Vaudois (langue)

Carte des dialectes arpitans de Suisse.
Carte des dialectes de l'arpitan. L'intégralité du canton de Vaud fait partie du domaine linguistique francoprovençal.

Le vaudois est un dialecte de l'arpitan ou francoprovençal parlé en Suisse, dans le canton de Vaud. Bien que langue véhiculaire locale jusqu'au XXème siècle, le nombre de locuteurs a fortement baissé depuis le siècle précédent. Actuellement, le vaudois survit toujours notamment grâce à l'action d'associations et d'auteurs en francoprovençal[1].

Histoire

Le déclin du patois vaudois a commencé avec la volonté de pouvoir lire la Bible, qui avait été traduite en français après la Réforme en 1536, sous l'occupation bernoise. Cela s'est accentué, en 1798, avec l'indépendance du Canton de Vaud, qui vit l'armée française envahir le canton et chasser l'occupation bernoise. Trois ans après l'Acte de Médiation, le Petit Conseil interdit son usage dans les écoles, par l'arrêté du 26 octobre 1806, article 29, au Titre III, qui stipule : « Les Régents interdiront à leurs écoliers, et s’interdiront eux-mêmes, l’usage du patois dans les heures de l’École et, en général, dans tout le cours de l’enseignement. »

Néanmoins, certains (nommés « mainteneurs »), contribuèrent à ne pas voir disparaître ce patrimoine linguistique. Philippe-Sirice Bridel, écrit un Glossaire du patois de la Suisse romande, qui paraît après la mort de l'auteur en 1866, révisé par Louis Favrat et édité par la Société d’histoire de la Suisse romande. En 1862, paraît le Conteur vaudois, consacré à des histoires et anecdotes locales et populaires. Ce périodique est écrit en français, mais avec une place régulièrement laissée au patois. En 1934, le Conteur vaudois cesse de paraître et est remplacé de 1947 à 1950 par le Nouveau Conteur Vaudois et romand, puis par Le Conteur romand qui lui succède de 1956 à 1968.

En 1946, Alfred de Siebenthal[2], est le premier à fonder dans le canton une Amicale de patoisants. D’autres sont créées partout dans le canton, et en 1953, l’Association des Amis du Patois Vaudois voit le jour à Savigny.

D'autre part, hors du canton, en 1899, Louis Gauchat, linguiste neuchâtelois, crée à Neuchâtel, l’institut du Glossaire des patois de la Suisse romande (GPSR), et édite un fascicule en 1924 sur les nombreuses variantes de patois romands[3].

En 2017, le président de l’Association vaudoise des amis du patois, Bernard Martin, estime qu'il ne subsiste dans le canton qu'une trentaine de personnes qui écrivent et parlent le patois vaudois, et peut-être 200 qui s’y intéressent[4].

Littérature

L'association Aliance Culturèla Arpitana, fondée en 2004 à Lausanne, est à l'initiative de la publication, par les éditions Casterman, d'un album de Tintin en arpitan[5]. Dans cette traduction de L'Affaire Tournesol, le professeur Topolino et les figurants du canton de Vaud parlent en patois vaudois. Le professeur Tournesol a été rebaptisé « Pecârd » en hommage au savant vaudois Auguste Piccard qui servit de modèle à Hergé. L'afére Pecârd est paru en 2007.

Associations

Bernard Martin, président de la Fédération romande et interrégionale des patoisants (FRIP) et de l'AVAP, lors de la 37e Fête internationale de l'arpitan, à Saint-Étienne, 2016.

Le vaudois est maintenu par quelques associations, dont l’Association Vaudoise des Amis du Patois (AVAP). Celle-ci fait partie de la Fédération romande et interrégionale des patoisants (FRIP).

Voir aussi

Articles connexes

Notes et références

  1. Le patois vaudois sur arpitan.ch.
  2. http://le-mainteneu.patoisvaudois.ch/alfred-de-siebentahl.html
  3. Le patois vaudois, Nicole Margot
  4. Ils veulent redonner vie au patois vaudois, 24 Heures, 24 septembre 2017
  5. Lire Tintin au pays des Arpitans et «L’affaire Tournesol» vient d’être traduite en arpitan, terme qui désigne les patois alpins parlés de Lyon à Aoste en passant par Savièse in Le Nouvelliste, Sion, 31 mars 2007.

Liens externes

Francoprovençal vaudois

  • PatoisVaudois.ch, le portail du patois vaudois
  • Arpitan.ch, documents en francoprovençal (vaudois inclus)
  • Arpitania.eu, le portail des patois romands
  • francoprovencal.org, le site international du francoprovençal/arpitan

Français régional vaudois