Université Gustave-Eiffel

Université Gustave-Eiffel
Bâtiment Copernic UGE.jpg
Logo Université Gustave Eiffel 2020.svg
Histoire et statut
Fondation
Dates-clés
13 décembre 2019 : publication du décret de création de l'université
Type
Forme juridique
Président
Hélène Jacquot-Guimbal
Localisation
Campus
Pays
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Île-de-France
voir sur la carte d’Île-de-France
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
17 000 étudiants[1]
Enseignants
200 enseignantes et enseignants[1]
Enseignants-chercheurs
400 enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs[1]
Chercheurs
550 chercheuses et chercheurs
Divers
Membre de
Site web
Bâtiment Copernic de l’université Gustave-Eiffel.

L'Université Gustave-Eiffel est une université française expérimentale spécialisée dans l'étude des villes et des processus d’urbanisation[2], fondée le [3].

L'université dispose de plusieurs sites sur le territoire national dont le Campus de Marne-la-Vallée à la Cité Descartes, et des campus à Versailles, Lyon, Nantes, Marseille, Paris et Lille.

Présentation

L'Université Gustave-Eiffel est un établissement pluridisciplinaire[1] et national.

Elle compte[3] :

  • 16 composantes de formation dont 4 établissements composantes ou écoles membres,
  • 23 composantes de recherche issues de l'Ifsttar.

Ses principales missions sont la formation (initiale et continue), la recherche et l’innovation, l’appui aux politiques publiques et l’ouverture à la société[1]. L’Université regroupe un quart de la recherche française sur les villes[4],[5] et s'est spécialisée dans la formation en apprentissage.

Histoire

Dans le cadre du plan Université 2000, l'université de Marne-la-Vallée est créée à partir d’une antenne de l’université Paris-VII[6]. Elle fait partie, avec Évry-Val d’Essone, Cergy-Pontoise, et Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, des quatre « universités nouvelles » créées en juillet 1991 en Île-de-France.

L'université de Marne-la-Vallée a comme 1er administrateur Daniel Laurent, qui a été directeur adjoint du cabinet du ministre des universités de 1976 à 1978, puis nommé vice-chancelier des universités de Paris entre 1978 et 1981[7]. Son logo représentait deux oiseaux s'envolant dans le ciel. Elle adoptait déjà la couleur orange.

Développement du PRES Université Paris-Est

En 2007, l'université de Marne-la-Vallée devient membre fondateur du pôle de recherche et d'enseignement supérieur « université Paris-Est » qui devient, en 2014, une communauté d'universités et établissements. En février 2014, le souhait d'une fusion avec l'université Paris-Est Créteil Val-de-Marne est annoncé par les conseils d'administration des deux établissements[8], mais la fusion n'a pas lieu.

L'université accède aux « compétences élargies » au 1er janvier 2009[9].

Le 1er octobre 2013 l'université de Marne-la-Vallée change d'acronyme : elle devient UPEM à la place d'UPEMLV, de logo, et d'identité visuelle[10].

Création de l'université Gustave Eiffel

L'université est issue de la fusion de l'Université Paris-Est-Marne-la-Vallée avec l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (Ifsttar)[11],[12].

Elle intègre une école d'architecture, l'École d'architecture de la ville & des territoires Paris-Est, et trois écoles d'ingénieurs: ESIEE Paris, L'École des ingénieurs de la ville de Paris et l'École nationale des sciences géographiques.

Le , l'université est créée selon le décret portant création de l'Université Gustave-Eiffel et approbation de ses statuts publié au Journal Officiel le [13]. La fusion des établissements est supportée par le projet Initiatives Science-Innovation-Territoires-Économie (I-SITE) du programme Investissements d'avenir[1].

Composantes

Unités de formation et de recherche

Conformément au code de l'éducation qui fixe l’organisation légale des universités publiques en France, l’Université Gustave-Eiffel se découpe en plusieurs composantes. On trouve d’une part les unités de formation et de recherche (UFR) et d’autre part les « instituts et écoles ». Ainsi, l’université est structurée en six UFR issus de l'UPEM[14]:

  • UFR Lettres, arts, communication et technologies
  • UFR Sciences humaines et sociales
  • UFR Sciences économiques et de gestion
  • UFR STAPS
  • UFR Mathématiques
  • UFR Langues et civilisations

Établissements-composantes

Instituts et écoles de l'université

Écoles-membres

Départements de recherche de l'université

L'Université Gustave-Eiffel se compose de cinq départements de recherche[16] issus de l'Ifsttar :

  • Département Aménagement, mobilités et environnement (AME), Campus de Marne-la-Vallée et Campus de Versailles.
  • Département Matériaux et structures (MAST), Campus de Marne-la-Vallée et Campus de Nantes.
  • Département Géotechnique, Environnement, Risques naturels et Sciences de la terre (GERS), Campus de Lyon et Campus de Nantes.
  • Département Composants et systèmes (COSYS), Campus de Lille, Campus Méditerranée, Campus de Marne-la-Vallée, Campus de Versailles.
  • Département Transport, santé, sécurité (TS2), Campus de Lyon[16] et Campus de Nantes.

