Valence-en-Brie

Valence-en-Brie
Valence-en-Brie
La mairie.
Blason de Valence-en-Brie
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
(Melun)
Arrondissement Melun
Canton Nangis
Intercommunalité Communauté de communes Brie des Rivières et Châteaux
Maire
Mandat
Serge Vaucouleur
2014-2020
Code postal 77830
Code commune 77480
Démographie
Gentilé Valençois
Population
municipale
949 hab. (2016 en augmentation de 4,98 % par rapport à 2011)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 39″ nord, 2° 53′ 27″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 130 m
Superficie 11,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Valence-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Valence-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valence-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valence-en-Brie

Valence-en-Brie est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Valençois.

Géographie

Localisation

Valence-en-Brie est situé à 21 km au sud-est de Melun et à 9,5 km au nord-ouest de Montereau-Fault-Yonne.

Communes limitrophes

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de cinq cours d'eau référencés :

  • le ru de la Vallee Javot, long de 29,1 km[1], affluent de la Seine, traverse la commune.
    • le ru Jouannet, 1,2 km[2], affluent de la Vallée Javot ;
    • le ru de Putte Muce, 1,5 km[3], affluent de la Vallée Javot ;
    • le fossé 01 de l'Archevêque, 1,3 km[4] qui conflue avec la Vallée Javot ;
    • le fossé 01 du Bois de la Chapelle, 1,8 km[5] qui conflue avec la Vallée Javot.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 7,23 km[6].

Voies de communication et transports

Urbanisme

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 79 lieux-dits administratifs répertoriés[7] dont Les Carrois, la Porte de Paris, la Courtille, les Bordes (ferme).

Occupation des sols

Le territoire de la commune se réparti[Note 1] en 56 % de terres arables, 34,3 % de forêts, 4,6 % de zones urbanisées, 2,3 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée[Note 2], 2 % de zones agricoles hétérogènes[Note 3] et 0,8 % de prairies[6].

Toponymie

Histoire

Politique et administration

Liste des maires

liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1835 ? M. de Loynes    
1983 1995 Anne-Marie Redon-Michaud   Juriste
1995 2010 Serge Vaucouleur   Retraité
avril 2010 juin 2011 Jacques Poulain   Retraité
septembre 2011 mars 2014 Jean-François Pierucci   Comptable
mars 2014 En cours Serge Vaucouleur [8]   Retraité

Jumelages

  • Rendel (quartier de Karben, Hesse, Allemagne) depuis 1964.

Politique environnementale

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2016, la commune comptait 949 habitants[Note 4], en augmentation de 4,98 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
642657593615727770716715704
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
673692695620614587585578554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
543554490492504519467477539
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
497433423495549653844870896
2016 - - - - - - - -
949--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Associations

  • La Compagnie du Javot (Théâtre)
  • Le VALC (Valence Animation Loisirs Culture)
  • Le CSCV (Club Sportif et Culturel Valençois)
  • Le CSV Section Football
  • Le VAAV (Valence Avance Avec Vous)
  • Club des Anciens d'Echouboulains/Coutençon/Valence-en-Brie
  • La Boule Joyeuse (pétanque)
  • Entente Judo Echouboulains/Valence-en-Brie
  • HPEV (Histoire, Patrimoine et Environnement Valençois)[13]
  • Football club Valence-en-Brie (victoire de la coupe CDM 77 sud, 2014)

Manifestations culturelles et festivités

Économie

  • Exploitations agricoles.
  • 21 artisans et commerçants.

Culture locale et patrimoine

La ferme du château et l'église Saint-Nicolas.
Le lavoir.

Lieux et monuments

L'église : l’église Saint-Nicolas fut fondée par les moines bénédictins de l’abbaye de Saint-Lomer de Blois qui étaient installés au prieuré Saint-Martin de Montereau. Le chœur date du XVe siècle et comporte des vitraux de 1896... Elle a été rénovée en 2003, à la suite de la tempête de 1999.

Le lavoir : sur la place du village se trouve un petit lavoir. Il fut construit dans les années 1928-1930. Les femmes du village se regroupaient pour le lavage du linge, mais il servait aussi de réservoir d’eau pour les pompiers en cas d’incendie.

Les fours à chaux : en 1830, le 1er four à chaux de Valence se construit, deux autres le rejoindront en 1835. Ces fours permettaient la production de chaux vive en cuisant le calcaire qui était extrait des carrières proches.

L'école : La 1re école connue se trouvait face au no 11 de la rue Emile-Parquet, elle fut détruite en 1894. La seconde de 1835 à 1865 était au 22 rue Octave-Rousseau. De 1865 à 1910 une école de filles congréganiste mais communale s’installe au no 27 de la rue André-Taboulet.

La mairie : un officier du roi, avocat au grenier à sel de Montereau y établit ses quartiers vers 1670. Puis un débit de boissons et une boulangerie s’y installent et en 1731 le procureur fiscal de la seigneurie de Valence y emménage.

La ferme du château : cette demeure seigneuriale significative par sa tour ronde fut construite pendant la guerre de Cent Ans. Elle a été transformé en ferme au XVIIIe siècle[14].

Personnalités liées à la commune

  • André Taboulet était un membre actif du réseau A.V. (Armée des volontaires) Seine-et-Marne créé par Alphonse Fercot. Chef du maquis de Valence-en-Brie, il a été abattu par les nazis pour avoir refusé de révéler le nom de ses camarades. Caché en bordure de bois, à la limite des communes de Valence-en-Brie et Pamfou, près de l'A5, un monument se dresse afin d’honorer la mémoire cet homme, dont le corps a été retrouvé à l'endroit où la stèle est érigée le 12 juillet 1944 N48°27.930' E002°53.519. La rue principale du village porta son nom dès octobre 1944. Une citation à l'ordre du régiment avec attribution de la Croix de guerre à étoile de bronze fut décernée à la commune le 12 février 1949, en reconnaissance de l'action résistante de ses habitants. Ces récompenses sont exposées dans la salle du conseil de la mairie.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Histoire, Patrimoine et Environnement Valençois

Notes et références

Notes

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Pelouses, pâturages naturels, landes et broussailles, végétation sclérophylle, forêt et végétation arbustive en mutation.
  3. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Sandre, « Le ru de la Vallee Javot »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru Jouannet (F4415000) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Putte Muce (F4413000) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de l'Archevêque (F4411300) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Bois de la Chapelle (F4414000) »
  6. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 4 Novembre 2018
  7. Site territoires-fr.fr consulté le 4 novembre 2018 sous le code commune 77480
  8. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en septembre 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. http://www.hpev77.sitew.com/Patrimoine_Valencois.C.htm#Patrimoine_Valencois.C
  14. http://fr.topic-topos.com/ferme-du-chateau-valence-en-brie