Trophée de la Coupe du monde de football

Trophée de la Coupe du monde de football
Image associée à la récompense
Réplique du trophée, exposée au siège de la FIFA à Zurich

Description Récompense le vainqueur de la Coupe du monde de football.
Organisateur FIFA
Date de création 1930 (Coupe Jules Rimet)
(musée national du sport)
1974 (FIFA World Cup)
Site officiel FIFA.com

Le trophée de la Coupe du monde de football est un trophée en or récompensant les vainqueurs de la Coupe du monde de la FIFA.

Depuis la création du tournoi planétaire en 1930, deux trophées ont été remis : la Coupe Jules-Rimet de 1930 à 1970, conservée par le Brésil après ses trois premières victoires dans la compétition, et la Coupe du monde de la FIFA, remise en jeu à chaque édition depuis 1974.

Coupe Jules Rimet

La Coupe Jules Rimet, du nom du fondateur du Red Star de Paris et ancien président de la FIFA[1], est le trophée original de la Coupe du monde de football. Originellement appelée « Coupe du Monde de Football Association »[2], la coupe est renommée en 1946 en l'honneur du président de la FIFA Jules Rimet qui en 1929 a décidé d'un vote à l'origine de la compétition. Également surnommée Victoire ailée[3], la coupe représente Niké, la déesse grecque de la victoire, tenant un calice octogonal. Le trophée créé par le sculpteur français Abel Lafleur mesure 35 centimètres de haut, pèse 6,175 kilogrammes et est en argent fin plaqué or[4]. La Coupe du Monde de Football Association est transportée vers l'Uruguay pour la première édition de la Coupe du monde en 1930 à bord du SS Conte Verde , à Villefranche-sur-Mer, le . C'est le même bateau qui a emmené Jules Rimet ainsi que les équipes française, roumaine, et belge en Uruguay pour participer au tournoi. La première équipe à soulever le trophée est l'Uruguay, vainqueur de la Coupe du monde 1930.

La Coupe Jules Rimet

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le trophée est gardé par l'Italie championne du monde en 1938. Ottorino Barassi, le vice-président italien de la FIFA et président de la Fédération Italienne de football, retire secrètement le trophée d'une banque de Rome et le cache dans une boîte à chaussure sous son lit pour éviter que les Nazis l'emportent[5].

Le , quatre mois avant la Coupe du monde 1966 en Angleterre, le trophée est volé pendant une exposition publique au Westminster Central Hall. Le trophée est retrouvé par un chien sept jours plus tard enveloppé dans du papier journal dans un buisson d'un jardin du sud de Londres[6].

Pour des raisons de sécurité, la Fédération anglaise de football crée secrètement une réplique du trophée qui est utilisée lors de diverses célébrations jusqu'en 1970. La réplique est vendue aux enchères pour 254 500 livres sterling à la FIFA. La somme déboursée qui atteint plus de douze fois le prix de départ de 20 000 livres, alimente la rumeur sur le fait que le trophée n'est pas une réplique, mais l'original[7]. La FIFA a décidé d'exposer le trophée au National Football Museum  de Preston.

Le Brésil remporte la compétition pour la troisième fois en 1970, ce qui leur permet de garder définitivement le trophée, comme l'avait souhaité Jules Rimet en 1930[8]. Néanmoins, la coupe est à nouveau dérobée le , lors d'une exposition au siège de la Fédération du Brésil de football à Rio de Janeiro. Le trophée était gardé dans une armoire avec une façade de verre pare-balles, mais l'arrière en bois a été forcé avec un pied-de-biche[9]. La coupe n'a jamais été retrouvée, ce qui laisserait penser qu'elle a été fondue[10]. Quatre hommes sont finalement jugés et condamnés par contumace pour cet acte. La Fédération brésilienne commande une réplique, créée par Eastman Kodak, contenant 1,8 kg d'or. Celle-ci est présentée au président brésilien en 1984[11].

Coupe du monde de la FIFA

Au début des années 1970, la FIFA commande, pour sa dixième Coupe du monde en 1974, un nouveau trophée[12]. Cinquante-trois propositions de sculptures sont proposées provenant de sept pays[13]. La proposition de l'artiste italien Silvio Gazzaniga est finalement retenue. Le trophée (sans son socle) mesure 36,8 cm et pèse 6,175 kg. Il est composé d'or à 75 % (18 carats) avec une base de 13 cm de diamètre contenant deux morceaux de malachite[14]. Il laisse apparaître deux sportifs transcendés par la victoire soulevant la Terre. Il est pour la première fois présenté lors de la Coupe du monde de football de 1974, au capitaine ouest-allemand Franz Beckenbauer[13].

Le trophée porte l'inscription « FIFA World Cup » gravée à sa base. Les noms des vainqueurs sont gravés sur la base opposée du trophée. Le texte indique l'année et le nom de chaque nation championne du monde en anglais[15]. En 2010, dix vainqueurs ont donc été gravés sur le trophée. L'année où la FIFA retirera le trophée après que la base sera saturée par le nom des vainqueurs n'est pas connue ; néanmoins ce cas de figure ne se présentera pas avant la Coupe du monde 2038 au plus tôt[réf. nécessaire]. Le règlement de la FIFA détermine que le trophée de la Coupe du monde, contrairement à son prédécesseur, ne peut être remis définitivement au vainqueur : les champions reçoivent une réplique plaquée or[13].

