Union athlétique du Chantier

(Redirigé depuis Union athlétique du chantier)

Union athlétique du Chantier
Image illustrative de l’article Union athlétique du Chantier

Sigle UA Chantier
Sport(s) représenté(s) Multisports
Création 1905
Président Emmanuel Marfoglia (2010)
Siège 24 rue Hénard
75012 Paris
France
Affiliation FSCF
Site internet http://www.lechantier.asso.fr/accueil/

L'Union athlétique du Chantier (UA Chantier), fondée en 1904 comme patronage paroissial de l'église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts (Paris 12e), est toujours active en 2015. Un patrimoine immobilier important, tant à Paris que sur les rives du lac Léman lui permet de développer une importante action sociale, bien conforme à son affiliation à la Fédération sportive et culturelle de France.

Historique

En 1904 le curé de l'église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts charge son vicaire, l'abbé Francis Poivrel[CM 1], de créer un patronage de garçons. Aussitôt celui-ci loue le hangar d'un négociant en bois au 199 rue de Bercy face à la gare de Lyon et entreprend de réunir auprès des notables de l'arrondissement les fonds nécessaires à son aménagement en salle polyvalente avec multiples annexes[CM 2].

Les premiers pas (1904-1914)

L'inauguration et l'annonce officielle de l'ouverture du patronage et de ses activités a lieu le , alors que les travaux se poursuivent[CM 3]. Les enfants prennent alors l'habitude de se retrouver « sur le chantier » et le nom reste accolé à l'association. Si quarante enfants assistent à ce premier arbre de Noël, ils sont plus de quatre-cents l'année suivante[CM 4] et sept-cents en 1907[LM 1]. Destiné aux jeunes de milieux populaires, le patronage ne tarde pas à attirer les fils de la bourgeoisie locale, apportant sa contribution au brassage social du quartier. Les conférences du père Ponsard au cercle d'étude du vendredi soir, ouvertes à tous, jouent dans ce domaine un rôle décisif[CM 5].

La volonté de jouer un rôle social auprès des plus démunis se matérialise par la création d'une centrale d'achat, de consultations médicales hebdomadaires gratuites pour les membres et leur famille, de consultations juridiques, d'une tontine et d'un bureau de placement. Le développement culturel repose sur un groupe théâtral[CM 6] qui ne tarde pas à assurer trois séances mensuelles, une harmonie et une clique de 60 musiciens qui se produisent dans les kiosques à musique de la capitale puis une chorale et un orchestre qui permettent d'élargir le répertoire aux opérettes[CM 7]. Des cours de dessin[CM 8] sont organisés dès 1906 et un photo-club[CM 9] apparait l'année suivante. L'UA Chantier adhère cette année-là à la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF) [LM 2] où elle marque particulièrement sa place en présentant simultanément jusqu'à 400 gymnastes dans certains concours.

La formation religieuse est intégrée au fonctionnement et la messe dite dans une chapelle propre au patronage : le , quatre-vingt-dix jeunes y font leur première communion[CM 9]. La même année, l'abbé Poivrel emmène pour la première fois les "petits" en colonie de vacances sur les rives du lac Léman[CM 10]. L'année suivante l'association se met en conformité avec la loi de 1901[CM 11]. L'enjeu nationaliste devenant important pour légitimer les catholiques, la formation des futurs conscrits est mise en œuvre et dès 1908 l'association présente chaque année plus de 20 candidats au brevet d'aptitude militaire. Elle ne néglige pas le sport naissant et dès 1909 engage cinq équipes de football dans les divers championnats[CM 8]. Elle participe l'année suivante au premier cross national et initie des cours de natation.

L'abbé n'imagine pas une œuvre éducative sans l'apport des parents et il a déjà impliqué les pères et les hommes de la paroisse au sein d'une Association des aînés du Chantier[LM 2] (AAC). Il élargit son action aux mères des membres qu'il mobilise au sein de l'ouvroir où elles confectionnent les tenues sportives et les costumes du groupe théâtral. En 1909 Mgr Amette en personne vient bénir les locaux[CM 12] et Albert de Mun vante l'œuvre dans la grande presse parisienne[CM 13]. Celui-ci renouvelle son appel l'année suivante afin que le Chantier puisse se relever des dégâts occasionnés par la crue qui dévaste ses locaux. Les dons qui affluent sont l'occasion d'une reconstruction importante[CM 14]. Le Chantier qui devient un modèle reçoit en la visite de Mgr Baudrillart, recteur de l'Institut catholique de Paris. En août les colons de Chens-sur-Léman réalisent l'ascension du Gornergrat à Zermatt, provoquant l'enthousiasme du journal L'Auto[CM 15].

