Unai Emery

Unai Emery
Image illustrative de l'article Unai Emery
Unai Emery avec le Séville FC en 2015.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Paris Saint-Germain (entraîneur)
Biographie
Nom Unai Emery Etxegoien
Nationalité Drapeau : Espagne Espagnol
Naissance (46 ans)
Lieu Fontarrabie (Espagne)
Taille 1,81 m (5 11)
Période pro. 19902005
Poste Milieu de terrain puis entraîneur
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1990-1995 Drapeau : Espagne Real Sociedad B 039 0(2)
1995-1996 Drapeau : Espagne Real Sociedad 005 0(1)
1996-2000 Drapeau : Espagne CD Toledo 126 0(2)
2000-2002 Drapeau : Espagne Racing de Ferrol 061 0(7)
2002-2003 Drapeau : Espagne CD Leganés 028 0(0)
2003-2005 Drapeau : Espagne Lorca Deportiva 031 0(1)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2004-2006 Drapeau : Espagne Lorca Deportiva 034v 016n 020d
2006-2008 Drapeau : Espagne UD Almería 039v 020n 025d
2008-2012 Drapeau : Espagne Valence CF 113v 056n 050d
2012 Drapeau : Russie Spartak Moscou 012v 004n 010d
2013-2016 Drapeau : Espagne Séville FC 106v 045n 054d
2016- Drapeau : France Paris SG 060v 012n 006d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 19 novembre 2017

Unai Emery Etxegoien, dit Unai, né le à Fontarrabie (Espagne), est un entraîneur de football et un ancien footballeur espagnol. Il est actuellement l'entraîneur du Paris Saint-Germain, en Ligue 1, et ce depuis le .

Durant sa carrière de joueur, il occupe le poste de milieu de terrain et joue principalement en deuxième division espagnole dans les années 1990. Il décide ensuite d'entamer une carrière d'entraîneur. Il entraine alors en grande majorité des clubs de Liga, comme Valence CF ou le Séville FC. Avec ce dernier, il remporte consécutivement trois Ligue Europa en 2014, 2015 et 2016, ce qui permet au club andalou d'avoir le meilleur palmarès dans cette compétition[1].

Biographie

Carrière de joueur

Né à Fontarrabie au Pays basque espagnol en 1971, Unai est issu d'une famille de footballeurs : son grand-père était le gardien du Real Unión de Irún dans les années 1920 et 1930, vainqueur de la Coupe d'Espagne de football à deux reprises, son père était lui aussi gardien professionnel ayant joué notamment pour le Deportivo de La Corogne ou encore le Recreativo de Huelva, un de ses oncles joua au CD Logroñés et au Real Unión de Irún.

Doté d'un certain potentiel avec un bon pied gauche et une vision de jeu, il entreprend une formation de milieu de terrain gauche dans le club espagnol de la Real Sociedad mais n'est jamais retenu en équipe première à cause d'une blessure et une concurrence trop grande[2]. Il décide alors à vingt-quatre ans de se tourner vers la deuxième division espagnole, après seulement cinq apparitions avec son club formateur[3]. En Segunda Division, il joue un total de 215 matchs, avec les clubs du CD Toledo entre 1996 et 2000, puis du Racing de Ferrol, et du CD Leganés entre 2000 et 2003[3].

Il met un terme à sa carrière de joueur en 2004, à 34 ans, avec le Lorca Deportiva CF, en troisième division.

Carrière d'entraîneur

Débuts au Lorca et à Almería (2004-2008)

Après une blessure très sérieuse au genou au cours de la saison 2004-2005, il est nommé entraîneur du club de Lorca Deportiva CF en janvier 2004 par son président qui lui fixe comme objectif de se maintenir en Segunda Division B alors que le club coule au classement. Six mois après sa nomination, il est promu en seconde division espagnole pour la première fois dans l'histoire du club après une victoire en play-offs contre le club d'Alicante à Irun, terre de son enfance[4],[2].

Durant sa deuxième saison au Lorca Deportiva CF en Liga Adelante, il termine cinquième du championnat avec un total de 69 points, à seulement cinq unités de la promotion en première division[5]. Le club est cependant relégué la saison suivante, après le départ d'Emery.

