V1 (missile)

Fieseler Fi 103
désigné « V1 » (Vergeltungswaffe)
Image illustrative de l’article V1 (missile)
Maquette de V1 au mémorial de Caen.
Présentation
Type de missile Missile sol-sol/air-sol
Constructeur Drapeau de l'Allemagne nazie Robert Lusser , de la société Fieseler
Coût à l'unité 3 500 R
Déploiement Juin 1944 - mars 1945
Caractéristiques
Moteur Pulsoréacteur Argus 109-014 ou 109-44
Masse au lancement 2 247 kg
Longueur 7,92 m
Diamètre 1,42 m
Envergure 5,78 m
Vitesse ~670 km/h à 4 500 pieds
Portée ~200 à 210 km
Altitude de croisière 3 000 m
Charge utile 847,11 kg d'Amatol-39
Guidage Trois gyroscopes reliés à un pilote automatique primitif Ascania pré-réglable
Précision cercle d'erreur probable de 12 à 13 km
Détonation Explosive
Plateforme de lancement Rampe de lancement

Le V1 (de l'allemand Vergeltungswaffe : « arme de représailles ») est une bombe volante et le premier missile de croisière de l'histoire de l'aéronautique.

Le V1 est utilisé durant la Seconde Guerre mondiale, du au par l'Allemagne nazie contre le Royaume-Uni, puis également contre la Belgique (pendant l'hiver 1944-1945). Ces tirs sont renforcés de septembre 1944 à mars 1945 par le déploiement du missile balistique V2, qui frappe la région parisienne, Londres et Anvers, et diverses autres villes.

La recherche dans le domaine des missiles était un choix stratégique des Nazis, qui pensaient ainsi compenser leur faiblesse en matière de bombardiers lourds à long rayon d'action. Les Alliés et particulièrement les Britanniques et les Américains avaient fait le choix inverse, et se donnèrent de puissants moyens aériens qui leur permirent de dominer l'Allemagne dans les airs dès 1944. Ils utilisèrent massivement les bombardements stratégiques contre l'Allemagne, en particulier contre ses villes. L'utilité stratégique et l'éventuelle qualification juridique de crime de guerre de ces bombardements de populations civiles font toujours l'objet de polémiques.

En déployant ces armes nouvelles, les Allemands ne cherchent pas tant à causer des dégâts à l'armée britannique qu'à saper le moral des insulaires, ralentir leur production industrielle et se venger des bombardements qui frappent les villes allemandes. Mais les missiles allemands ne causèrent que des dégâts mineurs et ne ralentirent en rien l'effort de guerre des Alliés, ni ne portèrent atteinte à leur moral. Fabriqués dans des conditions épouvantables par des déportés réduits en esclavage au sein du système concentrationnaire nazi, ils firent des victimes bien plus nombreuses dans les rangs de ces prisonniers.

Historique

Conception et déploiement

Vue en coupe d'un V1.

Le V1 ou Fieseler Fi 103 est conçu principalement sous la désignation FZG 76, de l'allemand Flak Ziel Gerät 76 (« engin antiaérien vers cible »), par Robert Lusser  de la société Fieseler, et par Fritz Gosslau de la société Argus.

À partir du printemps 1944, une version pilotée du V1, répondant au nom de code « Reichenberg », est projetée et des exemplaires modifiés conçus et testés, notamment par Hanna Reitsch. Aucun de ces prototypes n'est utilisé au combat. Dans cette version, le pilote doit amener le V1 sur l'objectif et sauter en parachute à environ 1 000 m de l'impact. En raison du peu de temps pour effectuer l'éjection, qui est entièrement manuelle à l'époque, ce type de mission s'apparente à un suicide. Une version biplace a même été prévue pour l'entraînement des pilotes. L'atterrissage était prévu avec un ski placé sous le fuselage.

Un V1 fixé à l'aile d'un bombardier Heinkel 111.

Le bombardier Heinkel est adopté pour le lancement d'un autre type de V1, lancé depuis un avion. Les Heinkel ont leur base aux Pays-Bas et les V1 qu'ils lancent évitent le barrage de DCA. Ils continuent leurs actions meurtrières jusqu'en 1945. La dernière bombe tombe sur le village de Datchworth  le .

Actions de renseignement menées par la Résistance

En , les réseaux de renseignement comme le réseau Marco Polo avertissent Londres que les Allemands ont réalisé des essais concluants de V1 aéroportés, lancés d'un avion.

Quelques semaines avant le début des tirs de l'été 1944, un réseau français de résistance parvient à voler un V1, à le démonter et à le faire parvenir en Grande-Bretagne en pièces détachées. Un peu plus tôt, les Français avaient eu la possibilité de faire parvenir à Londres une description détaillée du V1[2].

