Vengeur du Peuple

Vengeur du Peuple
Image illustrative de l'article Vengeur du Peuple
Maquette du Marseillois (Vengeur-du-Peuple) au Musée de la Marine de Marseille.

Autres noms Marseillois
Type Vaisseau de ligne
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Pavillon de la Marine de la République française Marine de la République
Chantier naval Toulon
Quille posée Février 1762
Lancement [1]
Équipage
Équipage 740 hommes environ[2]
Caractéristiques techniques
Longueur 54,5 mètres[1]
Maître-bau 14 mètres
Tirant d'eau 6,84 mètres
Déplacement 1 500 t[1]
Propulsion Voile
Caractéristiques militaires
Armement 74 canons[1]

Le Vengeur-du-Peuple ou Marseillois est un navire de guerre français en service de 1766 à 1794. C'est un vaisseau de ligne de troisième rang portant 74 canons sur deux ponts. Il est lancé dans la période de sursaut patriotique qui suit les défaites de la guerre de Sept Ans[3]. Il participe à la guerre d'Indépendance américaine, mais il est surtout connu pour sa perte au combat de Prairial en 1794, dans des circonstances que le propagande révolutionnaire a glorifié.

Le contexte de la naissance du Marseillois (1762-1766)

Gravure allégorique de 1762 présentant à Louis XV le don des vaisseaux. Le Marseillois en fait partie.

La guerre de Sept Ans (1755-1763) est catastrophique pour la Marine royale française. Elle ne parvient pas à préserver l’Empire colonial des attaques de la Royal Navy et essuie des lourdes défaites aux batailles de de Lagos et des Cardinaux en 1759. Le conflit lui coûte plus de trente vaisseaux de ligne et l’argent manque pour combler les pertes avec des constructions neuves[4].

Cependant, le duc de Choiseul, Secrétaire d’État à la Marine à partir de 1761, s'appuie sur le sursaut patriotique des Français et leur volonté de revanche pour faire appel à leurs dons afin de construire des navires neufs[3]. Les grandes villes, les provinces et les corps constitués se mobilisent et offrent dix-sept vaisseaux et une frégate à la Marine du roi. Les lancements vont s’étirer sur cinq ans. Ce « don des vaisseaux » représente une année de budget de la Marine et comble une partie des pertes du conflit[5].

La Chambre de commerce de Marseille regroupe assez d'argent pour financer la construction d'un vaisseau portant le nom de sa ville : le Marseillois. Construit à l'arsenal de Toulon sur les plans de Charles Chapelle[1], il s'agit d'un vaisseau de 74 canons, faisant 54,5 mètres de long pour 14 de large. La quille est posée en février 1762 (début de la construction) et le vaisseau est lancé le (fin de la construction de la coque).

Caractéristiques générales

Le Marseillois est un vaisseau de force de 74 canons lancé selon les normes définies dans les années 1740 par les constructeurs français pour obtenir un bon rapport coût/manœuvrabilité/armement afin de pouvoir tenir tête à la marine anglaise qui dispose de beaucoup plus de vaisseaux depuis la fin des guerres de Louis XIV[6]. Sans être standardisé, le Marseillois partage les caractéristiques communes de tous les « 74 canons » construits à des dizaines d’exemplaires jusqu’au début du XIXe siècle et qui répondent à la volonté des responsables navals d’exploiter au mieux cette excellente catégorie de navire de guerre[7].

Comme pour tous les vaisseaux de guerre de l’époque, sa coque est en chêne. Son gréement, (mâts et vergues) en pin[8]. Il y a aussi de l’orme, du tilleul, du peuplier et du noyer pour les affûts des canons, les sculptures des gaillards et les menuiseries intérieures[8]. Les cordages (80 tonnes) et les voiles (à peu près 2 500 m2) sont en chanvre[8]. Un deuxième jeu de voiles et de cordages de secours est stocké en soute. Prévu pour pouvoir opérer pendant des semaines très loin de ses bases européennes s’il le faut, ses capacités de transport sont considérables[7]. Il emporte pour trois mois de consommation d’eau, complétée par six mois de vin[9]. S’y ajoutent pour cinq à six mois de vivres, soit plusieurs dizaines de tonnes de biscuits, farine, légumes secs et frais, viande et poisson salé, fromage, huile, vinaigre, sel, sans compter du bétail sur pied qui est abattu au fur et à mesure de la campagne[10].

