Vancouver

Vancouver
City of Vancouver
Armoiries
Armoiries
Drapeau de Vancouver
Drapeau de Vancouver
De haut en bas et de gauche à droite : Downtown Vancouver, le Stanley Park, l'Université de la Colombie-Britannique, le pont Lions Gate, le Chinatown, le pont Burrard et une autre vue du Downtown depuis le pont Granville Street.
De haut en bas et de gauche à droite : Downtown Vancouver, le Stanley Park, l'Université de la Colombie-Britannique, le pont Lions Gate, le Chinatown, le pont Burrard et une autre vue du Downtown depuis le pont Granville Street.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau de la Colombie-Britannique Colombie-Britannique
Région Basses-terres continentales
Subdivision régionale Metro Vancouver
Statut municipal Cité[1]
Arrondissements 23 quartiers
Maire
Mandat
Gregor Robertson
2014-2017
Fondateur
Date de fondation
William Van Horne
6 avril 1886
Démographie
Gentilé Vancouverois(e)
Population 615 000 hab. (2016[2])
Densité 5 349 hab./km2
Population de l'aire urbaine 2 313 328 hab.
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 40″ nord, 123° 06′ 50″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 152 m
Superficie 11 497 ha = 114,97 km2
Divers
Langue(s) anglais, cantonais, mandarin, tagalog, français[3]
Fuseau horaire UTC−08:00
Indicatif 604, 778, 236
Devise By Sea, Land, and Air We Prosper (« Par la mer, la terre et l'air nous prospérons »)
Localisation
Localisation de Vancouver dans son aire métropolitaine
Localisation de Vancouver dans son aire métropolitaine

Géolocalisation sur la carte : Vancouver

Voir sur la carte administrative de Vancouver
City locator 14.svg
Vancouver

Géolocalisation sur la carte : Colombie-Britannique

Voir sur la carte administrative de Colombie-Britannique
City locator 14.svg
Vancouver

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Vancouver

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir la carte topographique du Canada
City locator 14.svg
Vancouver
Liens
Site web vancouver.ca

Vancouver (prononcé en anglais canadien /væŋˈkuːvər/ou /vænˈkuːvər/ ; en squamish K'emk'emelay[4]), officiellement City of Vancouver, est une cité[1] portuaire du pourtour du Pacifique située dans les basses-terres continentales de la province de Colombie-Britannique, au Canada. Avec 603 502 habitants selon le recensement fédéral de 2011, elle est la huitième plus grande municipalité canadienne[5]. Son agglomération de 2 313 328 habitants est la troisième aire urbaine du pays, et la plus peuplée de l'Ouest canadien. Vancouver est une des villes les plus cosmopolites du Canada, 52 % des résidents ont une autre langue maternelle que l'anglais[6]. Vancouver est considérée comme une ville mondiale de classe beta. La superficie de Vancouver est de 114 km2, donnant une densité de population de 5 249 habitants au km2, faisant d'elle la municipalité canadienne la plus densément peuplée et la quatrième en Amérique du Nord, après New York, San Francisco et Mexico[7]. Elle est la vingt-troisième ville la plus peuplée d'Amérique du Nord[8].

Le premier établissement, nommé Gastown, s'est développé autour d'une scierie appelé Hastings Mills, en 1867. Le site fut renommé Vancouver et incorporé comme cité en 1886. Elle a été nommée ainsi en hommage au capitaine de marine britannique George Vancouver qui a exploré la région vers la fin du XVIIIe siècle. En 1887, le chemin de fer transcontinental a été étendu jusqu'à elle pour profiter de son grand port naturel, qui est rapidement devenu un maillon essentiel d'une route commerciale entre la côte est du Canada, l'Orient et l'Europe[9],[10]. En 2009, Port Metro Vancouver est le port le plus grand et le plus achalandé du Canada, et le plus diversifié d'Amérique du Nord[11]. Même si l'exploitation forestière demeure sa plus grande industrie, Vancouver est réputée pour être un centre urbain entouré par la nature, faisant du tourisme sa deuxième industrie[12]. Les studios de production cinématographique de Vancouver et de Burnaby ont fait de la métropole l'un des plus grands centres cinématographiques en Amérique du Nord[13],[14], ce qui lui a valu le surnom de Hollywood North[15],[16],[17].

Vancouver est régulièrement citée comme l'une des cinq meilleures villes au monde pour sa qualité de vie[18],[19], et l'Economist Intelligence Unit l'a classée parmi les dix villes les plus agréables durant cinq années consécutives[20],[21]. Vancouver fut l'hôte de nombreux évènements internationaux, comme les Jeux de l'Empire britannique et du Commonwealth de 1954, la conférence Habitat I par l'Organisation des Nations unies en 1976, l'Exposition internationale de 1986 et les Jeux olympiques d'hiver de 2010[22]. En 2015, elle a accueilli la finale de la Coupe du monde de football féminin[23].

Histoire

Article détaillé : Histoire de Vancouver.
Gassy Jack est souvent considéré comme le fondateur de la cité de Vancouver. Le monument en son honneur est érigé dans quartier de Gastown.

Peuples indigènes

Des traces archéologiques indiquent la présence de peuples indigènes dans l'aire de Vancouver depuis 8 000 à 10 000 ans[24],[25]. La cité se situe dans les territoires traditionnels des peuples Squamish, Musqueam, et Tseil-Waututh (Burrard) du groupe des Salish de la côte[26]. Ils possédaient des villages dans plusieurs parties de l'actuelle Vancouver, comme Stanley Park, False Creek, Kitsilano, Point Grey (West Point Grey) et près de l’embouchure du fleuve Fraser[25].

Exploration et contact

Le premier Européen à explorer la côte de l'actuel Point Grey et une partie de la Baie Burrard fut José María Narváez d'Espagne en 1791, bien qu'un auteur affirme que Francis Drake pourrait avoir visité la région en 1579[27]. La cité est nommée d'après George Vancouver, lequel explora l'actuel port intérieur de Burrard Inlet en 1792 et donna des noms britanniques à de nombreux lieux[28],[29],[30].

L'explorateur et marchand de la Compagnie du Nord-Ouest Simon Fraser ainsi que son équipage furent les premiers Européens à poser le pied sur le site de la cité actuelle. En 1808, il descendirent depuis l'est le fleuve Fraser peut-être jusqu'à Point Grey[31].

Début de la croissance

La Ruée vers l'or du canyon du Fraser de 1858 amena plus de 25 000 personnes, surtout de Californie, vers la proche New Westminster (fondée le 14 février 1859) le long du Fraser. En chemin vers le Canyon du Fraser, ils contournaient ce qui deviendra Vancouver[32],[33],[34].

Vancouver est une des cités les plus jeunes de Colombie-Britannique[35] ; la première installation européenne dans le territoire de la cité actuelle remonte à la Ferme McLeery en 1862. Une scierie établi à Moodyville (maintenant la cité de Vancouver Nord) en 1863, démarra la longue relation de la ville avec l'exploitation forestière. Elle fut rapidement suivie par des moulins appartenant au Capitaine Edward Stamp sur la rive Sud de la baie Burrard. Stamp qui commença l'exploitation du bois dans l’aire de Port Alberni, essaya d'abord d'en exploiter un à Brockton Point , mais les courants difficiles et les récifs l'ont forcé à relocaliser l'opération en 1867 à un endroit proche du pied de Gore Street. Ce moulin, connu sous le nom de Moulin Hastings , est devenu le noyau autour duquel s'est formé le reste de Vancouver. Le rôle central du moulin dans la cité déclina après l'arrivée du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP) dans les années 1880. Il garda toutefois un rôle important dans l'économie locale jusqu’à sa fermeture dans les années 1920[36].

L'établissement humain qui vint à porter le nom de Gastown grandit rapidement autour de la taverne de fortune établie par « Gassy » Jack Deighton en 1867 au bord de la propriété du moulin Hastings[35],[37]. En 1870, le gouvernement colonial étudia l'établissement et arpenta un lotissement urbain (townsite) qui fut renommé « Granville » en l'honneur d’alors le secrétaire d'État aux colonies britanniques, Lord Granville. Ce site, avec son port naturel, fut sélectionné en 1884[38] pour devenir le terminus du Chemin de fer Canadien Pacifique, à la grande déception de Port Moody, New Westminster et Victoria, qui ont tous lutté pour devenir la tête de rail. Posséder une voie ferrée fut une des incitations pour la Colombie-Britannique pour rejoindre la Confédération en 1871, mais le scandale du Pacifique et des controverses au sujet de l’utilisation de la main d’œuvre chinoise retarda sa construction jusqu'aux années 1880[39].

Hommes debout et assis autour de deux tables, faces vers l'appareil. Une grande tente se tient derrière eux avec un panneau de bois où est écrit « City Hall »
Un portrait de la première rencontre du Vancouver City Council (conseil citadin) après l'incendie de 1886. La tente était située sur le côté Est du 100 block Carrall[40].

Incorporation

Illustration en noir et blanc de Vancouver. De grands navires remplissent les port au Sud; le bourg, remplissant le centre de la carte, est bordé d'arbres sur les côtés gauche et dessus.Des ponts traverses le plan d'eau en centre-haut.
Panorama de Vancouver en 1898

La Cité de Vancouver fut incorporée le 6 avril 1886, l'année-même de l’arrivée du premier train transcontinental. Le président du CFCP, William Van Horne arriva à Port Moody pour y établir le terminus recommandé par Henry John Cambie , et donna le nom actuel de la cité en l'honneur de George Vancouver[35] Le Grand incendie de Vancouver du 13 juin 1886 rasa toute la cité, la même année où fut créés les Pompiers de Vancouver [36]. La cité fut rapidement reconstruite[36] et sa population crut d'un établissement de 1 000 habitants en 1881 à plus de 20 000 au changement de siècle et à 100 000 en 1911[41].

Les marchands de Vancouver équipaient les prospecteurs en partance pour la ruée vers l'or du Klondike en 1898[32]. Un de ces marchands, Charles Woordward, ouvrit la première boutique Woodward's  sur les rues Abbott et Cordova en 1892, aux côtés de Spencer's  et des grands magasins de la Baie d'Hudson. Il formèrent le cœur du secteur de la vente au détail durant des décennies[42].

