Valeria Golino

Valeria Golino
Description de cette image, également commentée ci-après

Valeria Golino lors du festival de Cannes 2015.

Naissance (50 ans)
Naples, Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Profession Actrice
Réalisatrice
Films notables Rain Man
Hot Shots!
Respiro
Miele

Valeria Golino, née le à Naples en Campanie, est une actrice, réalisatrice et productrice de cinéma italien.

Biographie

Second enfant d'un père germaniste italien napolitain et d'une mère peintre grecque[1], Valeria Golino grandit à Naples jusqu'à ce que ses parents déménagent. Elle est la nièce du journaliste Enzo Golino, et également la sœur du saxophoniste Alex Golino. Après trois ans passés à Athènes avec sa mère et trois ans à Naples avec son père, elle commence à travailler comme mannequin à l'âge de quatorze ans. Elle quitte l'école après son premier film. En plus de sa langue maternelle l'italien, elle parle le grec, le français, l'anglais et a aussi quelques notions d'espagnol.

En 1985, elle obtient le premier rôle dans Piccoli fuochi. L'année suivante, elle remporte le prix de la meilleure actrice à la Mostra de Venise pour son rôle dans Storia d'amore. Après quelques rôles dans des coproductions européennes, elle entame une carrière à Hollywood (Big Top Pee-wee en 1988) et obtient les premiers rôles féminins dans Rain Man, Hot Shots! et Hot Shots! 2 de Jim Abrahams[2],[3]. Elle est également remarquée dans Respiro d'Emanuele Crialese en 2002[4], Actrices de Valeria Bruni Tedeschi en 2007 et Les Beaux Gosses de Riad Sattouf en 2009[2]. Sa carrière se partage alors entre les États-Unis et l'Europe, notamment l'Italie.

En 2013, elle réalise son premier long-métrage, Miele, présenté au Festival de Cannes 2013, dans la section Un certain regard. Très bien accueilli[5],[3],[6], il est récompensé à Cannes d'une mention spéciale par le jury œcuménique, qui précise : « Le film offre un regard complexe et sans préjugés sur le thème actuel de l'euthanasie. Avec pudeur et maîtrise, le réalisateur partage avec le spectateur les doutes et le malaise d'une jeune femme qui aide les malades en phase terminale à mourir : à chacun la liberté et la responsabilité de prendre position »[7].

Festivals

En 1998, elle est membre du jury des longs métrages du 46e Festival international du film de San Sebastian, présidé par Jeremy Thomas.

En 2004 elle est membre du jury des longs métrages du 4e Festival international du film de Marrakech, présidé par Alan Parker. Les comédiens Rosanna Arquette, Laura Morante et Guillaume Canet font également partis du jury.

En 2014, elle est membre du jury de la section Best First Feature Award lors de la 64e Festival de Berlin[8].

En décembre 2015 elle est membre du jury courts métrages du 15e Festival international du film de Marrakech, présidé par Joachim Lafosse.

En mai 2016 elle est membre du jury des longs métrages lors du 69e Festival de Cannes, présidé par George Miller aux côtés de l'actrice Kirsten Dunst, de la chanteuse Vanessa Paradis, de la productrice Katayoun Shahabi, des acteurs Mads Mikkelsen et Donald Sutherland, et des réalisateurs Arnaud Desplechin et László Nemes.

Vie privée

Son compagnon est l'acteur Riccardo Scamarcio[3] qu'elle épouse en 2015.

Filmographie

Comme actrice

1980

1990

2000

2010

Comme réalisatrice

Comme scénariste

Comme productrice

Prix et distinctions

Prix

Nominations

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • Thomas Sotinel, « Une île sicilienne entre mythe et comédie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Laurent Rigoulet et Jean-Baptiste Roch, « Valeria Golino sort le grand jeu », Télérama,‎ (lire en ligne).
  • AFP, « "Quelle peur!": l'actrice Valeria Golino passe derrière la caméra », le Point,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction Le Monde, « Cannes : Asghar Farhadi récompensé par le prix du Jury œcuménique », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Franck Nouchi, « Valeria Golino : "En Italie, la question de la mort est taboue" », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Adrien Gombeaud, « Faites-en votre miel », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  • Luc Le Vaillant, « Valeria Golino : felicità », Libération,‎ (lire en ligne).

Liens externes