En 2006, il devient l'entraîneur du UD Almería, toujours en seconde division[6]. Comme avec son club précédent, il est promu, mais cette fois-ci, dans l'élite espagnole en Liga en 2007 après une première saison brillante où il termine deuxième du championnat avec 80 points et la meilleure attaque[7]. En première division durant la saison 2007-2008, il permet au club andalou de se maintenir dans l'élite avec une huitième place inespérée[8].

Promotion au Valencia CF (2008-2012)

Unai Emery, en poste au Valencia CF en 2011.

Après ses deux saisons avec l'UD Almería, il est promu entraîneur du club de Valence CF en 2008, succédant à Ronald Koeman[9]. Avec Emery, le club valencien espère trouver la stabilité.

Durant sa première saison aux commandes du club, il termine sixième du championnat avec à la clef une qualification en UEFA Europa League, malgré les problèmes financiers de la formation valencienne. Parallèlement pour sa première campagne européenne, il mène son équipe jusqu'en seizième de finale de la Coupe UEFA, en perdant dans les prolongations contre le Dynamo Kiev. En Copa del Rey, il est cependant éliminé en quarts de finale par le Séville FC.

La saison suivante est beaucoup plus prometteuse pour Emery puisque Valence termine à la troisième place de la Liga, ce qui permet au club de retrouver le haut niveau européen avec la Ligue des champions de l'UEFA après deux ans d'absence. Durant cette saison, il emmène son équipe en quarts de finale en UEFA Europa League, contre le futur vainqueur, l'Atletico de Madrid. Il prolonge d'un an son contrat avec Valence en mai 2010[10].

Durant la saison 2010-2011, il termine encore une fois à la troisième place du championnat espagnol, malgré les départs importants de David Silva et David Villa. Il gagne son premier match en Ligue des champions (4-0) contre le club turc Bursaspor en septembre 2010 et sera éliminé quelques mois plus tard en huitièmes de finale contre les Allemands de Schalke 04.

Sa quatrième saison en 2011-2012 voit Emery terminer pour la troisième fois consécutive à la dernière place du podium du championnat, le club trouvant enfin sa stabilité en continuant de se qualifier en Ligue des champions de l'UEFA. Cependant, dans cette compétition, il est éliminé en phase de groupes mais parvient, en étant reversé en Ligue Europa à mener son club en demi-finale, battu encore une fois par le futur vainqueur l'Atletico de Madrid. Il quitte Valence à l'issue de cette saison en juin 2012[11].

Exil raté au Spartak Moscou (2012)

Le 13 mai 2012, le président du Spartak Moscou Leonid Fedun annonce qu'Emery devient l'entraîneur de l'équipe première pour les deux prochaines saisons[12]. Il est cependant limogé en novembre de la même année après une série de mauvais résultats, et notamment un derby perdu (1-5) contre le Dynamo Moscou[13].

Retour en Espagne à Séville (2013-2016)

Unai Emery dirigeant un match de Ligue Europa avec Séville.

Emery fait son retour en Espagne au Séville FC en janvier 2013, succédant à Míchel lui également limogé après une ultime défaite face à Valence (0-2) et une douzième place[14]. Il termine sa demi-saison à une modeste neuvième place en Liga qui lui permet cependant d'obtenir un billet pour la Ligue Europa, profitant des exclusions européennes de Malaga CF et du Rayo Vallecano.

Au cours de la saison 2013-2014, Emery associé à son directeur sportif Monchi entame un recrutement prometteur avec les achats de Kevin Gameiro en provenance du PSG ainsi que Carlos Bacca[15]. Ce projet est mis en place pour répondre aux ventes de cadres vers Angleterre tels que Jesús Navas et Alvaro Negredo. Malgré un début de saison mitigé, il termine à la cinquième place du championnat et la quatrième attaque derrière le trio FC Barcelone, Real Madrid et Atletico de Madrid. Il remporte également sa première Ligue Europa, après avoir atteint les demi-finales avec Valence, en battant le Benfica Lisbonne en finale aux tirs au but et en éliminant des favoris pour le titre comme son ancien club valencien et le FC Porto[16].