L'économie de la jeune Vancouver est dominée par de grandes compagnies comme le CFCP, qui alimentèrent l'activité économique et conduisirent au développement rapide de la nouvelle cité[43]; en fait, le CFCP était le principal propriétaire immobilier et promoteur de logements de la cité. Alors que de la manufacture se développa, notamment avec l'établissement de la British Columbia Sugar Refinery (Raffinerie de sucre de Colombie-Britannique) par Benjamin Tingley Rogers  en 1890[44], les ressources naturelles devinrent la base de l'économie vancouveroise. Le secteur des ressources était au départ basé sur l'exploitation forestière puis sur les exportions passant par le port maritime, dont le trafic commercial constituait le secteur économique le plus important de Vancouver[45].

Vingtième siècle

La domination de l'économie locale par de grandes affaires est accompagnée par un mouvement souvent militant des travailleurs. La première grève de solidarité d'importance apparut en 1903 lorsque des employés des chemins de fer se mirent en grève contre le CFCP pour que leur syndicat soit reconnu. Le chef syndical Frank Rogers fut tué par la police du CFCP pendant un piquet de grève sur les docks, devenant ainsi le premier martyr du mouvement en Colombie-Britannique[46]. L'émergence de tensions industrielles à travers la province conduisit à la première grève générale du Canada en 1918 aux mines de charbon de Cumberland sur l'Île de Vancouver[47]. Après une accalmie dans les années 1920, la vague de grève connut son apogée en 1935 quand des hommes sans emploi submergèrent la cité pour protester contre les conditions de vie dans les camps de secours opérés par l'armée dans les régions reculées de la province[48],[49]. Après deux mois tendus de manifestations perturbatrices quotidiennes, les grévistes des camps de secours décidèrent de porter leurs doléances auprès du gouvernement fédéral et embarquèrent pour la Marche sur Ottawa[49], mais leur manifestation fut réprimée par la force. Les travailleurs furent arrêtés près de Mission et internés dans des camps de travail pendant le reste de la Dépression[50][réf. à confirmer].

D'autres mouvement sociaux comme la première vague du féminisme, la réforme des mœurs et le mouvement de tempérance ont joué un rôle dans le développement de Vancouver. Mary Ellen Smith , suffragette et prohibitionniste  vancouveroise devint en 1918 la première femme élue dans une législature provinciale au Canada[51]. La prohibition de l'alcool débuta pendant la Première Guerre mondiale et dura jusqu'en 1921, année où le gouvernement provincial établi un contrôle sur le vente d'alcool, une pratique toujours en place aujourd'hui[52]. La première loi prohibant des drogues est venue à la suite d'une enquête conduite par le Ministre du Travail et futur Premier Ministre William Lyon Mackenzie King. King fut envoyé investiguer les demandes d'indemnisation résultant d'une émeute lorsque l'Asiatic Exclusion League conduisit aux saccages de Chinatown et Japantown . Deux des plaignants étaient des fabricants d'opium, et après des investigations plus poussées, King découvrit que des femmes blanches auraient fréquentées des fumeries d'opium  ainsi que des hommes d'origine chinoise. Ces affirmations conduisirent rapidement au vote d'une loi bannissant la fabrication, la vente et l'importation d'opium pour des applications non-médicales[53]. Les émeutes et la formation de l'Asiatic Exclusion League sont également les signes d'une peur et d'une méfiance croissantes envers les Japonais vivant à Vancouver et dans le reste de la Colombie-Britannique. Ces peurs furent exacerbées par l'attaque de Pearl Harbor et conduisirent à l'internement ou la déportation de tous les Japano-Canadiens vivant dans la cité comme dans tout le reste de la province[54]. Après la guerre, ces hommes et femmes japano-canadiens n'ont pas été autorisées à retourner dans les cités, dont Vancouver, ce qui conduisit des zones comme la Japantown  susnommée à cesser d'être des zones ethniquement japonaises puisque ces communautés n'ont jamais été ranimées[55].

L’amalgamation avec Point Grey et South Vancouver (Vancouver Sud) donna à la cité ses limites finales peu avant qu'elle ne devienne la troisième métropole la plus importante du pays. Le 1er janvier 1929, la Vancouver élargie comptait 228 193 habitants[56].

Héraldique

Blason
By Sea, Land, and Air We Prosper

L'écu de Vancouver se blasonne ainsi :

Burelé-ondé d'azur et d'argent de huit pièces au chef d'or chargé de deux fleurs de cornouiller au naturel, à une pile de sinople brochante et chargée d'un totem d'or dans le style des Kwakiutl composé d'un aigle, d'un grizzly et d'un flétan.

Traduction de la devise : « Par la mer, la terre et l'air nous prospérons »

Géographie

Situation

Les 23 quartiers officiels de Vancouver.

Située dans la péninsule Burrard, la ville de Vancouver est comprise dans l'écozone maritime du Pacifique (espace notamment renommé pour les parcs nationaux des Îles-Gulf, du patrimoine haïda Gwaii Haanas, de Kluane et de Pacific Rim)[57], entre la baie Burrard au nord et le fleuve Fraser au sud. À l'ouest, elle est bordée par le détroit de Géorgie, et abrité de l'océan Pacifique par l'île de Vancouver. La cité a une superficie de 114 km2, comprenant à la fois les terrains plats et vallonnés. Son fuseau horaire est celui de l'heure du Pacifique (UTC−8).

Jusqu'à son appellation en 1885, « Vancouver » fait référence à l'île de Vancouver, et l'idée fausse que la cité se trouve sur l'île est très répandue[58],[59]. L'île et la cité sont toutes les deux nommées d'après George Vancouver, capitaine de la Royal Navy, à l'instar de la cité de Vancouver dans l'État de Washington aux États-Unis.

Vancouver a un des plus grands parcs urbains d'Amérique du Nord, Stanley Park, qui couvre 4,049 km2[60]. Les montagnes North Shore dominent le paysage de la cité. Les jours dégagés, il est possible d'observer le volcan enneigé mont Baker situé au sud-est dans l’État de Washington, l'île de Vancouver de l’autre côté du détroit de Géorgie de l'ouest au sud-ouest, ainsi que l'île Bowen au nord-ouest[61].

Position relative des autres municipalités dans le Grand Vancouver

Municipalités du district régional du Grand Vancouver

Carte de densité de population du district régional du Grand Vancouver.

Quartiers

Un restaurant sur Downtown.

Environnement

Faune et flore

L'aire de Vancouver était à l'origine couverte par une forêt tempérée humide composée de conifères avec des poches dispersées d'érables et d'aulnes, ainsi que de larges zones de marécages (y compris dans les hauteurs du fait d'un faible drainage)[62]. Les conifères étaient un mélange typique pour la côte de la Colombie-Britannique, à savoir du sapin de Douglas, du cèdre de l'ouest, et de la pruche de l'Ouest[63].

La zone est supposée être celle qui avait les plus grands arbres de ces espèces de la côte de la province. En termes de taille, seuls ceux de la baie Elliott à Seattle rivalisent avec ceux de la péninsule de Burrard et de la Baie des Anglais. Les plus grands arbres de l'ancienne forêt primaire de Vancouver se trouvaient dans la zone de Gastown, où eurent lieu les premières découpes de bois, et sur les pentes Sud de False Creek et de la Baie des Anglais, en particulier autour de Jericho Beach. La forêt de Stanley Park fut coupée entre les années 1860 et 1880, et on peut encore y observer aujourd'hui des preuves d'anciennes techniques d'exploitation forestière telle que des La langue de cette portion d’article est : en springboard notches  ⇔  entailles-tremplins[64].

Beaucoup de plantes d'arbres grandissant dans Vancouver et les Basses-terres furent importés d'autres parties du continent et de lieux à travers le Pacifique. On y compte par exemple l'araucaria du Chili, l'érable japonais lisse, et plusieurs fleurs exotiques comme le magnolia, l'azalée, et le rhododendron. Certaines variétés importées de climat plus difficiles de l'Est Canadien ou d'Europe ont grandi au point d'atteindre des tailles très importantes. L'érable nain natif peut aussi atteindre de très grandes tailles. Beaucoup de rues de la cité sont bordées de variétés florales de cerisiers japonais offerts dans les années 1930 par le gouvernement du Japon. Ils fleurissent pendant plusieurs semaines chaque année au début du printemps ; une occasion célébrée par le Festival du cerisier en fleurs . D'autres rues sont bordées de châtaigners, de marronniers et d'autres arbres d'ombrage décoratifs à fleurs[65].

Protection

La cité de Vancouver a entamé un certain nombre de démarches afin de devenir une ville durable. 93 % de l'électricité utilisée à Vancouver est générée grâce à des ressources renouvelables telles que l'énergie hydroélectrique[réf. nécessaire]. La cité travaille aussi activement pour devenir une ville plus « verte ». La municipalité a rédigé un plan d'action contenant des objectifs à atteindre pour 2020, comme réduire les émissions de gaz à effet de serre, encourager la croissance d'emplois et d'entreprises « verts », exiger des méthodes de construction « vertes », et réduire la production de déchets[66]. Avec l'objectif de devenir la ville la plus « verte » au monde d'ici 2020, le plan d'action de la cité comporte dix objectifs classé en trois catégories clés : les émissions de carbone, les déchets, et l'écosystème[67].

La cité annonça en décembre 2013 la proposition de construire un Zero Waste Innovation Center (« Centre d'innovation zéro déchet ») qui se concentrerait sur la gestion durable des déchets et la récupération d'énergie, potentiellement via l'utilisation d'une technologie de gazéification des déchets[68]. Vancouver a été classée en 2014 comme quatrième ville la plus verte au monde selon le 2014 Global Green Economy Index[69].

