Valentin Galotchkin

Valentin Galochkin
ValentinGalochkin 2001.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Moscou
Nom de naissance
Valentin Andréevitch Galotchkin
Nationalité
Formation
National Academy of Fine Arts and Architecture (en)
Activité
Conjoint
Lydia Galochkina ()
Œuvres principales

Valentin Galotchkin (ukrainien : Валентин Андрійович Галочкін, russe : Валенти́н Андре́евич Га́лочкин) est un sculpteur soviétique, ukrainien et russe. Il est né le 22 novembre 1928 à Dnipropetrovsk (République socialiste soviétique d'Ukraine, URSS) et mort le à Moscou (Russie).

Biographie

Valentin Galotchkin est né le à Dnipropetrovsk, en Ukraine. Son père, Andrej Andréevitch Galotchkin, russe, né dans la région de Kalouga, a travaillé comme directeur de cantine puis comme modeleur et chef d'équipe des formateurs. Sa mère, Liberman Olga Grigoriévna, juive, née à Tchigorine en Ukraine, travaillait comme comptable.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la famille fut évacuée dans la région de Krasnodar, puis en Ouzbékistan.En 1944, la famille revint à Dnipropetrovsk. De 1944 à 1949, Valentin Galotchkin étudia à l'école des Arts de Dnipropetrovsk chez le professeur Giradcov. De 1949 à 1955, il continua ses études à l'institut des Arts à la faculté de sculpture de Kiev. Le professeur Max Içaévitch Guelman exerça alors une grande influence sur lui.

Son oeuvre de diplôme, Fondeur d'acier (1956), fut très apprécié par la commission d'examen et fut coulé en bronze pour le compte de l'institut[Quoi ?]. La même année, l'œuvre fut acquise par le Ministère de la Culture puis exposée au musée d’État des Arts de Lvov (Ukraine). Après ses études, Valentin Galotchkin est nommé sculpteur principal du complexe de la culture de Kiev où il travaille jusqu'en 1959. Pour son travail Hiroshima (1957), Galotchkin obtient à l'âge de 29 ans le Prix Lénine, la récompense la plus élevée en Union Soviétique.

Peu après, la carrière du jeune sculpteur ralentit à cause de conflits avec la direction du parti communiste. Valentin Galotchkin refuse d'entrer au Parti et de soutenir la propagande officielle.

En 1968, il est lauréat du prix du festival des jeunes artistes à Vienne. Dans les années 1960 et 1970, il visite la Grande-Bretagne, la France, la Grèce et l'Égypte.

En 1986, à cause de la Catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le sculpteur déménage avec sa famille de Kiev à Moscou. En 1991, après la dislocation de l'URSS, Valentin Galotchkin fut, comme de nombreux autres artistes, dans une situation financière difficile et dut vendre ses anciens travaux pour vivre.

Il émigra en Allemagne, d'abord à Wismar en 1999 puis en 2000 à Hambourg. En 2002, la santé du sculpteur s'aggrave. Il meurt le 3 novembre 2006 d'une maladie du cœur lors son voyage à Moscou et est enterré le 8 novembre 2006 dans le cimetière de Nakhabino  en Russie.

Valentin Galotchkin en 1980

Style

Ses premières œuvres, dont son travail de fin d'études, Fondeur d'acier (1956), ont été exécutées dans le style du réalisme socialiste, dans les traditions de Vera Moukhina, Ivan Shadr  et Serguei Merkurov. Sa première œuvre à avoir remporté un grand succès en Union Soviétique, Hiroshima (1957), est consacrée aux victimes du bombardement atomique de la ville Hiroshima pendant la Deuxième Guerre mondiale.

De 1957 à 1991, Galotchkin créa une dizaine de monuments en l'honneur Lénine et d'autres dirigeants politiques de l'URSS. Mais le sculpteur ne percevait jamais ces commandes d’État - qui servaient les buts de la propagande communiste - comme un travail de créateur. Galotchkin était, au début de sa carrière, déçu par les principes du réalisme socialiste.

Il s'intéressait beaucoup à l'art de l'Égypte antique, de la Grèce, des Khmers et d'Assyrie. Il fut aussi influencé par l'art de l'Europe d'Ouest et des États-Unis et s'inspira profondément l'œuvre de Michel-Ange, Auguste Rodin, Antoine Bourdelle, Aristide Maillol, Alberto Giacometti, Henry Moore, Ossip Zadkine, etc.