Durant sa deuxième saison pleine au club en 2014-2015, il place Séville au haut niveau espagnol en terminant une nouvelle fois à la cinquième place . Il dispute aussi la Supercoupe de l'UEFA en août qu'il perd (0-2) contre le Real Madrid, tenant du titre de la Ligue des champions. Il remporte en fin de saison sa deuxième Ligue Europa consécutive contre le Dnipro Dnipropetrovsk, confirmant alors ses bonnes performances sur le plan européen[17].

Fort de sa victoire en Ligue Europa, Emery et le club andalou sont qualifiés en Ligue des champions de l'UEFA. Avec un groupe très difficile, composé de la Juventus FC, de Manchester City et du Borussia Mönchengladbach, il n'arrive pas à passer cette phase mais est reversé en Ligue Europa, compétition « fétiche » de l'entraîneur espagnol. Il réalise un record historique en empochant pour la troisième fois consécutive cette compétition en battant le Liverpool FC (1-3), pourtant favori[18]. Du côté du championnat, il redescend à la septième place notamment à cause d'une fin de saison ponctuée de 7 défaites en 9 matchs. Cette déception en Espagne est corrigée par une finale en Copa del Rey contre le FC Barcelone, la formation d'Emery étant battue de justesse en prolongations[19].

Le , le Séville FC annonce dans un communiqué la rupture du contrat d'Unai Emery[20].

Entraîneur du Paris Saint-Germain (depuis 2016)

Emery arrive à Paris avec Jesé.

Le , il devient officiellement le successeur de Laurent Blanc à la tête de l'équipe parisienne en signant un contrat de trois ans dont une en option[21]. Dès lors, il prend une part importante dans le recrutement en faisant signer le milieu offensif français Hatem Ben Arfa dans son nouveau club, un joueur qu'il convoitait déjà à Séville[22]. Grzegorz Krychowiak et Thomas Meunier le rejoignent également quelques jours plus tard[23] ainsi que ses adjoints Juan Carlos Carcedo, Victor Mañas et Pablo Villanueva. Il entame avec son nouveau club l'International Champions Cup 2016, aux États-Unis. Le PSG remporte alors trois victoires consécutives face à l'Inter Milan (3-1), le Real Madrid (3-1) et Leicester City (4-0) qui lui permet de remporter la compétition de préparation estivale. À la recherche d'un joueur pour renforcer le secteur offensif parisien et suppléer Edinson Cavani à la pointe de l'attaque, Unai Emery obtient la signature du jeune madrilène Jesé Rodriguez[24].

Le 6 août 2016, il remporte le Trophée des Champions pour son premier match officiel en tant qu'entraîneur du PSG. Si le PSG l'emporte facilement contre l'Olympique Lyonnais (4-1), ce premier match officiel porte surtout la marque du changement de philosophie apporté à l'équipe par Unai Emery, avec un jeu plus rapide, vertical et mettant en évidence l'apport offensif des latéraux et un pressing permanent sur le porteur du ballon.

Après un début de saison difficile, marqué par une défaite à Monaco (3-1), le PSG d'Unai Emery lance véritablement sa saison avec un triomphe sur la pelouse de Caen lors de la 5e journée de championnat (6-0), marqué par un quadruplé d'Edinson Cavani.. Ensuite il signe une deuxième défaite lors de la 7e journée de championnat (2-0) sur la pelouse de Toulouse.

Son management marque une rupture par rapport à Laurent Blanc et surprend les observateurs du championnat de France. Emery met en effet un terme aux statuts dont bénéficiaient certains joueurs de l'équipe la saison dernière, quitte à susciter la polémique en écartant Hatem Ben Arfa pour le premier match de Ligue des champions face à Arsenal[25]. Il souhaite en outre mettre en place une véritable concurrence au poste de gardien de but entre Kevin Trapp et Alphonse Areola.