Climat

Article détaillé : Climat de Vancouver.
La plage Kitsilano est une des nombreuses plages de Vancouver.
Les palmiers situés près de la baie des Anglais montrent que la cité possède un climat tempéré comparé au reste du Canada.
Données climatiques moyennes (station météo de l'aéroport international de Vancouver 1971-2000)
Grandeur mesurée Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Température (°C) moyenne 3,3 4,8 6,6 9,2 12,5 15,2 17,5 17,6 14,6 10,1 6 3,5 10,1
min. moyenne 0,5 1,5 3,1 5,3 8,4 11,2 13,2 13,4 10,5 6,6 3,1 0,8 6,5
max. moyenne 6,1 8 10,1 13,1 16,5 19,2 21,7 21,9 18,7 13,5 9 6,2 13,7
Précipitations Pluie (mm) 139,1 113,8 111,8 83,5 67,9 54,8 39,6 39,1 53,5 112,5 178,5 160,6 1154,7
Neige (cm) 16,6 9,6 2,6 0,4 0 0 0 0 0 0,1 2,5 16,3 48,2
Source : Environnement et Changement climatique Canada[70]

Vancouver est une des cités les plus douces du Canada en hiver. Son climat est tempéré et est habituellement considéré comme océanique (code Cfb dans la classification de Köppen), même s'il est possible d'attribuer le code Csb[71],[72] (climat supra-méditerranéen) aux quartiers du sud, moins irrigués en été[73]. Cependant, les températures de l'intérieur des terres sont habituellement beaucoup plus élevées durant l'été, ce qui fait de Vancouver l'aire métropolitaine majeure du Canada présentant la moyenne de températures la plus froide en été. Les mois d'été sont habituellement secs avec un seul jour de précipitations sur cinq pendant les mois de juillet et août. Par contraste, des précipitations tombent durant la moitié des jours de novembre à mars[74].

Vancouver est également une des grandes villes canadiennes les plus humides, même si les précipitations varient selon la localisation dans l'aire métropolitaine. Ainsi, la moyenne des précipitations annuelles sur l'aéroport international de Vancouver à Richmond est de 1 189 mm, à comparer avec les 1 588 mm de la zone du centre-ville (downtown) et les 2 044 mm de Vancouver Nord[75],[76]. Les températures diurnes maximales avoisines les 22 °C en juillet et en août, et les pics atteignent rarement 30 °C[77].

La plus haute température enregistrée à l'aéroport fut 34,4 °C le 30 juillet 2009[78], tandis que la plus élevée à l'intérieur de la cité fut 35,0 °C d'abord le 31 juillet 1965[79], de nouveau le 8 août 1981[80], et enfin le 29 mai 1983[81].

Il neige en moyenne onze jours par an, trois d'entre eux recevant 6 cm ou plus. Il tombe en moyenne 38,1 cm de neige par an, mais celle-ci ne reste en général pas longtemps au sol[77].

Les hivers dans le Grand Vancouver sont les quatrièmes les plus doux des villes canadiennes après Victoria, Nanaimo et Duncan, toutes situées sur l'île de Vancouver[82]. La saison estivale dure en moyenne 237 jours à Vancouver, du 18 mars au 10 novembre[83]. La USDA Plant Hardiness Zone 1981-2010 de Vancouver varie de 8A à 9A selon l'altitude et la proximité avec l’eau[84].

Paysage urbain

Urbanisme

une butte herbeuse parsemée d'arbres descend vers une rue pavée. On voit à l'horizon des gratte-ciels devant un front de mer
Le Seawall de Vancouver dans le Stanley Park.
un train à deux rames suit des rails situés sur un pont. On distinge en arrière-plan le dôme d'un stade et de hauts bâtiments
Le SkyTrain sortant du centre-ville.
Vue d'une baie à l'eau bleue-verte, avec de petits bateaux. Il y a des docks sur la gauche ; la plage sur la droite est surplombée par des gratte-ciels
Vue sur la baie des Anglais depuis le pont Burrard.

Selon le recensement de 2011, Vancouver est la cité la plus densément peuplée du Canada[7]. La planification urbaine à Vancouver est caractérisée par un développement de gratte-ciels résidentiels ou à usage mixte dans les centres urbains, méthode alternative à l'étalement urbain[85]. Cette approche est apparue à la fin des années 1950, lorsque les urbanistes commencèrent à encourager la construction de hautes tours résidentielles dans le quartier West End[86], sujet aux strictes exigences de reculs et d'espaces ouverts pour protéger les lignes de visibilité et préserver les espaces verts. Le succès de ces quartiers denses mais vivables conduisit au redéveloppement de sites industriels comme ceux de North False Creek and Coal Harbour partir du milieu des années 1980. Le résultat donne un cœur urbain dense qui a acquis une réputation internationale pour « son haut taux d'équipement et son développement « vivable » »[87]. Plus récemment, la cité débattit autour de l'« écodensité », où la densité, la conception et l'utilisation du sol peut contribuer à la soutenabilité environnementale, à l'abordabilité et à l'habitabilité[88]. En tant que partie de la région plus vaste du district régional du Grand Vancouver, son urbanisme est influencé dans le sens de la politique d'habitabilité illustrée par le Livable Region Strategic Plan.

Vancouver a été classée comme l'une des villes les plus agréables à vivre au monde pendant plus d'une décennie[19] En 2010, la cité avait la 4e meilleure qualité de vie de toutes les grandes villes de la première[Mal dit][89]. Selon le magazine Forbes, en revanche, Vancouver possède en 2007 le 6e marché immobilier le plus cher au monde et le second en Amérique du Nord après Los Angeles[90]. Vancouver est aussi classée comme une des grandes villes du Canada où le coût de la vie est le plus cher[91],[92]. Toujours selon Forbes, la cité est la dixième la plus propre au monde[93].

Panorama de Vancouver orienté vers le nord depuis les environs de West Broadway and Oak Street. Sur la gauche, superposition des ponts Granville Street Bridge sur Burrard Bridge.

Architecture

Vue aérienne de Downtown Vancouver.
Le Bureau de Poste de Vancouver en 1937, maintenant partie du Sinclair Centre.

La Galerie d'art de Vancouver est hébergée en centre-ville dans l’ancien palais de justice de style néo-classique construit en 1906. Les plans du bâtiment furent dessinés par Francis Rattenbury , qui a aussi conçu les Bâtiments du Parlement de Colombie-Britannique, l'Empress Hotel à Victoria, ainsi que le second et richement décoré Hôtel Vancouver[94]. The Fairmont Hotel Vancouver est le troisième du nom. Il ouvrit ses portes en 1939, et est doté de 556 chambres ainsi que d'un toit de cuivre oxydé. La Cathédrale de l'Église du Christ ouvrit en face de l'hôtel en 1894 et fut classée monument historique en 1976. La cathédrale catholique, quant à elle, se trouve quelques rues plus à l'est.

On trouve de nombreux bâtiments modernes dans le centre-ville dont le Harbour Centre, les actuels tribunaux de Vancouver  ainsi qu'une place périphérique connue sous le nom de Robson Square  (dessinée par Arthur Erickson), la Bibliothèque municipale de Vancouver (dessinée par Moshe Safdie et DA Architects ), évoquant le Colisée de Rome, et le redéveloppement du Woodward's Building  récemment terminé (dessiné par Gregory Henriquez ). La bâtiment de l'ancien quartier général de BC Hydro (dessiné par Ron Thom  et Ned Pratt), au niveau des rues Nelson et Burrard, est une tour moderniste aujourd'hui reconvertie en la copropriété Electra[95]. Un autre bâtiment notoire est celui en « gaufres de béton » du MacMillan Bloedel  au coin Est de l'intersection des rues Georgia et Thurlow.

La bâtiment Canada Place (dessiné par Zeidler Roberts , MCMP et DA Architects ), en forme de tente, est une addition remarquable au paysage de Vancouver et correspond au Pavilion du Canada de l'Exposition spécialisée de 1986, ce qui inclut une partie du Centre de conférence, l'hôtel Pan Pacific Vancouver , et un terminal pour navires de croisière. Deux bâtiments modernes définissent la limite sud de la ligne d'horizon (skyline) hors de la zone du centre-ville sont l'Hôtel de ville de Vancouver  et le Pavillon du Centenaire (Centennial Pavilion) de l'Hôpital général de Vancouver , tous les deux dessinés respectivement par Townley  et Matheson en 1936 et 1958[96],[97].

Un ensemble de bâtiments édouardiens dans le centre ancien de la cité comprenait de son temps les plus hauts bâtiments commerciaux de l'Empire britannique. Parmi eux se trouvaient, dans l'ordre, le Carter-Cotton Building (ancien siège du journal The Vancouver Province), le Dominion Building  (1907) et la Sun Tower  (1911), les deux premiers se trouvant sur Cambie et Hastings Streets  et le dernier sur Beatty et Pender Streets. Le Marine Building, de style Art déco, détrôna finalement la coupole de la Sun Tower dans les années 1920 en tant que plus haut bâtiment commercial de l’Empire britannique[98]. Le Marine Building est connu ses revêtements de carreaux de céramique élaborés ainsi que ses portes et ascenseurs en laiton plaqué or, en faisant un endroit privilégié pour les prises de vues des films[99]. Les plus hauts gratte-ciel de Vancouver sont actuellement le Living Shangri-La avec ses 201 m de haut[100] et ses 62 étages. Le deuxième plus grand bâtiment de Vancouver est le Private Residences de l'Hôtel Georgia  à 156 m. Le troisième est le One Wall Centre avec ses 150 m de haut[101] et 48 étages, suivi de près par la Shaw Tower à 149 m[101].

Démographie

Selon le recensement de Statistiques Canada de 2001, la proportion de Vancouverois nés à l’étranger monte à 37,5 %, conférant à Vancouver le troisième rang en Amérique du Nord, derrière Toronto (43,7 %) et Miami (40,2 %). En comparaison, la proportion d'immigrants à New York est de 36 %[102] et celle de Montréal est de 18,4 %. Vancouver se place également au sommet des régions canadiennes pour la proportion des minorités visibles en 2001, avec un pourcentage de 40 %. Entre 1981 et 1996, selon les statistiques de la Colombie-Britannique, 86,4 % des immigrants de Vancouver en provenance de l’étranger venaient du continent asiatique et seulement 3,5 % du continent européen. Selon le recensement du Canada en 2001, 34 % de la région métropolitaine de Vancouver est asiatique. Dans ce nombre, 17,9 % viennent de Chine, 7,22 % de l’est de l'Inde, et 3,13 % des Philippines. En comparaison, la proportion de la population asiatique à Montréal se chiffre à 6,89 %. En 2010, l'agglomération de Vancouver compte la moitié de sa population d'origine asiatique[103]. L’influence asiatique est omniprésente à Vancouver sur tous les secteurs économiques. Selon un article paru sur le site de RCI dans le cadre du mois du patrimoine asiatique, les liens que la cité possède avec les autres pays du Pacifique permettent à Vancouver d’être la cité canadienne pour qui la dépendance économique envers les États-Unis est la plus faible. Le quartier chinois a pratiquement l'âge de la ville et figure parmi les trois premiers en termes d'importance[104].