La plupart des œuvres de Galotchkin ont été consacrées à la Seconde Guerre mondiale qu'il voyait différemment de la propagande officielle communiste. Il représentait les malheurs et les douleurs que la guerre amenait au peuple et à chaque homme. Son œuvre, Partant pour le front (1957), faite en bois, montre le dernier baiser du soldat qui dit adieu à sa femme. Dans son oeuvre Victime (1964), une forme humaine apparaît comme une brèche dans la pierre solide, comme si elle avait été formée par un éclat d'obus. L'être humain disparu y laisse une trace semblable à une silhouette suspendue dans les airs. Son monument aux victimes du Massacre de Babi Yar, Babi Yar (1964), montre une femme enceinte coupée en deux, un symbole pour les exécutions terribles de juifs qui eurent lieu à Kiev en 1941. Son monument Veuves (1975) représente une jeune femme et une femme plus âgée (la mère et l'épouse) qui tiennent éternellement le casque du soldat péri. Dans son œuvre Portes du chagrin (1976), deux femmes portent le poids d'une lourde perte, comme les atlantes. Monument du village brûlé (1976) représente une jeune fille entourée par les flammes.

Un thème fréquent dans les œuvres de Galotchkin est la figure féminine. Beaucoup d'études et de travaux représentant des femmes de manière réaliste ont été perdus. Le sculpteur passa graduellement d'une représentation réaliste du nu féminin à des représentations symboliques. Dans les travaux Reine (1965), Fleuve (1970) et Violoncelliste (1975), la figure d'une femme a un style qui se transforme vers un jeu de silhouettes, un « dessin de l'air » et des volumes.

La forme géométrique de l'ellipse a une grande importance dans l'œuvre de Galotchkin, le sculpteur y voit en effet un début de composition et d'harmonie. Ses sculptures Torse (1969 et 1975) se transforment en formes harmoniques.

Citations (de ses notes de travail)

« Même les beaux, mais conçus et par conséquent aux rythmes et silhouettes ennuyantes sont aussi des mensonges - une composition si vide et distante. »

« Seules les choses sans passion peuvent avoir une qualité de l'éternel. »

« Si la notion objective “beauté” existe et si la beauté doit rester éternelle, l'artiste doit créer ses œuvres selon les lois de l'Univers. »

« Ce n'est pas le raffinement qui fait une œuvre d'art intemporelle et grande, mais sa vérité sincère et la pureté, si simple comme la terre elle-même, grande ouverte aux gens. »

« De quoi se compose la beauté d'une chose? Probablement de l'harmonie et du rythme intérieur, et de la rationalité. »

« Afin d'avoir une valeur pour d'autres personnes, ton monde intérieur doit être humain. »

« Dans une œuvre d'art, il doit y avoir un mystère. »

Sources

  • (de) Galochkina L. Valentin Galochkin. 2018, Viaprinto, München. (ISBN 978-3-00-059 305-5) online
  • (ru) Галочкина Л. Н. Валентин Галочкин: жизнь и работа скульптора. Из рабочих записей Валентина Галочкина. 2010, Москва, Анкил, 336 с. с илл., (ISBN 9785864763049).
  • (ru) Объединение московских скульпторов 1992-2007. Каталог произведений московских скульпторов к 15-летию ОМС, изд.МСХ, Москва, 67 стр. с илл., 2007. C. 14 [1]
  • (uk) Андрієвська В. Л., Беличко Ю. В. На межі 2-3 тисячоліття. Художники Києва. Iз древа життя Українського, образотворче мистецтво. 2009, Києв, Криниця. 523 с.
  • (de) Galochkina L. Valentin Galochkin. 2 Volumen. 2007, Hamburg, Fotobuch.de, 653353-H96C13G
  • (ru) Вольценбург О. Э. Советский биографический словарь. под. ред. Гориной Т. Н. Москва, Искусство, 1972. С. 399. [2]
  • (ru) Опыт как реальность. Конечна Р. Новости МСХ, 2010 (№11) [3]
  • (ru) Nikolaï Tomski sur Hiroshima dans Томский Н. В., Шевцов И. М. Прекрасное и народ: сборник статей. Москва, Из-во Академии художеств СССР, 1961, p. 114 lire sur Google Livres

Liens externes