Le bâtiment porte l'armement habituel des 74 canons, soit :

Cette artillerie en fer pèse 215 tonnes[8]. Lorsqu'elle tire, elle peut délivrer une bordée pesant 838 livres (soit à peu près 410 kg) et le double si le navire fait feu simultanément sur les deux bords[11]. Pour l’approvisionner, le vaisseau embarque près de 6 000 boulets pesant au total 67 tonnes[12]. Ils sont stockés dans des puits à boulets autour des mâts. S’y ajoutent des boulets ramés, chaînés et beaucoup de mitraille (8 tonnes)[8]. Il y a 20 tonnes de poudre noire, stockée sous forme de gargousses ou en vrac dans les profondeurs du vaisseau[13]. En moyenne, chaque canon dispose de 50 à 60 boulets[14].

La participation du Marseillois à la Guerre d'Amérique (1778-1783)

La bataille de la Grenade à laquelle participe le Marseillois en 1779.

La guerre d'Amérique (1778-1783) est voulue comme une revanche française sur les défaites subies contre la Royal Navy britannique lors de la guerre de Sept Ans (1756-1763). En 1778, une escadre de douze vaisseaux est armée à Toulon sous les ordres du comte d'Estaing avant l'entrée en guerre du Royaume de France. Elle a pour principale mission d'attaquer les Britanniques « là où il pourrait leur nuire d’avantage et où il le jugerait le plus utile aux intérêts de Sa Majesté et à la gloire de ses armes ». Le Marseillois fait partie de cette escadre qui appareille de Toulon le (les relations diplomatiques sont rompues entre la France et le Royaume-Uni depuis le 16 mars, mais la guerre ne sera ouverte que le 17 juin).

L'escadre arrive devant New York au début juillet 1778 après une traversée interminable. Elle n'ose pas attaquer la ville qui est trop bien défendue, puis elle est dispersée par une tempête le 11 août alors qu'elle s'apprête à engager le combat avec une importante force anglaise. Isolé, le Marseillois affronte à cette occasion le HMS Preston, un vaisseau britannique de 50 canons, en un duel non décisif. La campagne en Amérique du Marseillois au sein de l'escadre du vice-amiral d'Estaing est ensuite marquée par la participation à la bataille de la Grenade, le contre la flotte britannique de Byron. C'est une belle victoire française, mais peu exploitée par d'Estaing qui ne s'empare pas des vaisseaux anglais désemparés. En octobre, après l'échec du siège de Savannah, l'escadre prend le chemin du retour à Brest.

Après les réparations nécessaires à la suite d'une longue campagne outre-Atlantique, une nouvelle escadre est armée, commandée par l'amiral de Grasse, escadre dont le Marseillois fait de nouveau partie. Elle part pour les Antilles en mars 1781 en escortant un immense convoi. Le Marseillois est à la bataille de Fort-Royal, le 29 avril 1781 qui permet de lever le blocus de la Martinique. Le , à la sortie de la baie de Chesapeake, l'escadre française de Grasse affronte celle de Graves qui cherche à secourir les forces anglaises assiégées dans Yorktown. Le Marseillois, commandé par le marquis de Castellane-Majastre, se mesure notamment lors de cette bataille au HMS Intrepid, un vaisseau de 64 canons. Les Britanniques finissent par se retirer, laissant la victoire aux Français. La croisière de l'escadre se termine le aux Antilles, au large des Saintes alors qu'elle escorte un important convoi vers l'Europe. Le commandant du Marseillois n'engage presque pas son vaisseau dans cette bataille perdue, le ramenant à Brest avec les autres rescapés de la bataille.

La fin du navire aux combats de Prairial (1794)

Le Marseillois est rebaptisé le Vengeur-du-Peuple au début de l'année 1794, échangeant au passage son pavillon blanc (symbole de la monarchie française) pour un tricolore.

Le vaisseau et son équipage deviennent célèbres après la bataille du 13 prairial an II (le ), pendant laquelle la flotte française de l'amiral Villaret de Joyeuse va affronter celle britannique de Howe. Le Vengeur-du-Peuple, au centre de la ligne, se retrouve bord à bord avec le HMS Brunswick (un 74 canons commandé par John Harvey) en un duel rapproché au canon et au fusil. Ils sont bientôt rejoints par le français l’Achille (rapidement démâté) puis par le britannique HMS Ramillies (74), commandé par Henry Harvey, le frère de John.