Vancouver est un mélange d'ethnies et de religions. Elle possède le troisième quartier chinois en importance en Amérique du Nord (après ceux de New York et de San Francisco). Cependant, la plupart de cette vaste population chinoise se trouve hors de ce quartier. Richmond est un secteur de l'agglomération prisé par les Chinois. Le quartier Pendjabi est celui des vendeurs de tissus au centre de la rue Main. Cependant c'est dans la cité de Surrey – dans la banlieue de Vancouver – que la plupart réside. Avant la restitution de Hong Kong à la Chine par le Royaume-Uni, beaucoup de ses habitants ont élu domicile à Vancouver. La ville a d'ailleurs un surnom avec un jeu de mots que même Radio-Canada a repris dans un de ses articles[104] .

Accroissement de la population, de 1881 à 2001.
Année Vancouver Agglomération
1891 13.709 21.887
1901 26.133 42.926
1911 100.401 164.020
1921 117.217 232.597
1931 246.593 347.709
1941 275.353 393.898
1951 344.833 562.462
1956 365.444 665.564
1961 384.522 790.741
Année Vancouver Agglomération
1966 410.375 892.853
1971 426.256 1.028.334
1976 410.188 1.085.242
1981 414,281 1.169.831
1986 431.147 1.266.152
1991 471.644 1.600.590
1996 514.008 1.652.665
2001 545.671 1.986.965
2006 595.041 2.116.581
Coucher de soleil sur un Inukshuk, baie des Anglais.
Vancouver
Année Pop. ±%
1891 13 709 —    
1901 26 133 +90.6%
1911 100 401 +284.2%
1921 117 217 +16.7%
1931 246 593 +110.4%
1941 275 353 +11.7%
1951 344 833 +25.2%
1956 365 844 +6.1%
1961 384 522 +5.1%
1966 410 375 +6.7%
1971 426 256 +3.9%
1976 410 188 −3.8%
1981 414 281 +1.0%
1986 431 147 +4.1%
1991 471 644 +9.4%
1996 514 008 +9.0%
2001 545 671 +6.2%
2006 578 041 +5.9%
2011 603 502 +4.4%
Recensement de 2006 Population  % de la population totale
Minorité visible group
Source[105]:
Asie du Sud 35,140 6%
Chinois 182,230 29,7%
Noirs 5,720 1%
Filipino 35,490 6%
Latins Américains 9,595 1,6%
Arabes 2,975 0,5%
Asie du Sud-Est 17,870 3%
Asie de l'Ouest 6,885 1,2%
Coréen-canadiens 8,780 1,5%
Japonais 10,080 1,7%
Autre minorité visible 1,175 0,2%
Minorité visible métissée 8,680 1,5%
Total de la population des minorités visibles 305,615 51,8%
Autochtones group
Source[106]:
Premières Nations 7,865 1,3%
Métis 3,595 0,6%
Inuits 70 0%
Total population autochtone 11,945 2%
Canadien européen 272,645 46,2%
Total population 590,205 100 %

Économie

Article détaillé : Économie de Vancouver.
Norman Foster a dessiné l'immeuble Jameson House, situé dans le centre-ville de Vancouver.

Localisée sur le pourtour du Pacifique et au terminus Ouest de la Route Transcanadienne et des routes ferroviaires, Vancouver est un des plus grands centres industriels du Canada[61]. Le port Metro Vancouver, qui est le port le plus grand et le plus diversifié du pays, génère en 2013 plus de 172 milliards de dollars canadiens par an grâce à ses échanges avec plus de 160 pays. Les activités portuaires génèrent 9,7 milliards de dollars de PIB et 20,3 milliards de dollars de production économique[107]. La cité est également le siège de compagnies de la foresterie et minières. Ces dernières années, Vancouver est de plus en plus devenue un centre un centre important du développement de logiciel, de la biotechnologie, de l'aérospatiale, du développement de jeux vidéo, des studios d'animation, ainsi qu'une vibrante production télévisée et une industrie du film[108].

La situation paysagère de Vancouver en fait une destination touristique majeure. On compte parmi les endroits très touristiques, Stanley Park, Queen Elizabeth Park, le jardin botanique VanDusen , ainsi que les montagnes, l'océan, la forêt, et les parcs naturels qui entourent la cité. Chaque année, des millions de personnes passent à Vancouver durant des croisières, souvent sur la route de l'Alaska[108].

Vancouver est la grande ville la plus chère sur l'échelle d'abordabilité de l’habitat au Canada [109]. En 2012, Vancouver a été désigné par Demographia comme deuxième cité la plus inabordable au monde et même encore plus inabordable en 2012 qu'en 2011[110],[111],[112],[113]. La cité a adopté différentes stratégies pour réduire les coûts d'hébergement, notamment avec l'habitat coopératif, la légalisation des suites secondaires , une densité accrue et le concept de croissante intelligente . En avril 2010, la maison classique à deux niveaux se vendait à Vancouver pour un record de 987 500 $CA, à comparer avec la moyenne canadienne de 365 141 $CA[114].

Depuis le développement des copropriétés de grande hauteur dans les années 1990, la péninsule du centre-ville a été partiellement financée par un aflux de capitaux provenant des immigrants de Hong Kong à la suite de la rétrocession de l'ancienne colonie à la Chine en 1997[115]. Ce développement s'est concentré au niveau des districts de Yaletown  et Coal Harbour  et autour des nombreuses stations de SkyTrain à l'est du centre-ville[108]. La sélection de la cité pour co-accueillir les jeux olympiques d'hiver de 2010 a eu une influence majeure sur son développement économique. Le fait que le problème croissant des sans-abris la cité pourrait être exacerbé par les jeux fut à l'époque un sujet de préoccupation car de nombreux hôtels à chambres simples hébergeant des résidents à faibles revenus de la cité ont converti leurs propriétés pour attirer des clients et des touristes avec plus de revenus[116]. L'exposition internationale de 1986, un autre grand événement international s'étant tenu à Vancouver, reçu plus de 20 millions de visiteurs et apporta 3,7 millions de $CA à l'économie canadienne[117]. Certaines infrastructures construites pour l’exposition sont devenues des points de repères de la cité, comme le système de transports en commun SkyTrain et Canada Place[117].

Politique et administration

Gregor Robertson, maire de la ville.

Depuis 2008, Gregor Robertson, est le maire de la ville. Réélu en 2011 et 2014, il est membre du Nouveau Parti démocratique de la Colombie-Britannique.

Vancouver, contrairement aux autres municipalités de Colombie-Britannique, est incorporée sous la Charte de Vancouver[118]. Cette législation, votée en 1953, supplante le Vancouver Incorporation Act, 1921 et accorde à la cité des pouvoirs différents et plus nombreux que ce que les autres communautés possèdent grâce au Municipalities Act de Colombie-Britannique.

Le gouvernement citadin était dominé par l'Association non-partisane  (NPA) de centre-droit depuis la Seconde Guerre mondiale, avec cependant quelques interludes significatifs du centre-gauche jusqu'en 2008[36]. Le NPA a éclaté en 2002 à la suite de la question sur la politique concernant la drogue, facilitant une victoire écrasante de la Coalition des Électeurs Progressifs  (COPE) pour une plateforme de réduction des risques sanitaires. Par la suite, le seul site légal d'injection de drogues d'Amérique du Nord ouvrit afin de prendre en charge la proportion significative d'utilisateurs d’héroïne par intraveineuse au sein de la cité[119].

Vancouver est gouvernée par un conseil citadin  de onze membres, une commission scolaire de neuf membres, et une commission des parcs  de sept membres, tous disposant d'un mandat des trois ans. Fait inhabituel pour une cité de sa taille, toutes les élections municipales ont lieu de façon at-large. Historiquement, dans tous les niveaux de gouvernement, l'ouest de Vancouver, plus aisé, a voté pour des lignes conservatrices ou libérales que l'est, qui a voté pour des tendances de gauche[120]. Cela se revérifia au moment des résultats de l'élection provinciale de 2005 et de l'élection fédérale de 2006 .

Hôtel de ville de Vancouver .

Malgré cette polarisation, un consensus politique a émergé à Vancouver autour d'un certain nombre de questions. La protection des parcs urbains, une attention accordée au développement du métro au lieu d'un système de voies rapides, une approche de l'usage de drogues illégales basée sur la réduction de ses risques et une préoccupation générale sur le développement communautaire sont des exemples de politiques qui ont obtenu un soutien large de l'échiquier politique à Vancouver[réf. nécessaire].

Pendant la campagne pour l'élection municipale de 2008, le maire sortant du NPA Sam Sullivan fut évincé par la formation lors d'un vote au profit de Peter Ladner. Gregor Robertson, un ancien parlementaire de Vancouver-Fairview et tête du Happy Planet, concourt alors comme candidat au poste de maire pour le parti Vision Vancouver. Robertson bat Ladner avec une marge considérable de presque 20 000 voix. L'équilibre du pouvoir pencha significativement vers Vision Vancouver, qui obtint sept des 10 places de conseiller. Parmi les trois places restantes, la COPE en reçut deux et le NPA une. Pour la commission des parcs, quatre places allèrent à Vision Vancouver, une au Green Party, une au COPE, et une autre au NPA. Pour la commission scolaire, trois sièges allèrent à Vision Vancouver, trois à la COPE, et deux au NPA[121].

Politique régionale

Vancouver est une municipalité du district régional du Grand Vancouver, une administration régionale siégeant à Burnaby. Il comprend en tout 22 municipalités, une aire électorale et une Première Nation de traité comprenant Metro Vancouver[122]. Tandis que chaque membre de la Metro Vancouver possède séparément son propre gouvernement local, Metro Vancouver supervise les services communs et les fonctions de planification au sein de la zone comme l’acheminement de l'eau potable, l'exploitation des égouts et de la gestion des déchets solides, la maintenance des parcs régionaux, la surveillance de la qualité de l’air, des gaz à effet de serre, de la santé écologique, et enfin la fourniture d'une stratégie pour la croissance régionale et l'utilisation des terres.

Représentation provinciale et fédérale

À l'assemblée législative de la Colombie-Britannique, Vancouver est représentée par 11 membres de l'assemblée législative  (MLAs). En janvier 2012 six sièges sont tenus par le Parti libéral de la Colombie-Britannique et cinq par le Nouveau Parti démocratique de la Colombie-Britannique[123].

