clermont de 2011 à 2014 avant d'intégrer son staff de 2015 à 2017 en équipe d'Écosse. Alex King joua lui une seule saison sous ses ordres en 2007-2008, puis intègre le staff clermontois de 2008 à 2013.

Après sept demi-finales disputées avec Clermont sur huit possibles durant la période de 2006 à 2014, il permet à sa nouvelle équipe de se qualifier pour les demi-finales lors sa première saison à sa tête[46] après une saison régulière terminée à la première place. Montepellier s'impose face au Lyon OU sur le score de 40 à 14. Malgré un statut de favori, son équipe s'incline en finale face au Castres olympique sur le score de 29 à 13[47].

En 2019, il accepte la proposition de son président Mohed Altrad de prendre du recul sur l'entraînement pour prendre le poste de directeur du rugby et laisser celui d'entraîneur à chef à Xavier Garbajosa. Il est chargé de superviser le projet rugbystique global du club en travaillant notamment sur le sponsoring, les contacts avec les partenaires, le développement du centre de formation ou la mise en place d’une cellule de recrutement[48].

Carrière de joueur

Carrière d'entraîneur

En club

En 2004, Vern Cotter remporte avec la province néo-zélandaise de Bay of Plenty le Ranfurly Shield, qu'ils parviennent à conserver lors d'une unique rencontre[49],[50].

Saison Club Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge Européen
2004 Crusaders Drapeau : Nouvelle-Zélande Super 12 Avants Défaite en finale - -
2005 Crusaders Drapeau : Nouvelle-Zélande Super 12 Avants Vainqueur - -
2006 Crusaders Drapeau : Nouvelle-Zélande Super 14 Avants Vainqueur - -
2006 - 2007 ASM Clermont Auvergne Drapeau : France Top 14 Manager Défaite en finale - Vainqueur
2007 - 2008 ASM Clermont Auvergne Drapeau : France Top 14 Manager Défaite en finale Éliminé en poule -
2008 - 2009 ASM Clermont Auvergne Drapeau : France Top 14 Manager Défaite en finale Éliminé en poule -
2009 - 2010 ASM Clermont Auvergne Drapeau : France Top 14 Manager Champion de France Éliminé en quart-de-finale -
2010 - 2011 ASM Clermont Auvergne Drapeau : France Top 14 Manager Éliminé en demi-finale Éliminé en poule Éliminé en demi-finale
2011 - 2012 ASM Clermont Auvergne Drapeau : France Top 14 Manager Éliminé en demi-finale Éliminé en demi-finale -
2012 - 2013 ASM Clermont Auvergne Drapeau : France Top 14 Manager Éliminé en demi-finale Défaite en finale -
2013 - 2014 ASM Clermont Auvergne Drapeau : France Top 14 Manager Éliminé en barrage Éliminé en demi-finale -
2017 - 2018 Montpellier HR Drapeau : France Top 14 Manager Défaite en finale Éliminé en poule -
2018 - 2019 Montpellier HR Drapeau : France Top 14 Manager Éliminé en barrage Éliminé en poule -

En sélection

Année Sélection Poste Classement IRB à la fin de l'année Tournoi Coupe du Monde
2014 Drapeau : Écosse Écosse Sélectionneur 8e Pas encore en poste -
2015 Drapeau : Écosse Écosse Sélectionneur 9e 6e Éliminé en quart-de-finale
2016 Drapeau : Écosse Écosse Sélectionneur 7e 4e -
2017 Drapeau : Écosse Écosse Sélectionneur 5e (à son départ) 4e -

Palmarès

En tant qu'entraîneur

Avec l'Écosse

Avec l'ASM Clermont Auvergne :

Avec les Crusaders :

Avec Bay of Plenty :

En tant que joueur

Avec le FCS Rumilly :


Avec le FC Lourdes :

