Université de technologie de Belfort-Montbéliard

Université de technologie de Belfort-Montbéliard
Utbm.svg
Histoire et statut
Fondation
1999
Type
Forme juridique
Directeur
Ghislain Montavon
Localisation
Campus
Localisation
Pays

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Franche-Comté)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

(Voir situation sur carte : Territoire de Belfort)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Belfort

(Voir situation sur carte : Belfort)
Point carte.svg
Chiffres-clés
Étudiants
2 600[1]
Enseignants-chercheurs
235[1]
Budget
39 millions d'euros de budget consolidé
Divers
Devise
Un regard différent sur le monde
Membre de
CGE, CDEFI, Groupe UT
Site web

L’université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) est l'une des 205 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[3].

Établissement public d’enseignement supérieur et de recherche situé à Belfort, Sevenans et Montbéliard (Région Bourgogne-Franche-Comté, en France), l'université compte 3 030 étudiants pour l'année universitaire 2015 - 2016[4].

Présentation générale

Château Saglio à Sévenans, qui contient actuellement les bureaux de la direction

Historique

L’UTBM est issue de la fusion de l’école nationale d'ingénieurs de Belfort (ENIBe) créée en 1962, et de l’antenne de l’université de technologie de Compiègne implantée en 1985 à Sevenans, devenue « Institut polytechnique de Sevenans » (IPSé) en 1991. L’UTBM a été fondée en 1999[5]. Elle fait partie, tout comme l'université de technologie de Compiègne et l'université de technologie de Troyes du Réseau des universités de technologie

Organisation

L’université de technologie de Belfort-Montbéliard est un EPSCP[5]. Son directeur depuis septembre 2016 est Ghislain Montavon.

L’UTBM est membre de la conférence des grandes écoles[2], de la Conférence des Directeurs des Écoles Françaises d’Ingénieurs, de la Conférence des Présidents d’Universités[6], Membre fondateur du PRES Bourgogne Franche-Comté[7] Membre fondateur du Projet ARC Europe[8] et du Groupe UT.

Formation d'ingénieurs

L’UTBM est habilitée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche après l’avis de la commission des titres d'ingénieur[9] pour délivrer les diplômes d'ingénieur suivants :

  • spécialité automatique, électronique et informatique industrielle
  • spécialité informatique
  • spécialité mécanique
  • spécialité systèmes de production
  • spécialité mécanique, design et ergonomie

Ainsi que

  • spécialité génie électrique
  • spécialité logistique industrielle
  • spécialité systèmes d'information
  • spécialité conception mécanique

en formation par apprentissage et en partenariat avec l’ITII de Franche-Comté.

Admissions

L'admission à l'UTBM se fait à deux niveaux :

  • L'admission post-bac (S, STI, STL ou équivalent), via le portail Parcoursup sur dossier et entretien. La candidature est commune pour les trois universités de technologie françaises[10].
  • L'admission en bac+2, possible pour les étudiants titulaires d'un DUT, une licence, un BTS, ou ayant réalisé une classe préparatoire et se fait sur dossier et entretien.

International

L'UTBM participe à des programmes d'échanges internationaux comme Erasmus, et a signé des accords de coopération bilatérale avec des universités, dans différentes régions du globe. Les étudiants de l'UTBM ont donc la possibilité de passer un semestre (voir deux pour ceux dont le cursus dure 5 ans) dans une université étrangère, parmi la liste des destinations on retrouve beaucoup de pays en Europe mais aussi des pays d'Amérique latine, d'Afrique et des destinations très recherchées comme le Canada, la Corée du Sud et le Japon[11]. Les étudiants de l'UTBM ont aussi des places réservées pour à l'UTSEUS, autre école du groupe UT, à Shanghai, en Chine.

L'université de technologie de Belfort-Montbéliard accueille également des étudiants internationaux pour un ou plusieurs semestres.

Parcours

Bâtiment du «pont» vue du dessus sur le campus de Sévenans

La formation dure cinq ans. Les deux premières années forment le cycle préparatoire intégré à la formation d'ingénieur, nommé tronc commun. Il est sanctionné par le diplôme d'études universitaires de technologie.

Les trois années suivantes constituent la branche. Il en existe cinq à l'UTBM :

  • Génie Mécanique et Conception
  • Énergie
  • Ingénierie et Management des Systèmes Industriels
  • Informatique
  • Ergonomie, Design et Ingénierie Mécanique

ainsi que quatre formations par alternance :

  • Génie électrique par apprentissage
  • Logistique industrielle par apprentissage
  • Systèmes d'information par apprentissage
  • Conception mécanique pour l'énergie et les transports par apprentissage

Chaque étudiant a la possibilité de réaliser un ou plusieurs semestres d'enseignement dans une université partenaire à l'étranger.