À la Chambre des communes du Canada, Vancouver est représentée par cinq députés. Dans la dernière élection fédérale canadienne en 2011, le NDP remporta deux sièges (Vancouver-Est et Vancouver Kingsway) tandis que les libéraux en ont retenus deux (Vancouver Quadra et Vancouver-Centre), leurs seuls sièges de Colombie-Britannique. Les conservateurs remportèrent Vancouver-Sud, leur première victoire dans la cité depuis 1988[réf. nécessaire].

Lors des élections fédérales de 2004, le Parti libéral du Canada avait remporté quatre sièges tandis que le Nouveau Parti démocratique (NPD) en reporta un. Aux élections fédérales de 2006, tous ces députés furent réélus à l'identique. Mais le 6 février 2006, David Emerson, de Vancouver Kingsway fit défection pour rejoindre le Parti conservateur, donnant ainsi un siège aux conservateurs à Vancouver. À l'élection fédérale de 2008, le NDP prit le siège de Vancouver Kingsway laissée par Emerson, ce qui donna deux sièges au NPD et deux aux libéraux[124],[125].

Maintien de l'ordre et criminalité

Vancouver possède une police municipale disposant d'une force de 1 174 agents assermentés et de 149 millions de $CA en 2005[126],[127]. Plus de 16 % du budget de la cité a été consacré à la protection policière en 2005[128].


Armée

Le quartier général du 39e Groupe-brigade du Canada de l'armée canadienne à Vancouver se situe dans la zone de Jericho Beach[129]. Les unités de réserves principales comprennent les The Seaforth Highlanders of Canada  et les The British Columbia Regiment (Duke of Connaught's Own), basés respectivement à la Seaforth Armoury  et au Beatty Street Drill Hall , et le 15th Field Regiment de l'Artillerie Royale Canadienne [130].

La plupart des installations de la base sont transférées à la cité de Vancouver en 1969 et la zone est renommée « Jericho Park »[132].

Éducation

Le Conseil scolaire de Vancouver a 74 écoles élémentaires, 17 annexes des écoles élémentaires, 18 écoles secondaires, et 7 écoles pour adultes[133].

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique a des écoles francophones à Vancouver.

L'université de la Colombie-Britannique (UBC) est à l'ouest et l'Université Simon Fraser (d'Arthur Erickson) à l'est dans Burnaby. L'Institut de Technologie de Colombie-Britannique (BCIT) et des autres collèges plus petits, comme ceux de Capillano et Langara sont aussi dans la région de Vancouver.

Vancouver étant connue pour être une plateforme pour l'immigration au Canada (notamment depuis l'Asie), de nombreuses summer « schools » y ont vu le jour et accueillent les étudiants désirant améliorer leur anglais.

Photographie aérienne de Université de la Colombie-Britannique.

Le Conseil scolaire de Vancouver compte plus de 110 000 étudiants inscrits dans des institutions élémentaires, secondaire, et post-secondaires, ce qui en fait le plus important conseil scolaire de la province[134],[135].

Arts et culture

Théâtre, danse et cinéma

Le Vogue Theatre  sur Granville Street .

On compte parmi les compagnies de théâtre importantes de Vancouver la Arts Club Theatre Company  sur Granville Island, ainsi que le Bard on the Beach . Il existe de plus petites entreprises comme le Touchstone Theatre , et le Studio 58 . Le The Cultch , le Firehall Arts Centre, United Players, ainsi que le Pacific  et les Metro Theatres donnent de représentations durant tout au long de l’année. Le théâtre Under the Stars  produits des spectacles l'été au Malkin Bowl  dans Stanley Park. Des festivals annuels se déroulent à Vancouver, notamment le Festival international des arts de la scène PuSh  en janvier et le Festival Vancouver Fringe  en septembre. Quant à la Vancouver Playhouse Theatre Company, exista pendant 50 ans et ferma en mars 2012[143].

Le centre de danse Scotiabank (Scotiabank Dance Centre), une ancienne banque reconvertie au coin de Davie et Granville, est un lieu de rendez-vous pour les danseurs et chorégraphes de Vancouver. Dances for a Small Stage est un festival semi-annuel de danse.

Le Festival international du film de Vancouver, qui se déroule pendant deux semaines chaque année en septembre, diffuse plus de 350 films et est le plus grand festival de films d'Amérique du Nord. Le Vancity Theatre du Centre international du film de Vancouver  diffuse des films non-commerciaux toute l'année, tout comme la Cinémathèque Pacific  et les Rio theatres.

Films tournés à Vancouver

La cité accueille environ 10 % des tournages de films de Hollywood, d'où deux de ses surnoms : « Brollywood » et « Hollywood North ». Beaucoup de séries américaines de télévision sont filmées exclusivement à Vancouver comme le furent les premières saisons de X-Files, Stargate SG-1 ainsi que les deux spin-off de Stargate : Stargate Atlantis et Stargate Universe. Smallville a été tournée dans ses banlieues de Surrey, Cloverdale et Langley. C'est pour cette raison qu'il y a de nombreux acteurs canadiens dans la série, notamment Kristin Kreuk et Erica Durance. Plus récemment les séries Sanctuary, Kyle XY, Supernatural et Battlestar Galactica et The Flash aussi depuis 2014 furent tournées à Vancouver avec également de nombreux comédiens canadiens. Dernièrement, Twilight, chapitre II : Tentation, second volet de la série "Twilight", y a été tourné en partie.

Vancouver dans la littérature

La romancière française Élise Fontenaille a vécu deux ans à Vancouver, avant d'avoir publié son premier roman en 1997. Cette ville l'inspirera des années plus tard pour plusieurs de ses romans[144]. La ville est l'un des lieux de Demain les filles on va tuer papa en 2001, L'Enfant rouge l'année suivante, Chasseur d'orages en 2009. Son polar d'anticipation Unica en 2006 se déroule à Vancouver, et est couronné du Prix du Lundi ou Grand Prix de la Science-Fiction Française (SF) 2007, et du Prix Rosny aîné 2008. En 2010, Les disparues de Vancouver s'intéresse à l'affaire des femmes disparues du quartier de Downtown Eastside et du tueur en série Robert Pickton. L'ouvrage obtient le Prix Erckmann-Chatrian 2010. La même année, son roman jeunesse La Cérémonie d'hiver se déroule également à Vancouver, autour de l'histoire des indiens Haïdas[145].

Bibliothèques et musées

Parmi les bibliothèques de Vancouver se trouve la Bibliothèque municipale de Vancouver, dont la principale branche se trouve à Library Square et a été conçue par Moshe Safdie.  La branche centrale contient 1,5 millions de volumes. Il existe en tout vingt-deux branches contenant 2,25 millions de volumes[146].

La Galerie d'art de Vancouver, anciennement la Provincial Courthouse.

La Galerie d'art de Vancouver a une collection permanente de presque 10 000 œuvres et en abrite un nombre important d'Emily Carr[147]. Le centre-ville abrite aussi la Galerie d'art contemporain , qui présente des expositions provisoires d'artistes de la cité.

Dans le quartier Kitsilano se trouve le Musée maritime de Vancouver, le Centre spatial H. R. MacMillan , et le muséum de Vancouver , le plus grand musée civique du Canada. Le Musée d'anthropologie de Vancouver est le principal musée de la culture des Premières Nations du Nord-Ouest Pacifique. Le Science World est un musée interactif qui se situe à la pointe de False Creek. La cité dispose aussi d'une collection d'Art Public variée.

Arts visuels

Article connexe : Art public à Vancouver.

La Vancouver School d'Art conceptuel[148] (souvent mentionné comme le photoconceptualisme)[149] est un terme appliqué à un groupement d'artistes de Vancouver qui a réalisé la reconnaissance internationale commençant dans les années 1980[148]. Aucune école formelle n'existent et les restes se groupant tous les deux informels et souvent controversé[150], même parmi les artistes eux-mêmes, qui résistent souvent au terme[150]. Les artistes qui se sont associés au terme incluent Jeff Wall, Ian Wallace, Ken Lum, Roy Arden[149], Stan Douglas et Rodney Graham[151].

Musique et vie nocturne

Des contributions musicales de Vancouver à la scène mondiale incluent des interprètes de musique classique, folklorique et populaire. L'Orchestre symphonique de Vancouver est l'orchestre professionnel basé dans la ville. L'Opéra de Vancouver est une troupe d'opéra majeure dans la ville. La ville abrite un certain nombre de compositeurs canadiens incluant Rodney Sharman, Jeffrey Ryan, et Jocelyn Morlock.

Le Granville Entertainment District comprend de nombreuses boîtes de nuit et bars.

La ville a produit un certain nombre de groupes punk rock notables, y compris D.O.A. Il y a d'autres bandes de punk à Vancouver comme les Subhumans, The Young Canadians, les Pointed Sticks, et UJ3RK5[152]. Quand le rock alternatif et devenu populaire dans les années 1990, plusieurs groupes de Vancouver ont pris de l'importance, dont 54-40, Odds, Moist, les Matthew Good Band, Sons of Freedom et Econoline Crush. De récents groupes gagnant à Vancouver incluent Gob, Marianas Trench, Theory of a Deadman et Stabilo. Aujourd'hui, Vancouver abrite un certain nombre de groupes indépendants populaires comme The New Pornographers, Japandroids, Destroyer, In Medias Res, Tegan and Sara, et de labels indépendants dont Nettwerk et Mint. Vancouver a aussi produit le groupe métal influente Strapping Young Lad et le groupe de pionniers electro-indus Skinny Puppy, Numb et Front Line Assembly ; l'ancien Bill Leeb est mieux connu pour avoir fonder le super-groupe pop ambiant Delerium. D'autres artistes musicaux populaires qui ont fait leur marque à Vancouver incluent Bryan Adams, Sarah McLachlan, Heart, Prism, Trooper, Chilliwack, Payolas, Moev, Images in Vogue, Michael Bublé, Stef Lang et Spirit of the West[153].

Des performances musicales plus grandes se tiennent habituellement, dans des lieux tels que la Rogers Arena, le Queen Elizabeth Theatre, le BC Place Stadium ou encore le Pacific Coliseum, Tandis que d'autres plus petites se tiennent à la Commodore Ballroom, au Orpheum Theatre, et au Vogue Theatre. Au Vancouver Folk Music Festival et au Vancouver International Jazz Festival

Médias

Article détaillé : Médias de Vancouver.