La Grande Guerre et ses suites (1914-1939)

En 1914, l'abbé Poivrel achète une propriété sur les rives du lac Léman à Chens-sur-Léman, sur les deniers familiaux : Hermancia[1], afin d'y pérenniser les vacances des enfants du quartier[LM 3]. Alors qu'une équipe est à Hermancia depuis le pour préparer la première colonie de vacances la guerre éclate le 1er août. Les colons restent à Paris et quatre-cents membres de l'association sont mobilisés ; cent-trois n'en reviennent pas. Cependant à Paris l'œuvre continue à fonctionner et renforce même ses activités sociales[CM 16]. Dès le , la colonie de Chens-sur-Léman peut enfin accueillir cent-trente enfants qui y restent jusqu'en septembre pour échapper au bombardement de la capitale par la Grosse Bertha[CM 17]. Le , Paul Claudel inaugure sur la scène du Chantier sa pièce Nuit de Noël 1914, jouée par les jeunes du patronage[CM 18].

Dès la paix revenue, l'abbé Poivrel relance les activités, créant dès 1918 une mutuelle pour les adhérents[CM 19]. Le groupe théâtral renforcé par l'orchestre se lance à partir de 1924 dans la production d'opérettes qui font la réputation du Chantier[CM 20]. La gymnastique est une des meilleures sections de l'Union départementale de la Seine et assurément la plus nombreuse. Le football aligne de 15 à 20 équipes qui doivent parfois s'entraîner et même jouer sur des terrains vagues où il faut apporter les buts avec soi. En 1927 le Chantier organise dans ses locaux les championnats de France de la FGSPF. En 1929, la colonie de vacance est ouverte aux petites sœurs des membres masculins[CM 21] déjà accueillies a Paris pour les activités culturelles, mesure quasi révolutionnaire pour l'époque[CM 22].

En 1931 l'abbé Poivrel, déjà chanoine, est fait chevalier de la Légion d'Honneur pour son action au Chantier[CM 23]. Il est secondé l'année suivante par l'abbé Jean Labbé, un ancien du Chantier qui vient d'être ordonné[LM 3] et prend la direction de la colonie qui accueille chaque année plus de cent-cinquante enfants et dont les travaux d'aménagement s'accélèrent, l'abbé Poivrel ayant fait don de sa propriété à l'association.

La seconde Guerre et l'évolution depuis 1945

Les travaux de la colonie Hermancia viennent à peine de se terminer que la guerre éclate et qu'elle est occupée par les Allemands puis les Italiens. Deux cents membres partent au front, dix-sept sont tués et quatre-vingt-quatre restent captifs pendant cinq ans. La colonie est déplacée en 1941 et 1942 à Juilly en Seine-et-Marne[CM 24] puis réintègre Chens-sur-Léman dès 1943 pour se réfugier dans une propriété de la paroisse Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts à Recloses en forêt de Fontainebleau l'année suivante[CM 25]. Par la suite Hermancia est définitivement réinvestie sans déserter pour autant Recloses cédée à l'association par la paroisse. Le , le chanoine Poivrel meurt dans une clinique de Saint-Mandé, veillé par des membres du patro[CM 26]. Les activités sportives et culturelles ont déjà repris avec l'abbé Jean Labbé. La gymnastique après avoir retrouvé toute sa place a failli disparaître mais survit néanmoins. Le football reste une activité forte et gagne la coupe de la Fédération sportive de France (FSF) en 1955 avant de voir l'activité se réduire à une école de football. Cependant d'autres activités apparaissent : le volley-ball, l'escalade, le tennis, le tennis de table. Jean Labbé, arrivé au Chantier en 1906 y reste présent pendant 85 ans. Il devient directeur du Chantier en 1944, après le décès de l'abbé Poivrel.

