Union de pharmacologie scientifique appliquée

Union de pharmacologie scientifique appliquée
Création
Dates clés 1er juillet 2014 – immatriculation société actuelle
Forme juridique Société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU)
Siège social Rueil-Malmaison
Drapeau de France France
Direction Philippe Teboul
Activité Fabrication de préparations pharmaceutiques
Société mère Taisho Pharmaceutical 
Effectif 1 573 (2019)
SIREN 803 247 956

Chiffre d'affaires 385 765 900 € (2017)[réf. nécessaire]
Résultat net 18 368 100 € (2017)

L'Union de pharmacologie scientifique appliquée, plus connue sous le nom de Laboratoires UPSA, est une entreprise pharmaceutique française commercialisant des médicaments principalement sous la marque UPSA Conseil.

Historique

L'Union de pharmacologie scientifique appliquée est fondée en 1935 par le docteur Camille Bru. Ce radiologue, originaire du Lot-et-Garonne, constate aux rayons X que les boissons gazeuses accélèrent les mouvements du tube digestif. Il élabore ainsi le premier médicament effervescent contre les troubles gastriques, le Normogastryl. L'UPSA est créée à Agen afin de produire et commercialiser ce médicament.

À sa mort, en 1958, son fils Jean lui succède à la tête de l'entreprise. Il crée l'aspirine effervescente, assurant ainsi un développement considérable de l'UPSA. Il meurt brutalement d'un cancer en 1989. Alors que le chiffre d'affaires est d'un milliard de francs, sa veuve Nicole doit payer 40 % de droits de succession dans les six mois du décès. Elle décide alors de céder en urgence 45 % du capital de l'entreprise pour payer cet argent. La transaction se déroule avec le groupe américain Bristol-Myers Squibb en échange de garanties sur l'indépendance du groupe, la protection de l'emploi, le maintien des capacités de recherche et l'absence de délocalisations. À sa retraite en 1994, Nicole Bru cède les 55 % restants à Bristol-Myers Squibb et devient présidente du conseil de surveillance[1],[2].

En , Bristol-Myers annonce la vente d'UPSA au groupe japonais Taisho Pharmaceutical  pour 1,6 milliard de dollars[3],[4],[5],[6]. Taisho est la plus grande entreprise de médicament en vente libre au Japon et le 8e au niveau mondial[7].

Le , la vente d'UPSA à Taisho Pharmaceutical est officialisée. UPSA conserve cependant son statut de société et ses marques phares restent fabriquées en France sur son site[7].

Production

UPSA dispose de deux sites de production, le site Gascogne situé au Passage d'Agen et le site Guyenne situé à Agen. Chaque année, les 1 400 employés fabriquent quelque 370 millions de boîtes de médicaments[8].

Notes et références

  1. « UPSA fête ses 70 ans : L'histoire d'une saga contre la douleur »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), 2 février 2007, sur le site de Bristol-Myers Squibb. Consulté le 11 octobre 2012.
  2. I.G., « UPSA: la fin d'une entreprise familiale », sur lesechos.fr, (consulté le 6 avril 2020).
  3. Philippe Jacqué, « Médicament : UPSA tombe dans l’escarcelle du japonais Taisho », sur Le Monde,
  4. « UPSA : la colère des salariés face à l'actionnaire américain sur le départ », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 17 mars 2019)
  5. « Agen. Upsa bel et bien rachetée par les japonais de Taisho », sur SudOuest.fr (consulté le 17 mars 2019)
  6. « Que recherche l'actionnaire BMS en vendant UPSA ? », sur ladepeche.fr (consulté le 17 mars 2019)
  7. a et b « BMS annonce officiellement la vente d'UPSA au Japonais Taisho », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019).
  8. Les laboratoires BMS-UPSA s'agrandissent, 9/11/2010, sur le site de la ville d'Agen. Consulté le 11 octobre 2012.

Lien externe

  • Site officiel UPSA