Distinctions

Notes et références

  1. Louis Conchon, « Retour sur un parcours atypique, celui du sorcier Vern Cotter », sur superrugbynews.fr, .
  2. a b c et d Patrick Vignal, « Rugby: Vern Cotter veut sa statue », Le Point, .
  3. a b c et d (en) « Top coach takes job with French club », sur nzherald.co.nz, .
  4. « Clermont au bout de l'effort », sur rugby365.fr, .
  5. « Top 14 de rugby: ce soir, le Stade Français affronte Clermont en finale », La Dépêche, .
  6. « Le Stade Français retrouve le bouclier de Brennus », RTL, .
  7. «On est à un très haut niveau», L'Équipe, .
  8. « Top 14. Transfert : Joe Schmidt entraîneur-adjoint pour 2 saisons à Clermont », La Dépêche, .
  9. « Clermont remporte son premier Bouclier de Brennus », France Info, .
  10. « Schmidt, 3 ans au Leinster », sur rugbyrama.fr, .
  11. « L'entraîneur clermontois Vern Cotter rêve des Blacks sans trop y croire », sur rugby365.fr, .
  12. Florian Egly, « Hansen guidera les All Blacks », sur sport24.lefigaro.fr, .
  13. (en) Gavin Mairs, « Clermont Auvergne coach Vern Cotter in line for England coaching job if Stuart Lancaster is replaced », The Telegraph, .
  14. « Cotter pas candidat à l'équipe d'Irlande », sur francetvsport.fr, .
  15. « Entretien avec Vern Cotter », sur www.asm-rugby.com (consulté le 27 mai 2013)
  16. « Cotter, comme si de rien n'était ? », Le Figaro, .
  17. (en) « Cotter confirmed as Scotland coach », sur www.espnscrum.com, ESPN (consulté le 27 mai 2013).
  18. « Rugby : Clermont se hisse enfin en finale de la Coupe d'Europe », Le Monde, .
  19. « Rugby - H Cup : Toulon champion d'un point face à Clermont », Le Point, .
  20. Lilian Alemagna, « Rugby : Castres rejoint Toulon en finale », Libération, .
  21. « Castres assomme Clermont », L'Équipe, .
  22. « Un géant s'en va », L'Équipe, .
  23. (en) « Summer Test: USA 6-24 Scotland », sur bbc.com, .
  24. (en) « Canada 17-19 Scotland », sur bbc.com, .
  25. (en) « Scotland: Vern Cotter upbeat despite heavy South Africa loss », sur bbc.com, .
  26. (en) « Autumn Internationals: Vern Cotter reveals 33-man Scotland squad with Grant Gilchrist captain », sur skysports.com, .
  27. (en) « Three Lions lend a hand to Scotland coach Vern Cotter ahead of Autumn Test series », sur dailyrecord.co.uk, .
  28. (en) Andy Burke, « Scotland 41-31 Argentina », sur bbc.com, .
  29. (en) Alasdair Reid, « Scotland miss out on first win over New Zealand but future is bright under new coach Vern Cotter », sur telegraph.co.uk, .
  30. (en) Andy Burke, « Scotland 37-12 Tonga », sur bbc.com, .
  31. (en) « Six Nations 2015: New coach Vern Cotter helps Scotland rediscover their pride », sur independent.co.uk, .
  32. a et b Fabien Pomiès, « 6 Nations - Cotter, coup de gueule, Angleterre... notre humeur du week-end », sur sports.yahoo.com, .
  33. (en) Duncan Smith, « Vern Cotter extends Scotland contract to 2017 », sur scotsman.com, .
  34. Bruno Lesprit, « Ecossais douchent les ambitions nippones », sur lemonde.fr, .
  35. Clément Mazella, « L'Australie sauve sa peau après un match épique contre l'Ecosse (35-34) », sur www.rugbyrama.fr, (consulté le 18 octobre 2015).
  36. « World Rugby reconnaît une erreur de l'arbitre Craig Joubert », sur www.rugbyrama.fr, (consulté le 30 janvier 2016).
  37. (en) « Six Nations 2016: Scotland will keep progressing - Vern Cotter », sur bbc.com, .
  38. « L'Écosse met fin à sa série de défaites en Italie », sur reuters.com, .
  39. (en) Richard Bath, « Gregor Townsend to replace Vern Cotter as Scotland coach in June 2017 », sur telegraph.co.uk, .
  40. « Montpellier officialise l'arrivée de Vern Cotter pour la saison 2017-2018 », sur lequipe.fr, 217 septembre 2016.
  41. (en) « Scotland 22-23 Australia: Vern Cotter bemoans hosts' poor luck », .
  42. (en) Tom English, « Vern Cotter: Scotland coach departs 'heroically deadpan, a tour-de-force of sternness' », sur bbc.com, .
  43. (en) « Cotter departs with Scotland flying », sur planetrugby.com, .
  44. « Thierry Dusautoir fera ses adieux au rugby avec les Barbarians », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 28 avril 2017).
  45. « Montpellier : Nathan Hines et Alexander King dans le staff de Vern Cotter », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 9 novembre 2016).
  46. « Top 14. Lyon - Montpellier : Vern Cotter, monsieur demi-finales », sur ouest-france.fr, .
  47. « Rugby : face à Castres, le Montpellier de Mohed Altrad échoue encore en finale de Top 14 », sur lemonde.fr, .
  48. « Rugby : Vern Cotter, un regard aiguisé sur le Mondial au Japon », sur www.midilibre.fr, (consulté le 21 septembre 2019).
  49. « Scotland rugby coach Vern Cotter's journey from Ranfurly Shield to World Cup », sur Stuff (consulté le 30 août 2017)
  50. (en) « Bay face shield hangover », NZ Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2017)
  51. « Oscars Midi Olympique : Carter roi du monde », sur rugbyrama.fr, .
  52. « Soirée de gala pour les rugbymen », La Dépêche, .
  53. « Décret du 14 mai 2014 », sur legifrance.gouv.fr.

Annexes

Liens externes

  • Ressource relative au sport :
    • (en) ESPNscrum