Les stages

Durant son parcours, l'étudiant UTBM a la possibilité de réaliser un ensemble de stages en France ou à l'étranger :

  • « stage ouvrier », se déroule entre les deux premiers semestres de tronc commun.
  • « stage professionnel de longue durée », qui se déroule durant le troisième semestre de branche.
  • « projet de fin d'études » qui se déroule durant le dernier semestre de branche et valide le diplôme.

À cela s'ajoute la possibilité de réaliser un stage à l’étranger.

Les mineurs

Quatre mineurs sont proposés :

  • Management de l’entreprise
  • Art, culture et technologies numériques
  • Carrières à l’international
  • Stratégie d’innovation et choix technologies

L'objectif de ces mineurs est de valider un niveau acquis par le suivi d'un certain nombre de modules sur le même thème.

Recherche

L'UTBM développe un axe de recherche en cohésion avec l'environnement industriel du nord Franche-Comté : transports terrestres et énergie. Forte des implantations industrielles locales (PSA Peugeot Citroën, Alstom, General Electric, etc.), l'université de technologie de Belfort Montbéliard tisse de solides liens avec les entreprises dans le but de développer la recherche. Les laboratoires de l'université collaborent également à la création de spin-off ou de jeunes pousses innovantes (ex : trinaps, voxelia...)

Les laboratoires

Sept laboratoires de recherche s'organisent autour de l'UTBM [12]. Ils sont regroupés au sein de l'Institut de Recherche sur les Transports, l'Énergie et la Société (IRTES) depuis 2012 :

  • Laboratoire commun à piles pour les transports (Fuel Cell Lab)
  • Laboratoire de Recherche sur les Matériaux, les Procédés et les Surfaces (LERMPS)
  • Laboratoire Systèmes et Transports (SeT)
  • Laboratoire Mécatronique, Méthodes, Modèles et Métiers (M3M)
  • Franche-Comté Électronique Mécanique Thermique et Optique - Sciences et Technologies (FEMTO-ST)
  • Laboratoire Recherche et Études sur les Choix Industriels, Technologiques et Scientifiques (RECITS)
  • Laboratoire de Métallurgies et Cultures (LMC)

Parmi ceux-ci, trois sont des unités mixtes avec le CNRS. L’UTBM participe au label Carnot FEMTO-Innovation[13].

Master - doctorat

En termes de formation à et par la recherche l’UTBM est coaccréditée avec l’université de Franche-Comté dans deux écoles doctorales et délivre plusieurs masters professionnel et recherche :

Masters :

Écoles doctorales :

  • Sciences Physique pour l’ingénieur et Microtechniques (SPIM)
  • Langage, Espace, Temps, Sociétés (LETS)

Fondation

La fondation de l’UTBM a pour but de développer des partenariats forts autour de la formation, la recherche et le transfert de technologie.

Elle récompense tous les ans de 3 prix les projets ou les parcours des étudiants et des Alumnis les plus remarquables

En 2014

Prix d'Excellence de la fondation UTBM : Emmanuel Brugger, Diplômé en 1997 - Directeur Général de l'entreprise Cristel pour son parcours exceptionnel

Prix Alumni de la fondation UTBM : Anthony Philippe, diplômé en 1992 - Enseignant à l'UTBM pour sa 10e Participation au mythique IronMan d'Hawai

Prix Étudiant de la fondation UTBM : Le Club Welcome pour le lancement du programme "UTBM on the move"

Vie étudiante

Les associations étudiantes

Il existe 4 associations étudiantes à l'UTBM :

  • L'Association des Étudiants (AE UTBM) [14], qui fédère les étudiants autour d'activités artistiques, culturelles, techniques, humanitaires, etc.
  • Le Bureau des Festivités (BDF), qui avec l'appui de l'AE, gère l'ensemble des lieux de vie pour les étudiants.
  • Le Bureau des Sports (BDS)[15], qui propose un ensemble d'activités sportives en tout genre.
  • Le Conseil Étudiant (CETU)[16], qui se propose de faire le lien entre l'administration de l'UTBM et les étudiants sur différents sujets.