Si le vaisseau britannique finit le combat avec à son bord 45 morts (dont son capitaine) et 114 blessés (soit 159 hommes perdus sur 600), le Vengeur-du-Peuple perd deux de ses mâts, a le tiers de son équipage hors de combat et de l'eau qui commence à monter dangereusement dans ses cales. Le capitaine de vaisseau Renaudin, commandant du Vengeur, fait hisser le pavillon britannique en signe de reddition et de demande d'aide, puis monte à bord du HMS Culloden. Mais le vaisseau vaincu a la coque tellement percée qu'il va rapidement sombrer. Sur environ 600 membres d'équipage, 367 marins et 7 officiers sont sauvés par les navires britanniques à proximité (HMS Culloden, HMS Alfred et HMS Rattler). La bataille se termine par la perte de sept vaisseaux français (un coulé et six capturés), auxquels il faut rajouter les 5 000 morts et blessés côté français (contre 1 148 chez les Britanniques) et les 4 000 prisonniers.

La fin du Vengeur vu par la propagande révolutionnaire

Ernest Henri Dubois, Le Vengeur, au Panthéon de Paris.

La propagande républicaine va chercher à transformer cette défaite militaire en victoire morale. La bataille est présentée à la tribune de la Convention par Barère, le rapporteur du Comité de salut public (de la fin 1793 au début 1794). Son discours prétend que les marins du Vengeur ont refusé de se rendre à l'ennemi, et sont tous morts quand le vaisseau a sombré, en criant « Vive la Patrie, vive la République » et en chantant la Marseillaise[réf. nécessaire].

De nombreux artistes se sont emparés du thème, tels Ponce-Denis Écouchard-Lebrun[15] ou Marie-Joseph Chénier[16].

Le retour en France du commandant Renaudin et des marins prisonniers en Angleterre fut une surprise. Bréard se chargea d'annoncer cette embarrassante nouvelle à la Convention : « Je suis bien aise d'apprendre à la Convention que tout l'équipage du Vengeur n'a pas péri ».

Néanmoins, la légende conserva son crédit dans l'imagerie populaire, la chanson et le théâtre. Rouget de Lisle, Dorat-Cubières, Parny l'exaltèrent en des vers vibrants. Lamartine lui a consacré une page lyrique où l'on voit le commandant Renaudin coupé en deux par un boulet. Des historiens reprirent la version de Barère.

Thiers lui-même écrivit « Le vaisseau le Vengeur, démâté, à moitié détruit, et près de couler, refusa d'amener son pavillon, au risque de s'abîmer sous les flots ».

Jules Verne lui-même, en 1870, mettant en scène les lieux du naufrage dans son roman Vingt mille lieues sous les mers, place les mots suivants dans la bouche du capitaine Nemo : « [...] ce navire, après un combat héroïque, démâté de ses trois mâts, l'eau dans ses soutes, le tiers de son équipage hors de combat, aima mieux s'engloutir avec ses trois cents cinquante-six marins que de se rendre, et clouant son pavillon à sa poupe, il disparut sous les flots au cri de : Vive la République ! »

Notes et références

  1. a, b, c, d et e threedecks.org : French Third Rate ship of the line Le Marseillais (1766), Ronald Deschênes, Vaisseaux de ligne français de 1682 à 1782.
  2. Le ratio habituel, sur tous les types de vaisseau de guerre au XVIIIe siècle est d'en moyenne 10 hommes par canon, quelle que soit la fonction de chacun à bord. L'état-major est en sus. Cet effectif réglementaire peut cependant varier considérablement en cas d'épidémie, de perte au combat, de manque de matelots à l'embarquement ou de désertion lors des escales. Acerra et Zysberg 1997, p. 220. Voir aussi Jean Meyer dans Vergé-Franceschi 2002, p. 105.
  3. a et b Meyer et Acerra 1994, p. 115.
  4. A la conclusion de la paix, en 1763, la France aura perdu trente-sept vaisseaux de ligne, soit dans le détail : dix-huit vaisseaux pris par l'ennemi et dix-neuf vaisseaux brûlés ou perdus par naufrage. Vergé-Franceschi 2002, p. 1327.
  5. Monaque 2016, p. 156.
  6. Meyer et Acerra 1994, p. 90-91.
  7. a et b Jacques Gay dans Vergé-Franceschi 2002, p. 1486-1487 et Jean Meyer dans Vergé-Franceschi 2002, p. 1031-1034.
  8. a, b, c, d et e Acerra et Zysberg 1997, p. 107 à 119.
  9. 210 000 litres d’eau douce. 101 000 litres de vin rouge, à raison d’un litre par jour et par homme. Le vin complète largement l’eau qui est croupie dans les barriques au bout de quelques semaines. Jacques Gay dans Vergé-Franceschi 2002, p. 1486-1487
  10. Des moutons (six par mois pour 100 hommes), volailles (une poule par mois pour sept hommes, avec aussi des dindes, des pigeons, des canards), Jacques Gay dans Vergé-Franceschi 2002, p. 1486-1487.
  11. Selon les normes du temps, le navire, en combattant en ligne de file, ne tire que sur un seul bord. Il ne tire sur les deux bords que s'il est encerclé ou s'il cherche à traverser le dispositif ennemi, ce qui est rare. Base de calcul : 1 livre = 0,489 kg.
  12. Dans le détail : 2 240 projectiles de 36 livres-poids, 2 400 de 18 livres et 1 280 de 8 livres. Acerra et Zysberg 1997, p. 216.
  13. En moyenne : un quart de la poudre est mise en gargousse à l’avance pour les besoins de la batterie basse, celle des plus gros canons au calibre de 36 livres, et un tiers pour les pièces du second pont et des gaillards. Acerra et Zysberg 1997, p. 216
  14. Acerra et Zysberg 1997, p. 48
  15. Ponce-Denis Écouchard-Lebrun, dans son Ode sur le vaisseau le Vengeur :