Les six premiers mois d'Unai Emery au PSG sont critiqués, l'équipe ne terminant que 3e du classement à mi-saison avec quatre défaites au compteur en championnat. Par ailleurs, l'équipe n'est pas parvenue à accrocher la première place de son groupe en Ligue des champions, à cause d'un match nul face à la modeste équipe de Ludogorets Razgrad (2-2). Les débuts poussifs d'Unai Emery au PSG sont notamment imputables à la méforme de certains joueurs cadres de l'équipe comme Angel Di María[26] et Marco Verratti, aux blessures touchant des joueurs importants comme Javier Pastore[27] et Adrien Rabiot, mais aussi au faible rendement des recrues estivales qui ne sont pas parvenues à s'imposer dans le onze de départ, à l'exception du belge Thomas Meunier. Le président du PSG, Nasser al-Khelaïfi, réitère toutefois sa confiance à Unai Emery pour la deuxième partie de la saison[28].

Après la trêve hivernale, l'équipe va beaucoup mieux. Le 24 janvier 2017, le PSG d'Unai Emery se qualifie pour la finale de la Coupe de la Ligue en s'imposant chez les Girondins de Bordeaux (1-4). Tenant du titre, le PSG affrontera l'AS Monaco au Parc OL[29]. Le 14 février 2017, le PSG d'Unai Emery réalise un exploit en battant le FC Barcelone 4-0 en Ligue des Champions. C'est la deuxième fois qu'Emery bat le Barça. Le Paris Saint-Germain sera éliminé de la Champions League par un score de 6-1 en faveur du FC Barcelone. Une premiere historique.

Le 1er avril, le PSG remporte sa 7ème coupe de la ligue face à Monaco sur le score de 4 buts à 1. Il s'agit du second trophée pour Unai Emery au Paris Saint-Germain[30].

Malgré de très bon résultats sur l'année 2017, le PSG perdra le titre de champion de France après une défaite à Nice (3-1) au profit de l'AS Monaco.

Il remporte son troisième titre avec le PSG en remportant la finale de la Coupe de France face à Angers (1-0) le 27 mai 2017.

Style de jeu

Unai Emery est adepte du dispositif tactique 4-2-3-1, il explique dans le journal espagnol El Mundo vouloir mettre en place un gros pressing, un duo de récupérateurs solides et harceleurs, mais aussi un grand équilibre lorsqu'il est à la tête d'une équipe. Son style de jeu est également caractérisé par un jeu vertical intense, une récupération agressive et des contre-attaques meurtrières grâce à des latéraux techniques et rapides[31]. Il est beaucoup comparé à son compatriote Rafael Benítez puisque d'un point de vue tactique, il est axé sur l’adaptabilité en créant des équipes qui maximisent le potentiel de ses joueurs. Il met également en place une forte rotation avec ses joueurs : par exemple, à Valence il n'a jamais aligné le même onze deux fois consécutivement[32]. Il indique s'être inspiré de Pep Guardiola, Diego Simeone et Marcelo Bielsa[33].

De plus, l'entraineur espagnol utilise principalement la vidéo pour préparer ses matchs : en effet, il explique que « mon staff et moi-même étudions les quatre derniers matchs de nos adversaires » dans une interview à Tuttosport et qu'il diffuse ses vidéos à son équipe « une heure la veille et vingt minutes le jour du match ». Durant cette même interview, il explique également que « le pressing est un point clé sur lequel j’insiste beaucoup » et ajoute qu'il veut transmettre « son dynamisme » à son équipe lors des entraînements parce qu'il considère que « vous jouez exactement comment vous vous entraînez »[34].

Statistiques

Le tableau suivant récapitule les statistiques d'Unai Emery durant sa carrière d'entraîneur en club, au 19 mai 2017[35] :

