Vaux-devant-Damloup

Vaux-devant-Damloup
Vaux-devant-Damloup
Le fort de Vaux.
Blason de Vaux-devant-Damloup
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Belleville-sur-Meuse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Verdun
Commune Douaumont-Vaux
Statut Commune déléguée
Maire délégué Armand Falque
Code postal 55400
Code commune 55537
Démographie
Population 74 hab. (2016 en augmentation de 5,71 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 44″ nord, 5° 28′ 24″ est
Altitude 270 m
Min. 244 m
Max. 361 m
Superficie 6,56 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Douaumont-Vaux
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 15.svg
Vaux-devant-Damloup

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 15.svg
Vaux-devant-Damloup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Vaux-devant-Damloup

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Vaux-devant-Damloup

Vaux-devant-Damloup est une ancienne commune française et une commune déléguée de Douaumont-Vaux, située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Bien que le village ait été reconstruit environ 500 mètres plus bas qu'auparavant, elle fait partie des neuf villages français détruits durant la Première Guerre mondiale classés en zone rouge du département de la Meuse[1]. C'est la seule commune dans ce cas sur le territoire du champ de bataille de Verdun.

La commune, à la suite d'une décision du conseil municipal et par arrêté préfectoral du [2], devient le chef-lieu et une commune déléguée de la nouvelle commune de Douaumont-Vaux, depuis le .

.

Géographie

Situation

Le village se trouve au pied des champs de bataille de Verdun à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Verdun. Il est visité assez souvent par les touristes.

Communes limitrophes

Communes limitrophes de Vaux-devant-Damloup
Douaumont
village détruit
Bezonvaux
village détruit
Dieppe-sous-Douaumont
Vaux-devant-Damloup
Fleury-devant-Douaumont
village détruit
Damloup

Toponymie

Vaux en 1793, Vaux en 1801, Vaux-devant-Damloup en ?[3].

Histoire

Ruine du village de Vaux en 1918.

Le , le tonnerre des canons marque le début de la bataille de Verdun. Situé sur le secteur de Verdun, le village perdu par les troupes françaises les et repris le disparaitra totalement sous l'acharnement des pilonnages des obus français et allemands.

Le « nouveau » village ne comporte qu'une trentaine d’habitations et moins de 80 habitants. Construit après la Première Guerre mondiale, il tient son nom de Vaux, village détruit par la bataille de Verdun en 1916, et du village de Damloup, situé à deux kilomètres.

Politique et administration

Tendance politique et résultats

L'électorat de Vaux-devant-Damloup est ancré à droite dans ses votes politiques. Lors de duel droite-gauche au second tour, il choisit largement des candidats de droite sauf lors des élections régionales de 2004 et 2010, où c'est la liste de gauche qui est arrivée en tête. Depuis l'élection présidentielle de 2012, le FN effectue une percée et bouleverse le schéma électoral traditionnel, mais il n'est jamais arrivée en tête dans aucun des scrutins successifs dans la commune déléguée[Note 1]. Lors de la dernière élection présidentielle et de la dernière élection législative, La République en marche est arrivée en tête au second tour dans les deux scrutins face au Front national.

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 mars 2014 Bernard Bertrand SE  
mars 2014 décembre 2018 Armand Falque    

Liste des maires délégués

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 En cours
(au 1 janvier 2019)
Armand Falque    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[25].

En 2016, la commune comptait 74 habitants[Note 2], en augmentation de 5,71 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250291287305362351391399407
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
381338306308320302452325226
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
22430228719637261476
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
18812486065677074
2016 - - - - - - - -
74--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Culture locale et patrimoine

Stèle Poincaré.
La chapelle Saint-Philippe-et-Saint-Jacques.

Lieux et monuments

  • Le fort de Vaux est localisé sur les territoires des communes de Damloup et de Vaux-devant-Damloup. Il fut construit dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Il est propriété du conseil départemental de la Meuse depuis quelques années, de même que le fort de Douaumont. Il est partiellement ouvert au public.
  • Stèle rappelant la déclaration en 1924 de Raymond Poincaré sur le sacrifice du village.
  • La chapelle Saint-Philippe et Saint-Jacques, construite en 1933.

Personnalités liées à la commune

  • François Proth [27]

Décoration française

Héraldique

Blason de Vaux-devant-Damloup Blason De gueules au hanneton d'or à la tête (et thorax) de sable, surmonté à dextre d'un fer à cheval et à senestre d'une coquille, les deux d'or, et soutenu d'une rivière d'argent ; chaussé abaissé à mi-hauteur de sinople.
Détails
Création Robert André Louis et Dominique Lacorde, adopté le 26 juin 2018.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Site de la mairie
  • Village détruit de Vaux-devant-Damloup sur cheminsdememoire.gouv.fr

Notes et références

Notes

  1. Ces remarques ne résultent pas d'une analyse statistique des données présentées ; elles n'ont qu'une valeur strictement indicative.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Les communes tombées pour la France sur le site interieur.gouv.fr, 6 février 2017
  2. « Arrêté n° 2018-2858 du 19 décembre 2018 portant création de la commune nouvelle « Douaumont- Vaux » », Recueil des actes administratifs de la Meuse, no 112,‎ (lire en ligne [PDF])
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  5. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  6. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  7. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  8. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  9. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  10. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  11. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  12. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  13. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  14. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  15. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  16. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  17. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  18. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  19. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  20. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  21. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  22. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  23. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  27. Hugh C. Williams, Edouard Lucas and Primality Testing, Canadian Mathematical Society Series of Monographs and Advanced Texts, vo. 22, John Wiley & Sons, 1998. (ISBN 0-471-14852-0) - source non consultée mais connue via une page du site web de John B. Cosgrave au St Patrick's College de Dublin. Voir aussi : Théorème de Proth.