Vancouver est un centre de production du cinéma et de la télévision. Surnommée l'Hollywood du Nord, une distinction partagée avec Toronto[154],[155],[156], la cité sert de lieu de tournage depuis presque un siècle, avec l’Edison Manufacturing Company[157]. En 2008, plus de 260 productions furent tournées à Vancouver[réf. nécessaire]. En 2011, Vancouver se situait à la quatrième place nationale avec 1.19 milliards[Quoi ?], même si la région est toujours à la tête de la production étrangère au Canada[158],[159].

Transports

Transports en commun

Article détaillé : SkyTrain de Vancouver.
Rame du SkyTrain à la station « Rupert ».
Plan du réseau de transport en commun rapide de Vancouver.
Signalétique du métro automatique rapide SkyTrain.

Le SkyTrain est un métro automatique aérien desservant Vancouver avec trois lignes : l'Expo Line (construite pour l'Expo 86), la Millennium Line et la Canada Line (reliant le centre-ville à l'aéroport). De plus, une quatrième ligne, l'Evergreen Line, est prévue pour relier le secteur nord-est (Port Moody et Coquitlam) au centre-ville en 2016.

Bicyclettes « Mobi ».

L'usage du vélo est facilité par une circulation automobile assez fluide, peu de deux-roues à moteur et des avenues spécialement aménagées[160]. Un système de vélos en libre service[161], propose 1 500 vélos. Cependant, la législation sur le port du casque freine l'expansion du vélo en ville[réf. souhaitée].

La réglementation municipale et la géographie ont protégé Vancouver de la multiplication des voies rapides ; une seule portion d'autoroute, de moins d'un kilomètre, traverse la ville. La route transcanadienne passe par ailleurs à la limite orientale de la municipalité.

Le tramway de Vancouver est mis en service le , entre le premier pont de Granville Street et Westminster Avenue (devenue Main Street et Kingsway). Moins d'un an après, la Westminster and Vancouver Tramway Company inaugure la première ligne interurbaine au Canada entre les deux villes, poussant jusqu'à Chilliwack, ainsi qu'une autre ligne : la Lulu Island Railroad, entre le pont de Granville Street et Steveston en passant par Kerrisdale, participant au développement de l'habitat hors du cœur de l'agglomération[162]. La British Columbia Electric Railway (BCER) est ensuite créée pour exploiter l'ensemble du réseau, jusqu'en 1958, lorsque les derniers rails sont retirés au profit des trolleybus et bus au diesel[163]. La même année, la BCER devient le noyau du nouveau groupe public BC Hydro. Vancouver possède actuellement la deuxième plus grosse flotte de trolleybus en Amérique du Nord, après San Francisco[164].

Les conseils citadins des années 1970 et 1980 s'opposent à la construction d'autoroutes urbaines, dans le cadre d'un plan d'urbanisme à long terme[165]. Alors que la croissance du nombre de voitures a été proportionnelle à l'augmentation de la population, le taux de propriété de véhicules et la distance quotidienne moyenne parcourue sont en diminution depuis le début des années 1990[166],[167], cas unique au Canada. Malgré le fait que le temps de transport en voiture a augmenté d'un tiers, le nombre de trajet vers le centre ville a diminué de 7 %[166]. En 2012, Vancouver connaît les pires embouteillages du Canada, et arrive deuxième derrière Los Angeles sur le continent nord-américain[168], mais passe à la première place en 2013[169]. Les habitants ont tendance à résider plus près de leurs intérêts, ou utilsent des moyens de transports moins énergivores, tels les transports en commun ou le vélo. C'est, en partie, le fruit d'une politique cherchant à résoudre les problèmes de transports et des campagnes de sensibilisation environnementale. Les politiques de gestion de la demande de transport (Transportation Demand Management) ont imposé des restriction à l'utilisation de la voiture rendant les déplacements plus chers et difficiles et donnant plus d'avantages aux non-conducteurs[166].

Aéroport

L’aéroport international de Vancouver (YVR), situé sur l’île de la mer dans la municipalité de Richmond, est le deuxième aéroport le plus important du pays après celui de Pearson de Toronto. L’Association du transport aérien international le classe comme étant le meilleur aéroport d’Amérique pour desservir 15 à 25 millions de passagers annuellement et le deuxième toute catégorie confondue. Le YVR figure sur la liste des dix meilleurs aéroports au monde et est le seul du Canada à y figurer.

Port de Vancouver

Article détaillé : Port de Vancouver.
Une zone portuaire de Vancouver.

Le port de Vancouver est vital pour l’économie de la province : Vancouver est la porte d’entrée nord-américaine pour le commerce avec les pays d’Asie et du Pacifique. Pour ce qui est du volume de ses exportations internationales, la cité se classe au deuxième échelon du continent. Selon la municipalité de Vancouver, son port international domine également le monde pour ce qui est du commerce du grain. Il se classe cependant en second dans la partie septentrionale du continent selon certaines autres sources, pour les exportations étrangères totales et pour le volume total de cargaison.

Sports et loisirs

Article détaillé : Sport à Vancouver.
Baie des Anglais de Vancouver
Cars pass by on an elevated highway in the foreground. In the midground is a large, oval-shaped building with a white, retractable domed roof.
BC Place Stadium, stade des Lions de la Colombie-Britannique et des Whitecaps de Vancouver (MLS), site des cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux olympiques d'hiver de 2010.

Équipes professionnelles actuelles

Équipe Ligue Sport Domicile Établissement Championnats
Lions de la C.-B. LCF Football canadien BC Place Stadium 1954 6
Canucks de Vancouver LNH Hockey sur glace Rogers Arena 1970 0
Whitecaps de Vancouver MLS Football (Soccer) BC Place Stadium 2009
(1974: NASL)
Dans les ligues précédentes: 7
Dans la MLS: 0
Canadiens de Vancouver NWL Baseball Nat Bailey Stadium 2000 3
Giants de Vancouver LHOu Hockey sur glace Pacific Coliseum 2001 1
Vancouver Stealth LNC Crosse (sport) Centre d'Événements de Langley 2014 0

Il y a aussi le curling qui se joue à Vancouver.

Vancouver est une cité avec un accès libre aux activités extérieures comme des randonnées à pied, le cyclisme, le canotage et à proximité des stations de ski.

Jumelages

Vancouver fut une des premières cités du Canada à établir un jumelage international[170]. En vue de bénéfices culturels, sociaux et économiques, des arrangements spéciaux ont été signés entre ces villes jumelles[61],[171],[172].