En , un avion de la RAF parvient à se poser sur un terrain de Pologne, à embarquer un V1 intact fourni par l'Armia Krajowa (la résistance polonaise) au prix d’efforts extraordinaires et à le ramener en Angleterre. Les experts constatent alors que l’engin correspond aux descriptions faites en 1942. Jusque fin 1943, les services britanniques et américains estiment que ce type d'arme ne peut pas exister, même au , les sceptiques n’avaient pas désarmé.

Présentation

Système de déclenchement retardé du V1.

Le moteur du V1 est un pulsoréacteur (réacteur très simple et bruyant) attaché au corps par deux mâts. Le fuselage contient la charge explosive, le carburant, une réserve d'air comprimé pour acheminer le carburant dans le moteur et une centrale à inertie assurant un guidage sommaire. Le tout est muni de petites ailes et d'un empennage stabilisateur assurant une gouverne de profondeur. Une gouverne de lacet est placée sur l'axe de fixation arrière du réacteur.

L'engin peut être catapulté sur une rampe (après allumage du pulsoréacteur à l'aide d'un brûleur à gaz), ou largué depuis un avion porteur (des bombardiers Heinkel He 111 sont modifiés à cet effet). Après quoi la bombe est livrée à elle-même. Le point de chute est approximativement déterminé par un compteur à vis primitif entraîné par une petite hélice, et qui, réglé avant le départ, sectionne le câble du gouvernail de profondeur.

Deux explosifs légers provoquent la sortie de deux petits aérofreins sur le dessous et de chaque côté de la gouverne de profondeur, déclenchant la mise en piqué. Le brusque changement d'attitude entraîne généralement l'arrêt du moteur, et les populations survolées écoutaient donc avec angoisse le bruit particulier du pulsoréacteur en redoutant le moment où le bruit caractéristique s'arrêterait, marquant ainsi la plongée du missile vers le sol.

Autres caractéristiques

Un V1 amené à son pas de tir avant le lancement (1944).

Variantes

Fieseler Fi-103A-1
Modèle de base propulsé par un Argus 109-014, capable d'une vitesse de 670 km/h à 4 500 pieds, doté d'une autonomie de 200 à 210 km et embarquant une charge de 850 kg d'amatol 39A. Certaines têtes étaient capables d'embarquer la même masse de trialen, un explosif doté d'un plus fort pouvoir brisant.
Fieseler Fi-103B-1
Fi-103A-1 disposant d'une voilure en bois présentant une surface alaire légèrement plus importante que l'originale et réduisant son poids de 38 kg. Lancement inaugural en février 1945.
Fieseler Fi-103B-2
Similaire au Fieseler Fi-103B-1, la variante B-2 embarquait une tête explosive au Trialen ainsi que des détonateurs plus performants. Certains exemplaires reçurent une large croix rouge sur leur tête afin de les dissocier des exemplaires embarquant une charge d'amatol.
Fieseler Fi-103C-1
Remplacement de la tête explosive par une bombe à fragmentation SC 800 plus légère afin d'améliorer l'autonomie de l'engin.
Fieseler Fi-103D-1
Version étudiée pour l'emport d'une tête chimique. Jamais mis en production.
Fieseler Fi-103E-1
Variante à l'autonomie améliorée exclusivement mise au point pour les sites de lancement aux Pays-Bas. Équipée d'une voilure allégée en bois, d'un réservoir de 810 litres et d'une tête offensive plus courte à l'emport réduit.
Militaires américains examinant une épave de V1 Fi 103R piloté Reichenberg.
Fieseler Fi-103F-1
Dernière version au rayon-d'action augmenté avec une capacité en carburant portée à 1 025 litres et une charge utile réduite à 530 kg d'explosif. Le pulso-réacteur Argus 109-014 laisse également sa place à un Argus 109-44 plus puissant, et à l'entrée d'air de section carrée.
Fieseler Fi 103R
Version pilotée du V1, aussi connu sous le nom de « projet Reichenberg ». Testé par la célèbre pilote d'essais allemande Hanna Reitsch, il était considéré comme un appareil très dangereux pour son pilote, à qui il ne laissait que très peu de chances de rester en vie. Considéré comme un avion suicide, au même titre que l'avion japonais Okha, le projet n'a jamais dépassé le stade des essais en vol, et aucun appareil n'a vu le combat.

Lancement et contre-mesures

Rampe de lancement de V1 au blockhaus d'Éperlecques.
Rampe de lancement de V1 à l'Imperial War Museum Duxford.

Environ 35 000 V1 sont construits, dont la moitié est détruite au sol par des bombardements[3].

Le lancement s'effectue principalement à partir de longues rampes. Les services secrets alliés n'ont pas tardé à repérer leur disposition en arc de cercle autour de leur cible, Londres et ses alentours, grâce aux informations fournies par le réseau AGIR, dirigé par Michel Hollard.