Saison Club Championnat Coupes nationales Coupes continentales Supercoupes Total % Victoires
Division Matchs V N D Matchs V N D Type Matchs V N D Type Matchs V N D Matchs V N D -
2004-2005 Lorca Deportiva CF Drapeau : Espagne Segunda División B 21+4 12+3 4+0 5+1 2 0 0 2 - - - - - - - - - - 27 15 4 8 55.56%
2005-2006 Lorca Deportiva CF Drapeau : Espagne Liga Adelante 42 19 12 11 1 0 0 1 - - - - - - - - - - 43 19 12 12 44.19%
2004-2006 Total Lorca Deportiva - 67 34 16 17 3 0 0 3 - - - - - - - - - - 70 34 16 20 48.57%
2006-2007 UD Almería Drapeau : Espagne Liga Adelante 42 24 8 10 2 1 1 0 - - - - - - - - - - 44 25 9 10 56.82%
2007-2008 UD Almería Drapeau : Espagne Liga BBVA 38 14 10 14 2 0 1 1 - - - - - - - - - - 40 14 11 15 35%
2006-2008 Total UD Almería - 80 38 18 24 4 1 2 1 - - - - - - - - - - 84 39 20 25 46.43%
2008-2009 Valence CF Drapeau : Espagne Liga BBVA 38 18 8 12 6 4 1 1 C3 8 3 5 0 Esp 2 1 0 1 54 26 14 14 48.15%
2009-2010 Valence CF Drapeau : Espagne Liga BBVA 38 21 8 9 4 1 2 1 C3 14 6 7 1 - - - - - 56 28 17 11 50%
2010-2011 Valence CF Drapeau : Espagne Liga BBVA 38 21 8 9 4 2 1 1 C1 8 3 3 2 - - - - - 50 26 12 12 52%
2011-2012 Valence CF Drapeau : Espagne Liga BBVA 38 17 10 11 8 4 2 2 C1 + C3 6 + 8 2 + 4 2 + 1 2 + 3 - - - - - 60 27 15 18 45%
2008-2012 Total Valence CF - 152 77 34 41 22 11 6 5 - 44 18 18 8 - 2 1 0 1 220 107 58 55 48.64%
2012 Spartak Moscou Drapeau : Russie Premier-Liga 17 9 2 6 2 1 1 0 C1 7 2 1 4 - - - - - 26 12 4 10 46.15%
2012 Total Spartak Moscou - 17 9 2 6 2 1 1 0 - 7 2 1 4 - - - - - 26 12 4 10 46.15%
2012-2013 Séville FC Drapeau : Espagne Liga BBVA 19 8 4 7 4 1 2 1 - - - - - - - - - - 23 9 6 8 39.13%
2013-2014 Séville FC Drapeau : Espagne Liga BBVA 38 18 9 11 2 1 0 1 C3 19 11 5 3 - - - - - 59 30 14 15 50.85%
2014-2015 Séville FC Drapeau : Espagne Liga BBVA 38 23 7 8 6 5 0 1 C3 15 11 3 1 Eur 1 0 0 1 60 39 10 11 65%
2015-2016 Séville FC Drapeau : Espagne Liga BBVA 38 14 10 14 9 7 2 0 C1 + C3 6 + 9 2 + 5 0 + 2 4 + 2 Eur 1 0 1 0 63 28 15 20 44%
2012-2016 Total Séville FC - 133 63 30 40 21 14 4 3 - 49 29 10 10 - 2 0 1 1 205 106 45 54 51.71%
2016-2017 Paris Saint-Germain Drapeau : France Ligue 1 37 27 5 5 9 9 0 0 C1 8 4 3 1 Fr 1 1 0 0 55 41 8 6 74,54%
2016- Total Paris SG - 37 27 5 5 9 9 0 0 8 4 3 1 - 1 1 0 0 55 41 8 6 74,54%
Total sur la carrière 486 248 105 133 61 36 13 12 - 107 53 32 23 - 5 2 1 2 659 339 151 170 51.44%

Palmarès d'entraîneur

Période Club Titres
Janvier 2004 - Juin 2006 Drapeau de l'Espagne Lorca Deportiva CF Aucun titre
Juin 2006 - Mai 2008 Drapeau de l'Espagne UD Almería 17 juin 2007 - Vice-champion de la Liga Adelante
Mai 2008 - Mai 2012 Drapeau de l'Espagne Valence CF 24 août 2008 - Finaliste de la Supercoupe d'Espagne
Mai 2012 - Novembre 2012 Drapeau de la Russie Spartak Moscou Aucun titre
Janvier 2013 - Juin 2016 Drapeau de l'Espagne Seville FC 14 mai 2014 - Ligue Europa 2013-2014
12 août 2014 - Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA
27 mai 2015 - Ligue Europa 2014-2015
11 août 2015 - Finaliste de la Supercoupe de l'UEFA
18 mai 2016 - Ligue Europa 2015-2016
Depuis le 28 juin 2016 Drapeau de la France Paris Saint-Germain 6 août 2016 - Trophée des champions 2016
1er avril 2017 - Coupe de la Ligue 2017
17 mai 2017 - Vice-champion de Ligue 1
27 mai 2017 - Coupe de France 2017
29 juillet 2017 - Trophée des champions 2017