Personnalités locales notables

Galerie photos

Notes et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Vancouver » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b « TERMIUM Plus – city », sur Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (consulté le 20 novembre 2014)
  2. « Population and dwelling counts, for Canada, provinces and territories, and population centres, 2011 and 2006 censuses: British Columbia », Statistics Canada, (consulté le 18 mai 2013)
  3. « Profil du recensement - Vancouver, CY, Colombie-Britannique (Subdivision de recensement) », sur Statistique Canada, (consulté le 19 novembre 2014)
  4. « Knowing Coves » (consulté le 26 décembre 2014)
  5. « StatsCan 2011 Census for Vancouver CMA », 2011 Census data, Statistics Canada (consulté le 9 février 2012)
  6. « Census 2006 Community Profiles: Vancouver, City and CMA », Government of Canada, (consulté le 10 octobre 2011)
  7. a et b (en) « Population and dwelling counts, for Canada and census subdivisions (municipalities) with 5,000-plus population, 2011 and 2006 censuses », sur www12.statcan.gc.ca (consulté le 9 février 2012)
  8. « Largest Cities in North America », sur WorldAtlas (consulté le 2 avril 2016)
  9. (en) A. Morley, Vancouver, from milltown to metropolis, Vancouver, Mitchell press [c9161], (LCCN 64026114)
  10. (en) John M. Norris, Strangers Entertained, Vancouver, British Columbia Centennial '71 Committee, (LCCN 72170963)
  11. « Port Metro Vancouver Mid-Year Stats Include Bright Spots in a Difficult First Half for 2009 », Port Metro Vancouver, (consulté le 9 juin 2011)Modèle:Primary source-inline
  12. « Overnight visitors to Greater Vancouver by volume, monthly and annual basis » [PDF], Vancouver Convention and Visitors Bureau (consulté le 9 juin 2011)
  13. « Industry Profile », BC Film Commission (consulté le 9 juin 2011)
  14. « Ontario film industry outperforming B.C.'s », Business In Vancouver (consulté le 12 août 2012)
  15. (en) Mike Gasher, Hollywood North: The Feature Film Industry in British Columbia, Vancouver, University of British Columbia Press, (ISBN 978-0-7748-0967-2)
  16. JAMES SHRIMPTON, « Vancouver: Welcome to Brollywood », News Limited,‎ (lire en ligne)
  17. « CANADA'S HOLLYWOOD GETS A BOOST WITH NEW STUDIO », Miami Herald,‎ (lire en ligne)
  18. « Vancouver and Melbourne top city league », BBC News,‎ (lire en ligne)
  19. a et b Mark Frary, « Liveable Vancouver », The Economist,‎ (lire en ligne)
  20. « The Liveabililty Ranking and Overview August 2012 », sur eiu.com (consulté le 16 avril 2013)
  21. Balazs Koranyi, « Vancouver still world's most liveable city: survey », Reuters,‎ (lire en ligne)
  22. « Vancouver 2010 Schedule », Official 2010 Olympic Site, (consulté le 9 juin 2011)
  23. « FIFA Women’s World Cup Canada 2015 match schedule unveiled », Official FIFA Site (consulté le 30 avril 2013)
  24. Brian Thom, « Stó:lo Culture – Ideas of Prehistory and Changing Cultural Relationships to the Land and Environment »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), (consulté le 23 novembre 2006)
  25. a et b Keith Thor (ed.) Carlson, A Stó:lō-Coast Salish Historical Atlas, Vancouver, BC, Douglas & McIntyre, (ISBN 978-1-55054-812-9), p. 6–18.
  26. J. Barman, Stanley Park's Secret, Harbour Publishing, (ISBN 978-1-55017-346-8), p. 21.
  27. R. Samuel Bawlf, The Secret Voyage of Sir Francis Drake: 1577–1580, Walker & Company, (ISBN 978-0-8027-1405-3).
  28. Le nom de Vancouver lui-même vient du néerlandais "van Coevorden", désignant quelqu'un venant de Coevorden, commune des Pays-Bas.
  29. Chuck Davis et W. Kaye Lamb, Greater Vancouver Book: An Urban Encyclopaedia, Surrey, BC, Linkman Press, (ISBN 978-1-896846-00-2), p. 34–36.
  30. Davis, Chuck, « Coevorden », The History of Metropolitan Vancouver (consulté le 7 juin 2011)
  31. « History of City of Vancouver », Caroun.com (consulté le 17 janvier 2007)
  32. a et b Raymond Hull, Soules, Christine et Soules, Gordon, Vancouver's Past, Seattle, University of Washington Press, (ISBN 978-0-295-95364-9)
  33. Donald J. Hauka, McGowan's War, New Star Books, (ISBN 1-55420-001-6)
  34. J.S. "Skit" Matthews, Early Vancouver, City of Vancouver, .
  35. a, b et c Michael Cranny, Jarvis, Moles, Seney, Horizons: Canada Moves West, Scarborough, ON, Prentice Hall Ginn Canada, (ISBN 978-0-13-012367-1).
  36. a, b, c et d Chuck Davis, The Greater Vancouver Book: An Urban Encyclopaedia, Surrey, British Columbia, Linkman Press, (ISBN 1-896846-00-9), p. 39–47.
  37. « Welcome to Gastown »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Gastown Business Improvement Society, (consulté le 19 novembre 2014)
  38. (en) « Chronology [1757–1884] »
  39. James Morton, In the Sea of Sterile Mountains: The Chinese in British Columbia, Vancouver, J.J. Douglas, (ISBN 978-0-88894-052-0).
  40. (en) Lisa Smedman, « History of Naming Vancouver's Streets: Hamilton's Legacy », Vancouver Courier,‎ (lire en ligne)
  41. Chuck Davis et Richard von Kleist, Greater Vancouver Book: An Urban Encyclopaedia, Surrey, BC, Linkman Press, (ISBN 978-1-896846-00-2), p. 780.
  42. « Our History: Acquisitions, Retail, Woodward's Stores Limited », Hudson's Bay Company (consulté le 9 juin 2011)
  43. « British Columbia facts - economic history »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 12 juin 2011)
  44. « BC Sugar », The History of Metropolitan Vancouver (consulté le 29 mai 2014) : « The dream had become reality: B.C. Sugar was incorporated March 26, 1890. Its president, Benjamin Tingley Rogers, was 24. »
  45. R. C. McCandless, « Vancouver's 'Red Menace' of 1935: The Waterfront Situation », BC Studies, no 22,‎ , p. 68
  46. Paul A. Phillips, No Power Greater: A Century of Labour in British Columbia, Vancouver, BC Federation of Labour/Boag Foundation, , p. 39–41.
  47. Paul A. Phillips, No Power Greater: A Century of Labour in British Columbia, Vancouver, BC Federation of Labour/Boag Foundation, , p. 71–74.
  48. John Manley, « Canadian Communists, Revolutionary Unionism, and the 'Third Period': The Workers' Unity League, », Journal of the Canadian Historical Association, New Series, vol. 5,‎ , p. 167–194 (lire en ligne [PDF])
  49. a et b Lorne Brown, When Freedom was Lost: The Unemployed, the Agitator, and the State, Montréal, Black Rose Books, (ISBN 978-0-920057-77-3).
  50. Andreas Schroeder, Carved From Wood: A History of Mission 1861–1992, Mission Foundation, (ISBN 978-1-55056-131-9).
  51. Martin Robin, The Rush for Spoils: The Company Province,, Toronto, McClelland and Stewart, (ISBN 978-0-7710-7675-6), p. 172.
  52. Martin Robin, The Rush for Spoils: The Company Province,, Toronto, McClelland and Stewart, (ISBN 978-0-7710-7675-6), p. 187–188.
  53. Catherine Carstairs, « 'Hop Heads' and 'Hypes':Drug Use, Regulation and Resistance in Canada, », University of Toronto,‎ (lire en ligne [PDF])
  54. Patricia E. Roy, Mutual Hostages: Canadians and Japanese during the Second World War, Toronto, Ontario, University of Toronto Press, (ISBN 0-8020-5774-8), p. 103.
  55. Forrest E. La Violette, The Canadian Japanese and World War II, Toronto, Ontario, University of Toronto Press, , v.
  56. Daniel Francis, L.D.:Mayor Louis Taylor and the Rise of Vancouver, Vancouver, Arsenal Pulp Press, (ISBN 978-1-55152-156-5), p. 135.
  57. « Pacific Maritime Ecozone » [archive du ], Environment Canada, (consulté le 1er décembre 2009)
  58. « Vancouver Is Not On Vancouver Island »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?)
  59. « Vancouver Island – "Victoria Island" and other Misconceptions »
  60. « World66 – Vancouver Travel Guide », World 66 (consulté le 18 octobre 2006)
  61. a, b et c « About Vancouver », City of Vancouver, (consulté le 1er décembre 2009)
  62. « Stanley Park History », City of Vancouver, (consulté le 1er décembre 2009)
  63. « "Lower Mainland Ecoregion": Narrative Descriptions of Terrestrial Ecozones and Ecoregions of Canada (#196) » [archive du ], Environment Canada (consulté le 4 décembre 2009)
  64. « Stanley Park: Forest – Monument Trees », City of Vancouver, (consulté le 1er décembre 2009)
  65. « History » [archive du ], Vancouver Cherry Blossom Festival, (consulté le 30 novembre 2009)
  66. (en) « Greenest City 2020 Action Plan - the City's Sustainability Plan » [PDF] (consulté le 1er mars 2014)
  67. (en) « Greenest City 2020 goals and targets », Vancouver.ca (consulté le 1er mars 2014)
  68. (en) « Zero-waste energy centre: Renewable energy », Vancouver.ca (consulté le 1er mars 2014)
  69. (en) « 2014 Global Green Economy Index », Dual Citizen LLC (consulté le 20 octobre 2014)
  70. Service météorologique du Canada, « Aéroport international de Vancouver », Archives climatiques nationales du Canada 1971-2000, Environnement et Changement climatique Canada, (consulté le 17 février 2017).
  71. « Météo et climat à Vancouver au Canada » (consulté le 31 mars 2017).
  72. « CLIMAT: VANCOUVER », sur fr.climate-data.org (consulté le 31 mars 2017)
  73. Climat de Vancouver — Wikipédia
  74. « Station Results: Vancouver City Hall, 1971-2000 », Environment Canada (consulté le 21 novembre 2011)
  75. « Station Results », Climate.weatheroffice.gc.ca, (consulté le 27 février 2013)
  76. « Station Results », Climate.weatheroffice.gc.ca, (consulté le 27 février 2013)
  77. a et b « Canadian Climate Normals 1971–2000 », Environment Canada (consulté le 29 mai 2009)
  78. « Temperature record broken in Lower Mainland — again », CBC News,‎ (lire en ligne)« Temperature record broken in Lower Mainland — again »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?)
  79. « Weather Data - Vancouver Kitsilano », Environment Canada (consulté le 21 janvier 2013)
  80. « Weather Data - Vancouver Dunbar South », Environment Canada (consulté le 21 janvier 2013)
  81. « Weather Data - Vancouver Wales St », Environment Canada (consulté le 21 janvier 2013)
  82. « Weather Winners — Mildest Winters »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Environment Canada (consulté le 9 juin 2011)
  83. « Canadian Climate Normals 1981-2010 Station Data », Environment Canada (consulté en 1 month4 2014)
  84. (en) « Plant Hardiness Zones 1981-2010 », Natural Resources Canada (consulté le 23 juillet 2014).
  85. (en) Julie Bogdanowicz, « Vancouverism », Canadian Architect, (consulté le 9 juin 2011)
  86. (en) Frances Bula, « Some things worked: The best – or worst – planning decisions made in the Lower Mainland », The Vancouver Sun, Canada.com,‎ (lire en ligne)
  87. (en) T. Hutton, The New Economy of the Inner City, London & New York, Routledge, (ISBN 978-0-415-77134-4). Lien Google Books
  88. « Vancouver EcoDensity Initiative » [archive du ], City of Vancouver, (consulté le 3 juillet 2009)
  89. (en) « Quality of Living worldwide city rankings 2010 – Mercer survey », Mercer,‎ (lire en ligne)
  90. (en) Matt Woolsey, « World's Most Overpriced Real Estate Markets », Forbes,‎ (lire en ligne)
  91. (en) Tann vom Hove, « City Mayors: World's most expensive cities (EIU) », City Mayors Economics,‎ (lire en ligne)
  92. (en) Eric Beauchesne, « Toronto pegged as priciest place to live in Canada », The Vancouver Sun,‎ (lire en ligne)
  93. (en) Robert Malone, « Which Are The World's Cleanest Cities? », Forbes,‎ (lire en ligne)
  94. (en) Chuck Davis, « Rattenbury », The History of Metropolitan Vancouver (consulté le 23 novembre 2006)
  95. « http://vancouver.ca/commsvcs/planning/heritage/casestudies/970Burr.htm »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), , sur vancouver.ca
  96. (en) « Townley, Matheson and Partners », Archives Association of British Columbia, (consulté le 30 novembre 2009)
  97. Harold Kalman, Exploring Vancouver: Ten Tours of the City and its Buildings, Vancouver, University of British Columbia Press, (ISBN 978-0-7748-0028-0), p. 160–161.
  98. Harold Kalman, Exploring Vancouver: Ten Tours of the City and its Buildings, Vancouver, University of British Columbia Press, (ISBN 978-0-7748-0028-0), p. 22, 24, 78.
  99. (en) « Marine Building », Archiseek (consulté le 23 novembre 2006)
  100. (en) « Living Shangri-La », Emporis (consulté le 30 novembre 2009)
  101. a et b (en) « Vancouver High-rise buildings (in feet) », Emporis Buildings (consulté le 6 février 2007)
  102. (en) New York City Department of City Planning, « The Newest New Yorkers: 2000 » [PDF], sur nyc.gov, (consulté le 27 mars 2007)
  103. Pierre Gras, Le temps des ports. Déclin et renaissance des villes portuaires (1940-2010), Tallandier, (ISBN 978-2-84734-675-6), p. 242
  104. a et b [1]
  105. « Community Profiles from the 2011 Census, Statistics Canada - Census Subdivision »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), 2.statcan.gc.ca, (consulté le 13 avril 2013)
  106. « Aboriginal Peoples - Data table », 2.statcan.ca, (consulté le 13 avril 2013)
  107. (en) « Port Metro Vancouver », Port Metro Vancouver, (consulté le 1er mars 2014)
  108. a, b et c (en) « Economy », Vancouver City Guide (consulté le 11 juillet 2009)
  109. RBC Economics, « Housing Trends and Affordability »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?),
  110. Wendell Cox et Hugh Pavletich, « 8th Annual Demographia International Housing Affordability Survey: 2012 Ratings for Metropolitan Markets » [PDF], (consulté le 5 juin 2012)
  111. (en) Frances Bula, « Vancouver is 13th least affordable city in world », Vancouver Sun,‎ (lire en ligne)
  112. « Demographia International Housing Affordability Survey: 2006 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) [PDF], Wendell Cox Consultancy (consulté le 12 novembre 2006)
  113. (en) « Housing Affordability »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) [PDF], RBC Financial Group (consulté le 27 septembre 2006)
  114. « Survey of Vancouver housing price increase exceeds rest of Canada »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), BIV Daily Business News, Business in Vancouver, (consulté le 28 avril 2010)
  115. Bhatty, Ayesha, « Canada prepares for an Asian future », BBC News, (consulté le 29 mai 2012)
  116. (en) « Homelessness could triple by 2010: report »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), CBC News, (consulté le 25 janvier 2010)
  117. a et b O'Leary, Kim Patrick, « Expo 86 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), The Canadian Encyclopedia (Historica-Dominion), (consulté le 9 septembre 2012)
  118. « Vancouver Charter », Queen's Printer (British Columbia), (consulté le 29 novembre 2009).
  119. « Vancouver Insite drug-injection facility can stay open », BBC News,‎ (lire en ligne).
  120. Andrea Barbara Smith, « The Origins of the NPA: A Study in Vancouver Politics », University of British Columbia,‎
  121. « Vancouver Votes Municipal Election 2008 », City of Vancouver (consulté le 29 novembre 2009)
  122. « Who is Metro Vancouver », Metro Vancouver (consulté le 9 août 2012)
  123. « MLA Finder »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Legislative Assembly of British Columbia, (consulté le 30 janvier 2012)
  124. (en) Beers, David, « In Vancouver-Kingsway, an NDP rookie replaces Emerson », The Tyee, (consulté le 2 août 2008)
  125. (en) « Canada Votes 2008: Results, Ridings & Candidates »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), CBC News, (consulté le 2 août 2008)
  126. « Beyond the Call » [PDF], Annual Report 2005, Vancouver Police Department, (consulté le 23 novembre 2006)
  127. « Vancouver Police Department Operating Results » [PDF], Vancouver Police Board,
  128. « 2005 Annual Report » [PDF], City of Vancouver,
  129. « Land Force Western Area »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), National Defence Canada, (consulté le 17 juillet 2009)
  130. « Land Force Western Area Units »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), National Defence Canada, (consulté le 17 juillet 2009)
  131. « The Naval Reserve: Nearest Units »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), National Defence Canada, (consulté le 17 juillet 2009)
  132. « Jericho Beach Flying Boat Station »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Royal Canadian Legion, BC/Yukon Command (consulté le 17 juillet 2009)
  133. "Our District." Conseil scolaire de Vancouver. Consulté le 11 mars 2011.
  134. a et b (en) « About Us », Vancouver School Board, (consulté le 14 juin 2011)
  135. a et b (en) « District Review Report, School District No. 39 Vancouver » [PDF], British Columbia Education, (consulté le 14 juin 2011)
  136. « FISA History »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Federation of Independent School Associations, (consulté le 14 juin 2011)
  137. « About UBC », Université de la Colombie-Britannique, (consulté le 14 juin 2011)
  138. « About SFU »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Université Simon Fraser, (consulté le 14 juin 2011)
  139. « UBC: Our Place Among the World's Best »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), UBC, (consulté le 14 juin 2011)
  140. « Times Higher Education's The World University Rankings 2010 »
  141. « Emily Carr University of Art + Design », Emily Carr University of Art and Design, (consulté le 14 juin 2011)
  142. « Message from the President of Vancouver Film School, James Griffin », Vancouver Film School, (consulté le 14 juin 2011)
  143. Hall, Neal & Lee, Jeff (9 March 2012).“Vancouver Playhouse Theatre Company to close” The Vancouver Sun (Vancouver)
  144. Autobiographie, sur le site du Festival Rue des Livres, du 03 février 2015.
  145. Critique TTT de l'ouvrage, magazine Télérama, du 17 avril 2010.
  146. « Vancouver Public Library Frequently Asked Questions », Vancouver Public Library (consulté le 7 juillet 2010)
  147. « Welcome from Kathleen Bartels, Director of the Vancouver Art Gallery », Vancouver Art Gallery (consulté le 1er novembre 2007)
  148. a et b Kenneth Baker, « Photography with an eye for social relevance », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  149. a et b Sarah Milroy "Is Arden our next greatest photographer?" Globe and Mail (27 October 2007): R1.
  150. a et b Marsha Lederman "Behind the Lens: The Vancouver School Debate" Globe and Mail (20 October 2007): R13.
  151. Intertidal: Vancouver Art & Artists / E-Flux. E-flux.com. Retrieved 2011-06-09.
  152. Greg Buium, « Sound and Fury: Reliving Vancouver’s punk explosion »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), CBC News, (consulté le 23 janvier 2007)
  153. Bryan N. S. Gooch, « Vancouver, BC: 1945–91 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), The Canadian Encyclopedia, Historica (consulté le 23 novembre 2006)
  154. Mike Gasher, Hollywood North: The Feature Film Industry in British Columbia, UBC Press, (ISBN 978-0-7748-0968-9, lire en ligne), p. 25
  155. Thomas L. McPhail, Global Communication: Theories, Stakeholders, and Trends, John Wiley & Sons, (ISBN 978-1-4443-3030-4, lire en ligne), p. 29
  156. David Lavery, The Essential Cult Tv Reader, University Press of Kentucky, (ISBN 978-0-8131-7365-8, lire en ligne), p. 261.
  157. Ken MacIntyre. Reel Vancouver. Vancouver: Whitecap Books, 1996. p. 133.
  158. « British Columbia Film Commission Production Statistics 2008 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) [PDF], BC Film Commission, (consulté le 5 décembre 2009)
  159. « Vancouver Film Industry »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Canada.com (consulté le 5 décembre 2009)
  160. (en) « Vancouver bikeways »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur city.vancouver.bc.ca.
  161. (en) « Mobi », sur mobibikes.ca — Site officiel de Mobi.
  162. (en) Chuck Davis, « 1885–1891 », The History of Metropolitan Vancouver (consulté le 23 novembre 2006)
  163. (en) Chuck Davis, « 1958 », The History of Metropolitan Vancouver (consulté le 14 novembre 2006)
  164. (en) Drew Snider, « Light Rail vs. Trolley Bus »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Masstransitmag.com, (consulté le 30 mai 2012)
  165. (en) Royce Millar, « No freeways puts Vancouver on top », The Age, Melbourne,‎ (lire en ligne)
  166. a, b et c (en) « Driving Lessons », Vancouver Magazine,‎ .
  167. (en) « Traffic entering Vancouver, 1986 to 2005 », City of Vancouver, (consulté le 30 mai 2007)
  168. (en) « Vancouver Has Canada's Worst Traffic Congestion: Report », The Huffington Post B.C.,‎ (lire en ligne)
  169. (en) « Vancouver has worst traffic congestion in North America: report », Global BC,‎ (lire en ligne)
  170. Smith, Patrick J. and Kennedy Stewart, « Beavers and Cats Revisited: Creatures and Tenants versus Municipal Charter(s) and Home Rule », Queen's University, Institute of Intergovernmental Relations,‎ (lire en ligne [PDF])
  171. « Vancouver Twinning Relationships » [PDF], City of Vancouver (consulté le 5 décembre 2009)
  172. « Eight Cities/Six Ports: Yokohama's Sister Cities/Sister Ports »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), Yokohama Convention & Visitiors Bureau (consulté le 5 décembre 2009)