Au cours des années 1960, l'UA Chantier échappe aux difficultés liées au désengagement de l'Église de France à l'égard de ses œuvres[CM 27]. En 1962 les maisons de Recloses sont vendues pour acheter le château des Ramières dans la Drôme ; le 14 juillet de la même année l'abbé Jean Labbé est nommé chevalier de la Légion d'honneur dont la médaille lui est remise par Mgr Feltin[CM 28] puis promu officier en 1983[2]. Il tombe rapidement malade et doit limiter ses fonctions en 1972[LM 4]. Les laïcs vont assurer la direction jusqu'en 1981 où un autre ancien du Chantier, l'abbé Marc Constantieux, récemment ordonné, reprend les rênes. L'abbé Jean Labbé décède le [2]. Avec trois prêtres directeurs en 93 ans[3] le Chantier reste un cas unique en France. En 1997, le cardinal Lustiger confie la direction du Chantier à l'abbé Frédéric Roder[3].

Cependant l'association connaît d'autres difficultés, d'abord immobilières. Expropriée en 1973, l'association se réinstalle quai de la Rapée[CM 29] dans une zone peu accessible aux membres et perd alors une grande partie de ses effectifs. Dès son arrivée, l'abbé Constantieux s'empresse de quitter ce lieu inapproprié pour des locaux neufs dans la zone d'aménagement concerté (ZAC) de Reuilly[LM 4]. Elle subit aussi la désertion des centres de vacances et la professionnalisation de leur encadrement ainsi que celle des pratiques sportives mais elle s'efforce néanmoins de poursuivre aujourd'hui sa mission d'œuvre chrétienne et sociale qui orne toujours son sigle. Deux cents enfants participent régulièrement au centre de loisirs ou aux activités des sections sportives ; le groupe théâtral et l'orchestre poursuivent leurs activités et le fonctionnement du centre de Chens-sur-Léman s'est adapté aux nouveaux besoins[LM 5].

Les dirigeants

De 1907 à 2004 l'association n'a connu que six présidents et cinq directeurs[4]. Depuis 2004, deux nouveaux présidents et un nouveau directeur ont dirigé l'association[réf. nécessaire].

Les présidents

# Nom Période
1 Léon Lenfant 1907-1915
2 René Merle 1915-1965
3 Robert Mouquet 1965-1973
4 Henri Belli 1973-1988
5 Roger Hauvette 1988-2000
6 Jean-Pierre Develay 2000-2004
7 Pierre Maire 2004-2010
8 Emmanuel Marfoglia depuis 2010

Les prêtres

# Nom Période
1 chanoine Francis Poivrel, fondateur 1905-1944
2 chanoine Jean Labbé 1944-1981
3 abbé Marc Constantieux 1981-1997
4 abbé Frédéric Roder 1997-1999
5 père Rafael Larocca 1999-2004
6 père Hervé Peyrelongue 2004-2012
7 père Francis de Chaignon depuis 2012

Notes et références

Références

  1. Laurence Munoz 2009, p. 131
  2. a et b Laurence Munoz 2009, p. 132
  3. a et b Laurence Munoz 2009, p. 133
  4. a et b Laurence Munoz 2009, p. 134
  5. Laurence Munoz 2009, p. 135

Autres références

  1. « Site du centre de vacances d'Hermancia » (consulté le 11 avril 2013)
  2. a et b Fédération sportive et culturelle de France, « Carnet », Les Jeunes, no 2405,‎ , p. 2
  3. a et b Catherine Bertrand, « Le Chantier de l'âme », France catholique, no 2663,‎ , p. 16
  4. Claude Morand 2005, p. 9

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Laurence Munoz, Des patronages aux associations, Paris, L’Harmattan, (ISBN 978-2-296-10746-5, notice BnF no FRBNF42130126)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Le Chantier, 1905-2005 : Le Chantier à cent ans, Paris, Filocalia, , 251 p. (ISBN 973-86552-9-3, notice BnF no FRBNF40189881)
  • Claude Morand, Le Chantier : Cent ans d'histoire 1905-2005, Issoudun, Centr'Imprim, , 248 p. (notice BnF no FRBNF15083761)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Claude Morand, « L'histoire d'un patronage centenaire », Le guide,‎

Lien externe