Unir et construire dans le renouveau

Unir et Construire dans le Renouveau
Image illustrative de l'article Unir et construire dans le renouveau
Logotype officiel.
Présentation
Président Jacques Lalié
Fondation 2004
Élu Jacques Lalié
Positionnement politique Gauche
Idéologie Indépendantisme, Nationalisme kanak, Réformisme
Présidents de groupe
Congrès Membre du Groupe UC-FLNKS et Nationaliste
Représentation
Congrès
1 / 54
Province Sud
0 / 40
Province Nord
0 / 22
Province Îles
1 / 14

Unir et construire dans le renouveau (UC Renouveau ou UC-R) est un parti politique français indépendantiste de Nouvelle-Calédonie fondé par Jacques Lalié et d'autres dissidents de l'Union calédonienne aux Îles Loyauté en vue des élections provinciales du .

Prises de position

Opposé à la gestion de l'Union calédonienne aux Îles Loyauté qu'il juge « trop rigide », pas assez « dynamique » et ne faisant pas assez pour enrayer l'exode massif des jeunes actifs loyaltiens vers le Grand Nouméa, dossier sur lequel le parti met l'accent en proposant en créant des « revenus sur place » (transformation du coprah, pêche, tourisme) par la défiscalisation et la création de zones franches. Il milite également pour une « double décentralisation » : en faveur de la Province des îles Loyauté d'une part et, au sein de celle-ci, de Lifou (le chef-lieu) vers les deux autres communes de la province, Maré et Ouvéa. Sur le plan institutionnel et de la citoyenneté néo-calédonienne, il se revendique, comme l'UC, du « courant multiracial » (opposé donc au prince d'Indépendance kanak socialiste IKS des années 1980) et du projet d'indépendance-association avec la France[1].

Élus

Provinciaux et au Congrès

Depuis sa création, la présence électorale de l'UC Renouveau s'est limitée aux seules Îles Loyauté et Jacques Lalié reste sa figure principale. Celui-ci mène la liste du parti élections provinciales du qui obtient 11,18 % des suffrages exprimés dans la Province, 2 élus sur 14 à l'Assemblée provinciale et 1 siège au Congrès pour Jacques Lalié qui siège au sein du groupe UNI dominé par le Palika.

Aux élections provinciales du , Jacques Lalié mène la liste UNI regroupant aux Îles Loyauté l'UC Renouveau, le Palika, le FDIL de Cono Hamu et l'ancien président de province UC Richard Kaloï. Cette formation arrive en seconde position derrière la majorité sortante UC de Néko Hnepeune, avec 24,66 % des suffrages exprimés, 4 conseillers provinciaux sur 14 (dont un seul UC-R, Jacques Lalié) et 2 congressistes (Jacques Lalié restant le seul représentant du parti au sein de l'assemblée territoriale, toujours membre du groupe UNI).

Municipaux

Aux élections municipales des 9 et , l'UC Renouveau présente une liste dans chacune des trois communes de la Province des îles Loyauté :

  • Lifou : liste « Unir et construire dans le renouveau » de Jacques Lalié, 18,8 % des suffrages au 1er tour (2e position derrière la liste FLNKS du maire sortant Néko Hnepeune et à quasi égalité avec celle du Parti travailliste de Louis Kotra Uregei), 23,1 % des voix au 2e tour (3e et dernière place des listes qui se sont maintenus, derrière le FLNKS et le Parti travailliste), 4 sièges sur 33.
  • Maré : liste « Nengone Renouveau » de l'ancien maire de l'île Jules Paala, 12,9 % des suffrages au 1er tour (4e position derrière la liste LKS du maire sortant Basile Citré, celle de l'UC Alain Siwoine et le Palika d'Émile Lakorédine), fusionne pour le second tour, à l'instar du Parti travailliste, avec la liste Palika d'Émile Lakorédine qui obtient 33,5 % des voix (2e place derrière le LKS) et 5 élus sur 29 (dont 1 pour l'UC Renouveau, Jules Paala).
  • Ouvéa : liste d'ouverture « Unité communale Iaai » d'Amélia Doumaï, 1,7 % des suffrages au 1er tour (seulement 44 voix, arrive en septième et dernière position), éliminée sans possibilité de fusion pour le second tour.

Notes et références

Articles connexes