Venelle (voie)

Une venelle est une petite rue ou une ruelle, souvent courte, reliant deux autres rues plus importantes. Ce terme, d'usage vieilli, est un dérivé du mot veine auquel on a ajouté le suffixe à valeur diminutive -elle[1].

En France

On le retrouve dans l'expression ancienne « enfiler la venelle » (s'enfuir rapidement) et surtout dans les noms de rue, en Normandie notamment[2], mais également en Vendée ou sur les îles de la façade atlantique ; par exemple :

  • à Caen (venelles Bénard, aux Champs, Crespellière, Criquet, de l'Esplanade, Fouquet, Gautier, Gosley, du Jardin des Plantes, Larieux, Loisel, aux Loups, Maillard, Montaigu, de l'Oratoire, de l'Orme, de l'Orne, des Près, du Lieutenant Renouf, Saint-Nicolas, Sainte-Agathe, Sainte-Anne),
  • à Amiens (venelle LaFleur, des Marmousets),
  • à Argentan (venelles Alexandre et des Champs),
  • à Saint-Lô (venelle Goret),
  • sur l'île de Ré,
  • à Morlaix où le terme désigne des ruelles souvent en escalier (dites 'andrône' en Provence).
  • à Orléans[3] (venelles des Anguignis, Belle Voie, des Bleuets, de la Boëche, du champ Saint Marc, du champ Saint Vincent, de la Clémence, du Clos Boudard, du Clos Gauthier, de la Croix Fleury, des Colchiques, de la Couture, de la Fosse Vilgrain, Gambetta, de Gien, du Gris Meunier, de la Justice, des Lys, de la Meunière, du Moulin, du Midi, du Muguet, des Mûriers, du Nord, de la Pilonnerie, du Pressoir Neuf, de la Raffinerie, Sébastopol, de la Soie, des Vaupulents, des Vignes...)

Au Canada

Au Québec (Canada), le terme est utilisé notamment à Fermont à titre de nom de rue/de bâtiments composés de maisons de ville.

Au Royaume-Uni

Le terme est passé également dans la langue anglaise. On retrouve des vennels :

Dans le Lancashire entre Liverpool et Manchester le terme est devenu « Ginnel »

Notes et références