Unités de recherche de l'université

La liste des laboratoires rattachés à la université[12] :

  • Analyse Comparée des Pouvoirs (ACP)[1]
  • Dispositifs d'Information et de Communication à l’Ère Numérique (Dicen), CNAM, Université Paris-Nanterre [2]
  • Équipe de Recherche sur l'Utilisation des Données Individuelles en lien avec la Théorie Economique (ERUDITE), UPEC [3]
  • Laboratoire d'urbanisme (Lab'Urba), UPEC [4]
  • Laboratoire Techniques, territoires et zociétés (Latts), CNRS, ENPC [5]
  • Laboratoire Ville, mobilité, transport (LVMT), ENPC [6]
  • Laboratoire interdisciplinaire d'étude du politique Hannah-Arendt - Paris-Est (LIPHA-PE), UPEC [7]
  • Laboratoire interdisciplinaire sciences innovations sociétés (LISIS), CNRS, INRA [8]
  • Laboratoire « Électronique, Systèmes de Communication et Microsystèmes » (ESYCOM), CNAM [9]
  • Laboratoire d'analyse et mathématiques appliquées (LAMA), CNRS, UPEC [10]
  • Laboratoire d'informatique Gaspard-Monge (LIGM), CNRS, ENPC [11]
  • Laboratoire en sciences et technologies de l'information géographique (LASTIG), IGN-ENSG [12]
  • Laboratoire Navier, CNRS, ENPC [13]
  • Laboratoire géomatériaux et environnement (LGE) [14]
  • Littérature savoirs et arts (LISAA) [15]
  • Institut de recherche en gestion (IRG), UPEC [16]
  • Modélisation et simulation multi-échelle (MSME), CNRS, UPEC [17]
  • Architecture - Observatoire de la condition suburbaine (architecture - OCS- UMR AUsser), ministère de la Culture

Activités de recherche

Missions

L’université Gustave Eiffel, à travers ses départements de recherche issus de l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (Ifsttar) a pour missions de réaliser ou faire réaliser, d’orienter, d’animer et d’évaluer des recherches, des développements et des innovations dans les domaines du génie urbain, du génie civil et des matériaux de construction, des risques naturels, de la mobilité des personnes et des biens, des systèmes et des moyens de transports et de leur sécurité, des infrastructures, de leurs usages et de leurs impacts, considérés des points de vue technique, économique, social, sanitaire, énergétique, environnemental et humain.

Les départements de recherche de l'université ont notamment vocation à :

  • conduire des recherches fondamentales et appliquées, des études méthodologiques et des développements d’essais et de prototypes ;
  • mener tout travaux d’expertise et de conseil dans les domaines mentionnés au premier alinéa du présent article ;
  • mettre en œuvre une politique d’information scientifique et technique et assurer la diffusion des connaissances acquises, notamment par les publications, la réglementation technique et la normalisation ;
  • mener une politique de valorisation des résultats de ses travaux de recherche scientifique et technologique, notamment sous forme d’appui technique, de transfert de technologie, d’essai et de certification ;
  • contribuer à la formation à la recherche et par la recherche ainsi qu’à la formation initiale et continue ;
  • contribuer au rayonnement international et à l’exportation de l’expertise et des techniques qu’il développe.

Défis scientifiques

Les départements de recherche de l'université ont un rôle clé dans la réflexion concernant l’accessibilité, le partage équitable et l’usage sûr de l’espace public dans un contexte d’urbanisation croissante, de ressources naturelles en matières premières limitées et dans une perspective de développement durable. Il se voit donc conférer un rôle politique et social important visant à améliorer les conditions de vie de tous, en contribuant à garantir la protection de droits fondamentaux comme la mobilité, la sécurité (et la sûreté) ainsi qu’un cadre de vie respectueux de l’environnement et de l’individu.

Il s’appuie sur ses compétences présentes, en particulier dans le domaine du génie civil, de la mobilité et de la sécurité routière, mais a pour ambition de répondre à de nouveaux enjeux, plus particulièrement ceux liés aux changements climatiques, à l’exigence d’un développement durable, ainsi qu’au vieillissement des populations. La capacité des départements de recherche de l'université à développer une recherche finalisée et à adopter une approche systémique, forcément pluridisciplinaire, se traduit dans la structure des programmes de recherche.

La stratégie scientifique des départements de recherche de l'université, anciennement de l'Ifsttar, rédigée en 2012 à un horizon de 10 ans, repose sur 4 défis scientifiques majeurs :

Défi 1 : Inventer la mobilité durable Analyser et innover pour une mobilité durable et responsable.

Défi 2 : Adapter les infrastructures Construire, déconstruire, préserver, adapter les infrastructures de manière efficace et durable.

Défi 3 : Maîtriser les risques naturels et nos impacts environnementaux Mieux prendre en compte le changement climatique, les risques naturels et les impacts environnementaux et sanitaires en milieu anthropisé.