Peu de temps avant la Coupe du monde de football de 2006 en Allemagne, le trophée est brièvement retourné en Italie pour une restauration avant d'être finalement remis à l'équipe d'Italie de football, championne du monde. Le , il est dit que la Coupe du monde de la FIFA a eu l'air abîmée après avoir été remise à l'Italie quelques jours auparavant. Fabio Cannavaro, le capitaine de la sélection italienne, a été photographié avec une pièce verte de malachite s'étant détachée de la base, qui a ensuite été recollée sur sa place initiale[16].

Il ne faut pas oublier également les médailles, qui, elles, sont dans tous les cas conservées à vie par les équipes atteignant le podium de la coupe du monde de football, et ce depuis 1974. En 2007, la FIFA a d’ailleurs décidé d’attribuer rétroactivement les médailles aux joueurs des équipes ayant atteint le podium des coupes du monde de football de 1930 à 1974.

Vainqueurs

Coupe Jules-Rimet

Garrincha levant la coupe Jules Rimet en 1962.
La remise du Trophée Jules Rimet en 1966 à Bobby Moore.

Coupe du monde de la FIFA

L'actuel trophée, exposé en 2014.
Les actuels tenants du trophée, l'équipe de France vainqueur de la Coupe du monde 2018

Champions du monde de football

Le Brésil s'est imposé en Suède (1958), au Chili (1962), au Mexique (1970), aux États-Unis (1994), ainsi qu'en Corée du Sud et au Japon (2002).

L'Italie a remporté le trophée à domicile (1934), en France (1938), en Espagne (1982) et en Allemagne (2006).

L'Allemagne s'est imposée en Suisse (1954), à domicile (1974), en Italie (1990) et au Brésil (2014).

L'Argentine s'imposa à domicile (1978) et au Mexique (1986).

L'Uruguay gagna ses mondiaux en 1930 à domicile et en 1950 au Brésil.

La France a triomphé à domicile (1998), ainsi qu'en Russie (2018).

L'Angleterre s'est imposée à domicile (1966).

L'Espagne, quant à elle, s'est imposée en Afrique du Sud (2010).

Les trois pays les plus titrés sont les seuls à avoir remporté les deux trophées :

  • Brésil (Coupe Jules-Rimet à 3 reprises, Coupe du monde de la FIFA à 2 reprises)
  • Italie (Coupe Jules-Rimet à 2 reprises, Coupe du monde de la FIFA à 2 reprises)
  • Allemagne (Coupe Jules-Rimet une seule fois, Coupe du monde de la FIFA à 3 reprises)

Capitaines ayant soulevé le Trophée

Coupe Jules-Rimet

Coupe du monde de la FIFA

Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « FIFA World Cup Trophy » (voir la liste des auteurs).

  1. voir l'ouvrage de Jean-Yves Guillain, La Coupe du monde de football, l'œuvre de Jules Rimet, Paris, Éditions Amphora, 1998
  2. « P 12 du document de la FIFA "les stats du jour du 8 juillet 2018" »
  3. L'incroyable épopée de la Victoire ailée, article de La Lettre de l'économie du sport, no 1161 du 13 juin 2014
  4. (en) FIFA, « Jules Rimet Cup », sur fifaworldcup.com (consulté le 5 juillet 2006)
  5. (en) DDI News, « History », sur ddinews.com, (consulté le 5 juillet 2006)
  6. (en) Reid Alastair, « The World Cup », The New Yorker, (consulté le 2 février 2007)
  7. (en) Simon Kuper, « Solid gold mystery awaits the final whistle », Financial Times, (consulté le 5 juillet 2006)
  8. (en) Mark Buckingham, « 1970 World Cup - Mexico », Sky Sports, (consulté le 2 octobre 2006)
  9. (en) Alex Bellos, Futebol: The Brazilian Way of Life, London, Bloomsbury, , 342 p. (ISBN 0-7475-6179-6)
  10. « La Coupe Jules-Rimet », sur fifa.com (consulté le 30 mai 2014)
  11. (en) Associated Press, « Trophy as filled with history as Cup », CNN, (consulté le 5 juillet 2006)
  12. Michaël Attali, Jean Saint-Martin, Dictionnaire culturel du sport, Armand Colin, , p. 87.
  13. a, b et c (en) « Trophy », sur fifa.com (consulté le 10 août 2009)
  14. (en)« FIFA Competition Trophies - FIFA World Cup™ », sur fifa.com (consulté le 28 mai 2014)
  15. (en) « Facts about FIFA World Cup Trophy », Xinhua (consulté le 8 juin 2008)
  16. (en) 'World Cup suffers at hands of the winners', Daily Telegraph, 14 juillet 2006

Liens externes

  • (fr) Le trophée de la Coupe du monde de la FIFA sur le site de la FIFA
  • (en) Le vol de la coupe 1966 The Observer