Annexes

Bibliographie

  • (fr) André Bernard, Jacques Léveillée et Guy Lord, Les structures politiques et administratives de la région métropolitaine de Vancouver, Ministère d'État, Affaires urbaines, Canada, Ottawa, 1975, 133 p.
  • (fr) Gwendolyne Jeanne Cressman, Éducation, langues et multiculturalisme : des politiques linguistiques pour une politique de la reconnaissance ? : l'enseignement du japonais, du mandarin et du pendjabi à Vancouver, en Colombie-Britannique, Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, 2006, 2 vol., 552 p. (thèse de doctorat en Études du monde anglophone. Études canadiennes)
  • (fr) Thomas Fournel, La Communauté chinoise de Vancouver : Entre immigration nord-américaine et tropisme intra-diasporaire, Université Paris-Sorbonne, Paris 4, 2001, 407 p. (thèse de doctorat en Géographie et aménagement)
  • (fr) Stephen Osborne (dir.), Vancouver, la mémoire des corps, Éd. Autrement, Paris, 2004, 172 p. (ISBN 2-7467-0503-6)
  • (fr) Vancouver : Victoria, Whistler, Ulysse, 2009, 232 p. (7e éd.), (ISBN 978-2894648568) (guide de voyage)
  • (fr) Élise Fontenaille, Les disparues de Vancouver, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2010, 175 p. (ISBN 978-2246736714) - roman autour de l'affaire des femmes disparues de Vancouver et du tueur en série Robert Pickton.

Filmographie

  • (fr) Traplines in Vancouver, film réalisé par Benoît Raoulx, Centre de ressources et d'information sur les multimédias pour l'enseignement supérieur, 2003, 37' (DVD)
  • (fr) Vancouver : vers le sommet de la durabilité : Canada, Benoît Théau, IGAPURA, B. Théau, Poitiers, 2006, 8' (DVD).
  • (fr) Tru Calling : Compte à rebours (série TV).

Article connexe

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d'autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Gemeinsame Normdatei
  • (en) Site officiel de Vancouver
  • (en) Centre de l'information de Vancouver