    Trahi par le Sort infidèle,
    Comme un Lion pressé de nombreux Léopards,
    Seul au milieu de tous, sa fureur étincelle ;
    Il les combat de toutes parts.

    L’airain lui déclare la Guerre ;
    Le Fer, l’Onde, la Flamme entourent ses Héros.
    Sans doute ils triomphaient ! mais leur dernier Tonnerre
    Vient de s’éteindre sous les Flots.

    Captifs !... la Vie est un outrage :
    Ils préfèrent le Gouffre à ce bienfait honteux.
    L’Anglais, en frémissant, admire leur Courage ;
    Albion pâlit devant eux.

    Plus fiers d’une Mort infaillible,
    Sans peur, sans désespoir, calmes dans leurs combats,.
    De ces Républicains l’Ame n’est plus sensible
    Qu’à l’ivresse d’un beau Trépas.

  16. Marie-Joseph Chénier :

    Lève-toi, sors des mers profondes,
    Cadavre fumant du Vengeur !
    Toi qui vis les Français vainqueurs
    Des Anglais, des feux et des ondes !
    D'où partent ces cris déchirants ?
    Quelles sont ces voix magnanimes ?
    Ce sont les braves expirants
    Qui chantent au fond des abîmes :
    Gloire au peuple français !

Annexes

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Source primaire

  • Françoise Brunel (éd.) (publié par l'Institut d'histoire de la Révolution française, Université de Paris I), Archives parlementaires de 1787 à 1860, vol. 93 : Du 21 messidor au 12 thermidor an II (9 juillet au 30 juillet 1794), Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), , 774 p. (ISBN 2-222-02562-1).

Bibliographie

  • Juliette Lancel, Le panache du Vengeur : pérennité artistique du mythe (1794-1914), mm université Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, 2009, non publié, dir. par Alain Cabantous, 134 p.
  • Thierry Roquincourt, « Le mythe du « Vengeur » », dans Michel Vovelle (dir.), Révolution et République : l'exception française, Paris, Kimé, , 699 p. (ISBN 2-908212-70-6), p. 479-495.
  • Michel Vergé-Franceschi, Dictionnaire d'Histoire maritime, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (ISBN 2-221-08751-8 et 2-221-09744-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Rémi Monaque, Une histoire de la marine de guerre française, Paris, éditions Perrin, , 526 p. (ISBN 978-2-262-03715-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Martine Acerra et André Zysberg, L'essor des marines de guerre européennes : vers 1680-1790, Paris, SEDES, coll. « Regards sur l'histoire » (no 119), , 298 p. [détail de l’édition] (ISBN 2-7181-9515-0, notice BnF no FRBNF36697883) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Patrick Villiers, La France sur mer : De Louis XIII à Napoléon Ier, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », , 286 p. (ISBN 978-2-8185-0437-6)
  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. 1, de 1671 à 1870, éditions LTP, , 530 p. (lire en ligne)
  • Alain Demerliac, La Marine de Louis XV : Nomenclature des Navires Français de 1715 à 1774, Nice, Oméga,
  • Onésime Troude, Batailles navales de la France, t. 2, Paris, Challamel aîné, , 469 p. (lire en ligne)
  • Georges Lacour-Gayet, La marine militaire de France sous le règne de Louis XVI, Paris, éditions Honoré Champion, (lire en ligne)

Articles connexes

Liens externes