Au total, environ 9 250 V1 sont lancés à partir de rampes de lancement, mais un certain nombre sont lancés à partir d'avions porteurs Heinkel. Approximativement 6 550 sont largués d'avions sur les conurbations du centre de l'Angleterre et sur Londres, mais aussi sur Anvers, Liège et Bruxelles après la libération par les Alliés. Quelques fusées V4 portant une charge explosive de 200 kg et confiées à des équipes de SS tombèrent sur Anvers en plus des V1, ainsi que des V2 dont l'un tua 561 personnes dans un cinéma. À Bruxelles, entre autres dégâts, un V1 détruit l'usine d'aviation Jean Stampe. Pour d'aucuns, la destruction d'un tel objectif ne serait pas le fait d'un hasard qui caractérisait la plupart des chutes de V1, mais résulterait d'une visée démontrant que le lancement avait été fait à partir d'un avion (la position géographique de cet objectif dans la commune bruxelloise d'Evere était bien connue des Allemands qui avaient réquisitionné l'usine Stampe pendant la guerre). Quelques V1 tombèrent sur Paris, encore après la libération par les Alliés. Beaucoup se sont simplement égarés et sont tombés au hasard. Le documentaire Apocalypse, la Seconde Guerre mondiale précise que la campagne aurait causé 25 000 morts dans les divers pays touchés.

Le vol des V1 était rectiligne et à vitesse constante (environ 600 à 700 km/h), ce qui faisait de ces engins des cibles, non pas faciles mais atteignables par plusieurs types de chasseurs alliés, tout aussi véloces. L'action de ces derniers, ainsi que la DCA permirent d'abattre environ la moitié de ces engins lancés contre le Royaume-Uni.

Les chasseurs les plus efficaces sont les Hawker Tempest, avec 638 engins abattus ; puis les Mosquitos, avec 428 ; les Spitfires, 303 ; les P-51 Mustangs, 232 et les Meteors à réaction (encore au stade expérimental à ce moment-là), 13 ou 14.

Chasseur Spitfire modifiant la trajectoire d'un V1 en soulevant l'aile de la bombe volante.

La centrale inertielle du V1 ne pouvant corriger des erreurs que de quelques degrés de roulis sur sa trajectoire originelle, des aviateurs sous la direction de la RAF, mirent au point une méthode pour les faire dévier de leur course : l'avion volant à la même vitesse que le V1, le pilote se place à côté de lui et place l'extrémité de son aile sous celle du V1, ce qui déstabilise celui-ci. En effet, les ailes ne se touchent pas, mais l'air entre les deux ailes étant comprimé, une force est exercée sur le V1, qui est dévié de sa trajectoire. L'utilisation de cette méthode spectaculaire — mais dangereuse — est attestée dans au moins trois cas. Aussi dangereuse que soit cette action, suivre un V1 et tirer sur lui était encore plus dangereux. Car ainsi, à presque 650 km à l'heure, il est très difficile d'éviter les effets de l'explosion de la bombe volante. C'est ainsi qu'est tué le héros de la France libre Jean Maridor.

Londres représentait une cible idéale pour un tel engin. Du fait de son imprécision, il était impossible aux Allemands de bombarder un objectif donné. Cependant, certaines de ces bombes volantes ont détruit des objectifs précis comme des usines, ce qui permet de penser à une mise en œuvre à partir d'un lancement d'avion Heinkel. Mais les zones urbaines, comme Paris, Bruxelles et l'immense étendue de l'agglomération de Londres étaient des objectifs que les V1 pouvaient atteindre, même sans une visée précise, en causant des dégâts et des victimes. À Londres, beaucoup d'enfants ont été évacués, comme en 1940.

Pour tenter d'améliorer la précision des tirs, le colonel Max Wachtel fait équiper un certain nombre de V1 d'une radiobalise, qui peut donner l'heure exacte de l'impact, toutefois, pour le lieu exact de l'impact , il doit compter sur les rapports des espions allemands infiltrés à Londres...qui en fait ont tous été arrêtés et "retournés"par les services secrets anglais qui les utilisent comme canaux de désinformation (système double cross).

R.V.Jones, le responsable du renseignement scientifique britannique exploite alors magistralement la situation: Sachant que, à part en utilisant quelques très rares appareils Arado ou Messerschmitt 262 à réaction, les allemands ne peuvent plus guère opérer de reconnaissances aériennes sur Londres, et que de toute façon, vu les destructions du Blitz de 1940/41 il y a partout des impacts de bombes dans Londres, il fait passer des fausses informations aux allemands, couplant les heures de chute des V1 tombés "trop court" (sur les quartiers est de Londres) avec des points de chute fictifs "trop longs", dans le west end où sont concentrés les ministères et les centres de décision.