Distinctions personnelles

Notes et références

  1. Séville remporte sa 3e Ligue Europa consécutive en battant Liverpool (1-3) en finale, www.eurosport.fr, le 18 mai 2016
  2. a et b « Unai Emery, une ascension en ballon », France Football du 28 juin 2016
  3. a et b (en) Fiche d'Unai Emery sur bdfutbol.com
  4. (es) Emery asciende al Lorca contra la saga familiar
  5. (es) Un éxito del Lorca de Emery
  6. (es) Unai Emery, ya en Almería, le 22 juin 2006, Mundo Deportivo
  7. (es) Almería, 27 años después, le 20 mai 2007, El País
  8. (es) La juerga del Almería agrava la 'depre' perica, 19 mai 2008, AS
  9. (en) Emery to take on Valencia challenge, le 22 mai 2008, http://www.uefa.com
  10. (es) Unai Emery renueva su contrato con el Valencia
  11. Clap de fin pour Guardiola et Emery, le 12 mai 2012, http://www.football.fr
  12. Spartak Moscou : Arrivée d'Unai Emery
  13. Emery viré du Spartak Moscou, http://www.rmcsport.bfmtv.com, le 25 novembre 2011
  14. Emery à la place de Míchel à Séville, le 15 janvier 2013, fr.uefa.com
  15. Kevin Gameiro file à Séville, le 25 juillet 2013, http://www.footmercato.net
  16. Séville invincible, Benfica maudit, le 14 mai 2014, L'Équipe
  17. FC Seville : un club en pleine ascension, le 29 juillet 2015, YourZone : beINsports
  18. Séville remporte la Ligue Europa pour la troisième année d’affilée, le 18 mai 2016, Le Monde
  19. Coupe du Roi - Le Barça conserve son titre face à Séville (2-0, a.p.) et s'offre un doublé, le 23 mai 2016, Eurosport
  20. Liga : Pressenti au PSG, Emery annonce son départ de Séville, le 12 juin 2016, Eurosport
  21. « Unai Emery nouvel entraîneur du Paris Saint-Germain - psg.fr », sur Paris Saint-Germain - PSG (consulté le 28 juin 2016)
  22. Mercato : Ben Arfa au PSG, le coup de fil d'Emery qui a tout changé, metronews.fr, le 30 juin 2016
  23. Transfert : Grzegorz Krychowiak signe pour 5 ans au PSG, lequipe.fr, 3 juillet 2016
  24. « Pour Jesé, tout est joué » (consulté le 7 août 2016)
  25. Afp Franck Fife, « PSG : Hatem Ben Arfa encore écarté, Unai Emery inflexible », sur SudOuest.fr (consulté le 16 septembre 2016)
  26. Michaël Beaupres de Monsales, « PSG : Di Maria, une méforme qui agace », LCI,‎ (lire en ligne)
  27. « VIDEO. PSG : Pastore blessé au ligament latéral du genou droit », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  28. « PSG. Nasser Al-Khelaïfi : «Je fais totalement confiance à Emery» », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  29. « Coupe de la Ligue : le PSG affrontera Monaco en finale », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  30. « LE PSG RESTE AU SOMMET », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  31. FC Valence : Emery-day, i'm shufflin, le 8 février 2012, http://www.fautetactique.com
  32. Il est devenu une machine à gagner mais Unai Emery reste (injustement) méconnu en Europe, le 21 mai 2016, Eurosport
  33. Cyril Morin, « Entre le mercato et la tactique à adopter pour le PSG, Emery a déjà les idées claires », sur Eurosport.fr, (consulté le 26 juillet 2016).
  34. Le football par le « professeur » Unai Emery, le 7 juin 2016, http://www.canal-supporters.com
  35. Statistiques de Unai Emery sur footballdatabase.eu
  36. (es) Premios BBVA a los mejores de marzo
  37. (es) Unai Emery, Liga BBVA manager of the month for January

Voir aussi