Union populaire pour la libération de la Guadeloupe

Union populaire pour la libération de la Guadeloupe
Image illustrative de l’article Union populaire pour la libération de la Guadeloupe
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire général Gaston Samut
Fondation
Positionnement Extrême gauche[1]
Idéologie Indépendantisme guadeloupéen
Couleurs Vert, blanc, rouge et jaune

L'Union populaire pour la libération de la Guadeloupe (UPLG) est un parti politique guadeloupéen, fondé en 1978 par Lucien Perrutin et Jean Barfleur[2] comme évolution du Groupe d'organisation nationale de la Guadeloupe (GONG). Il lutte en faveur de l'indépendance de l'île.

Histoire

L'UPLG est fondé en 1978 par des anciens du GONG, une des premières organisations indépendantistes guadeloupéennes.

Le , afin de regrouper les forces syndicales de gauche et les indépendantistes, elle constitue le Mouvement pour l’unification des forces de libération nationale de la Guadeloupe (MUFLNG). Cependant, le MUFLNG se voit concurrencé par des groupes armés plus actifs comme le Groupe guadeloupéen de libération armée, le Mouvement populaire pour la Guadeloupe indépendante ou l’Armée de libération nationale.

En 1982, l'organisation s'oppose dans une conférence de presse à la loi de décentralisation et contre ce qu'elle appelle le « colonialisme français ». Ce vif rejet conduit à une initiative commune avec le Mouvement indépendantiste martiniquais et le Front national de libération de la Guyane.

En parallèle, le mouvement indépendantiste se radicalise : entre mars et novembre 1983, l’Alliance révolutionnaire caraïbe (ARC) de Luc Reinette — arrêté en 1984 —, organisa plusieurs attaques terroristes [réf. nécessaire]. Elles se sont poursuivies jusqu’en 1989.

En avril 1989, l'UPLG abandonne la lutte armée et organise des manifestations à Port-Louis afin de demander la libération des prisonniers politiques. Ces dernières provoquent de violents affrontements avec la police.

Organisation

Liste des secrétaires généraux

L'actuel secrétaire général est Gaston Samut qui a succédé à Marie-Christine Myre-Quidal le .

Début Fin Identité Qualité
? Claude Makouke Médecin
[3] Éric Desfontaines Professeur de comptabilité
Adjoint au maire de Vieux-Habitants
[4] Marie-Christine Myre-Quidal[5] Enseignante
[6] en cours Gaston Samut Professeur des écoles

Élus

  • Jean Barfleur, maire de Port-Louis entre juin 1995 et février 2014.

Résultats électoraux

Élections régionales

Année 1er tour Sièges Rang[7] Tête de liste
Voix %
1992 6 674 5,49
2 / 41
6e Roland Thésauros
1993 - 7,75
3 / 41
4e Roland Thésauros
1998 5 390 4,11
0 / 41
6e Roland Thésauros
2004 5 874 3,94
0 / 41
4e Soutien Ary Broussilon
2010 17 175 12,40
4 / 41
3e Soutien Éric Jalton
2015 697 0,50
0 / 41
10e Marie-Christine Myre-Quidal

Élections cantonales

Cantonales 2011

Notes et références

  1. Laurent de Boissieu, « Union Populaire pour la Libération de la Guadeloupe (UPLG) », France Politique,‎ (lire en ligne)
  2. « Jean Barfleur, le maire de Port-Louis a été inhumé dans sa commune », France-Antilles,‎ (lire en ligne)
  3. « Éric Desfontaines, secrétaire général de l’UPLG », sur XImini.com,
  4. « Marie-Christine Myre-Quidal : "L'avenir doit se jouer sur des propositions concrètes et des actions" », France-Antilles,‎ (lire en ligne)
  5. Elle est la première femme à exercer cette fonction au sein de l'organisation [1]
  6. « Gaston Samut nouveau secrétaire général de l'UPLG », sur La Première Guadeloupe,
  7. En nombre de voix.

Voir aussi

Articles connexes