Croyant à la fiabilité des sources humaines de renseignement, Wachtel "raccourcit" les réglages des V1 (en principes centrés sur Tower Bridge)avec pour résultat de les faire tomber majoritairement sur les banlieues est de Londres ou dans l'estuaire de la Tamise.

L'état major anglais, sur les conseils de R.V. Jones et de Duncan Sandys, prend aussi la décision de déménager en toute hâte les canons de DCA (qui commencent à être équipés d'obus avec détonateurs de proximité) vers la côte est de l'Angleterre, pour pouvoir abattre les V1 au-dessus des campagnes du Kent ou du Surrey[5].

Pour les arrêter, des moyens importants sont employés. En , la mise en service de canons de DCA à réglage automatique par radar permet d'atteindre une efficacité d'environ 75 % dans la destruction de ces missiles. De plus, l'état-major allié mobilise des forces aériennes, avions et canons de DCA, pour garder le ciel britannique, en les prélevant sur le front. Les services de renseignements et les missions aériennes s'emploient à localiser, et à faire bombarder les sites de lancements, bien que les Allemands soient capables de les reconstruire rapidement. L'avancée des troupes sur le front de l'Ouest fait cesser définitivement les tirs de V1 et de V2.

Bilan

Le Republic-Ford JB-2 est une version américaine du V1. Le programme a été abandonné en 1950.

Tout comme les V2, les V1 ont un effet psychologique et stratégique, plutôt que tactique. Leur faible charge explosive (moins d'une tonne) et leur précision toute relative en font une arme peu efficace.

Stratégiquement, le principal succès des V1 n'est pas l'efficacité des bombardements en eux-mêmes, mais la mobilisation de grands moyens militaires, détournés du front, pour les arrêter.

Psychologiquement, les armes secrètes allemandes ont alimenté la propagande de Goebbels et laissé croire à l'opinion étrangère et allemande, que l'Allemagne pouvait encore retourner le sort de la guerre.

Les Allemands ont fourni aux Japonais des données leur permettant de commencer à développer un projet d'avion suicide, le Kawanishi Baika.

Les diverses nations alliées ont étudié ces armes, qui ont servi pour leurs programmes d'après-guerre. Il fut copié par les Américains en tant que Republic-Ford JB-2 et par les Soviétiques en tant que 10Kh . En France, un engin cible, le CT 10, dérivé direct du V1, fut étudié puis produit par l'Arsenal de l'aéronautique dès 1946.

Notes et références

  1. Article du Monde sur le décès de Jean-Paul Schlienger, le dernier survivant du réseau qui livra le V1 aux Britanniques.
  2. Voir le chapitre correspondant dans Le Grand Cirque de Pierre Clostermann.
  3. (en) most secret war, londres, penguin, 2009 (réédition) (ISBN 9780340241691)

Annexes

Bibliographie

  • Roger Capron, Bases secrètes en Haute-Normandie, 1943-1944, éd. Bertout, 1989 (ISBN 2-86743095-X).
  • Norbert Dufour et Christian Doré (préf. Daniel Pégisse), L'Enfer des V1 en Seine-Maritime durant la Seconde Guerre mondiale, Luneray, Bertout, , 295 p. (ISBN 978-2-86743-179-1 et 2-86743-179-4).
  • Laurent Bailleul, Les Sites V1 en Flandres et en Artois, Hazebrouck, 2001 (ISBN 2-9515840-0-8).
  • Laurent Bailleul, Les Sites V1 en Picardie, Hazebrouck, 2006 (ISBN 2-9515840-1-6).
  • Yannick Delefosse, V1, arme du désespoir, Lela Presse, Outreau, 2006 (ISBN 2-914017-35-9).
  • Yannick Delefosse, V1, arme du désespoir (Nouvelle édition 2011), Lela Presse, , 384 p. (ISBN 978-2-919231-02-7, présentation en ligne).
  • Florian Hollard, Michel Hollard, le Français qui a sauvé Londres,  éd. Le Cherche midi, 2004 (ISBN 978-2-7491-0387-7).
  • Jacques Bergier, Agents secrets contre armes secrètes,  éd. J'ai lu leur aventure, no A101.
  • George Martelli, L'Homme qui a sauvé Londres,  éd. J'ai lu leur aventure, no A17–18.
  • Colonel Remy, Et l'Angleterre sera détruite, Éditions France-Empire, 1969, et éditions J'ai lu leur aventure, no A257.
  • Maud Jarry, Les Armes V1 et V2 et les Français, Rennes, Marine Editions, , 190 p. (ISBN 978-2-35743-045-7, OCLC 560010497, LCCN 2010421500).

Documentaires télévisés

  • Les armes secrètes d'Hitler, de Bernard George et Yves Le Maner, sur France 3.

Articles connexes

Autres missiles développés par l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale :

Liens externes