À cela s'ajoute l'association des étudiants diplômés :

  • Assidu[17], l'Association des Ingénieurs Diplômés de l'UTBM (et des écoles fondatrices : ENIBe, IPSé et UTCS)

Les blouses

Certains des étudiants de l'UTBM portent des blouses bordeaux en dehors des cours. Les étudiants les décorent tout au long de leur cursus. On peut y trouver :

  • Le nombre d'années d'études de l'étudiant à l'UTBM, la spécialité qu'il suit, sa ville d'origine et sa ville d'étude, le surnom de ses parrains et fillots
  • En haut du dos se situe le surnom de l'étudiant et le reste du dos est généralement un dessin.

L'étudiant est libre de faire ce qu il veut du reste. C'est une tradition héritée de l'ENIBe où les blouses étaient noires.

Pôle éditorial

La création du Pôle éditorial en 2000 procède d’une double volonté de l'UTBM : premièrement développer l’activité de recherche, notamment après l'organisation en 1999, juste au moment où l’établissement devient université (UTBM), d'un grand colloque international d’histoire des techniques (ICOHTEC), par R. Belot, M. Cotte et P. Lamard, en 1999 ; deuxièmement promouvoir et généraliser le recours aux technologies d’information et de communication (TIC), politique mise en place dès la création de l’établissement (1985), et désormais encouragée par le ministère (campus numériques nationaux en 2000).

Yves Lequin, est recruté en 1999 par Jean Bulabois, directeur UTBM. Mission lui est donnée de créer une édition universitaire et d'inciter à une innovation pédagogique associée aux TIC, d’où un double service : PEM (Pôle éditorial multimédia) et CIP (Centre d'innovation pédagogique). Paul Arthaud a succédé à la tête de ces services en 2010.

Le premier titre publié fut celui des actes du colloque ICOHTEC (« La technologie au risque de l’histoire »[18]), en août 2000, suivi par un CD-Rom multimédia, comportant une formation complète en analyse fonctionnelle, conçue par Olivier Garro, en coopération avec le groupe PSA (Paris). D’autres collaborations se sont développées, notamment avec l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), depuis 2006, et avec d’autres Presses universitaires. Depuis, les ouvrages se succèdent au rythme de six ou sept titres par an (papier et livre électronique).

Une des caractéristiques des trois universités de technologie françaises (Compiègne, Belfort-Montbéliard, Troyes) est de former des ingénieurs, par des cursus incluant obligatoirement un tiers de sciences humaines et sociales, tout en assurant des recherches scientifiques[19].

Bibliographie

  • « La technologie est une science humaine », paru dans la revue SCIENCES HUMAINES, no 205, juin 2009 (p. 24–29)
  • « Technology for an inclusive democracy » in New Elements of Technology, Michel Faucheux, Joëlle Forest, (dir.), Belfort : UTBM, 2012.

Pour approfondir

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. a b et c « L'UTBM, Repères », sur www.utbm.fr
  2. a et b « Université de technologie de Belfort-Montbéliard », sur www.cge.fr (consulté le 21 décembre 2009)
  3. Arrêté du 18 janvier 2019 fixant la liste des Ecoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé.
  4. « Repères, chiffres-clé UTBM », sur UTBM (consulté le 2 janvier 2012)
  5. a et b Décret n° 99-24 du 14 janvier 1999 portant création de l’université de technologie de Belfort-Montbéliard sur http://www.legifrance.gouv.fr
  6. Conférence des Présidents d’Universités
  7. PRES Bourgogne Franche-Comté
  8. ARC Europe
  9. Arrêté du 16 janvier 2009 fixant la liste des écoles habilitées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé sur http://www.legifrance.gouv.fr
  10. « Les Formations d'Ingénieurs - UT », sur admission-postbac.fr
  11. « Universités partenaires de l'UTBM | Université de technologie de Belfort Montbéliard | UTBM » (consulté le 18 novembre 2019)
  12. « Unités de recherche », sur www.utbm.fr
  13. « FEMTO-Innovation », sur instituts-carnot.eu
  14. « Association des Etudiants », sur ae.utbm.fr
  15. « Bureau Des Sports », sur bds.utbm.fr
  16. « Conseil des Etudiants », sur cetu.utbm.fr
  17. « Association des Ingénieurs Diplômés », sur www.assidu-utbm.fr
  18. La technologie au risque de l’histoire, Sous la direction de Robert Belot, Michel Cotte et Pierre Lamard, Belfort : UTBM, 2000
  19. La technologie entre à l’université, Pierre Lamard, Yves Lequin, Belfort : UTBM, 2006
  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Pôle éditorial de l'Université de technologie de Belfort-Montbéliard » (voir la liste des auteurs).