Défi 4 : Penser et aménager les villes et territoires Penser et aménager les villes et les territoires durables : approches systémiques et multi-échelles.

Par construction même, ces quatre défis sont transversaux et visualisent la manière dont la recherche de l'université peut répondre aux enjeux sociétaux. Pour relever les défis scientifiques qu’il s’est fixés, les départements de recherche de l'université doivent poursuivre son chemin d’excellence, en :

  • confortant l’approche spécifique de sa recherche finalisée,
  • promouvant les outils favorisant la transversalité,
  • renforçant une dynamique partenariale au profit de tous,
  • améliorant son rayonnement et sa visibilité.

Si le premier contrat d’objectifs et de performance des départements de recherche de l'université (ex-Ifsttar) (2013-2016) déclinait ces défis, le contrat suivant, signé en 2017, a été fondé sur la base d'une stratégie scientifique révisée à l’aune de l’évolution des questionnements tant sociétaux que scientifiques.

Le COP 2017-2021 des départements de recherche de l'université s'articule autour de 5 axes, les trois premiers étant scientifiques, les deux derniers relevant du management :

Axe 1 : transporter efficacement et se déplacer en sécurité

Axe 2 : améliorer l'efficience et la résilience des infrastructures

Axe 3 : aménager et protéger les territoires

Axe 4 : encourager et promouvoir l'excellence scientifique et le transfert technologique

Axe 5 : piloter l'institut en responsabilité

Stratégie internationale

La recherche se conçoit, se mène et s’évalue nécessairement à l’échelle internationale. Le développement des activités européennes et internationales des départements de recherche de l'université constitue l'un des éléments clés de la reconnaissance de son excellence scientifique, de sa notoriété, de la contribution à la politique française d’aide au développement et de l’appui aux entreprises à l’export.

Les départements de recherche de l'université se doivent d'exercer un rôle majeur d’influence et de coopération internationale dans le domaine des transports. Dans ce but, les départements de recherche de l'université, lors de leur gestion par l'Ifsttar, se sont dotés d’une nouvelle stratégie européenne et internationale qui a été validée fin 2012 par le Conseil d’administration et renouvelée en 2017 dans le cadre du nouveau contrat d’objectifs et de performance.

Cette stratégie s’articule autour de cinq objectifs :

  • L’Ifsttar intègre pleinement la composante internationale dans ses modes opératoires ;
  • Au niveau international, l’Ifsttar concentre son action sur des partenariats approfondis et limite l’effet naturel de dispersion ;
  • L'Europe reste et restera une priorité pour l’action internationale de l’Ifsttar ;
  • L’Ifsttar est à l’écoute des intérêts économiques français et en tient compte dans son action internationale ;
  • Sur les pays émergents l’Ifsttar intervient en fonction des enjeux et des moyens mobilisables.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. a b c d e et f « Université Gustave Eiffel - Qui sommes-nous ? », sur Université Gustave Eiffel (consulté le 3 janvier 2020)
  2. « Université Gustave Eiffel : création d’une université au service des villes et des territoires », sur DécryptaGéo, l'information géographique, (consulté le 13 mai 2020)
  3. a et b Décret n° 2019-1360 du 13 décembre 2019 portant création de l'Université Gustave Eiffel et approbation de ses statuts, (lire en ligne)
  4. « L’Université Gustave Eiffel veut réinventer la ville », sur Sciences et Avenir (consulté le 25 février 2020)
  5. Par la rédaction de Seine-et-Marne Le 7 janvier 2020 à 17h46 et Modifié Le 7 janvier 2020 À 17h53, « Ces grands projets qui vont marquer l’année 2020 en Seine-et-Marne », sur leparisien.fr, (consulté le 25 février 2020)
  6. Décret no 91-706 du 22 juillet 1991 portant création et organisation provisoire de l'université de Marne-la-Vallée
  7. « Biographie de Daniel Laurent »
  8. Universités de l'Est francilien : Créteil et Marne visent la fusion - Camille Stromboni, L'Étudiant, 19 février 2014
  9. « Historique et Chiffres Clés », Site officiel
  10. « Une nouvelle identité pour l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée », Communiqué de presse, site officiel, [PDF]
  11. « Champs-sur-Marne : l’université Gustave Eiffel naîtra au 1er janvier 2020 »
  12. a et b Décret n° 2019-1360 du 13 décembre 2019 portant création de l'Université Gustave Eiffel et approbation de ses statuts, (lire en ligne)
  13. Décret n° 2019-1360 du 13 décembre 2019 portant création de l'Université Gustave Eiffel et approbation de ses statuts, (lire en ligne)
  14. « Guide de l’étudiant 2011-2012 », sur www.univ-mlv.fr
  15. a b c et d « Université Gustave Eiffel - Campus de formation et de recherche », sur Université Gustave-Eiffel (consulté le 25 février 2020)
  16. a et b « Université Gustave-Eiffel - Composantes de recherche », sur Université Gustave-Eiffel (consulté le 3 janvier 2020)